Navigation – Plan du site

Philippe Pelletier, Anarchisme, vent debout ! Idées reçues sur le mouvement libertaire

Jacques Ghiloni
L'Anarchisme, vent debout !
Philippe Pelletier, L'Anarchisme, vent debout ! Idées reçues sur le mouvement libertaire, Paris, Éditions Le Cavalier Bleu, coll. « idees recues », 2013, 254 p., ISBN : 978-2-84670-511-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Philippe Pelletier, La fascination du Japon : Idées reçues sur l’archipel japonais, Éditions Le Cav (...)
  • 2 Philippe Pelletier, Géographie et anarchie. Reclus, Kropotkine, Metchnikoff, Monde Libertaire Éditi (...)

1L’anarchisme est propice aux idées reçues, son contenu politique, philosophique et social étant méconnu, absent des cours d’histoire ou de science politique, invisible dans les grands médias et dans les débats publics. Par ailleurs, ses remises en cause profondes de l’ordre établi et de l’État peuvent effrayer. C’est pour défaire et éclairer ces préjugés, véhiculés pour la plupart par les opposants de l’anarchisme, que Philippe Pelletier a écrit ce livre. Au-delà de cet objectif, il s’agit plus fondamentalement de faire connaître les conceptions politiques, philosophiques et sociales de l’anarchisme, son histoire et ses réalisations. Dans son combat contre les préjugés, Philippe Pelletier a écrit précédemment, dans la même collection, un livre s’attaquant aux idées reçues sur le Japon1 (dont il est un spécialiste reconnu en tant que géographe). Il est également un militant libertaire, membre du groupe Nestor Makhno de la Fédération anarchiste. Il a publié plusieurs ouvrages sur l’anarchisme et la géographie2.

  • 3 «L’anarchie, c’est l’ordre sans le pouvoir», Pierre-Joseph Proudhon, Les confessions d’un révolutio (...)
  • 4 Errico Malatesta, L’anarchie, Lux, 2012 (1891).

2L’introduction permet à l’auteur d’exposer la polysémie du terme anarchie. Selon le dictionnaire de l’Académie française en 1694, l’anarchie est un état déréglé, sans gouvernement ; sous la Révolution française, anarchie et anarchiste sont des injures. Ce n’est qu’avec Proudhon que le terme prend un sens positif en 18403 : l’anarchie est une situation harmonieuse résultant de l’abolition de l’État et de toutes les formes de l’exploitation de l’humain par l’humain. Selon Errico Malatesta4, l’anarchie est à la fois une finalité et, en partie, un état de fait dont la valeur est universelle. L’anarchisme est le mouvement philosophique et politique organisé, qui concrétise consciemment cette fin et cet état. Toutefois, certains anarchistes préféreront d’autres termes pour éviter la connotation péjorative d’anarchie. Ainsi les anarchistes espagnols utiliseront celui d’acracie (absence de pouvoir), d’autres préfèreront le mot « libertaire » inventé par Déjacque en 1858 (il désigne les théories et les pratiques basées sur la liberté individuelle). Certains auteurs, comme Daniel Guérin, utilisent l’expression de socialisme libertaire.

3L’auteur montre dans ce livre que l’anarchie peut attirer et déboucher sur des postures qui reflètent à la fois les choix de l’individu et le contexte historique et géographique de la société. Il insiste sur le fait que l’anarchisme s’est constitué historiquement et géographiquement, comme une réponse au capitalisme issu de la Révolution industrielle. Philippe Pelletier tient aussi à mettre en avant les réalisations concrètes des principes anarchistes au sein d’athénées et de structures autogérées ou collectivistes, telles les participations au Front républicain lors de la Révolution espagnole de 1936… L’auteur insiste fortement sur la contextualisation historique (économique, sociale, culturelle, géographique…) de l’anarchisme, tout en refusant une vision linéaire de l’histoire, comme on peut en trouver dans la théorie marxiste. Il est aussi clair que ses choix, en tant que militant libertaire, le conduisent à prendre ses distances avec certains courants de l’anarchisme comme l’écologie (« l’écologisme s’inspire de l’anarchisme », p. 71) ou encore avec les références marxistes de certains anarchistes (il montre que les anarchistes ont souvent été les victimes de la répression communiste, et que le marxisme libertaire mêle des principes contradictoires : « tous des gauchistes ou des extrémistes », p. 119). Philippe Pelletier ne dissimule d’ailleurs pas cette subjectivité dans son combat contre les préjugés.

  • 5 « Certainement, la révolution a à se défendre et à se développer avec une logique inexorable, mais (...)
  • 6 Courant qui critique l’étatisme, mais qui admet un État minimal et le marché capitaliste (courant p (...)

4Le livre est découpé en quatre parties : « L’idée sous tensions », « Les moyens confrontés à la théorie », « Le mouvement dans la société », « Le projet émancipateur », chaque partie traitant elle-même sept idées reçues, en moyenne. La première partie débute par l’idée reçue « Ni Dieu, ni maître », formule inventée par Auguste Blanqui, qui n’était pas anarchiste, mais reprise ensuite par les anarchistes. Pour P. Pelletier il ne faut pas se méprendre sur cette devise : il s’agit moins d’athéisme que d’antithéologisme, c’est-à-dire du rejet d’un monde conçu autour d’un principe divin, qui ne remet pas en cause la liberté des croyances. De même, la contestation du maître ne doit pas être interprétée comme une négation des compétences, mais comme le refus du maître comme source d’oppression. Dans cette partie, l’auteur montre également que l’anarchisme refuse l’idée d’une nature humaine et, de ce fait, récuse l’idée de la table rase qui permettrait l’avènement d’un homme nouveau à la suite d’une révolution. Il combat aussi l’idée que l’anarchisme c’est le chaos, synonyme de destruction et de violence. En effet, pour les anarchistes, c’est l’autorité non librement consentie et dominatrice qui est condamnée, non pas l’existence de toute organisation ou encore de toute autorité (dans le domaine de l’éducation, par exemple). L‘anarchisme ne cherche à s’opposer qu’aux horreurs engendrées par le capitalisme, et un grand nombre d’anarchistes (comme Malatesta5, pour qui le moyen est contenu dans la fin) pensent que l’avènement d’une société juste, libertaire, ne peut se faire que par des moyens pacifiques. P. Pelletier s’intéresse également à l’idée selon laquelle il existerait un anarchisme de droite. Il montre qu’il ne faut pas confondre l’anticonformisme ou le libertarianisme6 (abusivement appelé anarcho-capitalisme) avec l’anarchisme.

5La seconde partie est consacrée aux moyens utilisés par les anarchistes. L’auteur s’attaque à l’idée que les anarchistes sont des terroristes. Certains, comme Ravachol, Émile Henry ou Bonnot, ont utilisé la violence (attentats, braquages…) à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, ce qui est certainement à l’origine de cette idée reçue. Mais les principaux auteurs anarchistes ont rapidement appelé à l’abandon de ces moyens d’action et décidé de participer à des actions collectives (comme le syndicalisme, avec Fernand Pelloutier en 1895) plutôt que de favoriser les initiatives individuelles. De même, les anarchistes se trouvent confrontés à la question de l’illégalisme en raison de leur contestation de l’autorité légale. Mais ça ne signifie pas qu’ils sont opposés aux règles et aux normes, si elles sont librement consenties. Les cyberactivistes, par exemple, ne sont pas tous anarchistes : si Tim May a bien lancé un manifeste crypto-anarchiste en 1992 pour lutter contre le contrôle de l’État, un Julien Assange est quant à lui plus proche des libertariens que des libertaires. Philippe Pelletier soulève aussi la question du rapport de l’anarchisme à la révolution. Il montre que, pour les anarchistes, la révolution est plutôt l’aboutissement d’un processus. En même temps, les libertaires se méfient des révolutions qui peuvent créer de nouvelles dominations. Et là encore, le processus révolutionnaire doit être favorisé par des moyens pacifiques (expériences sociales, comme le municipalisme libertaire, et pédagogiques, comme les universités populaires). Les libertaires contestent la démocratie qui est issue de la logique d’un système électoral qui produit de la démagogie, mais envisagent une démocratie directe qui repose sur le fédéralisme libertaire et la gestion directe.

  • 7 Idée selon laquelle les ouvriers organisés conscients doivent propager parmi leurs semblables les i (...)
  • 8 Face au triomphe du bolchevisme, Makhno et Archinov, émigrés russes, proposent en 1926 une Plate-fo (...)

6Les idées reçues abordées dans la troisième partie concernent la place du mouvement anarchiste dans la société. Philippe Pelletier démontre que l’argument de Marx selon lequel les anarchistes sont des petits-bourgeois n’est pas justifié, et relève avant tout de l’invective sociologique. L’accusation selon laquelle les anarchistes sont asociaux, marginaux, nihilistes, sectaires et désorganisés vise à criminaliser et à dévaloriser le mouvement social. Or, les anarchistes ne refusent pas toute forme de droit mais prônent plutôt le contrat et le mutuellisme. Selon les époques, il y a des modalités différentes d’organisation (finalisme libertaire7, Plate-forme8, syndicats de commune…). L’auteur s’intéresse également aux liens parfois étroits qui existent entre les artistes et l’anarchisme, et à ceux plus souvent distendus avec le féminisme. Il traite aussi du mouvement des Indignés et montre que s’il existe des points communs avec le mouvement anarchiste, comme l’auto-organisation, le refus de tout leader… il y a tout autant des oppositions majeures, les Indignés faisant plus appel à la conscience morale qu’à la conscience politique.

  • 9 Philosophie considérant que toute idée est issue d’un rapport réel à une action, de même que l’acti (...)
  • 10 Pierre-Joseph Proudhon, De la Création de l’Ordre dans l’Humanité, Nabu Press, 2013 (1843).
  • 11 Elisée Reclus défend une conception non linéaire du temps, exprimée par le couple « progrès et régr (...)
  • 12 Joseph Déjacque, L’Humanisphère, utopie anarchique, (1857), Burozoique, 2009.

7La dernière partie traite du projet émancipateur. C’est l’occasion pour Philippe Pelletier de s’attaquer aux préjugés sur l’absence de programme, sur les conceptions incohérentes et sur la dimension utopique de l’anarchisme. Ce qui apparaît comme des incohérences dans les projets correspond plutôt à un refus d’une cohérence absolue, synonyme de dogme. Cette cohérence est soumise aux conditions locales et historiques de la société : il en est ainsi de l’idéoréalisme9 de Proudhon10, des des conceptions des anarchistes géographes (Reclus, Kropotkine)11, des alliances tactiques avec les dreyfusards, ou au sein du Front républicain en Espagne. Par contre, il est certain que le programme ne constitue pas l’identité des anarchistes, en raison de l’absence de dogme. Toutefois, il existe des projets qui doivent être contextualisés, comme ceux des mouvements anarchistes actuels en Grèce, des néo-zapatistes au Chiapas, de la Fora argentine… Des projets différents sont soutenus aujourd’hui par les tenants d’un post-anarchisme (surtout des Américains influencés par la french theory) ou encore de l’espoir en une gauche libertaire (P. Corcuff). Comme le dit Joseph Déjacque12, l’utopie : c’est un rêve non réalisé, mais non pas irréalisable.

8Le livre de Philippe Pelletier est intéressant à plus d’un titre. Il permet aux étudiants et personnes connaissant peu l’anarchisme d’avoir une vue synthétique de l’histoire, des divers courants et des projets de l’anarchisme. Il permet de faire le point sur les conceptions erronées à son propos. Par ailleurs, la structure du livre offre la possibilité d’entrer de différentes manières dans l’ouvrage : on peut le lire de façon linéaire, on peut également piocher dans le sommaire les idées reçues qui nous interpellent. Enfin, on peut en faire une lecture transversale, suivant un thème d’une partie à l’autre, et ainsi passer de « l’anarchie c’est le chaos » à « tous des gauchistes et des extrémistes », puis à « ils sont tous nihilistes et anti-tout » pour finir par « il n’y a pas de programme ».

Haut de page

Notes

1 Philippe Pelletier, La fascination du Japon : Idées reçues sur l’archipel japonais, Éditions Le Cavalier Bleu, Idées reçues, 2012.

2 Philippe Pelletier, Géographie et anarchie. Reclus, Kropotkine, Metchnikoff, Monde Libertaire Éditions, 2013. Philippe Pelletier, Élisée reclus, géographie et anarchie, Monde Libertaire Éditions, 2009.

3 «L’anarchie, c’est l’ordre sans le pouvoir», Pierre-Joseph Proudhon, Les confessions d’un révolutionnaire, pour servir à l’histoire de la révolution de février, Hachette livre BNF, 2012.

4 Errico Malatesta, L’anarchie, Lux, 2012 (1891).

5 « Certainement, la révolution a à se défendre et à se développer avec une logique inexorable, mais on ne doit, et on ne peut la défendre avec des moyens qui sont en contradiction avec ses fins. » et « Si, pour vaincre, on devait élever des potences sur les places publiques, je préférerais être battu. », Errico Malatesta, Pensiero e Volontà, 1-10-1924; n° 19.

6 Courant qui critique l’étatisme, mais qui admet un État minimal et le marché capitaliste (courant principalement américain).

7 Idée selon laquelle les ouvriers organisés conscients doivent propager parmi leurs semblables les idées anarcho-communistes qui sont celles qui les amèneront à la libération finale, mais sans exiger de l’ouvrier qui s’organise une adhésion à l’anarchisme.

8 Face au triomphe du bolchevisme, Makhno et Archinov, émigrés russes, proposent en 1926 une Plate-forme d’organisation de l’Union générale des anarchistes qui sera très critique de l’individualisme libertaire.

9 Philosophie considérant que toute idée est issue d’un rapport réel à une action, de même que l’action renvoie à une idée.

10 Pierre-Joseph Proudhon, De la Création de l’Ordre dans l’Humanité, Nabu Press, 2013 (1843).

11 Elisée Reclus défend une conception non linéaire du temps, exprimée par le couple « progrès et régrès », Kropotkine veut faire de l’anarchie une « physiologie de la société », une science évaluant les besoins humains.

12 Joseph Déjacque, L’Humanisphère, utopie anarchique, (1857), Burozoique, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Ghiloni, « Philippe Pelletier, Anarchisme, vent debout ! Idées reçues sur le mouvement libertaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 janvier 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/13288

Haut de page

Rédacteur

Jacques Ghiloni

Professeur agrégé de sciences sociales, lycée Pierre Bayen de Châlons-en-Champagne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page