Navigation – Plan du site

Romuald Bodin, Sophie Orange, L’université n’est pas en crise

Émilien Schultz
L'Université n'est pas en crise
Romuald Bodin, Sophie Orange, L'Université n'est pas en crise. Les transformations de l'enseignement supérieur : enjeux et idées reçues, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2013, 213 p., ISBN : 978-2-36512-030-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Drucker-Godard et al., « Le ressenti des enseignants chercheurs : un conflit de valeurs », Gestion (...)

1Certes, à l’heure où partout en France des cris d’alarme sont poussés par les présidents d’universités au budget vacillant et que nombre d’enseignants-chercheurs se sentent écrasés par la multiplication des charges à assumer1, proclamer que « l’université n’est pas en crise » peut susciter chez certains lecteurs un sentiment d’indignation compréhensible. Un des rôles pourtant de la sociologie est de dépasser les évidences du sens commun et des discours attendus pour questionner non seulement leur bien-fondé mais aussi les termes dans lesquels le problème est posé. De la même manière que la rhétorique du « retard français » de la recherche a été pendant longtemps un des leviers de politiques publiques dirigistes, la « crise de l’université » occupe une place de doxa dans nombre de discours réformistes. À travers ce titre, les auteurs, tous deux sociologues, proposent « de se donner les moyens d’une analyse empirique de la situation actuelle et de l’évolution récente de l’enseignement supérieur en cherchant à rompre avec l’un des discours récurrents et les plus aveuglants à ce sujet : celui de la crise » (p. 7). Si « l’université n’en finit pas de mourir », de quelle maladie est-elle supposément frappée ?

2Les quatre chapitres de l’ouvrage s’appuient sur des enquêtes menées par les auteurs dans le cadre de différentes recherches, mais aussi sur l’exploitation extensive de statistiques nationales et académiques de l’enseignement supérieur. Ces données permettent d’offrir une vision plus large de la question de l’université et de dépasser ou nuancer certaines idées reçues. Sans prétendre à une quelconque exhaustivité de traitement, les auteurs présentent néanmoins une approche d’ensemble de la question et argumentent contre certains des préjugés qui constituent souvent le fond de commerce des discours sur le déclin de l’université. Après un premier chapitre consacré à la représentation duale de l’enseignement supérieur français qui radicalise les différences entre filières sélectives et non sélectives, les trois chapitres suivant s’intéressent aux trajectoires d’élèves, d’abord sous l’angle des débouchés, puis sous celui des situations d’abandon et d’échec, pour aborder finalement plus en détail la question des « nouveaux publics » qui mettraient en péril l’institution.

3De nombreux discours propagent l’image d’une université condamnée à recueillir les étudiants qui auraient échoué à l’entrée des filières sélectives : les classes préparatoires mais aussi les instituts universitaires de technologie (IUT) ou sections de techniciens supérieurs (STS). Cette asymétrie structurelle, au cœur d’un système français scindé en filières sélectives ou non, déboucherait sur la dévaluation de l’université, « non attrayante car non triante », et sur son invasion par ces « nouveaux étudiants », souvent issus des baccalauréats non généraux (technologiques et professionnels), inadaptés à l’enseignement universitaire. Pourtant, les auteurs soulignent qu’en considérant l’ensemble des filières sélectives sans se limiter aux filières prestigieuses comme les classes préparatoires, cette asymétrie s’évanouit. L’opposition dichotomique entre ces deux catégories ne résiste pas à une analyse plus fine de leur hétérogénéité interne, chacune étant segmentée en une multitude de filières au prestige inégal qui prévient tout jugement définitif, comme l’illustre l’écart de recrutement social pouvant exister entre les filières canoniques de Droit et celles plus récentes comme STAPS. La sélectivité d’une filière n’est que seconde par rapport à son « attractivité », perçue à travers les mécanismes de reproduction sociale qu’elle organise. Plutôt que de se focaliser sur la sélectivité, « la barrière ne fera pas le niveau », les auteurs réaffirment le rôle pluriel des parcours et la diversité des trajectoires : l’université n’est pas une copie ratée des parcours professionnalisant sélectifs.

4Mais sans cette sélection, l’université n’est-elle pas un choix d’orientation par défaut, condamnée par l’absence de motivation d’étudiants sans projet précis préfigurant échec et abandon ? Le deuxième chapitre s’attaque à l’idée répandue, souvent par le corps enseignant, d’une hiérarchie de choix donnant la priorité aux filières sélectives, synonymes d’une mûre réflexion sur l’avenir professionnel. S’appuyant sur l’étude des vœux d’orientation des lycéens, les auteurs soulignent que les étudiants à l’université sont plus nombreux à avoir un projet professionnel que ceux en classes préparatoires ou en IUT. Chiffres sur les taux de chômage à l’appui, ils s’attaquent ensuite à la rengaine classique qui fait de l’université une fabrique de chômeurs. Dénonçant le discours idéologique qui entretient ces représentations, les auteurs rappellent que celui-ci reflète surtout les contours de la rationalité « stratège » d’orientation des classes sociales privilégiées. Au-delà de la linéarité de ces parcours légitimes se trouve la diversité empirique des orientations qui diffèrent d’autant plus du parcours typique que le milieu social d’origine de l’étudiant est éloigné la culture universitaire. Dans ce contexte, les erreurs d’orientation, les changements de filière et les tentatives multiples gagneraient à être conçues comme un processus d’apprentissage des normes spécifiques de l’enseignement supérieur, et pas nécessairement comme un signe annonciateur du dérochage.

5C’est à ce mot-clé des discours réformistes de ces dernières années, le décrochage, que s’attaquent les deux chapitres suivant. Partant du constat d’un taux d’abandon quasi constant de 25 % sur plusieurs décennies, les auteurs font l’hypothèse que « l’abandon est un phénomène social qui s’explique par le social » (p. 112) inscrit dans la durée : « le phénomène est tout sauf nouveau et [il] se maintient indépendamment des transformations du profil des étudiants ou de leur vécu en premières années » (p. 116). Il s’agit donc d’ouvrir la boîte noire pour envisager les mécanismes à l’œuvre. Ainsi, accepter que l’espace universitaire soit un lieu ouvert de construction progressive des parcours, c’est aussi considérer comme normales des réorientations vers d’autres filières – réorientations qui apparaissent pourtant comme des décrochages au niveau des indicateurs. Néanmoins, les auteurs tempèrent cette relativisation du décrochage en rappelant que ces réorientations suivent largement les hiérarchies disciplinaires – les disciplines étant très inégales face au décrochage – et concernent principalement les étudiants moins favorisés sur le plan socio-économique. Le cas des « nouveaux étudiants », bacheliers technologiques et professionnels, permet de mieux saisir ces inégalités devant l’expérience universitaire. À travers des témoignages, les auteurs mettent l’accent sur le ressenti psychologique de ces étudiants face au décalage entre leur culture d’origine et les attentes qu’ils rencontrent en licence.

6Au final, que reste-t-il de la crise de l’université française ? Les auteurs réussissent à déconstruire le syntagme réifiant, invitant le lecteur à se défaire d’un jugement univoque et définitif sur l’université. Ils la re-qualifient comme espace « intermédiaire, diversifié et hiérarchisé, de circulation et de régulation, d’ajustement et d’expérimentation » (p. 192), usant des données statistiques nationales pour prendre une distance salutaire par rapport aux idées reçues. Cependant, l’ouvrage multipliant les entrées sur un sujet nécessairement vaste, son fil conducteur peut être quelquefois difficile à suivre quand, à l’argumentation contre la rhétorique de la « crise de l’université », se surimposent des éléments d’analyse sociale insistant sur les formes de dominations. C’est ainsi le cas du dernier chapitre qui se concentre plus sur la perception des étudiants « socialement dominés ». Par ailleurs, d’un point de vue théorique cette fois-ci, la réflexion est traversée par une tension latente entre l’analyse en termes de déterminisme social et des considérations sur l’autodétermination des étudiants. À ce titre, l’analyse du chapitre 3 sur le taux d’échec comme fait social pose une question importante mais apporte une réponse qui manque de convaincre pleinement, invoquant une explication par un déterminisme écrasant. Enfin, le lecteur ne peut s’empêcher de noter, traversant tout l’ouvrage, une certaine bienveillance envers l’université qui se voit confier un projet de démocratisation. Cette position semble pourtant difficile à concilier avec le portrait du dernier chapitre sur la violence symbolique qu’inflige toujours et encore celle-ci aux populations qui lui sont culturellement distantes, d’autant plus forte que la rationalisation des parcours limite les marges d’adaptation dont disposent ces étudiants. L’université ainsi dépeinte pourrait bien apparaître en crise par rapport à cette mission d’émancipation.

Haut de page

Notes

1 Drucker-Godard et al., « Le ressenti des enseignants chercheurs : un conflit de valeurs », Gestion et management public, n° 4, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Romuald Bodin, Sophie Orange, L’université n’est pas en crise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 novembre 2013, consulté le 27 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/12789

Haut de page

Rédacteur

Émilien Schultz

Doctorant en sociologie des sciences à l’Université Paris-Sorbonne (GEMASS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page