Navigation – Plan du site

Maria Vasconcellos, Philippe Bongrand, Le système éducatif

Thomas Vroylandt
Le système éducatif
Maria Vasconcellos, Philippe Bongrand, Le système éducatif, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2013, 126 p., 1ère éd. 1993., ISBN : 978-2-7071-7750-6.
Haut de page

Texte intégral

1Face à la complexité actuelle du système éducatif français et aux innombrables débats que suscitent les différentes réformes promues par les ministres successifs de l’Éducation, ce livre offre une synthèse de qualité qui permet de se repérer et de prendre une certaine distance intellectuelle, préparant à la réflexion. Cette cinquième édition1 reprend les éléments des précédentes en actualisant les chiffres et les débats. L’ouvrage vise à : « fournir une description aussi complète que possible de l’organisation et du fonctionnement du système d’enseignement en France, tout en mettant en lumière les orientations récentes » (p. 3). De plus, ce livre introduit aux débats et questions classiques de la sociologie de l’école.

2Le traitement du système éducatif français est exhaustif, depuis l’enseignement préscolaire jusqu’à l’enseignement supérieur, le tout dans une optique qui tente de mettre au jour les différents moments historiques ayant contribué à bâtir cet objet qu’est le système éducatif français. Chaque chapitre présente une rapide revue statistiques des effectifs de chaque niveau. Cette question des chiffres de l’éducation est même assez importante pour que les auteurs lui consacrent un chapitre dans son entier. Les cinq premiers chapitres servent ainsi à faire le point sur l’histoire et l’état du système éducatif français et fourniront des éléments à toute personne, sociologue, étudiant, professionnel de l’éducation ou autre, pour comprendre le système actuel et la façon dont il s’est façonné dans une histoire plus ou moins lointaine. La présence d’une chronologie et d’un dictionnaire des sigles du système éducatif en fin d’ouvrage apportent des compléments bienvenus à la présentation de ce système complexe.

3Empruntons aux auteurs quelques chiffres, pour en illustrer l’importance : « Afin d’assurer l’enseignement auprès de 15 millions d‘élèves, étudiants et apprentis, soit 23% de la population française, le système éducatif emploie un million de professionnels, soit un actif sur 18 et mobilise 135 milliards d’euros de dépenses annuelles, soit 7% du produit intérieur brut » (p. 16).

  • 2 Duru-Bellat Marie, Van Zanten, Agnès, Sociologie de l’école, (4e édition), Paris, Armand Colin, col (...)

4Le dernier chapitre est certainement le plus important d’un point de vue sociologique puisqu’il sert à introduire les grands débats de la sociologie de l’école et à en montrer l’importance. On peut certes regretter que ce chapitre ne soit qu’une introduction, mais cela fait partie de la nature même de l’approche des auteurs. Les lecteurs souhaitant pousser plus loin leur réflexion sur les questions abordées dans ce chapitre pourront trouver dans les quelques points suivants des références le leur permettant. Elles sont issues pour la plupart de la bibliographie de l’ouvrage. On ne saurait tout d’abord que conseiller de se reporter à la Sociologie de l’école de Duru-Bellat et Van Zanten2.

  • 3 Merle Pierre, Les notes. Secrets de fabrication, Paris, PUF, Coll. Éducation et société, 2007.
  • 4 Van Zanten Agnès, Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales, Paris, Puf, coll. (...)
  • 5 CÉREQ, « Des emplois plus qualifiés, des générations plus diplômées : vers une modification des nor (...)

5Parmi les questions essentielles figure celle de l’orientation scolaire, qui prend une place de plus en plus importante au fil du XXème siècle, entre autres du fait de la massification scolaire. L’orientation scolaire a pour objectif de mettre en meilleure concordance l’enseignement et le marché du travail. Les auteurs rappellent toutefois que cette orientation reste soumise, du fait de l’utilisation du simple critère des résultats scolaires, chargés de nombreuses inégalités sociales3. Cette question se nourrit des débats déjà anciens entre Bourdieu – avec La Reproduction (1970, en collaboration avec Passeron) – et Boudon – dans L’inégalité des chances (1973), renouvelés plus récemment par le livre de Van Zanten qui met au jour les stratégies utilisées par les familles pour que leurs enfants bénéficient des meilleures orientations4. Le pendant de la question de l’orientation est celle de l’insertion professionnelle, à propos de laquelle les auteurs s’appuient sur une enquête5 du CÉREQ (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) qui recontextualise l’enjeu central qu’est le rendement des diplômes – un diplôme plus élevé facilite globalement l’accès à l’emploi, même si certaines exceptions existent.

  • 6 Robert Bénédicte, Les Politiques d’éducation prioritaire. Les défis de la réforme, Paris, PUF, 2009
  • 7 Lahire Bernard La Raison scolaire. École et pratiques d’écriture, entre savoir et pouvoir, Rennes, (...)

6Concernant l’échec scolaire, défini comme « […] l’ampleur, [les] causes ou [les] mécanismes des difficultés que rencontrent des élèves pour satisfaire aux attentes du système éducatif » (p. 86), il apparaît fortement corrélé aux inégalités sociales et culturelles, comme l’a montré la grande enquête de Girard et Bastide en 1962 et de nombreux travaux par la suite. On accuse souvent l’inadéquation de certains élèves aux attentes du système scolaire d’être issue du « handicap socioculturel » que le système scolaire est censé combler. De plus, « l’effet Pygmalion » (une attitude progressive envers des enfants perçus comme doués, qui contribue à les faire progresser) rappelle la responsabilité des enseignants, et de la manière dont ils perçoivent leurs élèves, dans la formation de l’échec scolaire. D’une certaine manière, l’échec scolaire est donc le signe que le système éducatif a failli à l’un de ses objectifs primaires : celui de permettre à tous de réussir. Le mouvement de territorialisation des politiques éducatives avec la création en 1981 des ZEP (zones d’éducation prioritaires) conduit la sociologie à s’interroger sur l’efficacité de telles politiques, comme le fait Bénédicte Robert6. On peut toutefois remarquer que les débats récents autour de la concurrence entre espaces locaux sont mentionnés par les auteurs, signe qu’ils ont pris en compte les développements récents sur cette question et ont replacé la politique des ZEP dans le cadre plus large d’une articulation entre l’espace local et l’espace national, en rappelant que « les espaces locaux, contrairement à l’idéal qui y voit une échelle plus aisément gouvernables ne sont pas dénués de tensions » (p. 91). En parallèle à ces questions d’inégalités scolaires territoriales, l’ouvrage accorde une place au débat concernant l’ordre scolaire, issu du rôle de « socialisation spécifique » (p. 96) qui revient à l’école, lui aussi porteur d’inégalités. Cet ordre se manifeste au travers de pratiques spécifiques, à l’exemple de l’écriture, analysée par Bernard Lahire7. En effet, par l’introduction de règles spécifiques et d’un rapport particulier au savoir, l’écriture organise dès le plus jeune âge un ordre scolaire en fonction des rôles de maître et d’élève. Et c’est dans cet ordre-ci, qui est autant vécu au quotidien par chacun que constamment renégocié, que le temps scolaire prend forme. Le rapport au temps, rythmé par exemple par l’emploi du temps ou la « sonnerie », tout comme le rapport à l’espace, celui de la « classe », de la « cour de récréation » viennent eux-aussi rythmer cette vie scolaire en organisant des rôles spécifiques.

7Si cet ouvrage fournit une bonne description du système éducatif français et le replace dans son contexte historique, on peut regretter qu’il ne le fasse pas aussi dans un cadre international. On déplore en effet l’absence d’une approche comparatiste8, devenue de plus en plus importante dans le débat public, avec l’alignement progressif des politiques à l’échelle de l’Union européenne et les débats autour de la construction d’indicateurs de comparaison des systèmes d’enseignement tels le test PISA9 (produit tous les trois ans, il consiste en des tests écrits effectués par des élèves tirés au sort dans les pays de l’OCDE). La fonction première de ce test est d’identifier les causes et les facteurs du succès scolaires dans différents pays. Il permet, de par sa régularité, de suivre l’évolution de la réussite scolaire dans un ensemble de pays. S’il est critiquable, cet indicateur peut néanmoins servir d’outil de comparaison entre des systèmes scolaires nationaux différents, dont la mention dans ce livre aurait pu permettre d’établir des liens au-delà de la conception française de l’école.

  • 10 Dans l’article suivant, les principales idées de l’ouvrage se retrouvent : Cicourel Aaron, Kitsuse (...)
  • 11 Dans Felouzis Georges, Hanhart Siegfried (dir.), Gouverner l'éducation par les nombres ? Usages, dé (...)

8De plus, on ne peut que s’étonner qu’aucune réflexion ne soit menée sur les chiffres utilisés, pour la plupart issus des statistiques officielles. On pense à la critique classique d’Aaron Cirourel sur les chiffres officiels, qu’il livre dans Method and Measurment in Sociology10 et plus encore, dans une conception moins radicale, aux propos de Georges Felouzis11 s’interrogeant sur la possibilité de Gouverner l’éducation par les nombres ? Ainsi cet ouvrage fondé sur des chiffres aurait-il sans doute gagné en crédibilité à développer une réflexion sur ces chiffres. Toutefois cela ne remet pas en cause la qualité intrinsèque de cet ouvrage qui est d’être une synthèse à visée descriptive de très bonne facture.

Haut de page

Notes

1 Maria Vasconcellos est depuis décédée. On peut retrouver un hommage ici : http://www.collectionreperes.com/art_home/article.php?id=392.

2 Duru-Bellat Marie, Van Zanten, Agnès, Sociologie de l’école, (4e édition), Paris, Armand Colin, coll. U, 2012.

3 Merle Pierre, Les notes. Secrets de fabrication, Paris, PUF, Coll. Éducation et société, 2007.

4 Van Zanten Agnès, Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales, Paris, Puf, coll. Le lien social, 2009.

5 CÉREQ, « Des emplois plus qualifiés, des générations plus diplômées : vers une modification des normes de qualification », Bref, n° 252, 2008.

6 Robert Bénédicte, Les Politiques d’éducation prioritaire. Les défis de la réforme, Paris, PUF, 2009.

7 Lahire Bernard La Raison scolaire. École et pratiques d’écriture, entre savoir et pouvoir, Rennes, PUR, 2008 : http://lectures.revues.org/743.

8 Comme le font par exemple Christian Baudelot et Roger Establet dans L'élitisme républicain. L'école française à l'épreuve des comparaisons internationales, Seuil, coll. « La république des idées », 2009. On peut se reporter au compte-rendu suivant : http://lectures.revues.org/767.

9 http://www.oecd.org/pisa/.

10 Dans l’article suivant, les principales idées de l’ouvrage se retrouvent : Cicourel Aaron, Kitsuse John, « A Note on the Uses of Official Statistics », Social Problems, 1963, XI, p.  131-139 : http://www.penombre.org/lg/02_03.htm.

11 Dans Felouzis Georges, Hanhart Siegfried (dir.), Gouverner l'éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses, De Boeck, coll. « Raisons éducatives », 2011, dont un compte-rendu est disponible ici : http://lectures.revues.org/7727.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Vroylandt, « Maria Vasconcellos, Philippe Bongrand, Le système éducatif », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 janvier 2014, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/13203

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page