Navigation – Plan du site

Catherine Volpilhac-Auger, Un auteur en quête d’éditeurs ? Histoire éditoriale de l’œuvre de Montesquieu (1748-1964)

François-Ronan Dubois
Un auteur en quête d'éditeurs ?
Catherine Volpilhac-Auger, Un auteur en quête d'éditeurs ? Histoire éditoriale de l'oeuvre de Montesquieu (1748-1964), Lyon, ENS Éditions, Institut d'histoire du livre, coll. « Métamorphoses du livre », 2011, 444 p., ISBN : 978-2-84788-241-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Philip Stewart, Éditer Rousseau. Enjeux d’un corpus (1750-2012) : http://lectures.revues.org/9626.
  • 2 Stéphane Rolet, Béatrice Didier et Jacques Neefs, Composer, rassembler, penser les « œuvres complèt (...)

1Depuis quelques temps, les études d’histoire éditoriale fleurissent et un certain nombre d’entre elles sont dédiées aux grandes figures littéraires du XVIIIe siècle francophone, particulièrement sujettes à réinterprétations au fil de l’histoire (post-) révolutionnaire. J’avais déjà eu l’occasion de présenter ici l’ouvrage de Philip Stewart consacré à l’œuvre de Rousseau1 et l’ouvrage collectif dirigé par Stéphane Rolet, Béatrice Didier et Jacques Neefs2, qui évoque nombre de problèmes liés à l’édition d’œuvres complètes. C’est un semblable parcours que propose Catherine Volphillac-Auger, avec la collaboration de Gabriel Sabbagh et Françoise Weil, participant ainsi aux deux domaines de réflexion plus vastes que sont la variabilité des textes classiques et la gestion des dispositifs éditoriaux.

2Le parcours adopté par l’auteure est chronologique. En quinze chapitres, elle développe une histoire qui s’étend des premières éditions, souvent méconnues, de L’Esprit des Lois, à l’édition dite « Intégrale » de 1964. Cette histoire se divise en trois temps : d’abord celui des premières éditions, qui fondent les traditions pour les siècles à venir, ensuite celui des difficiles tentatives d’extension du corpus à partir de la mort de l’auteur et enfin celui des tentatives d’œuvres complètes, à partir du bicentenaire de la naissance de Montesquieu, en 1889, et de l’ouverture des archives familiales. Histoire à la fois bien connue, parce que souvent racontée, mais prisonnière de légendes bibliographiques que l’enquête aspire, sinon à corriger, car les faits ne sont pas toujours aisés à établir, du moins à mettre en doute.

3Les premiers temps sont naturellement les moins faciles à éclairer : l’éloignement historique a fait disparaître les documents et les légendes ont eu le temps de s’ancrer. C’est ce que constate l’autrice en s’appuyant principalement sur l’histoire complexes des premières éditions de L’Esprit des Lois qui, en quelques années, se multiplient. Il est possible néanmoins d’en établir la chronologie précise et, surtout, le degré de proximité avec l’auteur, en comparant différents errata qui circulent alors. Dès le début, le texte de L’Esprit des Lois est instable et les éditions pirates ne sont pas toujours les plus éloignées de l’auteur. À cela il faut ajouter le rôle trouble de Jacob Vernet, auteur d’importantes corrections et d’agencements du texte : éditeur scientifique quand Montesquieu ne le voudrait qu’éditeur matériel, il paraît loin de l’intermédiaire que le philosophe aurait souhaité.

4Ce sont sur ces bases déjà assez peu solides que les éditions posthumes vont se construire. Elles ne peuvent jamais être des éditions complètes : non seulement les archives de Montesquieu sont très tôt fermées aux libraires mais les libraires eux-mêmes hésitent à publier les textes qu’ils obtiennent, lorsqu’ils les jugent soit trop licencieux, soit contraires à l’image de Montesquieu que les circonstances exigent. Tantôt Philosophe digne de l’hommage de d’Alembert, tantôt homme tempéré, passé les grands éclats des premières époques de la Révolution, Montesquieu change de visage et les éditions successives doivent s’y adapter. De temps à autre, des textes réapparaissent, ouvrages mineurs qui comblent l’impatience du lectorat ou, comme les Pensées, fragments d’un ensemble plus vaste encore à publier. Au dix-neuvième siècle, l’ouvrage connaît ainsi une succession de rééditions commerciales qui, alors que l’accès aux manuscrits est presque impossible, complètent péniblement, lentement et médiocrement le corpus existant. Il faut attendre l’édition Laboulaye, à partir de 1875, pour que se mette en place une véritable entreprise scientifique.

5Les choses changent lorsque, en 1889, les archives sont enfin ouvertes et révèlent une masse manuscrite assez considérable. Si certains de ces manuscrits sont déjà mis en ordre, d’autres, comme la correspondance, appelée à prendre peu à peu une place importante dans les œuvres complètes, doivent être entièrement travaillés. C’est la Société des Bibliophiles de Guyenne qui s’empare le plus efficacement de ces documents importants, à partir de 1891. Les modalités de ces éditions ne sont pas toujours très claires cependant et les débuts sont difficiles. À vrai dire, tout au long du vingtième siècle, les éditions complétées, complètes ou intégrales, seront rarement à la hauteur de leurs ambitions affichées. Il faut à cela ajouter que les éditions de bonne facture ne sont pas toujours les plus diffusées : ainsi l’Intégrale de 1964, dont Catherine Volphilhac-Auger signale les options douteuses, connaît une grande popularité, au détriment d’éditions concurrentes de meilleure tenue.

6La précision et l’exhaustivité de l’enquête bibliographique proposée par l’autrice devraient satisfaire tous les lecteurs désireux d’obtenir des informations précises et fiables sur l’histoire éditoriale de Montesquieu, y compris dans ses détails les plus érudits. En constante discussion avec les autres travaux bibliographiques consacrés, depuis le début du vingtième siècle, au même auteur, l’ouvrage offre aussi de précieux passages de réflexivité dont l’utilité méthodologique est indéniable : toute personne désireuse d’entamer une semblable enquête sur un auteur différent profitera donc de la lecture de ce travail exemplaire.

7Pour les lecteurs les moins spécialisés cependant, c’est-à-dire les moins familiers de l’histoire éditoriale en général et de l’œuvre de Montesquieu en particulier, cet ouvrage sera vraisemblablement d’un abord ardu : les analyses de détail et l’érudition bibliographique le rendent moins accessible que les récentes enquêtes de même objet citées au début de cette note, qu’il est ainsi souhaitable d’avoir d’abord consultées, avant d’entamer cette lecture plus exigeante.

Haut de page

Notes

1 Philip Stewart, Éditer Rousseau. Enjeux d’un corpus (1750-2012) : http://lectures.revues.org/9626.

2 Stéphane Rolet, Béatrice Didier et Jacques Neefs, Composer, rassembler, penser les « œuvres complètes » : http://lectures.revues.org/10130.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Catherine Volpilhac-Auger, Un auteur en quête d’éditeurs ? Histoire éditoriale de l’œuvre de Montesquieu (1748-1964) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/13032

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page