Navigation – Plan du site

Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie

Delphine Moraldo
Masculinités
Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam, 2014, 288 p., Édition établie par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux ; Traduit de l'anglais par Claire Richard, Clémence Garrot, Florian Voros, Marion Duval et Maxime Cervulle ; Postface d'Eric Fassin, ISBN : 9782354801397.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Qui publie jusque dans les années 2000, en tant qu’homme, sous le nom de Robert W. Connell, et dont (...)
  • 2 Robert W. Connell, Tim Carrigan et John Lee, « Toward a new sociology of masculinity », Theory and (...)
  • 3 Robert W. Connell, Masculinities, Berkeley, University of California Press, 1995.
  • 4 Concept qu’elle revisitera par la suite dans un article fort intéressant pour ceux qui souhaiteraie (...)

1Le champ d’étude des masculinités, qui existe depuis près de trente ans dans les pays anglo-saxons, connait un intérêt nouveau en France ces dernières années. Raewyn Connell1, sociologue australienne, en est l’une des principales figures depuis le milieu des années 19802. C’est dans Masculinities3, son ouvrage le plus connu, que Connell formalise en profondeur son concept-clé de masculinité hégémonique4, qui désigne « la configuration des pratiques de genre visant à assurer la perpétuation du patriarcat et la domination des hommes sur les femmes » (p. 11). Au début de l’ouvrage, Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux reviennent sur la genèse de ce concept, son évolution, et sa place dans les études de genre. Son impact est non négligeable : c’est à partir de celui-ci que va se construire une réflexion sur les masculinités au sein des études de genre.

2Rien d’étonnant alors que soit enfin publiée la traduction (partielle) en français de Masculinities, près de 20 ans après sa parution. Cette traduction intervient suite à la découverte relativement récente de Connell en France, dont témoigne par exemple la tenue de journées d’étude consacrées à la masculinité hégémonique en 2013 à l’EHESS, en sa présence. Plusieurs entretiens avec la sociologue ont eu lieu à cette occasion, dont celui mené (et retranscrit dans l’ouvrage) par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux. Ainsi, la sociologie de Connell et en particulier son concept de masculinité hégémonique, obtiennent aujourd’hui une visibilité nouvelle en France. Sur ce point, la postface qu’Eric Fassin consacre à l’histoire et à l’actualité du concept de masculinité(s), ainsi qu’à l’articulation du concept de masculinité hégémonique et de concepts plus propres à la sociologie française (comme celui de domination masculine) est éclairante.

3L’ouvrage en question ne consiste pas uniquement en une traduction de Masculinities. Contrairement à ce que le titre pourrait faire croire, seuls quatre chapitres sur dix y sont présents. Le reste de l’ouvrage propose des articles de Connell qui envisagent les masculinités sous l’angle thématique de la santé et de la sexualité. Pour ce compte-rendu, nous nous attardons surtout sur la première partie théorique, pour restituer la façon qu’a la sociologue de penser les rapports de genre.

  • 5 Par exemple avec Messerschmidt en 2005.

4La première partie apporte des éléments théoriques qui permettent de clarifier les enjeux soulevés par le concept de masculinité hégémonique. Elle est constituée de la reprise de deux chapitres de Masculinities. Après sa publication en 1995, Connell5 est revenue sur certaines limites du concept de masculinité hégémonique, et a suggéré des amendements. Il faut donc garder en mémoire que ces textes ont été écrits il y a vingt ans. Dans un extrait de l’interview cité en introduction de cette partie, Connell revient d’ailleurs sur les changements dans les rapports de genre qui ont eu lieu depuis cette époque.

  • 6 Men's Bodies, chapitre 2 de Masculinities.

5Dans « Le corps des hommes »6, les pratiques corporelles sont envisagées comme un sujet de recherche sur les masculinités. Contre des visions du corps masculin naturalistes et biologistes d’une part, constructivistes de l’autre, mais également contre le compromis entre ces deux visions selon lequel la masculinité serait en quelques sorte la construction sociale de la fonction biologique masculine, Connell définit la masculinité comme construite par des pratiques corporelles onto-formatives : « en tant que pratiques bio-réflexives, [ces pratiques] constituent un monde qui a une dimension corporelle, mais qui n’est pas biologiquement déterminé » (p. 57). Ceci amène Connell à considérer que le monde formé par ces pratiques, pour les hommes comme pour les femmes, est du domaine du politique, et à considérer la politique du genre comme une politique sociale incarnée.

  • 7 The Social Organization of Masculinity, chapitre 3 de Masculinities, sans doute le plus connu de ce (...)

6C’est dans le chapitre suivant, intitulé « l’organisation sociale de la masculinité »7, qu’elle présente différents types de masculinité, dont la masculinité hégémonique. Pour Connell, la masculinité est relationnelle, et n’existe que dans les cultures (et pendant les périodes historiques) qui pensent comme opposées masculinité et féminité. Les définitions essentialistes, positivistes, normatives, et sémiotiques de la masculinité, sont rejetées par Connell, qui écrit alors que « la “masculinité” (…) pourrait être simultanément comprise comme un lieu au sein des rapports de genre, un ensemble de pratiques par lesquelles des hommes et des femmes s’engagent en ce lieu, et les effets de ces pratiques sur l’expérience corporelle, la personnalité et la culture » (p. 65). Plus précisément, la masculinité (et la féminité) sont des configurations de la pratique de genre, c'est-à-dire les rapports entre individus et entre groupes, organisés en premier lieu par la sphère reproductive. « Quelle que soit la façon dont on découpe le monde social, et quelle que soit l’échelle d’analyse que l’on choisisse, on retrouve cette configuration » (p. 67), configuration que Connell analyse à l’aune des rapports de pouvoir –la domination masculine–, des rapports de production –la division genrée du travail–, et de la cathexis –le désir sexuel.

7Dans la même perspective relationnelle, Connell pense le genre par rapports aux autres structures sociales : classes et races. C’est cette double interaction qui l’amène à envisager quatre types de masculinités, leurs rapports réciproques, et la dynamique intrinsèque à ces rapports : les masculinités hégémoniques, complices, subordonnées, et marginalisées. Ainsi, Connell insiste-t-elle à plusieurs reprises sur le fait que « la “masculinité hégémonique” (définie à partir du concept gramscien d’hégémonie) n’est pas un type de personnalité figé et invariant, mais la masculinité qui est en position hégémonique dans une structure donnée de rapports de genre, une position toujours sujette à contestation » (p. 73). Les autres types de masculinité se définissent en relation à cette masculinité hégémonique, modèle et incarnation du patriarcat : les masculinités subordonnées sont dominées et posées en contre-modèle (typiquement, les masculinités homosexuelles), les masculinités complices la soutiennent (sans forcément s’y conformer) car elles tirent profit du patriarcat, et les masculinités marginalisées sont celles des groupes ethniques et sociaux dominés qui peuvent, à l’instar des athlètes noirs, incarner un modèle de masculinité hégémonique sans engendrer d’autorité sociale au groupe dont ils sont issus. Connell pense donc les masculinités et les rapports de genre comme fondamentalement processuels et dynamiques. Ce sont les changements dans les trois niveaux de la structure des rapports de genre évoqués plus haut qui permettent de penser une « crise de l’ordre des genres » (mais en aucun cas, comme l’écrit Connell et comme le reprécisent Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux en introduction, à une « crise de la masculinité ») pouvant mener à termes à une reconfiguration des pratiques, et donc des masculinités.

8Cette longue présentation des concepts théoriques ne doit pas laisser croire que Connell envisage les rapports de genre uniquement sous cet angle. Au contraire, il découle de sa pensée de la masculinité comme ensemble de pratiques concrètes, de « choses faites » (p. 91), plus que d’images ou de stéréotypes, la nécessité de mener des études de cas détaillées permettant d’en percevoir la complexité et surtout les dynamiques.

  • 8 Live Fast and Die Young et A Very Straight Gay.

9La seconde partie de l’ouvrage est ainsi consacrée à une approche ethnographique des masculinités, à partir de deux études de cas tirées des quatre développées initialement dans Masculinities : « Vivre vite et mourir jeune », sur de jeunes hommes en proie à la précarité, et « Un gay très hétéro », sur des membres de la communauté gay de Sydney8. Ces études de cas n’ont pas selon Connell de fonction illustrative, mais plutôt d’exploration de situations dynamiques et d’appréhension de la « structure multi-dimensionnelle historiquement “grumeleuse” » (p. 92) du genre. Elles cherchent à montrer comment différents hommes se confrontent à l’hégémonie dans la construction et le vécu de leurs masculinités, qui ne correspondent jamais à l’idéal-type de la masculinité hégémonique.

  • 9 On y trouve la traduction de l’article de R. Connell et S. Kippax, « Sexuality in the AIDS crisis : (...)
  • 10 Sur ce point théorique, cf. chapitre 1, « Le corps des hommes ».
  • 11 Sur ce point théorique, cf. chapitre 2, « L’organisation sociale de la masculinité ».

10Dans une optique similaire, la troisième partie de l’ouvrage a été pensée par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux comme illustrant l’application de la démarche de Connell telle que présentée dans Masculinities à un objet d’étude particulier, celui de la santé et de la sexualité9. Il s’agit de l’un des objets de prédilection de Connell, en tant qu’il soulève la question centrale de « l’incarnation » corporelle (embodiement) et de la matérialité des corps qui selon elle « [possèdent] une capacité d’agir sociale » (p. 50). Il permet également d’illustrer la vision de Connell du genre selon laquelle, à l’opposé d’une vision essentialiste, les pratiques de genre ne reflètent pas les pratiques biologiques, mais les contredisent10 : « les problèmes de santé révèlent souvent des relations contradictoires entre processus sociaux et biologiques » (p. 162). En outre, dans le cadre relationnel qui est le sien pour penser le genre au-delà de la différence des sexes11, il est possible de mettre au jour l’interaction entre dynamiques de genre et phénomènes de santé. Les travaux ethnographiques de Connell, par exemple ceux sur les sexualités gays, ont ainsi permis de mettre en place des politiques concrètes de prévention du VIH.

11Pour conclure, cet ouvrage constitue une porte d’entrée aux travaux d’une sociologue majeure dans le champ des études des masculinités, jusqu’alors peu visible en France. Si seuls quatre chapitres de Masculinities sont traduits dans ce livre, le choix de ces derniers et les différents ajouts (introduction, interview de Connell, articles croisant sociologie de la santé et des masculinités, postface) permettent de présenter des concepts importants, de mettre en perspective et surtout d’illustrer abondamment la pensée de Connell.

Haut de page

Notes

1 Qui publie jusque dans les années 2000, en tant qu’homme, sous le nom de Robert W. Connell, et dont on trouvera quelques éléments biographiques en introduction du livre.

2 Robert W. Connell, Tim Carrigan et John Lee, « Toward a new sociology of masculinity », Theory and Society, 1985, no 14; Robert W. Connell, Gender and power: society, the person, and sexual politics, Etats-Unis, Stanford university press, 1987.

3 Robert W. Connell, Masculinities, Berkeley, University of California Press, 1995.

4 Concept qu’elle revisitera par la suite dans un article fort intéressant pour ceux qui souhaiteraient explorer cette notion. Robert W. Connell et James W. Messerschmidt, « Hegemonic Masculinity: Rethinking the Concept », Gender and Society, 2005, pp. 829859.

5 Par exemple avec Messerschmidt en 2005.

6 Men's Bodies, chapitre 2 de Masculinities.

7 The Social Organization of Masculinity, chapitre 3 de Masculinities, sans doute le plus connu de cet ouvrage.

8 Live Fast and Die Young et A Very Straight Gay.

9 On y trouve la traduction de l’article de R. Connell et S. Kippax, « Sexuality in the AIDS crisis : patterns of sexual practice and pleasure in a sample of Australian gay and bisexual men » (Journal of Sex Research, 1990) ; celle de l’article de R. Connell, T. Schofield, L. Walker, J. Wood, et D. Butland, « Understanding men’s health and illness: a gender relations approach to policy, research and practice » (Journal of American College Health, 2000); et celle de l’article de R. Connell, « Gender, health and theory : conceptualizing the issue in local and world perspective » (Social Science & Medicine, 2012).

10 Sur ce point théorique, cf. chapitre 1, « Le corps des hommes ».

11 Sur ce point théorique, cf. chapitre 2, « L’organisation sociale de la masculinité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/13753

Haut de page

Rédacteur

Delphine Moraldo

Doctorante en sociologie au Centre Max Weber, équipe « Dispositions, Cultures, Pouvoirs, Socialisations », CNRS-UMR 528311/06/2014

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page