Navigation – Plan du site

Jocelyn Lachance, Photos d’ados. À l’ère du numérique

Irène Jonas
Photos d'ados
Jocelyn Lachance, Photos d'ados. À l'ère du numérique, Presses de l'Université Laval, 2013, 204 p., ISBN : 9782763718811.
Haut de page

Texte intégral

1La jeune génération d’aujourd’hui est la première à avoir grandi à la fois sous l’œil de l’appareil numérique et les yeux rivés sur son écran. La photo numérique, notamment intégrée aux téléphones portables, fait partie de la vie quotidienne des ados et médiatise de plus en plus souvent leurs interactions. Si l’ampleur du phénomène et les discours médiatiques majoritairement négatifs et inquiets prolifèrent, peu de chercheurs se sont penchés sur l’histoire de ces images produites et visionnées par les jeunes. L’ouvrage de Jocelyn Lachance, à partir des entretiens des jeunes qu’il a rencontré, met résolument à distance les idées reçues en matière de risques liés aux usages de l’appareil numérique (violence, sexualité, drogues) et dénonce la stigmatisation qu’elles génèrent à l’égard de cette jeunesse hypermoderne. Ce qui l’intéresse est de comprendre comment ces nouvelles pratiques visuelles loin de témoigner d’un manque de pudeur, d’une absence d’intimité ou d’intériorité d’une jeunesse qui serait sans limites, s’inscrivent au contraire dans un contexte plus large de socialisation, de rencontres et de quête d’autonomie d’une jeunesse qui a besoin de symboliser son engagement envers les autres et les relations de confiance au moyen de gestes concrets. En ce sens, les usages de l’appareil numérique s’inscrivent dans une continuité des invariants anthropologiques propres à l’adolescence que sont la volonté d’autonomisation et la potentielle difficulté à se faire reconnaître en tant que sujet. Ainsi, chaque fois qu’un jeune utilise son appareil, c’est un geste d’affirmation de son point de vue personnel et subjectif sur l’existence qu’il réaffirme dans un contexte où tous se bousculent pour faire valoir leur point de vue. À travers l’analyse de la pratique photographique des ados à l’heure du numérique, cet ouvrage s’inscrit dans la lignée d’autres écrits sociologiques sur la jeunesse (Galland O. ; Fize M.).

2Son analyse de la pratique photographique numérique de la jeunesse hypermoderne, s’articule autour de trois grands axes : le rapport à soi et aux autres, le rapport au monde et le rapport aux risques. Le rapport à soi et aux autres constitue l’une des dimensions fondamentales de la sociabilité des jeunes et l’appareil photo numérique un médiateur des interactions entre pairs et avec les adultes. Parce que l’image est accessible dès la prise de vue, le numérique permet un travail partagé entre celui qui prend la photo et celui qui est pris en photo. L’important n’est plus tant ce qui se passe sur le film ou la photo mais ce qui s’est passé pendant la fabrication de ce contenu. La coreconstruction de l’image contribue à l’élaboration de l’image de soi. « Au final, de nouvelles expériences interactionnelles, corporelles et émotionnelles sont vécues de manières répétées par les jeunes de l’hypermodernité utilisant l’appareil numérique ». Dans la mesure où l’usage quotidien et banalisé de l’appareil numérique transforme le regard, le rapport au temps et à l’espace, il change la perspective de celui qui regarde le monde à travers elle. « Dans un monde où l’image est de plus en plus importante, il n’est pas surprenant que des jeunes en quête d’autonomie utilisent leur appareil afin de produire leur propre vision du monde ». Si la photographie comme preuve du « J’étais là », n’est pas nouvelle (en témoigne la photographie touristique), le numérique par la multiplication d’images exprime non seulement un « j’étais là à tous les instants » mais permet aussi un « je suis là au présent » de par la diffusion et le partage quasi instantanés. Ce faisant les jeunes témoignent ainsi de leur présence active sur place et de leur présence avec les absents mais également de leur point de vue personnel. L’usage diversifié et régulier de l’appareil numérique permettrait alors à cette jeunesse hypermoderne de renouveler constamment l’expérience d’un rapport au monde, au temps et à l’espace nécessaires dans le passage à l’âge adulte.

3Le dernier chapitre de cet ouvrage s’attache à analyser la thématique la plus évoquée par la presse, celle de la prise de risque à travers les usages de l’appareil numérique : pratiques urbaines (sports à risque), soirées festives (alcool et drogues) et relations intimes. Il s’agit ici pour l’auteur de s’attacher à décoder les messages plutôt que de condamner les comportements. Le contexte de l’adolescence engage en effet le jeune à mettre en danger son corps, mais aussi à se mettre à l’épreuve sur d’autres registres en jouant avec les interdits (ou les actes qu’ils croient interdits) ou les limites morales de la société En matière de nudité et de sexualité, nous montre Jocelyn Lachance, il est important de prendre en compte deux moments, « l’acte de mise en scène » et « l’acte de mise en ligne ». L’appareil numérique dans l’intimité participe à une découverte de soi ou de soi avec l’autre mais l’auteur montre bien comment ce type de films ou de photos peuvent glisser de la complicité à différentes formes de transgression par leur mise en ligne : une transgression sociale qui permet de tester les limites de ce qui est acceptable ou non acceptable et une transgression d’un rapport de confiance amical ou amoureux qui fait basculer les images réalisées dans l’intimité à la vue de tous (ce peut être le cas d’une vengeance après une rupture, de jalousie, de déception, etc.). Un autre type de transgression réside dans la réalisation de photos ou de films et leur la mise en ligne sans l’accord ou à l’insu de la personne, que ce soit pour la sexualité ou pour des scènes de violence, telles que les « Happy Slapping ». À ce niveau, acte de mise en scène et acte de mise en ligne sont tous deux mis au service d’un même bénéfice recherché. Les divers bénéfices pouvant être la recherche de popularité, la surenchère, les rites de virilité, les phénomènes d’intimidation, etc. Toutefois, l’auteur le rappelle, l’outil appareil numérique ne crée pas le besoin de ces bénéfices, il se limite à en transformer l’expression et probablement à en accélérer l’intensification : « L’appareil numérique et les images produites par les jeunes sont davantage révélateurs de problématiques enfouies que sources de problèmes nouveaux ». En ce sens, derrière des formes inédites de comportements se cache la volonté de répondre à des questionnements relativement traditionnels pour les jeunes générations.

4Comme le souligne Serge Tisseron dans la préface, la révolution dans laquelle le numérique a entraîné la photographie est liée à un phénomène qui n’a rien à voir avec la prise de vue : Internet, et ce dans la mesure où « photographier » est devenu inséparable de « partager ». Cette notion de partage est certes présente tant chez les ados que chez les adultes, toutefois il est à signaler que le contexte n’est pas le même. Jocelyn Lachance commence son ouvrage en expliquant comment le contexte contemporain de la photographie de famille et la nouvelle façon de documenter les temps familiaux sont importants pour saisir la place occupée par les usages sociaux de la photo numérique dans la vie des jeunes (Bationo et Zouinar, 2009 ; Jonas I., 2010 ; Koskinen I. et Kurvinen E., 2005 ; Rivière C.-A., 2006). Si cette mutation est à prendre en compte, dans la mesure où de façon globale la photographie devient de moins en moins un support de mémoire et de plus en plus un support de construction identitaire et de lien social, elle est également à relativiser. En effet, au-delà des similitudes entre la pratique photographique numérique adolescente et celle des adultes-parents, on ne peut faire abstraction du fait qu’avec la photographie familiale on passe de la « photo pour soi et/ou pour ses pairs » à la « photo pour l’enfant et/ou pour les membres de la famille » et que le désir de laisser une trace en élaborant l’historiographie des enfants modifie les repères temporels et les registres de la mémoire. Cette différence est particulièrement repérable à travers le souci de pérennité des clichés (tirages, impressions, livres photos) en plus de la mise en ligne dans le cadre familial On regrette, dès lors, qu’il ne soit à aucun moment fait allusion à la pratique photographique des adolescents à l’heure de l’argentique, si restreinte, a-t-elle été. Il était en effet de pratique courante, en France, d’acheter un jetable à l’enfant ou à l’adolescent pour ses premières sorties hors de la famille (voyages scolaires, colonies de vacances). Il aurait peut-être été intéressant de comparer la pratique, les personnes et scènes photographiées ainsi que l’usage de la photographie adolescente au temps de l’argentique et au temps du numérique.

5Il n’en reste pas moins que cet ouvrage refuse de jouer avec la peur générée par les médias concernant le rapport des jeunes à l’égard des technologies de communication et s’attache à montrer comment les usages contemporains de l’appareil numérique sont représentatifs de l’hypermodernité. En laissant place à la parole des intéressés, il nous livre une palette de significations que peut prendre l’appareil numérique pour les jeunes et ses rôles dans leur quotidien. En ce sens, il invite « le lecteur à lire le présent ouvrage comme un catalogue de comportements et de significations dans un monde où la pluralité nous force le de plus en plus souvent à éviter des généralisations ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Jonas, « Jocelyn Lachance, Photos d’ados. À l’ère du numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 novembre 2013, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/12671

Haut de page

Rédacteur

Irène Jonas

Irène Jonas est sociologue et photographe indépendante. Elle est l’auteur de plusieurs articles sur la photographie de famille et d’un ouvrage Mort de la photo de famille ? De l’argentique au numérique (L’Harmattan, 2010)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page