Navigation – Plan du site

Pierre Leroux, Philippe Riutort, La politique sur un plateau. Ce que la télévision fait à la représentation

Eric Keslassy
La politique sur un plateau
Pierre Leroux, Philippe Riutort, La politique sur un plateau. Ce que le divertissement fait à la représentation, Presses universitaires de France, 2013, 263 p., ISBN : 978-2-13-059438-3.
Haut de page

Texte intégral

1Les émissions de divertissement apparaissent aujourd’hui comme un passage obligé pour les hommes et les femmes politiques. Désormais, rares sont ceux qui s’« interdisent » de se produire sur un plateau qui ne traite pas exclusivement de politique. À la suite d’une enquête sociologique méthodique et exhaustive, Pierre Leroux et Philippe Riutort nous proposent de comprendre comment un tel constat est devenu possible ; mais ils s’intéressent aussi (et peut-être surtout) aux transformations de la représentation médiatique de la politique engagées par les talk-shows qui reçoivent des personnalités politiques ; enfin, ils montrent judicieusement que les animateurs des émissions de divertissement ont dû finalement établir des compromis avec les politiques pour s’assurer de la présence des plus éminents d’entre eux : moins provocants, ils donnent le sentiment de prendre au sérieux la politique et n’hésitent pas à s’engager sur des thématiques proprement politiques.

2Au début de La politique sur un plateau, Pierre Leroux et Philippe Riutort nous rappellent que la parole politique ne s’est longtemps déployée à la télévision que dans des « cadres solennels » (ou quasiment) : conférences de presse, entretiens, émissions politiques ou encore journaux télévisés. Ils situent la rupture à la fin des années 90, lorsque des émissions de divertissement se mettent à inviter des hommes et des femmes politiques et promeuvent un « traitement ludique » de la chose politique. À ce moment-là, de nombreux acteurs politiques refusent cette évolution qui, par ailleurs, est fortement critiquée par les journalistes spécialisés dans la politique. Aujourd’hui, au contraire, le personnel politique souhaite se rendre sur les plateaux de ces émissions de divertissement qui, bien souvent, ont intégré dans leur dispositif un journaliste politique et un véritable traitement politique. Pour les auteurs, les élections présidentielles de 2012 marquent à cet égard un autre tournant puisque le CSA a décidé d’appliquer à ces émissions les mêmes règles que pour les émissions politiques « classiques » (notamment en termes de temps de parole). D’une certaine façon, une « labélisation officielle du rôle politique » de ces programmes de « divertissement » s’est ainsi mise en place.

3L’objectif de Pierre Leroux et de Philippe Riutort consiste à comprendre cette « mutation » de la place politique à la télévision. Ils débutent alors leur étude par un bilan de la parole politique à la télévision. S’ils ne tranchent pas la question de savoir s’il y a plus ou moins de politique sur les écrans, ils concluent à une politique qui se fait autrement : « des espaces multiples d’expression, de plus en plus fragmentés par les transformations techniques de l’offre télévisuelle ». À l’origine, les premières émissions de divertissement à inviter des politiques cherchent à rompre avec le cadre journalistique qui aurait contribué à favoriser le désintérêt des citoyens pour la chose publique. Il est ainsi devenu consensuel que pour « toucher » un public plus large et « différent » de celui qui s’informe par les émissions proprement politiques, les personnalités politiques avaient intérêt à participer à des émissions de divertissement. Les auteurs se demandent si cette « évidence » est justifiée dans un chapitre très éclairant intitulé « au nom du téléspectateur ».

4La politique sur un plateau s’intéresse également aux animateurs des émissions de divertissement qui reçoivent des politiques : ces professionnels, qui jouent un rôle considérable dans la conception de ces programmes accueillant des politiques, ont perdu leur discrétion d’antan ; certains d’entre eux n’hésitent pas à afficher leur préférence politique et beaucoup s’engagent au service de différentes causes – ce qui traduit une approche spécifique de la politique. Par ailleurs, ces animateurs sont directement partie prenante d’une mise en scène de la politique désormais prisée par l’ensemble du personnel politique : d’abord réticents, les hommes et les femmes politiques se disputent aujourd’hui les places sur les plateaux des émissions de divertissement. Pierre Leroux et Philippe Riutort cherchent à comprendre cette « conversion ».

5Enfin, les auteurs s’interrogent sur « ce que la télévision fait à la représentation ». Ils analysent la vision de la politique qui ressort de ces divertissements. Cela ne contribue-t-il pas à la désacralisation de la politique ? À cet égard, un exemple mérite d’être cité : Le petit journal de Canal plus. Voici un programme qui tourne en ridicule la politique et les acteurs politiques, participant indéniablement au détachement citoyen de la politique. Pourtant, les personnalités politiques n’hésitent pas aujourd’hui à s’y rendre comme invité, donnant une sorte de blanc-seing au désenchantement de la politique. C’est ce type de paradoxe que nous donne à comprendre le formidable livre de Pierre Leroux et Philippe Riutort.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Pierre Leroux, Philippe Riutort, La politique sur un plateau. Ce que la télévision fait à la représentation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/13745

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page