Navigation – Plan du site

Colin Crouch, Post-démocratie

Tatiana Burtin
Post-démocratie
Colin Crouch, Post-démocratie, Zürich, Diaphanes, coll. « Transpositions », 2013, 140 p., trad. Yves Coleman, ISBN : 9782889280032.
Haut de page

Texte intégral

1La récurrence des crises financières et leur expansion sur une échelle mondiale au début du XXIe siècle obligent les économistes actuels à expliciter à un plus large public les mécanismes qui régissent les marchés financiers et les transformations récentes du capitalisme. Post-démocratie fait partie de ces essais nécessaires. Les hypothèses formulées dès 2005 par le politologue Colin Crouch ont, dans une large mesure, corroboré l’identification et l’analyse des facteurs responsables du krach ainsi que leurs conséquences.

2L’essai est divisé en six chapitres. Le premier cerne la signification du néologisme éponyme : la post-démocratie forme la courbe descendante de la « parabole » démocratique qui culmine entre 1945 et la fin des années 1980, période de croissance de la production et de la consommation de masse, soutenue par la dépense publique. Les sociétés occidentales parcourent depuis la fin des années 1990 la courbe « libérale » de la démocratie, en respectant certes ses institutions et ses habitudes, mais en privant les citoyens de leur rôle actif et de leur capacité à changer les instances politiques, au profit de médias qui adoptent tous les traits de la publicité. D’après Crouch, cette évolution est régulière, car entraînée par « l’inévitable entropie de la démocratie » (p. 107) ; mais il est possible d’en minimiser les conséquences néfastes pour le projet démocratique lui-même. Crouch limite sa réflexion aux problèmes que rencontre la politique électorale, notamment à cause du pouvoir accru des élites patronales sur les instances politiques et, depuis 2001, de l’opacité des affaires d’État. À partir de là, l’essai revient sur les symptômes du mal, et se développe avec une grande rigueur rhétorique et une logique démonstrative fluide : Crouch met en parallèle l’influence du monde de l’entreprise en démocratie (chapitre 2) et l’affaiblissement de l’importance politique des travailleurs (chapitre 3) pour définir plus précisément ce qu’est le nouveau modèle de parti post-démocratique (chapitre 4). Les deux derniers chapitres dénoncent la déformation du débat politique et de l’action gouvernementale par les lobbys patronaux, visible dans l’organisation et la gestion des services publics notamment (chapitre 5) et conséquence dangereuse de la mise en place du système, puis tentent de trouver des solutions à ses tendances les plus préoccupantes (chapitre 6).

3Depuis les années 1970, les multinationales contrôlent l’économie des gouvernements nationaux grâce à leur pouvoir d’investissement dans les services publics. Le modèle de gestion de la firme anglo-américaine, où le pouvoir est concentré dans les mains d’un PDG qui ne rend compte qu’aux actionnaires, y est devenu prégnant. La perte du leadership de l’État dans la prise en charge des domaines délaissés par les entreprises, ainsi que la puissance sans précédent des médias dans la communication politique, remettent en cause l’équilibre démocratique : « l’essor du pouvoir des élites patronales est parallèle à l’affaiblissement de la démocratie créatrice » (p. 57), car ces élites ont pour but de saper les fondements égalitaristes de la démocratie, notamment en niant les privilèges sociaux dont jouissent les classes économiques les plus puissantes. L’auteur revient d’abord sur l’histoire du déclin des mouvements de contestation parmi les classes ouvrières en Europe, et sur l’absence ou la désorganisation des autres types de classes sociales (en donnant cependant une place particulière dans ce contexte aux mouvements féministes, « mouvement démocratique au sein de la progression de la post-démocratie » – ce qui montre que la courbe descendante de la démocratie est loin d’être lisse). Crouch énonce ensuite les problèmes suscités par le réformisme contemporain, en prenant l’exemple de l’échec relatif du New Labour Party à faire confluer les intérêts des élites patronales et des classes moyennes, encore malaisées à identifier. Il observe que seul un programme politique qui mettrait l’accent sur l’amélioration générale des conditions de travail (précarité, rapports d’autorité, stress, équilibre famille/travail) mobiliserait l’ensemble des travailleurs actuels. Ainsi les partis sociaux-démocrates néerlandais, autrichiens, danois ou suédois ont-ils su remporter quelques succès devant les réactions populistes nées de l’échec du regroupement citoyen autour de nouvelles identités sociales ou partisanes.

4L’organisation et la gestion des partis se ressentent évidemment du nouveau rôle des entreprises dans la sphère du politique. À une structure classique en cercles concentriques, des dirigeants à la base militante, le parti politique évolue au XXIe siècle vers une organisation où l’élite s’auto-reproduit perpétuellement et établit des liens forts avec des grandes entreprises habilitées à fournir des services de sondage d’opinion, de conseil ou de propagande en sous-traitance, est-il décrit dans le chapitre 4. Le parti Forza Italia est par exemple issu d’un important réseau d’entreprises dirigées par Silvio Berlusconi, bref par une élite politique et financière qui reste puissante malgré les nombreux scandales qui l’ont éclaboussée. Ce nouveau type d’organisation politique, plus proche du modèle de l’entreprise que de celui du parti traditionnel, est typique d’une tendance qui est appelée à s’étendre à l’ensemble des pays démocratiques, d’après Crouch, même s’il estime que l’ancien modèle est loin d’être périmé, car pour progresser, ces nouveaux partis comme le Forza ou le New Labour cherchent à gagner une base d’électeurs et de militants. Bref, le XXIe siècle mêle des traits pré-démocratiques (attention aux revendications des entreprises et des cercles patronaux) et post-démocratiques (attention à l’opinion et mobilisation du travail d’experts), tension qui travaille aujourd’hui les partis de centre-gauche européens.

5Au chapitre 5, Crouch se penche sur le problème que représente spécifiquement la privatisation des services (comme l’accès à l’éducation, l’assistance juridique, le droit de vote, les allocations, l’accès aux soins médicaux, etc.), sous la pression de l’Organisation mondiale de commerce (OMC) qui protège les brevets et la libéralisation des marchés. Le débat sur la libre concurrence et sur l’impact du modèle de gestion politique à suivre est la question centrale qui signe la capacité démocratique d’une société, selon Crouch : quelle qualité pourrait-on attendre d’un marché qui se substituerait aux services publics ? Deux problèmes surgissent : la distorsion ou la résidualisation des droits des citoyens. L’écart entre les progrès de l’accès des citoyens à leurs droits fondamentaux et la qualité réelle des services publics peut, à l’occasion, être souligné par certaines critiques extrémistes. D’un autre côté, la qualité des services publics résiduels baisse, car seuls les plus pauvres continuent à les utiliser. Dans le secteur de la recherche d’emploi et des services aux chômeurs, par exemple, Crouch montre l’inégalité et la précarisation des couches de la société qui doivent recourir à ces prestations résiduelles et privatisées, et perdent à la fois la possibilité d’accéder au marché de l’emploi et à la protection de l’État. Mais il pointe une autre conséquence : la dégradation des marchés et leur corruption galopante, à cause du développement du lobbying et de relations étroites entre les hommes politiques et les hauts fonctionnaires. La privatisation ou la sous-traitance des services publics favorise l’effondrement de la confiance des États, considérés comme en retard dans les connaissances utiles pour la gestion des services, alors qu’auparavant les fonctionnaires étaient les plus qualifiés en ces matières. Ce basculement de capacités a un impact réel sur les droits démocratiques, car il prive le citoyen, qui n’a de relation qu’avec l’État dans le cadre de la démocratie électorale et politique, de recours direct en cas de réclamation sur la qualité du service dont il bénéficie : « le gouvernement n’est responsable devant le demos que pour les grandes lignes de sa politique, pas pour leur application détaillée » (p. 104). Le système de la sous-traitance incite l’État qui y souscrit à se débarrasser de son activité principale pour se consacrer exclusivement à la gestion de son image, comme une grande entreprise privée, sans plus se préoccuper de la qualité réelle de ses idées. Crouch avoue que cette analyse peut sembler extrême, mais il affirme que « nous sommes arrivés au terme d’un processus auquel nous nous sommes tellement habitués que nous ne remarquons même plus à quel point le processus électoral démocratique, expression la plus haute des droits des citoyens, est devenu une campagne de marketing fondée ouvertement sur les techniques de manipulation employées pour vendre les produits » (p. 106).

6Cette impression imprègne la conclusion et les solutions que l’auteur propose au chapitre 6. L’écart semble énorme en effet entre les citoyens et les pressions externes qui pèsent sur les États et bouleversent les priorités gouvernementales ainsi que la structure des partis politiques. Mais Crouch propose trois solutions pour freiner cette évolution : la mise en question de la domination des intérêts patronaux pour le profit des entreprises (qui n’est pas le chemin privilégié par les institutions de gouvernance internationale actuellement du moins), une réflexion sur la forme de l’exercice politique autour des partis et des groupes de pression défendant une cause unique, et enfin la concertation d’actions qui pourraient être menées par l’ensemble des citoyens (mouvements altermondialistes, entre autres). Cette dernière partie concentre une série de propositions extrêmement diverses qui perturbe la cohérence initiale de l’ouvrage. Néanmoins, elle a le mérite de revaloriser la possibilité d’un fonctionnement sain pour la démocratie contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Burtin, « Colin Crouch, Post-démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 janvier 2014, consulté le 31 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/13353

Haut de page

Rédacteur

Tatiana Burtin

Enseignante en français, chargée de cours en littérature à l’Université Laval (Québec) et metteur en scène.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page