Navigation – Plan du site

Yannick Portebois, Dorothy Speirs, Entre le livre et le journal. Le recueil périodique du XIXe siècle

Denis Saint-Amand
Entre le livre et le journal
Yannick Portebois, Dorothy Speirs, Entre le livre et le journal. Le recueil périodique du XIXe siècle, ENS Éditions, Institut d'histoire du livre, 2013, 576 p., 2 vol., EAN : 9782847884555.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain, entre presse et roman (1829-1836), Paris, Honoré (...)
  • 2 Voir notamment Roger Chartier et Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, 2e édition, 4 (...)

1Depuis une dizaine d’années, d’importants travaux se sont consacrés à interroger les développements du médium journalistique au XIXe siècle et ont notamment permis de mettre en lumière les jeux d’aller et retour unissant l’univers qui y est lié au champ littéraire. À côté de ces recherches — emmenées par, entre autres, Alain Vaillant et Marie-Ève Thérenty, et auxquelles une plateforme spécifique est aujourd’hui dédiée avec le site Médias191 —, il faut mentionner celles qui, au-delà du journal, ont eu à cœur d’étudier les multiples transformations de l’imprimé ou l’évolution de la fonction éditoriale2. C’est dans la lignée de ces illustres travaux que se situent les deux présents volumes, volets complémentaires d’une même recherche dédiée à un objet dont l’hybridité est avancée par un surtitre explicite : le recueil périodique, oscillant « entre le livre et le journal ». Ce diptyque, expliquent Yannick Portebois et Dorothy Speirs, est le résultat d’une enquête menée durant vingt-cinq ans et qui a conduit au dépouillement d’une centaine de revues et magazines appartenant au fonds Joseph Sablé de l’Université de Toronto — enquête fondée sur le paratexte et le contenu scriptural de ces revues dans le premier tome et donnant lieu, dans le deuxième, à « un recueil d’illustrations portant sur le monde de l’imprimé au XIXe siècle » (T2, p. 9).

2L’objet, avancent les auteures, apparaît dans le paysage français du XIXe siècle. Polymorphe, il se donne à voir sous la double forme héritée du monde anglo-saxon de la revue (review, mode importée dès les années 1800) et du magasin (magazine, qui se développera durant les premières années de la Monarchie de Juillet). Les premières revues sont très proches de l’objet-livre, dans la mesure où les différents articles qui les composent ne sont pas plus différenciés que les chapitres d’un ouvrage et que la logique de périodicité n’est pas forcément mentionnée dans le paratexte. Sous la Monarchie de Juillet, le développement de caractéristiques propres permet d’opérer une véritable distinction du recueil périodique et du livre : « bandeau illustré, gravures, articules de longueur variable, abondance de sujets, rubriques labellisées, réclame, publicité, table des matières, identification des collaborateurs, prix des abonnements, réseaux de distribution clairement annoncés, périodicité bien indiquée » (T1, p. 10-11). Il convient, du reste, de distinguer magasin et revue : le premier, pour résumer ce que les auteures expliquent à renfort d’exemples éclairants, est publié plus fréquemment et vise un plus large public, qu’il cherche à distraire en multipliant les articles brefs sur des sujets variés ; la second se destine à un public plus restreint (voire à un public de spécialistes dans certains cas), qu’il nourrit moins fréquemment (la parution est mensuelle au mieux, annuelle parfois) et qu’il vise à informer par de longs articles.

  • 3 Les auteures distinguent de cette façon trois périodes : 1800-1830, où le recueil périodique ne se (...)
  • 4 Voir Robert Darnton, Bohème littéraire et révolution, Paris, Seuil, 1983 et Gens de lettres, gens d (...)

3Reconnaissables d’un point de vue matériel, ces recueils périodiques n’en constituent pas moins un ensemble fortement bigarré, qui est appelé à évoluer selon les périodes du siècle3. Cette diversité se mesure autant à l’aune des spécialisations thématiques (de la revue artistique à la revue religieuse, en passant par le magazine qui se destine à un public enfantin) qu’au point de vue des collaborateurs qui se recrutent aussi bien du côté des noms reconnus et réputés (censés attirer le lectorat) que chez les gratte-papiers et aspirants écrivains, étudiés autrefois par Robert Darnton4, qui se font volontiers la main sur ces supports moins légitimes.

4Passée une introduction permettant une mise en contexte rigoureuse, l’enquête donne lieu à une liste de notices de chaque recueil périodique dépouillé (103 au total, publiés entre 1801 et 1914, de sujets et de natures variés, mais bien distincts du livre et du journal). Ces notices « permett[e]nt de situer [la revue] dans l’espace éditorial des publications périodiques, d’en tracer les politiques et les objectifs, d’en suivre les mouvements de personnel tout aussi bien que les déménagements, les évolutions graphiques ou les changements d’imprimeurs » (T1, p. 27). On trouve de cette façon des renseignements souvent très complets sur les dates de publication, les adresses de publication, les directeurs et les collaborateurs principaux, les logiques d’abonnements et de diffusion (question faisant l’objet d’une mise au point historique précieuse, T1, p. 61-68). Les auteures ont eu l’excellente idée d’associer à chaque notice des extraits de chroniques et articulets, issus de la revue ou du magasin dépouillé, et produisant un discours sur eux-mêmes, sur les réalités (juridiques, matérielles, contextuelles – état des bibliothèques, modes de lecture et de diffusion) qui les concernent directement ou qui concernent leurs concurrents (c’est-à-dire les journaux et les livres, mais aussi les autres revues et magazines) : cette démarche permet de donner accès à des fragments des représentations circulant à l’époque au sujet des questions relatives à l’imprimé, lesquels intéresseront autant les curieux intéressés par la période que les spécialistes de la question pour lesquels, on l’aura compris, ce double volume constituera désormais un précieux outil de travail.

Haut de page

Notes

1 Voir Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain, entre presse et roman (1829-1836), Paris, Honoré Champion, 2003 et La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007 ; Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), Presses et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2004, et le site http://www.medias19.org/.

2 Voir notamment Roger Chartier et Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, 2e édition, 4 volumes, Paris, Fayard – Cercle de la librairie, 1989-1991 ; Pascal Durand et Anthony Glinoer, Naissance de l’éditeur, Bruxelles-Paris, Les Impressions nouvelles, 2005 ; et les travaux de Jean-Yves Mollier, dont L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition (1880-1920), Paris, Fayard, 1988.

3 Les auteures distinguent de cette façon trois périodes : 1800-1830, où le recueil périodique ne se distingue pas vraiment de l’objet-livre ; 1830-1880, où le recueil se distingue du livre par l’introduction de gravures, de vignettes, de culs-de-lampe, etc. ; 1880-1914, enfin, où ce type d’imprimé est investi par les écrivains, d’une part (il faut voir, à ce sujet, les travaux de Yoann Vérilhac notamment), et où, d’autre part, il se vend parfois en très grand nombre dans le cas de revues introduisant dans leur pages des innovations comme la photographie.

4 Voir Robert Darnton, Bohème littéraire et révolution, Paris, Seuil, 1983 et Gens de lettres, gens du livre, Paris, Seuil, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Yannick Portebois, Dorothy Speirs, Entre le livre et le journal. Le recueil périodique du XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 février 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/13512

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page