Navigation – Plan du site

Sylvain Maresca, Michaël Meyer, Précis de photographie à l’usage des sociologues

Élodie Hommel
Précis de photographie à l'usage des sociologues
Sylvain Maresca, Michaël Meyer, Précis de photographie à l'usage des sociologues, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact sociologie », 2013, 109 p., ISBN : 978-2-7535-2793-5.
Haut de page

Texte intégral

1Bien que se multiplient ces dernières années les réflexions académiques sur l’intérêt de l’utilisation des images et des sources multimédias dans les sciences sociales, la possibilité de recourir à la photographie reste absente ou très peu développée dans les manuels d’observation sociologique. C’est de ce constat que partent Sylvain Maresca et Michaël Meyer dans l’introduction de ce Précis de photographie à l’usage de sociologues, par lequel ils se proposent d’apporter des éléments de réponse à ce manque.

  • 1 Christian Topalov, « Maurice Halbwachs, photographe des taudis parisiens (1908) », Genèse, n° 28, 1 (...)
  • 2 Neil Anderson, The Hobo, The University of Chicago Press, 1923.
  • 3 Frederic Milton Thrasher, The Gang, The University of Chicago Press, 1927.
  • 4 Bronislaw Malinowski, Journal d’ethnographe, Paris, Seuil, 1985.
  • 5 Gregory Bateson et Margaret Mead, Balinese Characters: A Photographie Analysis, New York, New York (...)
  • 6 Erving Goffman, « La ritualisation de la féminité », Actes de la recherche en sciences sociales, n° (...)

2Dans un premier chapitre intitulé « Du nouveau dans les sciences sociales ? », les deux auteurs reviennent sur l’histoire de l’utilisation de la photographie dans les sciences sociales, de leurs origines à nos jours. Sont ainsi évoqués les photographies de taudis parisiens par Maurice Halbwachs1, l’usage illustratif de la photographie par la première génération de l’Ecole de Chicago (Nels Anderson dans sa thèse sur les vagabonds2, Frederic Milton Thrasher dans son étude sur les gangs3), puis la mise à contribution de la photographie comme instrument de documentation par certains ethnologues, comme Franz Boas, dans ses travaux sur les Esquimaux de l’île de Baffin, Bronislaw Malinowski4, ou encore Gregory Bateson et Margaret Mead dans Balinese Characters5. Mais l’image peut également devenir elle-même objet d’étude, comme c’est le cas dans La ritualisation de la féminité6 d’Erving Goffman, analyse visuelle d’une série de publicités.

  • 7 Douglas Harper, « Visual Sociology: Expending Sociological Vision », The American Sociologist, vol. (...)
  • 8 Voir par exemple, en sémiologie : Martine Joly, Introduction à l’analyse de l’image, Paris, Nathan (...)

3En s’appuyant sur les travaux de Douglas Harper7, les auteurs dégagent trois types de rapport entre image et sociologie, trois aspects de la « sociologie visuelle » : la sociologie sur les images, où l’image constitue l’objet de la recherche, dans une démarche d’analyse, d’interprétation ou d’étude de ses usages sociaux ; la sociologie avec les images, où le sociologue se met en position de producteur d’images, la photographie jouant alors le rôle d’un outil de recherche, permettant d’enregistrer et d’analyser des données du terrain ; enfin la sociologie en images, où l’image est investie comme moyen de restitution de l’analyse sociologique, partie prenante d‘une démarche démonstrative plutôt que simplement illustrative d’un propos écrit. C’est sur ces deux derniers types de rapports entre sociologie et photographie que se concentre la suite de l’ouvrage, l’analyse des images étant déjà bien documentée8.

  • 9 John Collier Jr., Visual Anthropology. Photography as a Research Method, New York, Holt, Rinehart a (...)

4Dans le second chapitre, « Les usages possibles des photographies dans les enquêtes sociologiques », Sylvain Maresca et Michaël Meyer démontrent l’intérêt de l’usage de la photographie dans la recherche de terrain sociologique, en s’appuyant sur de nombreux exemples concrets, tout en fournissant conseils et astuces à ceux qui voudraient se lancer dans la photographie sociologique. La photographie peut ainsi servir de voie d’entrée sur le terrain, comme dans le cas de John Collier Jr.9 et de ses observations sur la pêche artisanale au Canada : les pêcheurs étant trop occupés par leur travail pour répondre à ses questions, il commença par se contenter de les photographier à l’œuvre, ce qui attisa leur curiosité et lui permit de présenter son travail et d’ouvrir la discussion. Les auteurs soulignent que la posture du photographe et l’introduction de l’outil photographique sur le terrain doivent faire l’objet de réflexions préalables, et s’adapter aux exigences spécifiques de chaque enquête.

  • 10 Voir par exemple Jerome Krase, Seeing Cities Change : Local Culture and Class, Burlington, Ashgate, (...)
  • 11 Odile Riossan, « Une méthode de traitement sociologique de données filmées », Bulletin de méthodolo (...)

5Une fois mise en place, la démarche photographique permet de densifier et de systématiser les observations : la capture d’image aide à saisir le terrain observé de manière globale, à ne pas réduire le champ de vision du chercheur, qui a souvent tendance à se focaliser sur des points précis, surtout en début d’enquête, faute de savoir quoi observer, par méconnaissance du terrain. Cette prise de vue large enregistre ainsi des informations échappant au chercheur dans un premier temps, auxquelles il pourra revenir plus tard. La photographie répétée permet aussi de réaliser des analyses statistiques précises, en particulier en ce qui concerne l’occupation de l’espace ou les relations interpersonnelles10. L’usage de l’image permet d’étendre le champ de vision spatial, mais aussi temporel, par exemple par la comparaison de photographies prises au même endroit à des moments différents, ou encore par la reproduction d’un protocole de capture visuelle sur une longue durée11, comme dans les films d’occupation des amphithéâtres réalisés pendant une année scolaire par Odile Riossan, dans le cadre de sa recherche sur la sociabilité des étudiants entrants à l’université.

  • 12 Sylvain Maresca, L’autoportrait. Six agricultrices en quête d’image, Toulouse/Paris, PUM/INRA, 1991 (...)

6Enfin, la photographie peut devenir l’occasion d’échanges productifs avec les enquêtés, que ce soit comme support d’entretien, en présentant les photographies réalisées aux sujets captés, pour susciter des discussions autour des pratiques photographiées et des représentations que ces images véhiculent, ou que ce soit en impliquant véritablement les enquêtés dans la prise de vue (« photographie participative »), ce qui permet de mettre en avant leurs propres représentations, comme le fait Sylvain Maresca dans ses travaux sur les conditions de vie des agricultrices12. Ce second chapitre se clôt sur une série d’éléments techniques, qui vont du choix du matériel en fonction du but escompté à des conseils pratiques de prise de vue, faisant appel aux notions de flou de bougé, de mise au point, de profondeur de champ ou encore d’exposition, afin de permettre aux apprentis photographes d’apprivoiser leur appareil pour obtenir des données exploitables sociologiquement. Les questions de tri et d’archivage des données sont également abordées. Ici encore, par son aspect pratique, le manuel se présente comme un véritable outil pour le sociologue désireux d’introduire la dimension visuelle dans sa recherche.

7Les deux derniers chapitres, plus courts, livrent au lecteur une réflexion sur les questions épistémologiques et éthiques soulevées par l’utilisation de la photographie, et par sa restitution au public. Au-delà du cadre juridique français, qui, en vertu du « droit à l’image », interdit de publier la photographie de quelqu’un contre son gré, les auteurs conseillent aux sociologues de s’assurer du « consentement éclairé » de leurs enquêtés : ceux-ci ont-ils bien été informés des objectifs de l’enquête ? Ont-ils conscience des éventuelles conséquences que pourraient avoir la publication de leur image, des possibles détournements que les photographies pourraient subir ? L’anonymisation des enquêtés étant difficile à appliquer à une image, il appartient au chercheur de réfléchir aux potentielles conséquences négatives de la publication de ses images de recherche, comme les atteintes à la vie privé ou les risques de réappropriation détournée.

8Se pose enfin la question formelle de la restitution de l’image, notamment parce que le format textuel classique de la publication sociologique s’y prête très peu, les images étant souvent reléguées en annexes, et non dans le corps du texte où elles pourraient prendre la place de véritables jalons du propos. Les sociologues sont donc invités à réfléchir à de nouvelles formes de restitution, notamment aux possibilités offertes par le numérique et internet, où peuvent se publier des annexes de publications écrites, voire des travaux complets, sous une forme beaucoup plus libre, laissant à l’image une place plus importante. La question du choix des images et de du sens à donner à leur mise en série est également abordée, avant la conclusion où les auteurs s’interrogent sur la possibilité d’une publication sous la forme d’essais photographique, actuellement inenvisageable dans le domaine académique, mais stimulante pour donner à voir le travail du chercheur ou encore pour vulgariser les résultats de ses recherches.

9Au final, cet ouvrage remplit très bien la mission qu’il se fixe : donner des outils aux sociologues qui voudraient intégrer la dimension visuelle à leurs recherches. En une centaine de pages, alliant historique, théorie et pratique, ce manuel fait un tour très complet du sujet. Si les réflexions épistémologiques et éthiques sont présentes et stimulantes, c’est surtout l’aspect pratique de ce Précis qui fait son intérêt : en multipliant les exemples de travaux qui utilisent la photographie, Sylvain Maresca et Michaël Meyer ouvrent le champ des possibles de l’enquête sociologique, invitant les chercheurs à intégrer cet outil pour approfondir leur recherche. Les conseils concrets apportés tout au long du texte, ainsi que les nombreux exercices d’entrainement à la lecture de l’image ou à la prise de vue proposés, aideront les sociologues intéressés à expérimenter l’outil visuel de manière efficace et pertinente. Saluons un dernier élément matériel : le prix modique de l’ouvrage, malgré la présence de planches illustratives en couleur, qui le rend accessible à toutes les bibliothèques, et lui permettra de prendre bonne place parmi les indispensables de tout étudiant, a fortiori de tout chercheur en sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Christian Topalov, « Maurice Halbwachs, photographe des taudis parisiens (1908) », Genèse, n° 28, 1997, p. 128-145.

2 Neil Anderson, The Hobo, The University of Chicago Press, 1923.

3 Frederic Milton Thrasher, The Gang, The University of Chicago Press, 1927.

4 Bronislaw Malinowski, Journal d’ethnographe, Paris, Seuil, 1985.

5 Gregory Bateson et Margaret Mead, Balinese Characters: A Photographie Analysis, New York, New York Academy of Sciences, 1942.

6 Erving Goffman, « La ritualisation de la féminité », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 14, 1977, p. 34-50.

7 Douglas Harper, « Visual Sociology: Expending Sociological Vision », The American Sociologist, vol. 19, n° 1, 1988, p. 54-70.

8 Voir par exemple, en sémiologie : Martine Joly, Introduction à l’analyse de l’image, Paris, Nathan université, 1993 ou en iconographie : Laurent Gervereau, Voir, comprendre, analyser les images, Paris, La Découverte, 2000.

9 John Collier Jr., Visual Anthropology. Photography as a Research Method, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1967.

10 Voir par exemple Jerome Krase, Seeing Cities Change : Local Culture and Class, Burlington, Ashgate, 2012 ou Edward T. Hall, La Dimension cachée, Paris, Seuil, 1984.

11 Odile Riossan, « Une méthode de traitement sociologique de données filmées », Bulletin de méthodologie sociologique, n° 82, 2004.

12 Sylvain Maresca, L’autoportrait. Six agricultrices en quête d’image, Toulouse/Paris, PUM/INRA, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Hommel, « Sylvain Maresca, Michaël Meyer, Précis de photographie à l’usage des sociologues », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 26 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/13296

Haut de page

Rédacteur

Élodie Hommel

Doctorante en sociologie, ENS de Lyon, Centre Max Weber

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page