Navigation – Plan du site

Irène Pereira, L'anarchisme dans les textes. Anthologie libertaire

Jacques Ghiloni
L'anarchisme dans les textes
Irène Pereira, L'anarchisme dans les textes. Anthologie libertaire, Textuel, coll. « Petite encyclopédie critique », 2011, 144 p., EAN : 9782845974098.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Grammaire : « ensemble de règles permettant aux acteurs de faire converger leurs jugements et leurs (...)

1En septembre 2010 Irène Pereira a publié un livre, dont nous avons rendu compte pour Liens Socio, sur Les grammaires de la contestation (un guide de la gauche radicale). Sa grille d’analyse était inspirée par la sociologie pragmatique, et l’auteure se servait de la notion de grammaire1 afin d’analyser la cohérence des discours et les pratiques des acteurs. Dans cette anthologie commentée consacrée à l'anarchisme, Irène Pereira mobilise également la notion de grammaire. Les textes sélectionnés sont des écrits théoriques et c'est par leur confrontation que l'auteure souhaite présenter les différences théoriques et pratiques au sein des multiples tendances de l’anarchisme. Elle distingue trois courants principaux de l’anarchisme : le courant de lutte des classes, celui de l’humanisme libertaire et celui de l’anarchisme individualiste. Ce découpage donne la structure du livre, les textes des auteurs anarchistes étant regroupés en fonction de leurs grammaires. Le premier chapitre est toutefois consacré à Pierre-Joseph Proudhon, l’auteur étant en quelque sorte la matrice dont seront issues les trois tendances de l’anarchisme. Au travers d’extraits d’œuvres de Proudhon, Irène Pereira montre qu’on peut le considérer comme un précurseur du pragmatisme philosophique. Les autres textes rappellent les analyses connues sur la propriété, la religion, l’État, les élections, le mutualisme ou encore le fédéralisme. Le deuxième chapitre s'intéresse à la grammaire du communisme libertaire, les anarchistes pour la lutte des classes. Il existe à l’intérieur de cette tendance des conceptions différentes – syndicalisme révolutionnaire, anarcho-syndicalisme, plateformisme – mais qui, toutes, font référence à l’antagonisme polarisé des classes économiques au sein du capitalisme. On trouvera dans ce chapitre des textes de Bakounine sur la grève générale, de critiques des marxiens. On trouvera également des textes d’auteurs appartenant aux différents courants classistes : Pierre Monate, Pierre Besnard, Errico Malatesta ; des textes sur les pratiques syndicalistes : Fernand Pelloutier, Émile Pouget. Le troisième chapitre a pour objet la grammaire de l’humanisme libertaire. On trouve dans ce courant des anarchistes dont le projet de société, l’action, ne repose par sur le communisme autoritaire, mais sur une conception morale et humaniste de l’anarchisme, ses combats mettant l’accent en premier lieu sur la lutte contre l’autorité, étatique et religieuse plutôt que la lutte contre le capitalisme. On y trouve des textes sur « l’humanisphère » de Joseph Déjacque, sur le naturalisme évolutionniste de Gaston Leval, de Pierre Kropotkine (l’entr’aide, la morale anarchiste, la lutte contre le principe d’autorité) et d’Élisée Reclus (morale naturaliste anarchiste, lutte contre les religions). On trouve également deux écrits de Kropotkine sur le projet de société anarcho-communiste : le communalisme, la fédération de communes et la « prise au tas ». Le dernier chapitre est consacré à la grammaire du courant individualiste. Celle-ci est plus confuse, et les textes s’y rapportant partagent ce même défaut. Après les écrits classiques de Max Stirner, et ceux un peu moins connus de Bellegarrigue, on trouve un extrait de Nietzsche, un texte critique de Gaston Leval, une critique de l’illégalisme ou encore des exposés sur le nudisme, le frugivorisme et l’amour libre. Le texte d’E. Armand, toutefois, montre bien le projet de l’anarchisme individualiste, qui est d’agir sur les mentalités, par l’exemple, plutôt que de s’attaquer aux structures économiques et politiques de la société. Ce nouveau livre d’Irène Pereira est, comme le précédent, une synthèse dynamique et efficace. Cet ouvrage permet d’avoir une présentation en 140 pages des différentes grammaires anarchistes à partir de textes d’auteurs, chaque auteur, ou texte, étant accompagné d’une mise en contexte historique et théorique. Pour les lecteurs peu familiers avec cette pensée, ce livre permet d’avoir une première approche de l’anarchisme au travers de ses principaux auteurs, pour les autres, il permet de relire des textes au travers d’une grille d’analyse nouvelle.

Haut de page

Notes

1 Grammaire : « ensemble de règles permettant aux acteurs de faire converger leurs jugements et leurs actions en partant de leurs expériences et du rapport qu’ils entretiennent à l’expérience », Mohamed Nachi, Introduction à la sociologie pragmatique, Armand Colin, 2006

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Ghiloni, « Irène Pereira, L'anarchisme dans les textes. Anthologie libertaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 mars 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/1314

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page