Navigation – Plan du site
L'impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?

L'impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?

Michel Wieviorka, L'impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?, Paris, CNRS Éditions, 2013, 64 p., ISBN : 978-2-271-07981-7.
Notice publiée le 15 novembre 2013

Présentation de l'éditeur

Et si l’omniprésence du numérique signait non seulement une nouvelle ère, un changement culturel majeur mais aussi une rupture profonde, une transformation radicale de l’humanité ? Et si le numérique constituait, après l’invention de l’écriture et celle de l’imprimerie, la troisième grande révolution ? A ces questions, Michel Wieviorka en ajoute une autre : l’ère du numérique ne pourrait-elle pas susciter en France aussi le renouveau des sciences humaines et sociales (SHS) ? Sa réponse est oui.
Dans ce manifeste, le sociologue met en évidence le retard des SHS françaises dans la prise en compte et l’utilisation des nouveaux outils numériques. Sans doute ceux-ci représentent-ils un risque pour les libertés individuelles. Mais ils sont aussi un formidable outil de travail pour le chercheur en sciences sociales, fertile en innovations, nouvelles pratiques et nouvelles méthodes : le monde virtuel ne pourrait-il pas, par exemple, constituer un nouveau terrain d’enquête ? L’histoire, dont Fukuyama prédisait la fin, ne devient-elle pas une histoire à la fois globale et individuelle grâce aux Big data et leurs millions de données consultables en open access ? De sujet d’étude, l’homme et la société ne deviennent-ils pas acteurs/auteurs de leur propre récit ? Pour Michel Wieviorka, les sciences humaines et sociales doivent être partie prenante des nouvelles technologies de l’information.
Comment ? En utilisant données et réseaux sociaux du web 2.0 pour échanger, communiquer, travailler de manière collaborative et produire des Humanités numériques - référence aux anciennes Humanités. Exemples à l’appui, il explique tout le parti qu’elles pourraient tirer du numérique et propose une nouvelle organisation de la recherche afin de dépasser le système des disciplines, véritable frein à l’innovation intellectuelle.
Un saut qualitatif propice à l’éclosion des figures d’intellectuels qui nous font aujourd’hui défaut…

Haut de page