Navigation – Plan du site

Bence Fliegauf, Just the Wind

Thomas Mollanger
Just the wind
Bence Fliegauf, Just the wind, Blaq Out, 2013.
Haut de page

Texte intégral

1Ce nouveau film du jeune réalisateur hongrois Bence Fliegauf, récompensé par l’Ours d’argent du meilleur réalisateur au Festival de Berlin de 2012, n’a rien du trip métaphysique qui avait caractérisé Milky Way, son premier film à succès. Au contraire, avec Just the Wind, Bence Fliegauf a voulu mettre en exergue l’épaisseur de la vie quotidienne dans tout ce qu’elle a de plus douloureux.

2L’idée première du film n’est pas à rechercher plus loin que les frontières de sa terre natale magyare. Entre 2008 et 2009, une série d’attaques contre des membres de la communauté rom, se conclut par huit assassinats qui choquèrent l’opinion publique. C’est là le point de départ de ce film qui prend pour toile de fond la situation actuelle des Roms en Hongrie, sans pour autant faire explicitement référence à ces tragiques évènements. C’est de la situation contemporaine dont Bence Fliegauf a voulu s’emparer. Ce point s’accompagne d’un second choix majeur de la part du réalisateur : alors que la majorité des films présentent les Roms sous l’angle folklorique, Bence Fliegauf a fait le choix de se départir de ce topos cinématographique. La volonté de ne pas traiter des Roms sous cet angle a pour conséquence directe de nous montrer des personnes éminemment proches de nous, bien loin des clichés traditionnels. La volonté de privilégier l’angle humain au détriment du folklore permet de sortir des stéréotypes. Les situations de rejet, de mise à l’écart, d’actes racistes, la peur ambiante, sont autant de situations qui tranchent radicalement avec l’image des Roms habituellement véhiculée (voyageant de ville en ville, la guitare à la main).

3C’est précisément cette menace qui apparaît dès les premières images du film et qui va accompagner la réalisation dans son ensemble. Afin de faire ressortir au mieux le quotidien fragile et douloureux des Roms, Bence Fliegauf a délibérément choisi de ne pas étendre la narration au-delà de vingt-quatre heures. Le film présente les vingt-quatre heures d’une famille Rom sans histoire.

4En pleine campagne hongroise, en 2012, Mari élève seule ses deux enfants, Anna une jeune fille calme à la docilité frappante, et Rio, le cadet de la famille, véritable personnage à la Huckelberry Finn, déscolarisé et débrouillard. Le père étant parti travailler au Canada, la famille subit un quotidien précaire dans l’attente et l’espoir de rejoindre l’autorité paternelle. Bien loin des regards, leur maison familiale est située au milieu de la forêt hongroise. On ne peut s’empêcher de voir dans cet isolement non seulement la volonté de fuir un quotidien qui serait bien plus précaire et violent s’il était soumis au regard d’autrui, en plein Budapest, qu’une tendance à l’ostracisme des populations d’origine Rom dans la Hongrie contemporaine.

5Le film s’ouvre comme il se terminera, dans la pénombre. Mari, la mère de famille, se lève avant l’aube pour entamer une longue journée de travail, elle qui, comme la majorité des Hongrois actuels, est obligée de cumuler deux emplois pour pouvoir s’en tirer, financer la scolarité de ses deux enfants, et sans doute économiser pour le projet de migration au Canada. La précarité du logement frappe dès les premières images : l’absence d’eau courante, le partage du lit familial où les trois membres de la famille dorment, l’accès limité aux produits de consommation courante. Avant de se rendre au travail, il faut marcher pour rompre l’isolement du logement et atteindre une petite route provinciale où le bus leur permet de rejoindre la ville. Courbée le long des autoroutes le matin pour nettoyer les fossés des détritus, puis sans cesse prise à parti par le surveillant d’un collège où elle travaille en tant que femme de ménage l’après-midi, Mari s’efforce de respecter les horaires et se tue à la tâche pour subvenir aux besoins de sa famille.

6Pendant ce temps-là, Anna, jeune fille consciencieuse et de bonne volonté, est à l’école, arrive en avance pour réviser, et charger son portable. Elle fréquente son école comme une ombre, n’intervenant même pas lorsqu’une de ses camarades de classe se fait violer par deux jeunes hongrois dans les vestiaires. Sa capacité à marcher tête baissée tout au long du film est on ne peut plus révélatrice du sentiment de peur et de terreur dans lequel elle évolue. Au contraire, Rio est le dernier à se lever. L’école ? Très peu pour lui. Il préfère errer aux alentours de la maison familiale, dans la forêt, alternant jeux en tous genres et trouvailles utiles (voire vols, la frontière étant très floue pour les ménages les plus précaires), qu’il entasse dans sa cachette personnelle au milieu des bois. Une scène particulièrement frappante montre sa visite, à la recherche d’objets, à l’intérieur d’une maison inhabitée, car ses occupants, les Lakatos, une famille rom, ont été assassinés au fusil de chasse quelques jours auparavant. Alors qu’il se cache dans un placard après avoir entendu du bruit, deux policiers hongrois entrent dans la maison. S’en suit un discours, choquant par son réalisme, sur la pertinence d’un tel meurtre : l’un des policiers avance l’idée que ce meurtre est une erreur car le message n’est pas clair. Selon lui, les meurtriers auraient dû viser une famille Rom fainéante et ne pas assassiner une famille dont les membres travaillaient car la confusion émergerait alors entre crime « utile » et crime racial. Suant à grosses gouttes sous le poids de la chaleur et sans doute de la présence pour le moins difficile à supporter de son acolyte, le second policier, n’étant pas chargé de faire respecter la loi dans ce quartier, ne peut que manifester un léger désaccord face à la tonalité d’un tel discours. La peur ambiante est considérablement renforcée par le choix des angles de prise de vue. Sans cesse, la caméra mobile colle au dos des personnages, située à peine à quelques mètres, voir centimètres d’eux. L’effet de la succession de cadres serrés est immédiat.

7Lorsque les trois membres de la famille prennent, chacun de leur côté, le chemin du retour, c’est une succession de menaces qui apparaît. En quittant l’école, Mari tombe nez à nez avec un groupe de Roms, frustrés par leur situation et prêts à en découdre avec le moindre Hongrois blanc qui oserait s’aventurer dans cette rue. Bien que Rom elle aussi, Mari n’échappe pas à l’avalanche de propos injurieux. De son côté, Rio, après avoir passée sa journée à alterner jeux et recherche de nourriture, croise la route d’une jeep noire qui le suit pas à pas. Ces mêmes jeeps qui, quelques jours auparavant, avaient été remarquées avant le meurtre des Lakatos et qui éveillent l’attention des milices roms. La menace invisible qui pesait au-dessus de la tête des personnages se précise avant de se dissiper de nouveau, laissant le jeune Rio poursuivre sa route jusqu’au baraquement familial.

8Le film finit là où il avait commencé, dans la chambre commune que partagent Rio, Anna et Mari. Après une dernière cigarette, Mari s’allonge auprès de ses deux enfants. Alors que la lumière s’éteint sur une scène quotidienne d’une incroyable banalité, dans un arrêt sur séquence durant plus d’une dizaine de secondes, un léger grincement de porte se fait entendre. Là encore, avec la même banalité, Mari rassure Rio, qui était sur le qui-vive depuis l’épisode de la jeep, en lui disant qu’il ne s’agit que du vent. Erreur. Une bande de miliciens fascistes entre dans la maison et assassine à la chevrotine l’ensemble des membres de la famille, exception faite de Rio qui a eu le temps de s’échapper et de semer les meurtriers dans la forêt. Le film se termine à la morgue, sur les images des corps familiaux défigurés et criblés de balles.

9À l’arrivée, ce film, par sa force, laisse un profond sentiment de malaise en restituant à la perfection une atmosphère d’une lourdeur inouïe. Tendu de bout en bout, le déchainement de violence final, par la fin des espoirs qu’il manifeste ainsi que par la profonde injustice de l’acte (il s’agissait d’une famille « sans histoire »), laisse un goût amer en bouche. Le titre du film est merveilleusement bien choisi et prend une résonnance toute particulière une fois le film achevé. Bence Fliegauf a parfaitement réussi son pari de décrire avec force la précarité du quotidien des Roms dans la Hongrie contemporaine et le climat de peur dans lequel ces derniers évoluent.

  • 1 Auzias Claire, Roms, Tsiganes, Voyageurs : l’éternité et après ?, Paris, Indigène, 2010.
  • 2 Voir notamment les travaux de Jean-Pierre Liégeois sur les communautés Roms et Tsiganes : Liégeois (...)
  • 3 Vincent Elise, « Les évacuations de Roms ont presque doublé en 2013 », Le Monde.fr, 14 Janvier 2014 (...)

10Toutefois, il convient de prendre garde et de ne pas tomber dans le péché inverse qui consisterait à dépeindre la société rom comme étant éminemment oppressée et sans droit. À ce titre, les entretiens avec Claire Auzias, historienne spécialiste des Roms et auteure notamment de l’ouvrage Roms, Tsiganes, voyageurs, l’éternité et après1, se révèlent bienvenus et offrent un complément scientifique très bien adapté au film. En invitant à briser les stéréotypes, Claire Auzias tend à mettre en évidence, au cours d’un entretien d’une vingtaine de minutes, l’extrême diversité des situations. S’il est certes évident que nombre de Roms ne travaillent pas, en revanche, une part non négligeable d’entre eux travaille, et certains ont même réussi à prendre avec brio le virage libéral que connait la Hongrie depuis les années 19902. Claire Auzias insiste sur la nécessité de briser le mythe selon lequel les Roms sont un peuple nomade. Au final, leurs migrations sont se résument à des périmètres géographiques très restreints et ne représentent quantitativement que bien peu de choses eu égard aux migrations des Tchétchènes ou des Russes. Un film et des bonus vivement conseillés donc, à l’heure où l’on apprend que les évacuations de Roms ont doublé en France pour l’année 20133.

Haut de page

Notes

1 Auzias Claire, Roms, Tsiganes, Voyageurs : l’éternité et après ?, Paris, Indigène, 2010.

2 Voir notamment les travaux de Jean-Pierre Liégeois sur les communautés Roms et Tsiganes : Liégeois Jean-Pierre, Roms et Tsiganes, Paris, La Découverte, 2009.

3 Vincent Elise, « Les évacuations de Roms ont presque doublé en 2013 », Le Monde.fr, 14 Janvier 2014. Article en ligne à l’adresse http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/01/14/deux-fois-plus-d-expulsions-de-roms-en-2013-qu-en-2012_4347670_3224.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Mollanger, « Bence Fliegauf, Just the Wind », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/13325

Haut de page

Rédacteur

Thomas Mollanger

Doctorant de deuxième année en histoire économique à l’université Bordeaux IV. Membre du GREThA UMR CNRS 5113. Recherches portant sur l’analyse historique du rôle et de l’importance de la réputation sur les marchés.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page