Navegación – Mapa del sitio

Romy Sauvayre, Les méthodes de l’entretien en sciences sociales

Audrey Arnoult
Les méthodes de l'entretien en sciences sociales
Romy Sauvayre, Les méthodes de l'entretien en sciences sociales, Dunod, col. « Psycho Sup », 2013, 144 p., ISBN : 978-2-10-057970-9.
Inicio de página

Texto completo

1L’ouvrage de Romy Sauvayre – maître de conférences en sociologie à l’Université Blaise Pascal – propose un aperçu des différentes techniques de l’entretien en sciences sociales. Destiné aux étudiants mais également à toute personne souhaitant s’initier à cette méthode de recherche, le livre expose de façon synthétique, pédagogique et illustrée les différentes étapes auxquelles est confronté le chercheur qui recourt à ce type de recueil de données. Les techniques présentées ne sont pas propres à une discipline mais « applicables dans toutes les situations d’interaction » et « à tous les domaines de l’activité sociale dès lors que l’on souhaite faire parler autrui » (p. IX).

2Le livre se compose de trois parties. La première, intitulée « La préparation de l’entretien », détaille l’ensemble du travail de recherche avant que l’enquêteur ne soit confronté à son terrain. L’auteur aborde successivement la formulation de la question de départ, la faisabilité de la recherche, les différents types d’entretien, la construction du guide d’entretien ou encore la prise de contact avec les futurs enquêtés. Romy Sauvayre ne se contente pas d’expliciter une méthode mais explore les différentes manières de faire, soulignant les avantages et les inconvénients de chacune d’entre elles. Par exemple, le chercheur doit-il aborder son terrain après s’être documenté sur son objet d’étude ou est-il préférable d’aller sur le terrain sans connaissances préalables ? Quel type d’entretien est le plus approprié à la recherche menée ? Comment utiliser son guide d’entretien ? Un échantillon peut-il être construit au fur et à mesure ou doit-on disposer de sa population d’enquêtés avant de commencer les entretiens ? Au-delà de ces questions méthodologiques, l’auteur donne également des conseils plus pratiques qui permettront aux enquêteurs novices d’exploiter au mieux leur terrain : faire attention au lieu dans lequel se déroule l’entretien, tenir un journal de bord pour consigner ses remarques, choisir une tenue vestimentaire adaptée à l’origine sociale des enquêtés, etc.

3La seconde partie porte plus spécifiquement sur « La réalisation de l’entretien : le “terrain” ». L’auteur évoque tout d’abord le cadre de l’entretien : la position physique de l’enquêteur par rapport à l’enquêté, les réponses aux éventuelles questions de la personne interrogée ou encore la neutralité de l’enquêteur. C’est ensuite la gestion de la dynamique de l’entretien qui est développée. En effet, si les étapes préalables à la réalisation de l’entretien ont toutes leur importance, ce qui se joue au moment et au cours de la rencontre est décisif pour le recueil des données. La question du langage, par exemple, a retenu notre attention. L’enquêteur pouvant être amené à s’entretenir avec des personnes d’origines sociales diverses, il doit intégrer cette différence dans la gestion de l’entretien : s’approprier le vocabulaire de l’enquêté pour formuler ses questions, s’assurer de la compréhension des termes, reformuler les réponses de l’enquêté, etc. Si les échanges verbaux sont au cœur de l’entretien et en conditionnent la réussite, le non-verbal a également un impact sur le discours des enquêtés. Quelle posture l’enquêteur doit-il adopter pour écouter les personnes interrogées ? Comment doit-il manipuler son guide d’entretien ? Le non-verbal est aussi un élément à prendre en compte dans la dynamique de l’entretien : que signifie un silence ? Quels sont les moments opportuns pour relancer le dialogue ou pour approfondir certaines réponses ? Romy Sauvayre traite ces questions en s’appuyant sur les travaux de différents sociologues et en proposant des exemples de mise en situation. Pour terminer cette seconde partie, l’auteur s’intéresse à ce qui se passe après l’entretien : la réflexion sur le terrain, la fin de la collecte des données et leur traitement. La dernière section, relativement courte, est consacrée à l’analyse des données et offre un panorama des différents logiciels permettant de traiter les entretiens menés.

4La troisième et dernière partie (« La question de la remémoration : Comment l’améliorer au cours d’un entretien ») est plus technique. Elle propose une réflexion sur la question des émotions et du souvenir : comment favoriser le souvenir chez l’enquêté ? Comment les émotions ressenties au moment d’un événement peuvent-elles influer sur sa restitution ? Dans quelle mesure les souvenirs de la personne interrogée sont-ils fiables ? En s’appuyant sur des recherches en neurobiologie, en psychologie et en neuropsychologie, l’auteur expose le fonctionnement de la mémoire pour ensuite présenter des techniques permettant à l’enquêté d’affiner son recueil de données. Les conseils de cette dernière partie s’appliquent plus particulièrement aux récits de vie et aux entretiens autobiographiques dans lesquels le chercheur se focalise sur des éléments de vie personnels de l’enquêté. Romy Sauvayre explique ainsi qu’on ne peut pas obtenir n’importe quelle information de la part de l’enquêté puisqu’il est nécessaire que l’événement « ait été mémorisé et stocké (encodé) au cœur de sa mémoire autobiographique ; en somme, que l’enquêté ait porté son attention, qu’il ait ressenti une vive émotion ou qu’il ait été impliqué par ledit événement » (p. 108). Pour faciliter la remémoration, le chercheur peut alors stimuler des éléments de contexte émotionnels, sensoriels, sémantiques ou encore spatio-temporels. La section consacrée aux liens entre émotions et mémoire est particulièrement intéressante. En s’appuyant sur les notions de valence émotionnelle, de congruence de l’humeur et d’intensité émotionnelle, l’auteur fournit des indications très utiles au chercheur. Ainsi, nous apprenons qu’un événement associé à des émotions positives ou négatives laisse plus de souvenir qu’un événement associé à des émotions neutres. En outre, la remémoration est plus facile si l’enquêté est dans une disposition d’esprit similaire au moment de l’entretien. Enfin, plus l’émotion associée à un événement est forte, plus elle laisse de trace dans la mémoire de l’individu. La prise en compte des émotions de l’enquêté constitue donc un élément indispensable à la gestion de l’entretien puisque « le contenu du discours de l’enquêté peut varier en fonction de l’état émotionnel dans lequel il est au moment où vous lui posez la question » (p. 114). Comme dans la partie précédente, la dimension non-verbale de l’entretien est abordée mais cette fois-ci du point de vue de l’enquêté, les éléments non-verbaux (gestes, orientation du regard, etc.) constituant autant d’indicateurs de la fiabilité du discours.

5Pour conclure, cet ouvrage est particulièrement utile pour toute personne souhaitant s’initier à la technique de l’entretien comme méthode de recherche. L’auteur montre bien que cette technique ne se réduit pas à une réflexion intellectuelle sur un objet d’étude : elle engage la personne de l’enquêteur, qui peut influer de façon considérable sur le recueil de données par sa façon de conduire l’entretien mais aussi par sa manière de gérer un ensemble de détails loin d’être anodins. Rappelons enfin que l’entretien est avant tout un dialogue entre deux individus, qui repose sur la confiance, confiance que l’enquêteur doit aussi apprendre à instaurer.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Audrey Arnoult, « Romy Sauvayre, Les méthodes de l’entretien en sciences sociales », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 23 enero 2014, consultado el 21 julio 2017. URL : http://lectures.revues.org/13351

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página