Navigation – Plan du site

Bard Christine, Pavard Bibia (dir), « Femmes outsiders en politique », Parlement[s] (2013, n° 19)

Sarah Guillemet
Femmes outsiders en politique
Christine Bard, Bibia Pavard (dir.), « Femmes outsiders en politique », Parlement[s], n° 19, 2013, 200 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 978-2-343-01411-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Outsider : défini dans le double sens “d’étranger au groupe” qui transgresse les normes dominante (...)

1Le dossier de cette revue consacré au statut d’outsider des femmes en politique, dirigé par les historiennes Christine Bard et Bibia Pavard, se démarque par son caractère doublement innovant, au croisement des méthodes de la science politique et de l’histoire contemporaine. D’une part en effet, il retraverse les nombreuses recherches sur les femmes et la politique en France qui, au prisme du genre, ont porté la focale sur les causes de la sous-représentation des femmes, les ressources et les obstacles ayant structuré et structurant leurs carrières et leurs trajectoires en politique : elles les travaillent à partir de leur historicité, qui se déploie dans une période longue courant du début du XXe siècle jusqu’à nos jours, pour saisir l’évolution des significations accordées à la « marginalité féminine » (p. 12). D’autre part, le dossier fait le choix de les analyser au prisme du concept « d’outsider »1.

  • 2 Erving Goffman, L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002 (1977).

2 Cet emprunt au concept d’Howard Becker s’inscrit dans la volonté de dépasser les objectivations d’un ordre politique et social genré, et d’une sexuation de la profession politique, pour mieux mettre en lumière le processus de paramétrage de la norme et de l’exception. En effet, analyser le processus de co-construction de l’étiquette de déviant-e - produite tant par l’identification que par l’interaction - apporte un nouvel éclairage sur les trajectoires des femmes en politique. Par l’inscription de leur approche dans la perspective de l’interactionnisme symbolique, les deux historiennes s’intéressent à la perception par les outsiders de leur propre stigmate, et des ressources et des obstacles que celui-ci peut représenter. Elles s’intéressent également au sens affecté à leurs relations et à leurs stratégies de contournement ou de retournement du stigmate. S’appuyant sur la définition goffmanienne du genre comme « savoir être social »2, les deux auteures soulignent alors l’importance d’articuler ce stigmate avec ceux de classe, de race, d’âge et de sexualité, dans une dimension individuelle fondamentale. Elles présentent le statut particulier des femmes en politique, celui d’être étrangères à un groupe dominant. Ce groupe maintient en effet un entre-soi masculin et une sexuation de la profession politique par le monopole de règles et de normes qui lui sont propres. Les auteures s’interrogent sur la conscience qu’ont les outsiders des mécanismes à l’origine de leur discrimination, et sur l’élaboration possible de stratégies de retournement.

3 Le présent dossier est ainsi composé de six études de cas, témoignant de la pluralité des trajectoires de femmes outsiders en politique, dans une approche doublement enrichie par l’intersectionnalité et la méthode comparative. L’ensemble interroge le caractère potentiellement structurel du statut d’outsider des femmes, exclues de la vie politique aussi bien en tant qu’électrices qu’en tant élues (discriminations dans la compétition électorale et la vie politique). De fait, si certaines femmes (très éduquées, issues de la classe bourgeoise, avec de fortes ressources) parviennent à réaliser une carrière durable en politique - notamment grâce aux réseaux -, elles restent cependant marginales dans les organisations dont la composition est majoritairement masculine. A ce titre, la France apparaîtrait comme l’archétype d’un paradoxe criant : alors qu’elle fonde en théorie la citoyenneté sur un principe universel, celle-ci se traduit en pratique par un processus d’exclusion d’une partie de ses citoyen-ne-s, fondé sur le critère du sexe. Cependant, la comparaison avec l’histoire italienne éclaire l’existence d’une matrice commune aux « pays latins » dont l’organisation sociale et politique s’articule avec le catholicisme comme religion dominante, comme en témoigne l’article de Magali Della Sudda. L’historienne porte la focale sur l’entrée des italiennes en politique au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, et s’interroge sur les stratégies élaborées par les outsiders pour entrer durablement dans un champ jusque-là monopolisé par un entre-soi masculin. Par son étude de cas sur l’Union des femmes d’Action catholique italienne (UDACI), l’auteure met en lumière le rôle fondamental joué par cet organisme dans l’offre de ressources et la formation civique des outsiders, leur permettant de s’intégrer dans des réseaux alternatifs déterminants pour entamer leur carrière politique.

4Outsiders au sein d’organisations partisanes elles-mêmes outsiders, les femmes semblent élaborer des stratégies de retournement toutes autres. La singularité de ces trajectoires est notamment mise en lumière par Camille Cléret dans son étude de cas sur les femmes – ou « demoiselles à dot » - au sein de l’Action Française. Militantes au sein d’une ligue observant le respect rigoureux de la séparation des sexes et souffrant d’injonctions permanentes de la part de leurs camarades masculins, les femmes de l’Action Française participent cependant pleinement à la vie de la ligue et en portent les revendications, dépassant ce paradoxe. Par le rappel de leur « identité raciale » à travers un discours xénophobe, certaines militantes de l’Action Française, comme Hélène Dorty, retournaient alors le stigmate de leur genre et justifiaient leur participation au politique, en rehaussant leur appartenance à une même communauté.

5Dans le cas de sociétés où le politique a fait l’objet d’un processus de « pilarisation », l’intégration dans des réseaux semble déterminante. Valérie Piette (« Des difficultés d'être outsiders dans le paysage politique belge : de la bonne ménagère à Miss Flandre ») révèle en effet comment le suffrage féminin, puis le soutien à l’entrée des femmes en politique, ont fait l’objet d’une instrumentalisation par les partis politiques, s’en servant comme d’une arme. L’auteure met en lumière la problématique de l’existence de « piliers » (regroupant des partis politiques aussi bien que des associations), qui déterminent les carrières et les insertions dans les organisations partisanes. Dès lors, privées des ressources, des formations et des insertions dans les sphères tributaires de ces piliers, l’historienne dévoile le double handicap des femmes belges. Elle interroge alors le statut même d’outsider des femmes belges : peuvent-elles être de réelles outsiders, dans la mesure où elles sont instrumentalisées par les partis politiques ?

6Cependant, l’historicisation de ces trajectoires dévoile un outil possible de retournement du stigmate : celui des situations de crise politique. En effet, ces crises politiques se présentent, dans certaines conditions, comme le moyen pour des « profanes » de la politique d’initier leur carrière en étant érigées comme figure d’un renouveau politique. C’est ce que met en lumière l’étude de cas de Catherine Achin sur des femmes politiques d’Allemagne de l’Est, au moment de la réunification qui montre l’opportunité offerte par une situation de crise politique pour redéfinir les normes de genre. Un retournement du stigmate peut alors s’effectuer, comme l’ont expérimenté les féministes radicales Petra Bläss et Christina Schenk, ou encore la députée modérée Sylvia Voss. Ce retournement du stigmate est également mis en lumière par l’article de Stéphanie Guyon, éclairant les trajectoires de députées guyanaises telles que Christiane Taubira ou Chantal Berthelot souffrant de stigmates pluriels (genre, extérieures aux réseaux politiques...). La carrière de Marie-France Garaud, mise en lumière par Sabrina Tricaud, montre également comment le stigmate peut, sous l’effet de stratégies de retournement, devenir une ressource au service de l’ascension des femmes en politique. Toutefois, ce retournement durable du stigmate semblerait souffrir, selon les différentes auteures des contributions, d’une limite intrinsèque : celle de son double retournement possible, ou « salto du stigmate » (l’expression est de Catherine Achin et Marion Paoletti, dans un article justement intitulé « Le “salto” du stigmate. Genre et construction des listes aux municipales de 2001 »). En effet, l’emprise des partis serait décisive tant sur la sélection du personnel que dans le recrutement politique et la gestion des carrières. De fait, la définition d’une identité politique durable des outsiders semble contrebalancée par la force de la « normalisation partisane ». De plus, si les politiques de parité des années 2000 nourrissaient l’espoir d’un possible retournement du stigmate, il est nécessaire de rappeler l’absence des femmes homosexuelles en politique. Une absence qui interroge quant à la question d’un double statut d’outsider possible des lesbiennes en politique, appelant à repenser les notions de trajectoire et de carrière politique.

7 Ainsi, à la lumière de la combinaison de ces six études de cas, ce dossier propose une perspective d’analyse novatrice dans l’étude des trajectoires des femmes en politique, croisant les méthodes de l’histoire politique et de la science politique. Les deux auteures, par leur choix d’articles, rappellent que si l’éclairage au prisme du genre est fondamental, il doit être articulé avec la perspective de l’intersectionnalité.

Haut de page

Notes

1 « Outsider : défini dans le double sens “d’étranger au groupe” qui transgresse les normes dominantes en vigueur et/ou de transgresseur estimant que ses juges et leurs normes ne sont pas légitimes, qu’ils sont étrangers à son univers » (Howard S. Becker, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, p.25).

2 Erving Goffman, L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002 (1977).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Guillemet, « Bard Christine, Pavard Bibia (dir), « Femmes outsiders en politique », Parlement[s] (2013, n° 19) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/13017

Haut de page

Rédacteur

Sarah Guillemet

Master Recherche Science Politique, Mention Sociétés, Pouvoirs et Représentations, Sciences Po Bordeaux.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page