Navigation – Plan du site

Christelle Routelous, « L’hôpital à l’épreuve de la performance économique », Quaderni, n° 82, automne 2013

Fanny Thomas
L'hôpital à l'épreuve de la performance économique
Christelle Routelous (dir.), « L'hôpital à l'épreuve de la performance économique », Quaderni, n° 82, automne 2013, 111 p., Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1642-3.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Quaderni revient sur les transformations de l’hôpital public sous l’effet de la rationalisation économique de ses activités : l’importation du Nouveau management public (NMP) et ses applications à l’hôpital, les instruments politiques de contrôle des coûts et d’incitation des agents hospitaliers à adapter leurs pratiques en fonction d’objectifs visant leur « performance économique ». Les contributions donnent à objectiver un ensemble de points de vues sur les outils de gestion économique, leurs effets sur le travail des soignants et la prise en charge des patients (notamment les points de vues de médecins, administrateurs, politiciens, soignants, associations de patients, chercheurs et universitaires).

  • 1 En référence aux travaux de Philippe Bézès, Réinventer l’État. Les réformes de l’administration fra (...)

2Trois éléments du dossier suscitent plus particulièrement l’intérêt au cours de la lecture. Tout d’abord, l’attachement de chaque auteur à resituer son interprétation à partir de données de contextes concrets. D’une part, en produisant la synthèse systématique du contenu de la littérature officielle en matière de gestion hospitalière et/ou des dispositifs de contrôle des dépenses publiques existants (réformes, rapports, etc.). D’autre part, en revenant sur les usages des termes classiquement mobilisés par les réformateurs pour justifier d’une nécessaire réforme de l’hôpital, et légitimer l’encadrement et l’orientation progressive des activités médicales en fonction d’un raisonnement économico-gestionnaire. De la même manière, les auteurs décrivent toutes les formes de rationalités, médicales, soignantes et gestionnaires, qui permettent d’appréhender les oppositions de valeurs susceptibles d’affecter les différents acteurs de l’hôpital, leurs conflits comme leurs possibles alliances. Ces précautions fonctionnent comme un rappel constant de l’importance de ne pas naturaliser les débats sur les réformes hospitalières, autour de l’évidence de l’intervention politique et de la nécessité de maîtriser les dépenses publiques. Celles-ci permettent de maintenir les interprétations du mouvement de réforme de l’hôpital dans la perspective, plus globale, de la réforme de l’État, caractérisée notamment par la redéfinition tendancielle des interactions entre l’État et ses élites (dont les médecins)1.

3Les auteurs sont cependant attentifs à ne pas prendre pour acquise la traditionnelle opposition entre logiques gestionnaires et logiques médicales. Christelle Routelous revient sur l’importance de considérer le caractère hybride des injonctions économiques, qui font parfois échos aux différentes formes de rationalités économiques, gestionnaires autant que médicales. Le chercheur doit pouvoir interroger les possibilités réelles d’adaptation des activités de soins et d’administration des agents aux objectifs économiques fixés par les tutelles administratives et les agences chargées de les évaluer et de les accréditer. Hélène Marche en analyse les effets en situations de « soins », dans la pratique quotidienne, au regard direct des trajectoires de malades. Comme le montre Frédéric Pierru, il s’agit, ainsi, de ne pas laisser les prises de positions et pratiques des différents agents apparaître subversives, collaboratives ou passives. Cela favorise, en effet, une lecture fataliste de la situation dans laquelle se trouve le secteur public hospitalier, en alimentant la vision de professionnels soignants désemparés ou sans vergogne.

4Enfin, les contributions permettent de s’initier au raisonnement qui consiste à faire des soins un ensemble de prestations économiques, dont les enjeux sont déclinés à différentes échelles : les échelles européenne et nationale mais aussi celles d’un établissement ou d’un service. L’organisation des textes, allant tendanciellement d’une vision macro à une vision micro sociale, permet d’observer la manière dont, à chaque échelle, se donne à voir, pour tous les agents, le jeu d’appropriation sémantique des valeurs de services publics, tant pour justifier du développement d’un nouvel outil ou d’une procédure gestionnaire qu’en réaction à leur introduction ou leurs usages à l’hôpital. Cela participe à déplacer l’analyse classique des effets des outils économico-gestionnaires sur la pratique médicale, en accordant moins d’importance à ce que les outils devraient ou sont en mesure de faire, et plus d’importance aux discours qu’ils viennent alimenter et soutenir, aux positions sociales de corps professionnels ou d’individus qu’ils participent à légitimer.

5Nous regrettons néanmoins que soient simplement esquissés les problèmes posés par l’uniformisation des investissements médicaux et administratifs vers la recherche d’efficience. À partir des retours historiques de Jean-Claude Moisdon et d’Etienne Minvielle, respectivement sur la tarification à l’activité et l’évaluation de la qualité des soins, il apparaît clair que les outils gestionnaires n’évoluent pas uniquement à la mesure des problèmes qu’ils posent mais aussi à la mesure des besoins qu’ils génèrent. Ce processus mériterait d’être mieux exposé.

6Pour conclure, les articles de ce dossier soulignent la tendance performative de « l’incitatif économique » et des modalités de légitimation de ce véritable état d’esprit. La contribution de Sébastien Guigner sur le recours aux comparaisons internationales comme instrument de rationalisation de l’action publique est, en la matière, particulièrement convaincante.

Haut de page

Notes

1 En référence aux travaux de Philippe Bézès, Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, PUF, 2009, coll. « le lien social ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Thomas, « Christelle Routelous, « L’hôpital à l’épreuve de la performance économique », Quaderni, n° 82, automne 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 février 2014, consulté le 08 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/13562

Haut de page

Rédacteur

Fanny Thomas

Doctorante à l’Université de Limoges, laboratoire GRESCO

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page