Navigation – Plan du site

Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale

Aurélie Le Floch
Paris sans le peuple
Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, coll. « Hors collection Sciences Humaines », 2013, 280 p., ISBN : 9782707171283.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre apporte un éclairage sur les évolutions récentes de Paris, caractérisées depuis quelques décennies par un embourgeoisement progressif des quartiers populaires, appelé « gentrification ». L’auteure, enseignante-chercheuse en géographie, étudie ce processus en s’appuyant d’une part sur une analyse statistique, d’autre part sur une enquête de terrain. Celle-ci a été menée entre 2004 et 2007, dans trois quartiers de la capitale « situés à différents stades de progression de la gentrification ». Elle a consisté à réaliser 80 entretiens semi-directifs et à exploiter 31 questionnaires, expédiés initialement à une centaine de foyers. Parmi les personnes enquêtées, figurent à la fois des acteurs publics et privés, des Français et des étrangers, des habitants des classes populaires et d’autres plus aisés, récemment arrivés dans les quartiers concernés. Par ailleurs, Anne Clerval a complété ses résultats d’enquête par une « observation régulière sur le terrain ».

2La première partie de l’ouvrage s’intéresse aux facteurs historiques qui ont favorisé, amorcé puis accéléré la gentrification de Paris, de la seconde moitié du xixe siècle aux années 1990. L’haussmannisation de la capitale est présentée comme le premier de ces facteurs, car elle a permis un embellissement et une revalorisation du centre-ville, encourageant le maintien de la résidence bourgeoise, ainsi que l’émergence d’un marché du logement spéculatif, basé sur la construction d’immeubles de rapport destinés aux bourgeois et petits-bourgeois. La désindustrialisation de Paris, dont les prémices remontent à la fin du xixe siècle, a provoqué quant à elle le départ progressif des ouvriers. Au cours du xxe siècle, ces derniers ont été remplacés par des cadres et des personnes exerçant des professions intellectuelles supérieures, sur fond de tertiarisation de la ville et de mondialisation, transformant Paris en un centre de décision économique international.

3Anne Clerval explique comment, depuis les années 1960, les politiques publiques ont parfois accompagné ces évolutions. En particulier, la rénovation subventionnée de certains quartiers populaires a entrainé la disparition de logements sociaux dits « de fait », relevant du parc privé, souvent suroccupés et dégradés. Or, cet habitat abritait une population modeste qui n’a pas toujours trouvé à se reloger sur place, notamment à cause d’un renchérissement global des loyers – dû à la revalorisation du quartier – et malgré l’accroissement significatif du parc de logement social parisien. Cependant, pour l’auteure, c’est surtout la déréglementation des loyers qui a été décisive dans l’accélération du processus de gentrification : à partir des années 1990, elle a permis la relance de la spéculation immobilière, empêchée auparavant par le contrôle des loyers instauré par la loi de 1948.

4La deuxième partie du livre se concentre sur la géographie du processus de gentrification parisien, mettant en évidence sa genèse et ses dynamiques spatiales « au niveau d’une rue ou d’un quartier », puis « à l’échelle de toute la ville » et de la région Île-de-France. Anne Clerval commence par rappeler les données historiques de la division sociale de l’espace parisien, partagé à partir du xviiie siècle entre un Ouest et un Sud bourgeois d’une part, un Est et un Nord populaires d’autre part. Elle étudie ensuite la « dynamique générale d’embourgeoisement de la population parisienne », qui vient modifier cette donne à partir des années 1980. Ce processus « se traduit de manière variée dans les différents quartiers de la ville », mais la gentrification est le mode d’embourgeoisement qui présente la plus forte ampleur, tant par son extension spatiale que par la part de la population parisienne concernée.

5Selon les quartiers, cette gentrification s’est appuyée sur la construction d’immeubles neufs ou sur la réhabilitation de l’habitat ancien. À la fin des années 2000, elle concerne la capitale dans son ensemble : le maintien des derniers quartiers populaires, essentiellement dans le Nord-Est parisien et la ceinture périphérique de la ville, s’explique par une concentration de logements sociaux, et par la persistance d’un parc important d’habitat ancien inconfortable et/ou dégradé. De plus, l’embourgeoisement de Paris modifie la mosaïque sociale régionale. En effet, avec la gentrification parisienne, les classes populaires voient leurs possibilités résidentielles se restreindre : elles ne peuvent désormais s’installer que dans certains espaces de la proche banlieue, ou dans des communes périurbaines éloignées du centre de Paris.

6En s’appuyant sur les résultats de son enquête de terrain, Anne Clerval expose ensuite le déroulement de « l’appropriation des quartiers populaires par les ménages gentrifieurs ». À l’échelle locale, celle-ci est conditionnée par la présence d’un bâti ancien disponible, offrant des logements plus abordables que d’autres quartiers parisiens. Cet habitat est souvent occupé en premier lieu par des artistes puis par des intellectuels précaires, suivis de « gentrifieurs plus fortunés » (cadres du privé, ingénieurs et professions culturelles au sens large), qui acquièrent un logement pour le réhabiliter. Si, en général, ces résidents participent à la gentrification de façon involontaire, ce mouvement est accéléré sciemment par les acteurs de l’immobilier et les commerçants, et progresse ensuite dans l’espace comme dans le temps. Ainsi, la gentrification s’est diffusée de l’Ouest parisien à l’ensemble des arrondissements de la capitale, d’abord sur la rive gauche dans les années 1960, puis sur la rive droite à partir des années 1990. Anne Clerval note que cette expansion continue s’ancre sur des « avant-postes » tels que les espaces verts ou d’autres lieux remarquables (butte Montmartre, Buttes-Chaumont, etc.). À l’inverse, elle est plus tardive dans les quartiers constituant une « centralité immigrée », comme celui de Château Rouge.

7La dernière partie du livre est dédiée aux « rapports sociaux de domination dans les quartiers populaires en voie de gentrification ». Anne Clerval y analyse d’abord le profil socio-culturel, les mentalités, les choix et modes de vie des « gentrifieurs », population assez hétérogène, mieux dotée en capital économique et culturel que les habitants des quartiers qu’elle investit. Pour l’auteure, cette « petite bourgeoisie nouvelle » se montre ambiguë par rapport aux classes populaires vivant déjà sur place : adoptant un discours qui valorise la mixité sociale, elle lui préfère en pratique l’entre-soi et l’évitement scolaire.

8Dans cette partie, Anne Clerval propose aussi une grille de lecture de la politique municipale à Paris depuis l’arrivée de la gauche en 2001, se demandant si cette politique vise à « maintenir ou lever les freins à la gentrification ». Dans cette optique, l’auteure se penche d’abord sur la relance de la construction de logements sociaux, ses effets et ses limites, puis sur la valorisation et la politique culturelle de la ville. Elle critique également l’usage de la notion de « mixité sociale » par la municipalité, qu’elle considère comme flou et ambigu.

9Enfin, le dernier chapitre du livre est consacré au regard porté par les classes populaires sur la gentrification de leurs quartiers. Anne Clerval décrit les habitants les plus modestes comme présentant des conditions de vie homogènes, mais des origines et des positions sociales variées. Ces différences engendrent, dans cette catégorie de population, des clivages « qui s’expriment en des termes identitaires ». Mises en avant dans les représentations que ces habitants ont de leur quartier, de telles dissensions faussent la perception du processus de gentrification en cours : soit celui-ci reste invisible, soit il est attribué aux pouvoirs publics. Sur le terrain, il entraine en tout cas une éviction des populations modestes hors de la ville, ou leur repli dans l’habitat inconfortable résiduel de Paris. Anne Clerval note aussi que la seule résistance durable et organisée, face à la gentrification, réside dans la « dynamique concurrente parallèle des nouveaux groupes immigrés comme les Chinois ». Ces derniers s’appuient en effet sur une « forte structuration communautaire », qui leur permet d’acquérir logements et commerces également convoités par les « gentrifieurs ».

10L’ouvrage d’Anne Clerval a le mérite de simplifier l’accès à des données connues, mais encore peu croisées entre elles, selon la problématique de la gentrification. Ainsi, le livre contribue à pallier « la relative absence de discours présentant et expliquant la gentrification dans les médias ou le champ politique et associatif », signalée par l’auteure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Le Floch, « Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 novembre 2013, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/12813

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page