Navigation – Plan du site

Alain Bovet, La démocratie et ses gènes. Le génie génétique dans l’espace public suisse (1990-2005)

Daphne Esquivel-Sada
La démocratie et ses gènes
Alain Bovet, La démocratie et ses gènes, Lausanne, Éditions Antipodes, coll. « Contre-Pied », 2013, 159 p., ISBN : 978-2-88901-062-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les efforts pour amorcer le dialogue sont devenus protéiformes : outre des associations civiles, ce (...)

1Les techniques de transformation génétique du vivant font l’objet de polémiques publiques depuis déjà plusieurs années. Les batailles visant à faire reconnaître la portée publique et politique de leurs produits, comme les organismes génétiquement modifiés (OGM), ont parfois été houleuses. Toutefois, peu d’États se sont résolus jusqu’ici à adopter des mesures législatives coercitives. Environ deux décennies après l’amorce des controverses – et même si elles existent toujours, encore que moins bruyantes sur la place publique1 –, un état des lieux s’annonce comme un exercice salutaire : qu’en est-il finalement de la politisation du génie génétique ?

  • 2 Il s’agit selon l’auteur d’un instrument politique permettant de modifier la Constitution de l’État (...)

2C’est ce qu’examine le sociologue Alain Bovet, en se centrant sur le cas suisse. Un choix intéressant dans la mesure où cet État a été le premier à entamer une procédure visant à inscrire la régulation des biotechnologies dans sa Constitution même, et qu’il dispose d’instruments politiques associés à la démocratie directe, comme « l’initiative populaire »2. Ainsi, en ce pays reconnu pour sa vigueur démocratique, quels rapports entre science, technique et espace public ont-ils pu se développer ? Le constat est peu reluisant.

3Issu de la thèse de doctorat de Bovet, l’ouvrage révèle en détail les détours sinueux de la mise en politique des biotechnologies. L’auteur propose de comprendre comment et pourquoi une technologie biologique acquiert une portée publique et devient un problème public. Pour ce faire, il entreprend une analyse du discours des quotidiens suisses parus entre 1990 et 2005. Théoriquement, il s’appuie sur la pensée du philosophe politique John Dewey afin de décrire la « diversité de routes » que le mouvement de politisation des biotechnologies a empruntée pour faire face à la résistance rencontrée. Il en vient ainsi à « dresser un bilan critique de l’entrée du génie génétique en démocratie » (p. 141).

  • 3 Le lecteur ne connaîtra pas les libellés exacts des questions soumises aux votations de 1998 et de  (...)
  • 4 Outil démocratique à l’œuvre depuis la fin du XIXe siècle, c’est la deuxième initiative qui emporte (...)

4Le lecteur suit, à travers l’ouvrage, l’organisation des initiatives populaires à l’origine des deux votes nationaux sur les biotechnologies (en 1998 et en 2005) et la campagne de pré-votation. Ainsi, au début des années 1990, un comité d’organisations civiles insatisfaites de la régulation des biotechnologies – qu’elles jugent laxiste et morcelée – lance une initiative. Leur projet demande l’interdiction de produire des animaux transgéniques, de breveter et de disséminer des OGM, ainsi que la réglementation de leur utilisation en recherche3. De chaudes polémiques s’engagent sur la place publique, et à la votation, en 1998, deux tiers du peuple rejettent la proposition de l’initiative au profit d’un contre-projet beaucoup moins restrictif. En 2005, un autre vote national a lieu. Les initiants demandent cette fois un moratoire de cinq ans sur l’utilisation des OGM dans l’agriculture suisse. Leur projet emporte le vote dans l’ensemble des cantons au terme d’une campagne « brève et dénuée de passion »4. En regard du résultat du vote de 1998, comment comprendre ce qui a les allures d’une volte-face ?

5Nous voilà au cœur de la thèse de Bovet : selon lui, une redéfinition fondamentale de l’enjeu et du statut du citoyen s’est opérée entre les deux votations. Le projet de la première initiative problématise le génie génétique à partir de son rapport à la santé publique et à la protection de l’environnement – ce qui implique, indique l’auteur, un questionnement éthique. S’ensuit une polémique publique « bipolaire » autour du statut politique du génie génétique : d’un côté, il y a le front des « partisans des biotechnologies » représenté notamment par les autorités scientifiques et politiques ainsi que les acteurs économiques, et de l’autre, le camp des « opposants aux biotechnologies » formé par des politiciens de gauche, des groupes écologistes, des collectifs de consommateurs et des agriculteurs. Pour les premiers, les biotechnologies sont un moteur de richesse à la fois économique et scientifique, et il ne serait pas nécessaire de recourir à des consultations ou à des débats citoyens. Ces technologies requièrent, à leurs yeux, une régulation minimale pouvant relever de lois déjà existantes (sur l’environnement, les denrées alimentaires, les brevets). Pour les seconds, les biotechnologies constituent un objet éminemment public, dont la régulation devrait passer par une délibération démocratique.

  • 5 Quant au moratoire voté en 2005, il a été reconduit jusqu’en 2017. L’État a décidé de revenir à par (...)

6Le projet de moratoire proposé par la seconde initiative traduit, suivant l’analyse de l’auteur, les enjeux liés aux biotechnologies en des questions d’ordre commercial. Désormais, le public se prononce et est entendu en tant qu’une « collection de consommateurs qui refusent de manger des aliments génétiquement modifiés » (p. 117). La scène publique se reconfigure en conséquence, car le camp des partisans du génie génétique n’a plus affaire à des « fondamentalistes de la nature », mais à la volonté des consommateurs. Opposants et partisans se trouvent enfin un dénominateur commun : la régulation des OGM, c’est au marché de s’en charger. Leur différend relève désormais de deux modalités de régulation de l’offre alimentaire : libre marché ou marché des consommateurs. Aussi, soutient Bovet, le sujet qui vote en 2005 est davantage un acteur vital à la bonne santé du marché qu’un sujet politique engagé dans une délibération collective libre, dans la mesure où il délègue aux affaires commerciales le pouvoir de régulation de ces nouvelles technologies. L’auteur en vient ainsi à sa conclusion : la politisation des biotechnologies en Suisse a été accompagnée d’un processus de dépolitisation, et l’heure est à « la démocratie des consommateurs »5.

7Que penser de l’analyse de Bovet ? Il faut dire en partant que les assises de sa thèse sont plutôt descriptives qu’argumentatives. Il fait preuve, à cet égard, d’une objectivité remarquable dans le traitement des évènements autour d’un objet qui soulève les passions. On peut toutefois regretter que les conditions sociales, politiques ou autres dans lesquelles prend forme la « démocratie des consommateurs » n’aient pas été discutées. De même, les raisons ayant motivé les initiants, lors de la seconde campagne, à valoriser l’argumentaire des associations de consommateurs demeurent floues : l’auteur suggère à la fois une stratégie d’action (les initiants auraient tiré des leçons de l’échec de l’initiative de 1998 et opté pour un projet moins restrictif) et un nouveau paysage culturel, sans s’attaquer directement à la question.

8Il est difficile de passer sous silence, d’ailleurs, le fait que Bovet a visiblement été contraint par une limitation stricte du volume de son texte car, choix plus que douteux, la bibliographie complète n’est disponible qu’en ligne. Il demeure qu’il a privilégié la description – trop fouillée, rendant certains chapitres plutôt arides – au détriment d’un approfondissement de ses choix théoriques. Le lecteur reste alors sur sa faim en ce qui concerne les fondements de la démarche de l’auteur, notamment sa conception du rôle des médias dans la politisation des biotechnologies et dans la polarisation de la controverse.

  • 6 Bernadette Bensaude-Vincent, L’opinion publique et la science. À chacun son ignorance, Paris, La Dé (...)

9L’ouvrage de Bovet réussit malgré tout à offrir un tour d’horizon des obstacles et des écueils socio-politiques auxquels se voient confrontées les tentatives de mise en politique des biotechnologies (comme la confluence d’intérêts entre le secteur industriel et les acteurs scientifiques, et la tendance de ceux-ci à esquiver la confrontation argumentative par leur prétendue autorité épistémique6). Surtout, il permet de saisir que même des outils relevant de la démocratie directe ne peuvent être les garants d’un véritable dialogue social. Quant aux controverses entourant le génie génétique, elles semblent en fin de compte constituer un objet particulièrement fécond pour révéler au grand jour les limites des efforts intellectuels et citoyens pour la « mise en démocratie des sciences » tant souhaitée.

Haut de page

Notes

1 Les efforts pour amorcer le dialogue sont devenus protéiformes : outre des associations civiles, certains artistes s’y attèlent, comme cette compagnie québécoise de théâtre engagé (http://porteparole.org) qui a non seulement créé une pièce portant sur les enjeux des OGM, mais a aussi organisé un évènement (à la fin de 2013) dans le but de promouvoir le dialogue entre les critiques et les partisans des OGM (Mind the Gap: Bridging the GMO Divide).

2 Il s’agit selon l’auteur d’un instrument politique permettant de modifier la Constitution de l’État. Un comité de citoyens doit récolter, dans un délai de 18 mois, cent mille signatures appuyant le projet proposé. Celui-ci est alors reçu par le Parlement, et sa légalité est vérifiée avant d’être soumis à un vote national. De leur côté, le Parlement et l’instance exécutive nationale prennent position et font leur recommandation publique quant au vote à venir. Ils peuvent aussi présenter un contre-projet : s’il est estimé satisfaisant par les initiants, ceux-ci retirent le leur ; s’ils l’estiment insatisfaisant, ce sera au peuple de décider lequel des deux projets devra être retenu.

3 Le lecteur ne connaîtra pas les libellés exacts des questions soumises aux votations de 1998 et de 2005.

4 Outil démocratique à l’œuvre depuis la fin du XIXe siècle, c’est la deuxième initiative qui emporte le vote dans l’ensemble des cantons, et la première qui va à l’encontre des recommandations des autorités fédérales.

5 Quant au moratoire voté en 2005, il a été reconduit jusqu’en 2017. L’État a décidé de revenir à partir de 2018 à la position fédéraliste, qui laisse le choix de régulation à la discrétion de chaque canton, pourvu qu’il ne soit pas question d’interdiction ni de moratoire. Le statu quo qui avait motivé la première initiative est rétabli.

6 Bernadette Bensaude-Vincent, L’opinion publique et la science. À chacun son ignorance, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2013 [1999]. Compte rendu de Mael Dieudonné pour Lectures : http://lectures.revues.org/12348.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daphne Esquivel-Sada, « Alain Bovet, La démocratie et ses gènes. Le génie génétique dans l’espace public suisse (1990-2005) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/13354

Haut de page

Rédacteur

Daphne Esquivel-Sada

Candidate au doctorat en sociologie, Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page