Navigation – Plan du site

Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique 1852-1945

Camille Dorignon
La police de l'écriture
Philippe Artières, La police de l'écriture. L'invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2013, 184 p., ISBN : 9782707169372.
Haut de page

Texte intégral

1De nos jours la police de l’écriture fait bien davantage songer au style des caractères à choisir dans un traitement de texte qu’à une « délinquance graphique » telle qu’elle est décrite dans le dernier ouvrage de Philippe Artières.

  • 1 Artières Philippe, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture, Paris, Le (...)

2Ce livre prend place dans un triptyque en cours d’élaboration. Si l’historien, directeur de recherche au CNRS, s’est d’abord intéressé à la clinique de l’écriture1, il se concentre ici sur l’écriture « délinquante » et envisage de conclure avec un travail sur la formation de la valeur financière des documents écrits -et sur le personnage du marchand de manuscrits.

3Il s’agit d’une histoire française de l’écriture et de la lecture par la marge, dans une perspective foucaldienne. Philippe Artières ne s’intéresse pas à l’histoire scolaire, il ne vise pas l’élaboration d’une histoire des pratiques d’écriture mais celle d’une histoire « de la production d’un certain nombre de dispositifs […] fortement inscrits dans une histoire matérielle » (p. 16). Les écrits auxquels s’intéresse Philippe Artières sont manuscrits (graffitis, lettres anonymes), mais aussi imprimés (placards, affiches).

4L’écriture fait l’objet, essentiellement depuis le xvie siècle, de deux types de contrôles : a priori et a posteriori. Le contrôle a priori est celui de la censure, c’est le plus souvent un contrôle administratif. Ce contrôle intervient avant même que le texte ne soit porté à la connaissance de son public. Le contrôle a priori était celui que privilégiaient les régimes comme la monarchie ou l’empire.

5Le contrôle a posteriori est davantage un contrôle démocratique, souvent judiciaire. Il s’agit d’une prérogative de surveillance exercée après la publication. Des prérogatives d’autorisation préalable sont moins prévues par la loi, cependant les autorités de police s’assurent tout de même que l’écrit diffusé ne représente pas une menace à l’ordre public (via les procédures de déclaration préalable, ainsi l’affichage est soumis à cette procédure en 1891).

6Alors que l’alphabétisation progresse au xixe siècle, il est logique qu’un écrit populaire apparaisse. Populaire dans le sens où l’écrit n’est plus réservé ni symboliquement ni effectivement à une partie restreinte de la population française mais où il est devenu un outil manié par (presque) tous et toutes. Dans ce cadre se développent des journaux, des romans et des écrits qui sont populaires, en ce qu’ils s’adressent à une large partie de la population. Ces écrits populaires sont aussi ce qui est imprimé, affiché, écrit dans la ville (affiches publicitaires, politiques notamment) et qui génère parfois l’inquiétude des autorités. À mesure qu’elle s’introduit et s’impose non seulement dans la sphère privée mais également dans la sphère sociale, l’écriture devient objet de préoccupation pour le gardien de l’ordre. Ainsi ce regard sur un écrit potentiellement subversif, dérangeant, fait naître ce que Philippe Artières appelle « la police de l’écriture », c’est-à-dire un contrôle a posteriori d’une éventuelle délinquance scripturale. Ceci étant, cela ne veut pas dire qu’aucun régime de surveillance préalable ne subsiste.

7L’essai tente de montrer comment, « à un moment donné de notre histoire, des regards ont construit l’objet écrit », et plus particulièrement comment l'écrit devient l'objet d'un nouveau regard policier, et comment les pratiques, en retour, s’adaptent à ce regard qui se professionnalise.

8Trois grandes parties présentent d’abord la réglementation et la circonscription de l’écriture publique, puis la lutte contre la délinquance graphique et enfin la constitution d’un savoir policier sur l’écrit. Ces parties ont des bornes chronologiques extrêmes respectant celles du sous-titre du livre (rappelons-les : 1852-1945), mais entre celles-ci un certain enchevêtrement des limites chronologiques choisies a pour but de montrer comment les pratiques (du policier et du délinquant) interagissent les unes sur les autres.

9Dans la première partie, « Réglementer et circonscrire l’écriture publique », l’historien montre que l’écriture investit la ville : c’est un surgissement inattendu, qui s’incarne par exemple dans le recouvrement des palissades haussmanniennes de placards, affiches, graffitis en tout genre. Mais c’est aussi « l’explosion graphique de la Commune », qui fait suite à celle des affiches apposées lors des élections de 1848, auxquelles Alfred Delvau consacre un recueil évoqué par Philippe Artières. Les policiers, de facto, sont ainsi confrontés à davantage d’écriture. Le pouvoir va répliquer en imposant sa « reconquête urbaine », étudiée dans le dernier chapitre de cette partie : il s’agit de nommer les rues, de procéder à des inscriptions pour rappeler les « souvenirs locaux », de relever les symboles et témoignages de l’Histoire (il y a là l’émergence de la patrimonialisation de la cité)… Dans une même logique, la deuxième partie de l’ouvrage prolonge cette reconquête : il faut « lutter contre la délinquance graphique ». Concrètement, cette période (1871-1918) est celle de l’amélioration du dossier policier dans les commissariats, même si ce dossier reste sommaire, très imparfait, sans grande rigueur. Le policier reçoit davantage l’ordre d’enregistrer l’écriture « exposée » (graffitis, affiches notamment), par la description, la copie ou même l’arrachage (à des fins probatoires). Les policiers se font ethnographes, remarque Philippe Artières dans l’émission consacrée à La police de l’écriture sur France Culture2.

  • 3 Farcy Jean-Claude, Kalifa Dominique et Luc Jean-Noël (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe(...)
  • 4 Artières Philippe, « Ces lettres démunies de signatures. Représentations et pratiques sociales de l (...)

10La troisième partie est finalement celle qui répond explicitement au titre de l’ouvrage. Dans celle-ci, intitulée « Constituer un savoir policier sur l’écrit », l’historien examine la montée de l’expertise du policier dans l’identification et la comparaison des écritures manuscrites. Il faut dire que l’on sait que les policiers sont concurrencés à cette époque par les journalistes d’investigation dans la résolution des affaires criminelles, mais aussi par les médecins dont le rôle est grandissant avec l’introduction de l’expertise dans les tribunaux3 et bientôt par nombre d’experts plus divers. Cela rend possible l’émergence de figures telle celle d’Edmond Locard (1877-1966), pionnier de la criminologie. Son travail permet une amélioration du contrôle policier sur l’écrit, particulièrement sur les lettres anonymes, qui font l’objet d’un chapitre à part entière. L’auteur s’était déjà intéressé à la question de ces objets particuliers qui embrassent aussi bien les lettres de dénonciation que les lettres de menaces4.

11Bien que les extraits d’archives qui émaillent le livre soient passionnants, on peut être surpris bien souvent par l’alternance des points de vue, le chercheur passant de considérations très larges à l’exploration fine de la micro-histoire. Il le reconnaît et l’assume, mais le lecteur reste parfois surpris par ces changements de perspectives.

Haut de page

Notes

1 Artières Philippe, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 1998 ; rééd. Paris, La Découverte, 2013, compte rendu : http://lectures.revues.org/12614.

2 http://www.franceculture.fr/oeuvre-la-police-de-l-ecriture-de-philippe-artieres.

3 Farcy Jean-Claude, Kalifa Dominique et Luc Jean-Noël (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle. Acteurs, imaginaires, pratiques, Paris, Creaphis, 2007.

4 Artières Philippe, « Ces lettres démunies de signatures. Représentations et pratiques sociales de l’écriture anonyme fin de siècle », Sociétés & Représentations, n° 25, 2008/1, p. 157-170.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique 1852-1945 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 28 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/12877

Haut de page

Rédacteur

Camille Dorignon

Juriste en propriété intellectuelle - Bibliothèque CUJAS - Paris I, Service de documentation

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page