Navigation – Plan du site

Ralph Keysers, L’Enfance nazie. Une analyse de manuels scolaires (1933-1945)

Daniela Nienkötter Sardá
L'enfance nazie
Ralph Keysers, L'enfance nazie. Une analyse de manuels scolaires (1933-1945), L'Harmattan, coll. « Allemagne d'hier et d'aujourd'hui », 2013, 320 p., préf. Dominique Baudis, ISBN : 978-2-343-01172-1.
Haut de page

Texte intégral

1Publié dans la collection « Allemagne d’hier et d’aujourd’hui », chez l’Harmattan, l’ouvrage de Ralph Keysers est consacré à l’analyse de manuels allemands d’apprentissage de la lecture édités dans la période nazie, entre 1933 et 19451. Plus précisément, Keysers analyse les manuels de la première classe de l’école primaire élémentaire (Volksschule). Le public-cible de ces manuels était donc composé d’enfants d’environ six ans, qui débutaient l’apprentissage de la lecture. L’auteur procède à une analyse historique de ces manuels. Pour chaque fac-similé présenté, il donne le contexte qui nous permet de comprendre l’endoctrinement et les messages subliminaux sous-jacents. Pour ce faire, Keysers se réfère à de nombreuses sources numériques, de Wikipédia à des sites d’universités qui abritent des corpus de témoignages en ligne2, en complément d’une bibliographie plutôt classique.

2L’image de couverture de L’Enfance nazie montre déjà un endoctrinement bien explicite – on y voit Hitler entouré d’écoliers joyeux – et qui correspond au « culte du Führer », analysé par Keysers dans le chapitre « Glorification du Führer ». La « glorification » est ainsi un leimotiv de l’ouvrage, cinq chapitres explorant les glorifications de la Jeunesse hitlérienne, du Führer, de l’Aviation, de l’Armée et de la SA. Après un chapitre consacré au culte des morts, quatre chapitres traitent des cas particuliers, à savoir des analyses de manuels pour les enfants allemands de la Volga, de manuels pour les enfants des écoles juives, de manuels pour le territoire « Est » et de manuels utilisés en République démocratique allemande (RDA).

3La prise de pouvoir par les nazis date de 30 janvier 1933 et, par la suite, des commissions de réforme des manuels scolaires ont été créées, avec la participation des enseignants du parti nazi. Keysers montre que, dans cette période, 120 manuels scolaires pour l’apprentissage de la lecture ont paru. Ce nombre élevé est dû au fait qu’en Allemagne, chaque district scolaire est responsable de la réalisation de ses manuels scolaires – contrairement à des pays comme la France dont les programmes sont nationaux.

  • 3  La Jungvolk (synonyme de Pimpfe, à savoir la section des petits, de 10 à 14 ans) et la Hitler-Juge (...)

4La glorification de la Jeunesse hitlérienne est le sujet qui vise le plus à provoquer des sentiments d’empathie de la part des jeunes lecteurs de six ans. Keysers insiste sur le fait que les textes des manuels présentent des Pimpfe3 (les enfants de la section de 10 à 14 ans, admirés par les petits enfants de la première classe) dans des situations « enviées » par leurs cadets : jouant avec le feu, participant à des aventures sans la surveillance de leurs parents. Bref, plusieurs mécanismes psychologiques sont mobilisés pour séduire les plus petits, en vue qu’ils participent plus tard à la Jeunesse hitlérienne. D’ailleurs, les manuels scolaires sont adressés tout autant aux élèves qu’à leurs parents. Ainsi, Keysers nous montre que, dans de nombreux manuels analysés, « intéresser les jeunes (de 6 ans) aux activités de leurs aînés est certainement le but principal. Mais aussi imposer (pour plus tard) aux parents les absences régulières de leurs enfants qui échappent ainsi à leur éducation [...] » (p. 46). L’adhésion à la Jeunesse hitlérienne cessera d’être un choix pour devenir une obligation à partir de 1939.

5La glorification du Führer est, selon Jan Thiele (apud Keysers, p. 95), « lié aux régimes fascistes ou dictatoriaux ». Dans les manuels analysés, il y a deux cas de figure : Hitler apparaît soit comme l’ami des enfants, soit comme un chef sévère. Les énoncés à propos de Hitler sont frappants. À plusieurs reprises, c’est l’enfant qui parle dans les énoncés, comme dans le texte intitulé « Mon Führer », du manuel Groβ-Berliner-Fibel de 1935, qui commence de la manière suivante : « Je te connais bien et je t’aime comme papa et maman » (p. 99). Cette glorification liée aux régimes dictatoriaux est observée également dans les cas particuliers présentés par Keysers. Ainsi les références à Lénine et Staline dans les manuels scolaires de la République socialiste soviétique autonome des Allemands de la Volga, de même que les références à Wilhelm Pieck, premier président de la RDA, dans les manuels de lecture alors utilisés dans ce territoire.

6Pour ce qui est de la glorification de l’aviation, le discours des manuels vise à susciter chez les enfants le désir de devenir aviateur. Il en va de même avec la glorification de l’armée : les manuels montrent des images d’enfants qui jouent aux soldats, suivies d’énoncés tels que « Je vais devenir soldat » (p. 152) ou « Quand je serai grand, je serai aussi soldat » (p. 155). L’apprentissage des lettres de l’alphabet est, dans presque tous les manuels, une occasion d’introduire un vocabulaire spécifique, de guerre, par exemple. L’apprentissage de la lettre « s » permet l’introduction des mots comme « Säbel » (sabre) et « Soldaten » (soldat).

7La glorification de la SA (Sturmabteilung, Section d’assaut) n’apparaît pas dans tous les manuels analysés, mais quand elle est présente, son but est de montrer la proximité de la SA avec la population. Le manuel Fröhlicher Anfang de 1938 montre un père d’élève qui appartient à la SA : « Mon père défile aujourd’hui à travers la ville avec ses camarades SA. J’y suis aussi » (p. 189).

8Dans le chapitre consacré au culte des morts pour la patrie dans les manuels scolaires, on apprend davantage sur l’histoire du nazisme – comme c’est le cas, d’ailleurs, dans le tout de l’ouvrage de Keysers. Nombreux sont les morts glorifiés : les morts de la Grande Guerre, du putsch de Munich, de la Deuxième Guerre, etc.

9Les chapitres sur les glorifications sont très bien documentés, mais parfois l’auteur à tendance à se répéter. Cela est néanmoins la vertu de ce livre, puisque Keysers veut épuiser les exemples analysés.

10Pour ce qui est des cas particuliers, lorsque Keysers traite des manuels destinés aux écoles juives, il nous dévoile le contenu des instructions ministérielles et des programmes pour les écoles publiques durant le nazisme. On en apprend encore ici au sujet de la formulation des manuels, ouvrages rédigés conformément aux programmes du ministère de l’Éducation du pays, dont les textes sont censés être appliqués par les instituteurs dans leurs cours. Le ministère de l’Éducation du Reich préconisait « la concordance raciale entre maître et élèves » ; ses directives affirmaient qu’ « il va de soi qu’il est insupportable pour des écoliers et écolières allemands d’être assis avec des juifs dans la même classe » (p. 251). Devant cette situation, les manuels de l’enseignement privé juif, tels que So geht’s schnell, présentaient la Palestine comme un lieu très beau et intéressant, dans le but de « préparer les enfants à l’émigration encouragée par le bureau (Palestina-Treuhanstelle zur Beratung deutscher Juden), en 1936 » (p. 241).

11Étant donné que quelques territoires polonais ont été annexés à l’Allemagne pendant le IIIe Reich, Keysers analyse également un manuel (Wir lernen lesen) édité en 1941 à Bromberg, au nord de la Pologne. Des intentions de germanisation sont observées dans ce manuel.

12L’ouvrage s’achève avec un texte sur le rôle du tambour de lansquenet dans les manuels et dans les propagandes nazies, en montrant son importance militaire et son rôle dans « l’intoxication des esprits ».

13L’Enfance nazie nous apprend avant tout beaucoup sur l’histoire du nazisme. C’est une manière d’accéder aux faits historiques par le biais des manuels scolaires. De plus, on y apprend davantage sur les manuels scolaires d’une façon générale : parfois jugés comme de simples bouquins d’école, les manuels peuvent être lus comme un miroir d’une société dans une époque donnée.

Haut de page

Notes

1  L’Enfance nazie est le troisième ouvrage de Keysers « sur la relation des nazis à la culture et à l’éducation, instrumentalisées aux fins de propagande et d’endoctrinement et sur la manipulation de l’opinion publique » (préface de Baudis, p. 13), faisant suite à L’Intoxication nazie de la Jeunesse allemande (2011) et à Der Stürmer, instrument de l’idéologie nazie (2012).

2  À l’exemple de l’Université de Leipzig : http://www.uni-leipzig.de/fernstud/Zeitzeugen/zz123.htm.

3  La Jungvolk (synonyme de Pimpfe, à savoir la section des petits, de 10 à 14 ans) et la Hitler-Jugend (section des grands, de 14 à 18 ans) étaient les cibles de Hitler. Les enfants de moins de 10 ans ne sont pas ciblés par Hitler, mais l’école et les manuels commencent déjà à les préparer pour la suite (cf. p. 22-23).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniela Nienkötter Sardá, « Ralph Keysers, L’Enfance nazie. Une analyse de manuels scolaires (1933-1945) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 02 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/12686

Haut de page

Rédacteur

Daniela Nienkötter Sardá

Doctorante en Sciences du Langage à l’Université Paris Descartes, et membre du Laboratoire EDA (Éducation et Apprentissages – EA 4071)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page