Navigation – Plan du site

Peter Boomgaard (dir.), Empire and Science in the Making. Dutch Colonial Scholarship in Comparative Global Perspective, 1760-1830

Igor Moullier
Empire and Science in the Making
Peter Boomgaard (dir.), Empire and Science in the Making. Dutch Colonial Scholarship in Comparative Global Perspective, 1760-1830, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Studies in the History of Science and Technology », 2013, 320 p., EAN : 9781137334015.
Haut de page

Texte intégral

1Le lien entre sciences et empires coloniaux a été affirmé avec force par de nombreux travaux historiques récents, au point que l’on parle désormais de « science impériale » pour désigner l’accumulation de savoirs médicinaux, géographiques ou botaniques faite par les pays européens sur leurs colonies. Cette approche est fortement inspirée par la sociologie latourienne de la science et met l’accent sur les dispositifs matériels de collecte des faits convergeant vers des capitales scientifiques. La France comme l’Angleterre ont été particulièrement bien étudiées de ce point de vue. Comment les Pays-Bas participent-ils à ce mouvement ? Sans avoir les mêmes moyens politiques, les Hollandais n’en sont pas moins à la tête d’un empire colonial étendu. L’ouvrage dirigé par P. Boomgaard se propose de leur appliquer l’hypothèse du « modèle impérial » en étudiant la période 1760-1830, marqué par de forts bouleversements politiques durant la période révolutionnaire et napoléonienne. Tiré des actes d’un colloque, il offre moins une synthèse globale qu’une série d’éclairages portant sur les différentes zones géographiques de la présence hollandaise.

2Les Hollandais apparaissent quasiment absents du paysage de la science coloniale au XVIIIsiècle. Ils ne figurent pas par exemple dans les expéditions scientifiques envoyées à travers le globe pour réaliser les observations astronomiques du passage de Vénus en 1761 et 1769, grand moment de mobilisation de la communauté scientifique internationale. Ce retard s’observe dans la majorité des domaines scientifiques. L'explication, selon Klaas van Berkel, est que le développement de la science au XVIIIe siècle repose largement sur les expéditions scientifiques. Les Pays-Bas continuent à avoir un bon réseau d’universités, mais n'ont pas d'académies sous patronage royal, comme la Royal Society anglaise ou l'Académie des sciences à Paris pour développer de nouvelles pratiques scientifiques. Des sociétés savantes sont créées dans la seconde moitié du XVIIIe  siècle, mais il faut attendre le règne de Louis Bonaparte pour que soit créé un Institut national, qui est ensuite soutenu à partir de 1814 par le roi Guillaume 1er. L’une des hypothèses de l’ouvrage est ainsi que le retard de la centralisation politique explique le retard scientifique, et que les transformations qui s’opèrent durant la période de l’occupation napoléonienne, poursuivies avec le rétablissement de la monarchie hollandaise, permettent de commencer à rattraper ce retard.

3La comparaison avec d’autres pays européens, rivaux des Hollandais en Asie du Sud-Est, illustre ce constat. L’Espagne mène une politique active d'expéditions scientifiques au XVIIIe  siècle, en partie en réaction contre l'expansion impériale française et anglaise. En 1792, l’expédition Malaspina est envoyée aux Philippines pour dresser des cartes plus sûres, mener une série de reconnaissances qui tout en poursuivant des buts géographiques ou botaniques, doivent aussi permettre de vérifier les points de fragilité militaire des possessions espagnoles. Les résultats ne sont publiés qu'en 1809, ce qui empêche l'Espagne d'en retirer tout le prestige scientifique, mais elle illustre bien la mobilisation des savoirs coloniaux, qui peut encore se faire en recourant à des réseaux internationaux : Malaspina est italien, l’un des naturalistes, Haenke, est tchèque. Cette dimension internationale de la communauté scientifique explique que des pays peuvent participer à la circulation des savoirs sans s'inscrire dans une dynamique de colonisation : c’est le cas des Allemands très présents dans les expéditions scientifiques durant la période.

4C’est surtout avec les Anglais que les interactions sont les plus fortes. Ceux-ci sont à la fois des rivaux, qui occupent certaines parties de l’empire hollandais, notamment Java et le Cap, dans la décennie 1806-1816. Mais ils fournissent aussi un modèle d’organisation ou de méthode scientifique. Le cas emblématique est celui de Thomas Raffles, gouverneur de Java dont il publie une histoire. Raffles inspire fortement le naturaliste Reinwardt, créateur d’un jardin botanique à Java. Raffles critique en revanche les archéologues hollandais et déplore leur étroitesse d'esprit leur politique de restriction de l'accès aux sites archéologiques. En retour, en 1919, l'archéologue Krom affirme que Raffles n'a fait que reprendre des travaux antérieurs postérieurs comme ceux du gouverneur Engelhard ou de Cornelius, et qu'il n'a pas découvert le temple de Borobodur en 1814 comme il l’a affirmé.

5L’Indonésie est le cœur de l’empire hollandais, et le seul où l’on peut parler selon les auteurs du volume d’un « Indies Enlightenment » autour de la figure du savant Radermacher (1741-1783). Cette renaissance se manifeste par la fondation de la Société savante de Batavia fondée en 1778. Elle se consacre, assez classiquement, aux arts dits « utiles », à l’agriculture et à la médecine notamment. Soutien de la Compagnie des Indes. Collections naturelles, statistiques. Le voyageur allemand Wollzogen constate lors de son voyage en Indonésie en 1790-92 la présence de nombreuses bibliothèques privées attestant de l’intérêt des élites coloniales pour la science. Les botanistes suédois Solander et Thunberg, membres des expéditions de Cook et Banks, séjournent longuement à Java. Un réseau de correspondants scientifiques se tisse ainsi, sans que l’on puisse aller jusqu’à considérer Java comme le centre d'impulsion d'un « projet impérial ». Le développement de celui-ci ne se fait véritablement que dans les années 1820 avec la création d'un Muséum d'histoire naturelle.

6Les contributions de l’ouvrage soulignent à ce titre les faiblesses de la science coloniale hollandaise durant la période considérée. À Surinam ou aux Antilles, l’activité scientifique est faible, exception faite de l’adaptation des techniques de polder pour la culture du sucre à Surinam. Sur la question de l’esclavage, les idées abolitionnistes ont peu d’impact avant 1840. Les connaissances et l’intérêt pour l’islam sont également minimes. Au cours du 19e, si l’Etat hollandais s'affirme comme le protecteur bienveillant des sites et de la culture javanaise, protégeant les temples religieux, ils n'hésitent pas à détruire des lieux de pouvoirs indigènes comme les kraton (palais).

7En matière d’ethnographie, l’accomplissement le plus remarquable est la description des Cafres publiée par Alberti en 1810. Ce dernier, militaire d’origine allemande, devenu administrateur, suit la méthode indiquée par Gérando dans son texte fondateur de 1800, Observations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages et mène une description méthodique des modes de vie des tribus Xhosas avec lesquelles il a eu à négocier durant son mandat.

8Chaque chapitre s’accompagne d’une bibliographie qui permet de replacer les sujets traités dans le riche champ de l’histoire des sciences. Empire and Science in the Making présente au total un bilan nuancé et honnête de la science coloniale hollandaise au début du XIXe  siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Moullier, « Peter Boomgaard (dir.), Empire and Science in the Making. Dutch Colonial Scholarship in Comparative Global Perspective, 1760-1830 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 décembre 2013, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/12957

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page