Navigation – Plan du site

René Vautier, Afrique 50

Cécilia Gutel
Afrique 50
René Vautier, Afrique 50, Les Mutins de Pangée, 2013.
Haut de page

Texte intégral

1« Premier film anticolonial du cinéma français », « coup de tonnerre dans le paysage cinématographique français » de l’époque qui exaltait l’œuvre coloniale : voilà comment l’historien Alain Ruscio, spécialiste de l’histoire de la colonisation, définit le documentaire Afrique 50 de René Vautier, resté censuré jusqu’en 1996. Aujourd’hui, l’œuvre de René Vautier, pourtant « majeure dans l’histoire du cinéma » demeure « largement sous-estimée dans ce qu’elle couvre, dans ce qu’elle invente et en ce qu’elle fait exemple » souligne Nicole Brenez, historienne du cinéma. C’est pourquoi sa réédition en DVD par Les mutins de Pangée, dans la collection « Mémoire Populaire », mérite d’être valorisée en souhaitant qu’elle puisse obtenir la plus large diffusion possible.

2Le livret et les compléments vidéo (quatre entretiens filmés) qui accompagnent les films sont à considérer comme des préalables ou des approfondissements nécessaires à la compréhension et à l’appréciation de l’œuvre. Ils permettent en effet de saisir les aspects historiques et contextuels de la production de Vautier ainsi que le sens de son parcours biographique. René Vautier, ancien résistant et communiste, appartient à cette fraction de la population française de l’après-guerre qui nourrissait des convictions anticoloniales fortes. Le combat contre le racisme, loin d’être un idéal abstrait, s’imposait donc pour lui comme une priorité absolue. En prenant conscience de la haute responsabilité des images et de leur nécessaire autonomie face au pouvoir, Vautier a fait de sa caméra une arme. Alors qu’il était encore un jeune étudiant de l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques) à Paris, il a compris que le cinéma et sa production sont trop souvent au service du gouvernement. Un banal exercice de terrain lui fait choisir son camp, il s’affirme : « c’est de ce côté-là que je veux faire du cinéma ! ». Ce « côté-là », c’était le camp des antiracistes, le camp de ceux qui incarnaient cet idéal de liberté et d’humanisme qui mettait notre cinéaste en mouvement. Ses films sont restés à l’image de cet engagement : utiles et efficaces.

3Afrique 50 contient des images à la fois rares et précieuses ; la version finale du documentaire a été montée à partir d’un tiers seulement des bobines tournées en 1949, les deux autres tiers ayant été confisqués à Vautier par l’administration coloniale française. Avec sa touche singulière dans la sélection des images et des arguments, Vautier montre le système de la domination coloniale, sans détour, dans toute sa sauvagerie et son hypocrisie. Une voix-off accompagne les images en noir et blanc : elle accuse, dénonce, sans hésiter à mettre des noms sur les responsables des crimes et de l’exploitation perpétués. Le film a valu à Vautier une année d’emprisonnement.

4De Sable et de Sang, un film de Michel Le Thomas présenté en bonus, fait réapparaître Vautier dans un rôle de commentateur ému d’images tournées en 1987 en Mauritanie à Akjoujt. Entre les deux films, ce qui frappe, malgré les décennies qui séparent les deux tournages, c’est la pertinence du regard, de l’analyse et de l’engagement de Vautier. Si le système de domination politique a évolué dans ses formes (décolonisation, indépendance, etc.), ses rouages fondamentaux demeurent les mêmes : l’exploitation et la soumission docile mais contrainte des peuples dominés. Dans la même veine, le montage Sarkolonisation s’avère une illustration et une dénonciation osée de l’actualité d’une pensée française dans laquelle s’expriment des sursauts racistes et coloniaux à peine masqués.

5Le champ cinématographique ouvert par René Vautier semble avoir encore de beaux jours devant lui car les objets à documenter ne manquent pas. Par exemple, la « crise » et la « dette » peuvent être interprétées comme les nouveaux actes de la pièce dramatique de la colonisation, un « néo »-colonialisme qui brouille aujourd’hui les frontières entre le « nord » et le « sud », les pays dits « développés » et ceux dits « en développement ». Vautier a toujours été animé par une volonté de rendre la parole et la dignité à ceux qui en ont été privés. Ce projet ne prenait d’ailleurs sens que dans sa dimension collective : une union à inventer entre les différents peuples du monde. Au cours de l’un de ses voyages, Vautier avait offert l’une de ses caméras à un jeune mauricien, Hamid, qui s’intéressait au cinéma. Cette caméra a été retrouvée quelques années plus tard par les garde-côtes espagnols, après le naufrage d’un bateau transportant des « immigrés clandestins ». Nul ne verra les images tournées par ce jeune homme. Pourtant, elles étaient d’une grande valeur, ne serait-ce que par ce qu’elles représentaient... Mais cinquante ans après le tournage d’Afrique 50, quel chemin l’Europe a-t-elle parcouru ? Est-elle prête à sortir des discours policés pour enfin se confronter à ces témoignages bruts et incisifs sur notre réalité ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécilia Gutel, « René Vautier, Afrique 50  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/12694

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page