Navigation – Plan du site

Fabrice Flipo, Michelle Dobré, Marion Michot, La face cachée du numérique

Pierre Gille
La face cachée du numérique
Fabrice Flipo, Michelle Dobré, Marion Michot, La face cachée du numérique. L'impact environnemental des nouvelles technologies, Montreuil, L'Échappée, coll. « Pour en finir avec », 2013, 144 p., ISBN : 978-29158307-7-4.
Haut de page

Texte intégral

1Si l’introduction du numérique dans nos économies (et vies), via le développement des (nouvelles) technologies de l’information et de la communication (TIC), constitue bien une révolution technologique, il ne saurait toutefois s’agir d’une révolution écologique susceptible de contribuer véritablement à la préservation de notre environnement, C’est en tout cas la thèse soutenue par les auteurs de cet ouvrage. Ce développement s’inscrirait tout au contraire dans la logique environnementale destructrice qui caractérise l’histoire du capitalisme depuis au moins deux siècles. Il participerait ainsi à la perpétuation de la société de « surconsommation » dans laquelle nous vivrions actuellement. Il conviendrait donc de tout faire pour démonter cette sorte de nouveau mythe, soigneusement entretenu par les défenseurs (pas toujours désintéressés) de ces technologies, qui voudrait que celles-ci constituent une solution miracle aux problèmes environnementaux que nous connaissons.

2Dans une analyse, basée sur des études diverses et faisant référence à des exemples concrets (tels que ceux de l’ordinateur ou du téléphone portable), les auteurs pointent ainsi du doigt un certain nombre d’illusions attachées aux TIC.

3Illusion tout d’abord de la dématérialisation, sorte de nouvel avatar de cette société de l’immatériel, informationnelle et communicationnelle, dont on nous a souvent rebattu les oreilles ces dernières décennies. Les TIC supposent toujours en effet, quel que soit l’angle sous lequel on envisage celles-ci, la production et l’usage de produits matériels et génèrent des déchets (à commencer par les matériels eux-mêmes « victimes » d’un processus « d’obsolescence programmée ») tout aussi matériels.

4Illusion ensuite des gains énergétiques réalisables grâce aux TIC. Si le développement de certains matériels (tels que les ordinateurs portables) ou composants, permet bien une amélioration du rapport « service rendu »/dépense énergétique, cette amélioration serait en effet le plus souvent très largement compensée par certaines modifications techniques intervenues sur les produits (les écrans plats consomment nettement moins à taille égale que les écrans cathodiques mais leur taille tend à augmenter) et/ou par la hausse de consommation de ceux-ci. Quant aux économies d’énergie (et de pollution) liées à la réduction de certains déplacements du fait de l’usage des TIC (développement du e-commerce ou du « télétravail ») ou de l’utilisation de certains produits (tels que le papier avec le développement du e-learning ou des e-papers et e-books), elles seraient au mieux marginales actuellement et leur évolution serait soumise à de très grandes incertitudes.

5Les auteurs pointent également du doigt l’impact, certes non nul, mais relativement limité des réglementations existantes. Si celles-ci ont bien permis la réalisation de certains progrès qui n’auraient sans doute pas eu lieu si on avait compté sur la seule bonne volonté des acteurs économiques (en particulier des producteurs) et sur l’efficacité de la « main invisible du marché », ces réglementations n’ont toutefois pas abouti à une modification radicale du mode de fonctionnement de nos économies. L’attitude des pouvoirs publics (et, sur un autre plan, de certaines associations écologistes, ou dans certains cas, de certains de leurs membres) apparaît d’ailleurs souvent ambiguë, ceux-ci étant plus fréquemment disposés (en particulier en période de crise) à préserver la croissance économique et l’emploi « à tout prix » qu’à promouvoir un mode de développement véritablement soucieux de l’environnement.

6Le lecteur intéressé par les questions touchant aux liens entre progrès technique et préservation de l’environnement, et soucieux de garder un minimum de distance critique vis-à-vis d’un certain discours ambiant relatif aux TIC, trouvera certainement dans cet ouvrage matière à nourrir sa réflexion et à nourrir son (éventuel) scepticisme quant à l’impact positif de ces nouvelles technologies sur le dit environnement. Mais il trouvera peut-être aussi que l’ouvrage présente certaines limites (qui nuisent parfois un peu à la force de la démonstration)

7Il pourra ainsi penser qu’à certains moments, à vouloir trop étreindre, les auteurs finissent par mal embrasser. S’intéresser aux déchets produits par les TIC afin de montrer que ceux-ci (dont une partie non négligeable finit par se retrouver dans les pays en développement) constituent aujourd’hui un véritable problème est sans doute tout à fait pertinent, mais quelle pertinence y a-t-il en revanche à inclure dans le calcul de ces déchets les frigos et machines à laver ?

8Il pourra penser aussi que la vision du consommateur mise en avant par les auteurs (avec toutefois quelques précautions « diplomatiques »), sans doute pas totalement fausse, est néanmoins assez caricaturale. Parfois pétri de bonnes intentions écologiques mais bien peu conscient le plus souvent des conséquences réelles de ses actes, celui-ci resterait au final inféodé à la stratégie des producteurs et façonnés par les grands marques.

9Il restera peut-être enfin aussi un peu « sur sa faim ». Les auteurs de l’ouvrage ne proposent en effet en aucun cas de solutions (hormis peut-être celle de reconnaître au consommateur le droit de ne pas consommer) qui permettraient de résoudre les problèmes écologiques que nous connaissons aujourd’hui. Arguant du fait que cela relève du déploiement d’une théorie du changement social qui sort du périmètre de l’étude, ils se contentent à la toute fin de l’ouvrage de renvoyer le lecteur à la littérature existante (qualifiée « d’énorme ») sur l’écologisme et le mouvement écologique. Sorte de « pirouette finale » qui peut sembler un peu paradoxale dans le cadre d’un ouvrage publié dans une collection qui s’intitule « Pour en finir avec » et qui se propose de développer des analyses qui se veulent radicales au sens littéral du terme, c’est à dire « qui visent à agir sur la cause profonde des effets qu’on veut modifier ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gille, « Fabrice Flipo, Michelle Dobré, Marion Michot, La face cachée du numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 janvier 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/13352

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page