Navigation – Plan du site

Pénélope Larzillière, Boris Pétric (dir.), « Révolutions, contestations, indignations », Socio, n° 2, 2013

Elieth P. Eyebiyi
Révolutions, contestations, indignations
Pénélope Larzillière, Boris Pétric (dir.), « Révolutions, contestations, indignations », Socio, n° 2, 2013, 370 p., Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1624-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cette livraison de la revue Socio s’intéresse à une question revenue au-devant de l’actualité depuis quelques années déjà : les révolutions, les contestations, les indignations.

2Le dossier proposé analyse évidemment le printemps arabe et les « mouvements des places », devenus des sortes de grands classiques de la manifestation et de l’étude actuelle des contestations populaires, qu’elles soient sociales ou politiques. Mais, ce numéro monte également en généralité en proposant d’examiner, dans la rubrique Dossier, au moyen d’une analyse de M. Middell, le cycle révolutionnaire dans le cadre de l’histoire globale ou encore l’unité des grandes contestations contemporaines, à travers un débat entre M. Castells, F. Khosrokhavar et A. Touraine, animé par M. Wievorka. Le dossier est également composé des contributions de O. Roy, Y. Le Bot, G. Pleyers, M. Glasius et Sarah A. Remnick et S. Wahnich. Si en varia, Régis Perret s’interroge sur la précarité, et H. Watanabe revient sur l’intérêt de la période Tokugawa et de l’ère Meiji au Japon, Elena Filippova et France Guérin-Pace proposent un état de la question sur le recensement dont ils analysent la force performative et Hervé Le Bras restitue sa réflexion dans un article intitulé « les trois démographies ». Le Droit de suite de la revue donne la parole à E. Coburn, A. Moreton-Robinson, G. Sefa Dei et M. Stewart-Harawira pour réfléchir dans un article en anglais sur les recherches « indigènes » et les sciences sociales. La rubrique Chantiers interroge le règne d’Hugo Chavez au Venezuela grâce à un texte de P. Vasquez Lezama et les soulèvements contemporains avec A. Bertho.

3Ce deuxième numéro de la revue Socio fait large place à l’Amérique latine à travers des expériences concrètes, autant qu’elle montre que les sociétés arabes/musulmanes ne sont pas des sociétés immobiles et font l’objet d’expériences contestataires au même titre que celles des anciens pays de l’Est. Il souligne de façon actuelle ce vieux postulat en sociologie que le conflit (social, politique, etc.) demeure un révélateur pertinent de la marche du monde, tout en précisant que cette conflictualité illustre un passage de la société vers une nouvelle ère. P. Larzillière, B. Petric et M. Wievorka (pp.7- 23) restent convaincus que les contestations observées depuis quelques années dans le monde marquent l’entrée dans cette nouvelle ère. Cette dernière est caractérisée par l’entrée en tension de logiques autant nationales que transnationales, la mobilisation des médias sociaux, mais aussi le développement de nouveaux imaginaires de la contestation. Aussi, si des régimes politiques sont contestés, indépendamment de tout caractère autoritaire ou démocratique, c’est le rapport au politique qui change en lui-même. Pour preuve, les figures de proue ayant subi l’ire des manifestants tant en Europe de l’Est qu’en Afrique ou ailleurs, ont simplement été remplacés par de nouveaux cadres politiques qui assez rapidement retombent dans les travers anciens. Le visage de l’État change mais l’État demeure ! pourrait-on dire assez laconiquement, mais justement, et ceci dans ses méthodes et ses formes décriées. Saisir ces différents mouvements d’indignation, de couleurs (les révolutions colorées), de révoltes ou même de révolution, ne peut aujourd’hui se faire sans constater que leurs acteurs principaux figurent une certaine disqualification des forces traditionnelles de contestation (syndicats, partis politiques) sans pour autant aspirer à une prise du pouvoir : ceci ne fait pas partie de leur agenda. Les destins des révolutions arabes l’ont suffisamment montré avec l’arrivée au pouvoir des islamistes particulièrement bien organisés pour la prise du pouvoir dans un contexte de discrédit ou d’absence de partis d’opposition structurés, lesquels mouvements islamistes semble-t-il n’étaient particulièrement pas préparés à la gestion du pouvoir. « Les printemps arabes ont partiellement renouvelé les répertoires d’action, ils n’ont pas vraiment ou définitivement remis en cause l’hégémonie sociale des islamistes » (p. 16). La suite on la connaît en observant comme cas d’école la Tunisie ou l’exemple extrême que constitue l’Égypte.

4Questionnant le florilège d’explications, qui ont à tort ou à raison, tenté de comprendre les causes de ces changements, les auteurs soulignent que « la circulation (de ces) émotions politiques et le jeu des identifications croisées montrent que ces mouvements ont des enjeux qui dépassent la sphère nationale, bien que la contestation se confronte essentiellement à l’État » (p. 19). Le désir commun des différents mouvements examinés sur plusieurs continents semble toutefois être un profond désir de faire la politique autrement. Cest dire contrairement aux thèses de Fukuyama, que la fin de l’histoire est loin d’être arrivée.

5Aujourd’hui remise en cause, l’hégémonie du modèle démocratique libéral laisse place dans certaines contrées à une radicalisation islamique, faisant de l’islam politique davantage un questionnement, parfois effarouchant, qu’une alternative. Pour, O. Roy, « le printemps arabe se déroule (...) dans un contexte où les alignements extérieurs sont déconnectés des mobilisations internes, et où le paradigme de la démocratisation est le marché » (p. 31). Selon lui, si la sécularisation politique est possible en dehors de toute sécularisation sociétale ou culturelle, les islamistes n’ont pas bénéficié du retour du religieux (p. 36) ce qui les a contraints à tenter d’étatiser la religion afin de reprendre le contrôle du champ religieux. Or, cette opération illustre un décalage avec la culture politique du printemps arabe qui est protestataire, libertaire, individualiste voire autonome (p. 36) mais qui n’a pu se donner une représentation politique. C’est dire que l’énergie révolutionnaire dégage par les différentes mobilisations à l’œuvre dans l’histoire globale de notre société ne sont pas une source évidente d’un changement politique. La structuration, l’orchestration et les répertoires d’action actuels ne suffisent apparemment pas à eux seuls à induire un changement politique qualitatif dans L’histoire des États, fussent-ils du Maghreb, du monde arabe, d’Amérique latine ou d’ailleurs.

6Au-delà, la recrudescence actuelle des mouvements contestataires à l’échelle de la planète, ravive selon M. Middell (pp.99-15) non seulement l’intérêt des sciences sociales mais aussi fait émerger des idéologies nouvelles en mobilisant des formes d’action concrètes aujourd’hui globales et locales à la fois.

7Le débat entre Touraine, Castells, Wievorka et Khosrokhavar (pp.139-167) a le mérite d’examiner l’unité des grandes contestations contemporaines. Il montre que si les situations restent particulières, une lame de fond, commune à elles toutes, pourrait être au fond la redéfinition de l’acteur (ou du sujet historique pour rester collé à la préférence d’Alain Touraine) et la réinvention d’un type de société capable d’action sous le nom fédérateur de droits sociaux, politiques et autres. Et ceci, évidemment contre l’État et ses symboles, contre l’État et certains de ses commis qu’ils soient dictateurs ou apparemment démocrates. Ce processus global, au sens de F. Khosrokhavar s’inscrit dans un mouvement contemporain, certes, mais historique avant tout, et qui met au jour de nouveaux répertoires d’action collective, au sein desquels la capacité de se construire comme acteur sur la base d’un procès des formes politiques préexistant aux contestations est remise en cause. Ces acteurs des mouvements contestataires sont pour leur part loin d’être homogènes, ainsi que le souligne P. Vasquez Lezama (pp.205-228) dans sa critique du chavisme. S’il montre que le progressisme vénézuélien incarné par Hugo Chavez a conduit à une dérive autoritaire, il souligne également les modes de contestation et la figuration différenciée de leurs acteurs au Venezuela, bien que le leader bolivarien soit devenu une icône : être chaviste est devenu une question identitaire (p. 205). Les nouveaux répertoires empruntés par les acteurs des contestations actuelles sur la planète sont examinés dans ce numéro de la revue Socio, par différents contributeurs. Ainsi, A. Bertho (p. 217-227) souligne l’importance des mobilisations visuelles (émeute, occupation des places), dans les soulèvements contemporains. Selon ce spécialiste des émeutes1, le tournant qu’a constitué l’année 2011 n’a aucunement ralenti l’extension des émeutes (p. 218). Ces dernières cohabitent avec les soulèvements et les mouvements pour former trois figures permettant d’examiner le nouveau dispositif peuple/pouvoirs apparaissant dans l’effondrement des dispositifs modernes de représentation (p. 219). Ainsi, filmer, lever son smartphone ou encore mobiliser la toile Internet et les nombreux médias sociaux qui existent apparaissent comme des indicateurs des nouveaux usages de l’espace public transformé en une « scène publique spectaculaire » (p. 226). Pour A. Bertho, il s’agit de la « production d’un contre-spectacle » (p. 227).

8En conclusion, si le temps révolutionnaire témoigne d’une grande incertitude, les mobilisations contemporaines qui jalonnent l’histoire actuelle du monde s’inscrivent dans un processus global malgré leurs spécificités et les modalités d’expression qui sont les leurs. Si elles renouvellement les répertoires d’action notamment en en empruntant aux technologies de l’information et de la communication, en l’occurrence les médias sociaux, elles continuent de faire l’œuvre d’une tension entre manifestants et État. L’État reste la cible des revendications et le principal protagoniste dans les confrontations. Ces mouvements transcendent bien souvent les clivages partisans pour se fédérer en l’absence de grandes idéologies, autour d’un faisceau de revendications (sociales et politiques, économiques et identitaires) dont la conjonction permet de nouvelles figurations des acteurs dans la société, transforme le visage de l’État mais pas les modes de fonctionnement discriminants et totalitaires initialement décriés.

9Ce deuxième numéro de la revue Socio est de toute évidence un indispensable concentré d’analyses pour toute personne s’intéressant aux évolutions actuelles du monde, en particulier aux mouvements sociaux, revendications et aux formes protestataires.

Haut de page

Notes

1 On pourra lire notre recension Émeutes, silences et violences : un cycle cinquantenaire ?, Espaces Temps, Paru le 23.08.2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Pénélope Larzillière, Boris Pétric (dir.), « Révolutions, contestations, indignations », Socio, n° 2, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 31 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/13746

Haut de page

Rédacteur

Elieth P. Eyebiyi

Docteur en Sociologie, LHME/Université d’Abomey-Calavi (Bénin), Chercheur au Transpol (Canada)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page