Navigation – Plan du site

« Rires », Terrain n° 61

Pierre France
Rires
« Rires », Terrain, n° 61, septembre 2013, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 9782735116140.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hurley Matthew M., Dennett et Adams Reginald B., Inside jokes: using humor to reverse-engineer the (...)

1Objet rare dans les sciences sociales, le rire est le sujet à l’honneur dans ce précieux numéro de Terrain – à part dans la revue Humoresques qui est entièrement consacrée à ces questions, il est généralement absent des grandes revues de sciences sociales. Le rire est ici présent sous une forme théorique, d’abord, en particulier à travers l’extrait de l’ambitieux livre Inside Jokes1, mais l’aborde surtout dans une grande variété de terrains et de contextes : situations sociales où il est impliqué, corpus ou contenu (texte de blagues par exemple) à analyser, professions du rire. Les articles fournissent au passage un bilan de littérature bienvenu sur l’humour, montrant notamment comment certains textes classiques, de Mauss ou de Luhmann, ont abordé la question, et rappelant les concepts qui sont les plus communément utilisés (la parenté à plaisanterie par exemple est souvent évoquée).

  • 2 Qui n’est pas sans rappeler Madec Annick, « Rires et relations d’enquête », Ethnologie française, v (...)

2Si l’introduction souligne surtout les caractères psychologique, biologique et cognitif du rire (avec l’idée qu’il y a un enjeu à analyser les rires qui ne sont pas spontanés mais sociaux), et que le premier article en propose une théorie spécifiquement cognitive, les autres articles l’abordent plutôt en situation. En Chine d’abord, Hans Steinmüller montre les divers éléments qui font rire ses enquêtés et à quel point le « savoir-rire » y est un élément d’étiquette important, qui fait même l’objet d’un enseignement. Son article part du rire et du sourire en situation d’entretien et du sens à lui donner2, pour en venir à un propos plus central, à savoir l’utilité que peut avoir le rire pour gérer les hiatus entre les codes sociaux prescrits au niveau du Parti et les code sociaux locaux.

3À la Goutte d’Or ensuite, Stefan le Courant montre l’importance de l’identité dans les interactions comiques, les jeux de rôle, de dénégation et de négociation autour de celles-ci, et l’importance que l’humour peut avoir pour fluidifier les rencontres entre inconnus. Toujours dans cette thématique, Nelly Quemener retrace l’émergence et l’évolution de l’humour identitaire en France depuis Smaïn jusqu’au Jamel Comedy Club ; elle décrit le passage d’un humour du stéréotype « beur » (que ces comiques critiquent autant qu’ils les incarnent dans les médias) jusqu’à un jeu actuellement généralisé avec les identités, une « farce des différences ».

4Radu Umbres travaille de son côté sur un corpus de canulars et autres « chasses au Dahu », et plus spécifiquement sur la manière dont ces blagues s’appuient sur le différentiel de savoir qu’il peut y avoir entre un néophyte et un spécialiste, dans des environnements sociaux au langage et aux pratiques fortement codifiées : les canulars renforcent en retour la hiérarchie de cet environnement autour de la question du savoir.

5Abderrahmane Moussaoui donne enfin un grand nombre d’exemples de blagues qui circulaient en Algérie dans les années 1990, dans une période de violence. Son article montre particulièrement bien l’usage que l’on peut faire des blagues en tant que corpus. Dans son cas, les blagues sont une source de mémoire pour cette période, elles sont révélatrices d’un quotidien (couvre-feu), de la centralité des questions de virilité et de féminité, et enfin de l’hypocrisie et du double jeu inhérent à la situation de violence et d’incertitude.

6Ces articles sont complétés par deux autres, hors dossier. Le premier, de Virginie Rozée Gomez est consacré à la décision de recourir à un don de sperme pour des femmes seules, à leur manière de gérer à la fois un interdit légal et la force d’une norme dominante, mais aussi à leur profil socio-démographique. Le second, de Niko Besnier, sur les salons de coiffure aux îles Tonga, montre comment l’équilibre entre modernité et tradition est recréé dans ce contexte, via le puissant vecteur qu’est le corps, et plus spécifiquement ici les cheveux.

7Deux articles sont un peu à part dans cet ensemble. Il s’agit d’abord de celui de Pierre Clastres, reproduction d’un article de 1967, qui expose deux mythes et en explique les ressorts comiques pour les Indiens (la satire de figures très respectées, le chaman et le jaguar). Le texte est assorti d’un commentaire bienvenu qui permet de le resituer dans un certain contexte : son originalité à l’époque, notamment, mais aussi le fait qu’il ait été publié non pas dans une revue spécialisée mais plutôt dans Les Temps Modernes, tout à fait révélateur de la place, marginale, qu’occupent généralement les publications sur un tel sujet dans une carrière universitaire. Le second article, extrait de Inside Jokes, présente le cadre théorique posé par Matthew M. Hurley et ses coauteurs sur une théorie cognitive et évolutionniste du rire. Il s’agit notamment de trouver « les traits universels » de la situation d’amusement et de retracer l’émergence de ce phénomène dans l’évolution humaine. Comme l’introduction, cet article est porteur d’une interrogation sur la nature du rire extrêmement ambitieuse, peut-être trop pour que la seule reproduction de deux chapitres du livre suffise à bien comprendre leur démarche. Le résumé global de celle-ci est cependant présenté à la fin de l’article sous forme de vingt questions, et certaines pages sont passionnantes, notamment celles où les auteurs explorent à la fois les rapports différenciés des hommes et des femmes à l’humour, et la relativité culturelle du rire (p. 32-38).

8Finalement, il faut souligner la double lecture inévitable de ce numéro : la première, à laquelle il est difficile de résister au départ, et auxquels beaucoup d’éléments fournis intentionnellement par les auteurs poussent, est de le considérer comme un petit recueil destiné à rire. Si les blagues et les situations comiques étudiées fournissent la majorité de ces éléments, certains auteurs ont parfois aussi ajouté des commentaires ou des photos décalées.

  • 3 D’autres travaux ont justement montré l’utilité d’interroger directement ses enquêtés sur leurs rir (...)

9S’arrêter là serait toutefois une erreur, étant donné l’ambition d’ensemble de certains textes, et la problématisation que leur ensemble peut donner à cet objet trop délaissé : le rire apparaît au final comme un prisme très riche pour analyser des dynamiques plus couramment étudiées par les sciences sociales, comme le pouvoir, la hiérarchie et le rapport au savoir, la fermeture/ouverture d’espaces sociaux différenciés, la socialisation, etc. Une réserve toutefois tient à la tonalité volontiers fonctionnaliste que certains auteurs emploient dans tout ou partie du texte : le rire a une fonction cognitive pour Hurley et al., celle, cathartique, de résister à l’ordre établi pour Olivier Mongin, Pierre Clastres et Abderrahmane Moussaoui, celle de créer ou de recréer une communauté de connivences pour Hans Steinmüller, celle de renforcer la hiérarchie pour Radu Umbres. On peine à articuler toutes ces hypothèses, qui sont toutes intéressantes à défaut de pouvoir être réellement prouvées. Leur ensemble est de plus trop centré sur les fonctions intégratrices du rire au dépend d’exemples des « dysfonctions » et des conflits qu’il peut provoquer (évoqués brièvement dans l’introduction). Enfin, privilégiant un centrage sur la logique des textes (de blagues par exemple), et sur celles des situations, ces articles n’explorent pas du tout la question des intentions des blagueurs3, qui ne sont jamais interrogés, ce qui laisse parfois le rire quelque peu désincarné.

Haut de page

Notes

1 Hurley Matthew M., Dennett et Adams Reginald B., Inside jokes: using humor to reverse-engineer the mind, Cambridge, MIT Press, 2011.

2 Qui n’est pas sans rappeler Madec Annick, « Rires et relations d’enquête », Ethnologie française, vol. 32, no 1, 2002, p. 89‑94.

3 D’autres travaux ont justement montré l’utilité d’interroger directement ses enquêtés sur leurs rires : Flandrin Laure, « Rire, socialisation et distance de classe », Sociologies, vol. 2, n° 1, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre France, « « Rires », Terrain n° 61 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/12875

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page