Navigation – Plan du site

Stéphanie Schwerter et Jennifer K. Dick (dir.), Traduire : transmettre ou trahir ? Réflexions sur la traduction en sciences humaines

Claire Placial
Traduire : transmettre ou trahir ?
Stephanie Schwerter, Jennifer K. Dick (dir.), Traduire : transmettre ou trahir ? Réflexions sur la traduction en sciences humaines, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Colloquium », 2013, 253 p., Préface de Jean-René Ladmiral, ISBN : 978-2-7351-1530-3.
Haut de page

Texte intégral

1« Transmettre ou trahir ? » : l’alternative n’en est pas une, et l’ouvrage montre assez la complexité et la variété des dynamiques de transferts culturels dans lesquelles s’inscrit la traduction (de textes de sciences humaines, mais non exclusivement). On considère ainsi souvent la traduction comme un art de la perte, appelant de ce fait l’élaboration de stratégies diverses, selon l’époque, le type de texte et les choix individuels du traducteur.

2L’ouvrage dirigé par Stéphanie Schwerter et Jennifer K. Dick fait suite au colloque « La traduction / la transmissibilité et la communication transculturelle dans les sciences sociales », qui a eu lieu les 10 et 11 mai 2010 à la Fondation de la maison des sciences de l’homme et à l’École des hautes études en sciences sociales. Les dix-huit articles réunis dans le volume sont issus de certaines des communications du colloque ; l’articulation des contributions en cinq parties a été repensée par les directrices du volume.

3Le sous-titre de l’ouvrage se prête à plusieurs interprétations : il s’agit aussi bien d’examiner les spécificités de la traduction des textes inscrits dans le champ des sciences humaines et sociales, que d’aborder la traduction et les transferts culturels par les méthodes des sciences humaines. Différentes méthodes d’analyse de la traduction se rencontrent et dialoguent au sein de chacune des cinq parties, au risque parfois de la confusion du propos d’ensemble. À ce titre l’introduction aurait gagné à préciser énergiquement les objectifs du volume, qui semblent résider essentiellement en une illustration de la variété des approches de la traduction au sein des sciences humaines et sociales, et au-delà : la variété des inscriptions disciplinaires des contributeurs est grande, et on relève parmi eux plusieurs comparatistes et linguistes, ce qui permet un dialogue stimulant.

  • 1 Jean-René Ladmiral définit ainsi ces termes : « J’appelle “sourciers” ceux qui, en traduction (et p (...)
  • 2 Voir, pour la traductologie « cibliste » qu’il défend, Ladmiral Jean-René, Traduire : théorèmes pou (...)

4L’ouvrage est placé sous le patronage de Jean-René Ladmiral, qui rédige la préface et le deuxième article, intitulé « La question du littéralisme et les traductions de Freud », occasion pour l’auteur de réaffirmer le primat selon lui des perspectives « ciblistes »1. Le lecteur doit garder à l’esprit que les conceptions de Ladmiral, fondamentales dans la compréhension de l’enseignement de la traduction en France, ne sont pas représentatives de l’ensemble de la traductologie française2 ; la notion de « traducteur sourcier » ne saurait notamment se réduire à la recherche d’un littéralisme impossible. La préface de Ladmiral introduit cependant un intéressant concept : celui de « viscosité intellectuelle » des sciences humaines. L’article de Sündüz Oztürk Kazar, « Traduire les signes en sciences sociales », autre point fort de l’ouvrage, en donne une illustration pratique. L’auteure, traductrice en turc de Blanchot, Barthes et Ricoeur, montre, exemples en turc à la clé, comment la confrontation avec le métalangage généré par les sciences humaines la met aux prises avec des problèmes notionnels, terminologiques et discursifs.

  • 3 Akrich Madeleine, Collon Michel, Latour Bruno, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Pari (...)

5Un des intérêts de l’ouvrage réside dans la qualité des articles à portée théorique situés dans la première moitié du livre. Les articles très riches de Salah Basalamah, « Traductions sociales : les défis du conflit des représentations » et de Thibaut Rioufreyt, « Des intermédiaires aux médiateurs. Contribution à une sociologie de la traduction internationale des idées », se font suite, et malgré qu’ils soient indexés dans deux parties distinctes de l’ouvrage, ils ont beaucoup en commun, à commencer par l’utilisation sociologique du terme de « traduction », issu de la sociologie de Bruno Latour3, et désignant les phénomènes de transformation et de négociation modélisés par la théorie de l’acteur réseau – il ne s’agit alors plus de traduction interlinguistique mais de traduction dans un sens sociologique ou philosophique, en tout cas métaphorique, du terme. Le lecteur non prévenu a de quoi être surpris.

6La coexistence dans le même ouvrage des deux extensions du terme est productive, puisqu’elle permet de penser la traduction comme transfert culturel, et de contextualiser ainsi les études de cas qui forment l’essentiel de la deuxième moitié du livre. L’article de Dirk Weissmann est à ce titre passionnant : dans « De Kafka à la théorie postcoloniale : l’invention de la “littérature mineure” », il expose la chaîne de transferts qui a conduit à une traduction un peu malheureuse du concept kafkaïen de Kleine Literaturen par « littérature mineure » : ce mireading de Marthe Robert connaît une postérité extraordinaire, via la médiation de Deleuze et l’utilisation du concept dans les subaltern studies.

  • 4 Sur l’histoire des traductions, voir notamment l’Histoire des traductions en langue française, en c (...)

7On peut regretter que les articles abordant le devenir des traductions ne soient pas réunis dans une même partie4. Aussi bien le travail de Dirk Weissmann sur Kafka que ceux de Delphine Soulard sur Locke, de Bénédicte Coste sur Ruskin, d’Andres Vélez Posada sur Descartes et celui de Carole Chapin sur les traductions du théâtre français par Loukine au xviie siècle illustrent, par contraste avec les techniques et l’éthique contemporaines de la traduction, l’évolution dans les méthodes de la traduction, qui dépassent du reste l’horizon des « belles infidèles » auquel on réduit souvent les traductions anciennes – l’étude du « cas de Two Treatises of Government » montre ainsi comment la traduction fautive de Locke, outre qu’elle a conditionné la réception réduite de l’auteur anglais en France, a dès son époque été reconnue comme insuffisante. Les amendements du texte sous la plume d’un traducteur sachant mal l’anglais n’ont jamais fait de cette traduction une « belle infidèle ».

  • 5 Jakobson Roman, Essais de linguistique générale, vol. I et II, Paris, Éditions de Minuit, 1963 et 1 (...)

8L’ouvrage, malgré ou grâce à son aspect composite et à l’absence d’une problématisation générale qui tienne ensemble la totalité des contributions, soulève plusieurs enjeux d’importance pour les études de traduction. La rencontre interdisciplinaire fait apparaître la complémentarité des approches. D’une part, les spécialistes des transferts culturels ont fort à gagner à se frotter à l’étude des textes mêmes des traductions, c’est-à-dire à la réflexion de la traduction comme processus autant que comme produit. À ce titre, on aurait souhaité lire des exemples de traduction dans l’article d’Isabelle Marc sur les « Musiques populaires transnationales : l’exemple de Brassens en Espagne », par ailleurs très éclairant sur les dynamiques de transferts interculturels sur fond de résistance des poètes et chanteurs espagnols au franquisme. D’autre part, les traductologues, linguistes ou historiens de la traduction, ne doivent plus ignorer l’utilisation du concept de traduction en sociologie, qui n’est pas un énième avatar de la traduction intersémiotique5. Le cas du passage de la langue des signes à l’écriture dans les autobiographies des sourds, traité dans l’article d’Andrea Benvenuto et Pierre Schmitt, pose également la question des limites du langage, et de la traduction d’un langage ni écrit ni vocalique. Enfin, on ne peut que se féliciter du fait que l’ouvrage donne la parole à des praticiens : les articles de Sündüz Oztürk Kazar, de Christophe Ippolito sont à ce titre parmi les plus stimulants, en ce qu’ils rappellent le fait que la traduction et l’édition d’une traduction sont des processus qui supposent des négociations les plus variées, et une confrontation permanente à l’autre (langue, personne, culture…).

9En définitive, qui souhaite lire une synthèse centrée sur les enjeux de la traduction des textes issus des sciences humaines ne la trouvera pas dans l’ouvrage : ce n’est pas tant de cela qu’il s’agit, que d’une rencontre entre des théoriciens et des praticiens issus des horizons disciplinaires les plus variés, autour d’objets traductifs eux-mêmes hétérogènes, mais dont l’hétérogénéité pose des questions cruciales pour les études de traduction, quelle que soit leur inscription disciplinaire. L’expérience herméneutique est à renouveler. Il est à souhaiter que l’ouvrage ne soit pour ses directrices que le premier pas dans une dynamique collaborative à la rencontre des différents acteurs de la pensée et de la pratique traductive.

Haut de page

Notes

1 Jean-René Ladmiral définit ainsi ces termes : « J’appelle “sourciers” ceux qui, en traduction (et particulièrement en théorie de la traduction), s’attachent au signifiant de la langue du texte source qu’il s’agit de traduire ; alors que les “ciblistes” entendent respecter le signifié (ou plus exactement le sens et la “valeur” d’une parole qui doit advenir dans la langue cible », dans « La question du littéralisme. Les ambivalences de la connaissance littéraire confrontées à la rationalité des sciences humaines à la lumière du dispositif analytique de la traduction », in Catherine Coquio et Régis Salado (dir.), Fiction et connaissance. Essais sur le savoir à l'œuvre et l'œuvre de fiction, Paris - Montréal, l'Harmattan, 1998, p. 187.

2 Voir, pour la traductologie « cibliste » qu’il défend, Ladmiral Jean-René, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Gallimard, 1994. Du côté des traducteurs « sourciers » (bien qu’ils récusent cette dénomination), voir Berman Antoine, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995 ; Meschonnic Henri, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999.

3 Akrich Madeleine, Collon Michel, Latour Bruno, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Mines de Paris Les Presses, 2006.

4 Sur l’histoire des traductions, voir notamment l’Histoire des traductions en langue française, en cours de publication aux éditions Verdier, et son premier tome, Chevrel Yves, D’Hulst Lieven et Lombez Christine (dir.), Histoire des traductions en langue française, xixe siècle 1815-1914, Lagrasse, Verdier, 2012.

5 Jakobson Roman, Essais de linguistique générale, vol. I et II, Paris, Éditions de Minuit, 1963 et 1973.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Placial, « Stéphanie Schwerter et Jennifer K. Dick (dir.), Traduire : transmettre ou trahir ? Réflexions sur la traduction en sciences humaines  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/13613

Haut de page

Rédacteur

Claire Placial

ATER en littérature comparée et études de traduction à l'université de Nice, membre du Centre transdisciplinaire d'épistémologie de la littérature. Spécialiste d’histoire de la traduction.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page