Navigation – Plan du site

Félix Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ?

Eddy Banaré
Qu'est-ce que l'écosophie ?
Félix Guattari, Qu'est-ce que l'écosophie ?, Éditions Lignes, IMEC, coll. « Archives de la pensée critique », 2013, textes présentés par Stéphane Nadaud, EAN : 9782355261084.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nadaud Stéphane. Lecture(s) de Nietzsche, Théorie et pratique du fragment(s), Thèse de doctorat (So (...)
  • 2 Nadaud Stéphane. L’homoparentalité : une nouvelle chance pour la famille ?, Paris, Fayard, 2002.
  • 3 Guattari Félix. Écrits pour l'Anti-Œdipe, textes agencés par Stéphane Nadaud, Paris, Lignes-manifes (...)
  • 4 Guattari Félix. Soixante-cinq rêves de Franz Kafka, textes agencés par Stéphane Nadaud, Paris, Lign (...)

1La valeur documentaire de ce volume est immense en ce qu’il nous permet de comprendre la contribution et la singularité de Félix Guattari dans le tandem philosophique qu’il a formé avec Gilles Deleuze. Rédigés entre 1985 et 1992, les articles et entretiens – une cinquantaine – qui constituent Qu’est-ce que l’écosophie ?, permettent de saisir une pensée en prise avec son temps, ainsi que les pistes qu’elle trace dans la philosophie contemporaine. Ces textes sont remarquablement présentés par Stéphane Nadaud, pédopsychiatre et philosophe de formation (il a soutenu une thèse1 sur Nietzsche), qui est l’auteur des premières études2 sur l’homoparentalité en France et qui, depuis des années, s’applique à éclairer l’œuvre de Félix Guattari par un important travail d’agencement et de réédition, avec la publication de textes comme Écrits pour l’Anti-Œdipe3 et des Soixante-cinq rêves de Franz Kafka4.

  • 5 Guattari Félix. Les trois écologies, Paris, Galilée, (1989), 2006.
  • 6 Deleuze Gilles, Guattari Félix. Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille Plateaux, Paris, Éditions de (...)
  • 7 Deleuze Gilles, Guattari Félix. Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit, Collecti (...)

2Qu’est-ce que l’écosophie ? est une somme impressionnante vers laquelle, prévient Stéphane Nadaud, il faut aller « en y cueillant […] ce que le hasard ou la nécessité […] poussent à cueillir » (p. 25). Nadaud n’a pas, en effet, procédé à une compilation chronologique, mais s’est appuyé sur le plan du livre Les trois écologies5 publié en 1989 ; ce choix permet ainsi de mettre en évidence la multiplicité, mais aussi la cohérence d’une pensée à l’œuvre. Il donne également à voir un atelier de concepts en reconstituant un « Glossaire écosophique » (p. 573-586) qu’il définit à partir de citations extraites des textes rassemblés dans le volume. « Chacun de nous était plusieurs, ça faisait déjà beaucoup de monde »6, annonçaient déjà Deleuze et Guattari dans Mille plateaux, nous incitant à entrer (par effraction) dans l’atelier de concepts élaborés dans l’amitié et l’entremêlement génial et fécond de deux pensées aux aguets. Qui « sont » Félix Guattari ? Le psychanalyste, le philosophe et le politologue se confondent, élaborant un style de réflexion profondément stimulant. Quelle est la contribution de chacun à la nomadologie, à la schizoanalyse, au rhizome, au mot d’ordre ou à la ritournelle ? Référence directe à Qu’est-ce que la philosophie ?7 composé avec Gilles Deleuze, Qu’est-ce que l’écosophie ? permet de découvrir un Félix Guattari préoccupé par l’écologie, soucieux de forger les concepts pour aider à penser l’homme dans l’environnement. En 1989, Félix Guattari avait publié Les trois écologies, texte dans lequel il appelait à déployer la notion d’écologie sur les plans environnementaux, sociaux et mentaux ; déploiement qu’il nommait déjà écosophie.

  • 8 Bateson Gregory. Vers une écologie de l’esprit t. 1 et 2, Paris, Seuil, Point Essais, (1972), 1977, (...)

3Cette écosophie dont Guattari forge ici les premiers rudiments nait, sur le plan de l’histoire politique, avec l’émergence et le renforcement continu des partis écologistes. Accompagnant, dans un premier temps, ce militantisme, Guattari s’en est détaché pour revenir à la fabrication des concepts. Nourrie par la lecture de Gregory Bateson8, l’écosophie de Guattari apparait comme la résultante de l’effondrement d’une représentation. « La nature a, nous dit-il, longtemps été considérée par les humains comme une mère aux capacités nourricière illimitées. Mais avec l’expansion technologique et la croissance démographique, son caractère de finitude est apparu de plus en plus nettement » (p. 405). L’écosophie est donc un ensemble de forces déployées au plan politique pour penser et affronter cette « finitude », que Guattari expliquait ainsi au philosophe japonais Kuniichi Uno en 1992 : « si on est dans un monde éternel, il n’y a qu’à se laisser porter par les choses, on n’a pas à intervenir. Si au contraire on a le sens de la finitude, alors le problème se trouve reposé : qu’est-ce que je fais là dans le monde, je suis là pour un laps de temps donné, dans un contexte donné, qu’est-ce que je peux faire pour construire, reconstruire à la fois le monde et moi-même, à la fois le monde des valeurs et le monde des relations ? » (p. 96).

  • 9 Glissant Édouard. Poétique de la relation (Poétique III), Paris, Gallimard, 1990.

4Ce faisant, il s’agit donc d’interroger les responsabilités humaines. Le terme « relation » n’est pas sans rappeler Édouard Glissant – ami intime de Guattari – qui avait commencé à développer ce concept à partir de la parution de Poétique de la relation9 en 1990. On devine ici un Félix Guattari aux aguets, empruntant à l’art pour penser le politique. Nadaud explique dans la préface de l’ouvrage que « l’écosophie est pour Félix Guattari le moyen d’associer son appétit insatiable pour la production théorique à son souci de la praxis, de la prise en compte des réalités complexes du monde contemporain » (p. 9-10). Cette écosophie est surtout, nous dit Guattari, travaillée par le sentiment qu’il faut « reconquérir le regard de l’enfance et de la poésie aux lieu et place de l’optique sèche, aveugle au sens de la vie, de l’expert et du technocrate » (p. 34).

  • 10 Stiegler Bernard. Réenchanter le monde : la valeur esprit contre le populisme industriel, Paris, Fl (...)
  • 11 Stiegler Bernard. De la misère symbolique, Paris, Flammarion, Champs Essais, 2013.

5Qu’est-ce que l’écosophie ? constitue donc un ensemble qui, comme la pensée de Deleuze-Guattari, est composé de lignes de fuite. Grâce au minutieux travail d’agencement de Stéphane Nadaud, nous entrons dans le sous-sol d’une pensée, un work in progress des concepts. Articles et entretiens sont rassemblés en sept chapitres. L’ouvrage est augmenté d’un lexique « écosophe » (les concepts en germe) élaboré à partir d’une lecture attentive des textes. Le premier chapitre, intitulé « Écrits pour l’écosophie », réunit deux articles et un entretien qui donnent à voir un livre à venir, véritable suite à Trois écologies publié en 1989. Pour, Guattari, des événements comme la catastrophe de Tchernobyl en 1983 et l’effondrement de l’URSS annoncent un monde nouveau où la Terre apparait désormais véritablement comme le patrimoine commun des humanités. Ces événements ont choqué, mais on également mis au jour une sensibilité nouvelle, une conscience particulière qu’il convient de raviver et de doter de concepts. Il s’agissait, à travers les textes réunis dans ce volume, de proposer de nouveaux outils nécessaires à ce nouvel imaginaire. Disons-le sans craindre l’exagération, l’acuité de Guattari tient presque de la prophétie tant il anticipe les questions qui travaillent notre présent. Il réfléchit à une forme de politique qui, de manière constante, tienne compte du devenir de la planète. Il suffit de lire ce qu’il écrit en 1989 : « on peut penser que l’usage excessif des antibiotiques dans l’élevage industriel ne manque pas de déséquilibrer nos défenses immunitaires » (p. 512). Par exemple, dans l’entretien qu’il donne à la revue Futur Antérieur en mars 1992, il précise que l’écosophie doit également se penser comme une remise en question du terme « communication » tel qu’il a été forgé par le capitalisme (médias, marketing, publicité). La communication « est tirée trop souvent vers une théorie de l’information très réductionniste » (p. 131). L’alternative passe par ce que Guattari nomme « l’Autopoiëtique » (p. 131), c’est-à-dire, une possibilité de résister et de générer ses relations avec le réel. Plus loin, ses observations sur les mutations du lien social semblent ouvrir, voire annoncent, les recherches actuelles de Bernard Stiegler10 : « […] les vraies catastrophes sont déjà bel et bien là, sous notre nez, avec la dégénérescence des pratiques sociales, avec une mass-médiatisation abêtissante, avec une foi collective aveugle dans l’idéologie du “marché” » (p. 512). La misère symbolique11 semble être déjà identifiée, les langages des Indignés ont déjà pris forme.

6En temps de crise, on retiendra particulièrement les réflexions de Guattari sur le thème « Culture, création et développement », publiées dans la revue marocaine Sinbad en mars 1983. « Le véritable sens qu’il convient de conférer au terme culture dans les sociétés modernes, c’est donc celui de force productive, se rapportant à leurs niveaux les plus infrastructuraux » (p. 178) observe-t-il. Il prône, en effet, une prise en compte renouvelée de la subjectivité. On retiendra que la force de l’écosophie forgée par Guattari réside autant dans son approche concrète et sensible du réel que dans la mobilisation permanente de forces collectives ; c’est aussi ce qui fait son actualité et rend sa mise en œuvre cruciale pour notre présent.

Haut de page

Notes

1 Nadaud Stéphane. Lecture(s) de Nietzsche, Théorie et pratique du fragment(s), Thèse de doctorat (Sous la direction d’Alain Brossat), Paris, Université Paris 8, 2009. (disponible sur : http://www.lepoulsdumonde.com/lecture(s)_de_nietzsche/).

2 Nadaud Stéphane. L’homoparentalité : une nouvelle chance pour la famille ?, Paris, Fayard, 2002.

3 Guattari Félix. Écrits pour l'Anti-Œdipe, textes agencés par Stéphane Nadaud, Paris, Lignes-manifeste, « Lignes », 2004.

4 Guattari Félix. Soixante-cinq rêves de Franz Kafka, textes agencés par Stéphane Nadaud, Paris, Lignes, 2007.

5 Guattari Félix. Les trois écologies, Paris, Galilée, (1989), 2006.

6 Deleuze Gilles, Guattari Félix. Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille Plateaux, Paris, Éditions de Minuit, Collection « Critique », 1980, p. 9.

7 Deleuze Gilles, Guattari Félix. Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit, Collection « Critique », 1991.

8 Bateson Gregory. Vers une écologie de l’esprit t. 1 et 2, Paris, Seuil, Point Essais, (1972), 1977, 1980.

9 Glissant Édouard. Poétique de la relation (Poétique III), Paris, Gallimard, 1990.

10 Stiegler Bernard. Réenchanter le monde : la valeur esprit contre le populisme industriel, Paris, Flammarion, Champs Essais, 2008.

11 Stiegler Bernard. De la misère symbolique, Paris, Flammarion, Champs Essais, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Banaré, « Félix Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 janvier 2014, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/13350

Haut de page

Rédacteur

Eddy Banaré

Docteur en littérature, membre associé du Centre des nouvelles études du Pacifique (CNEP), EA 4242, Université de la Nouvelle-Calédonie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page