Navigation – Plan du site

Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, Introduction aux études historiques

Romain Castellesi
Introduction aux études historiques
Charles-Victor Langlois, Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Lyon, ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014, préf. Gérard Noiriel, EAN : 9782847885767, URL : http://books.openedition.org/enseditions/273.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles Seignobos. La méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901), Lyon : ENS Edition (...)

1Positivistes, scientistes, fétichistes du document, généralistes : autant de qualificatifs utilisés par l’école des Annales, incarnées par un Lucien Febvre revanchard, et largement repris tout au long du XXe siècle pour critiquer les auteurs de L’Introduction aux études historiques, parue en 1898. L’intérêt nouveau suscité par l’ouvrage de Charles Seignobos et Charles-Victor Langlois signe t-il leur retour en grâce ? Dans sa préface inédite à cette nouvelle édition de l’ouvrage dans la toute nouvelle « Bibliothèque idéale des sciences sociales », Gérard Noiriel rappelle le tour injurieux pris par l’adjectif « positiviste » après 1968, comme le fait du reste Antoine Prost dans la préface qu’il consacre de son côté à la réédition de La méthode historique du même Seignobos, dans la même collection1. En réalité, la rigueur scientifique des auteurs dans l’Introduction fait écho à une obsession : celle de légitimer un tournant historiographique. Le moment du manuel est en effet une étape cruciale dans la constitution d’une « science normale ». Langlois et Seignobos rompent ainsi avec une histoire commerciale, populaire, narrative et patriotique, mise en pratique à l’Ecole Normale Supérieure par Ernest Lavisse et Fustel de Coulanges. Le principe de normativité structure l’ouvrage et s’inscrit dans un mouvement historique d’autonomisation du monde universitaire, acteur de la construction d’une nation républicaine et de sa mémoire collective. En plus d’offrir à l’apprenti historien (le livre est issu d’un cours à la Sorbonne) une méthode d’analyse, de synthèse, d’exploitation et d’exposition des documents, l’Introduction est aussi un manifeste : en faveur d’une histoire émancipée de visées commerciales, d’un nouveau langage scientifique pour désigner les faits historiques, d’un enseignement libéré des perspectives carriéristes.. même si Langlois et Seignobos, en quête de légitimité universitaire, cherchent à obtenir le prestigieux poste de professeur à la Sorbonne. Il faut donc lire l’Introduction comme l’ouvrage d’une génération, bercée par les sciences fondamentales, à la recherche de la scientificité de l’histoire, contre les « littérateurs » et les « vulgarisateurs ».

2L’« avertissement » donne d’emblée le ton. Malgré la modestie affichée par le projet, le propos est virulent : les auteurs entendent se distinguer radicalement des « traités de rhétorique » obscurs, oiseux et pédantesques. La démarche en jeu est bien plus austère : il s’agit de restituer les mécanismes rationnels permettant la connaissance d’une vérité scientifique en histoire, tout en refusant d’alimenter des débats métaphysiques infinis. Qu’est-ce qu’un document ? Comment faire de l’histoire ? Dans le premier livre sur « Les connaissances préalables », c’est un retour aux questions fondamentales du métier d’historien qu’opèrent Langlois et Seignobos. Se situant explicitement dans une perspective pédagogique, ils font partager leur expérience de la recherche, ce qui les amène à formuler la maxime devenue classique dans la discipline : « l’histoire se fait avec les documents ». Un bref historique montre le défi posé à l’historien, handicapé par la précarité des sources, perdues dans les aléas du climat, des révolutions, des tris arbitraires réalisés par les administrateurs. Fidèles à leur engagement républicain, les auteurs réaffirment avec force la nécessité que les documents soient collectés, rassemblés, répertoriés par des professionnels dans un cadre public, le but étant de diminuer la part du hasard dans les analyses. Au fil des pages apparaissent les premières revendications d’un groupe professionnel se voulant désormais cohérent et savant : des moyens financiers, des postes de bibliothécaires, d’archivistes permettant un progrès exponentiel de l’état des sources. La question des connaissances préalables indispensables à tout étudiant en histoire pour mener à bien sa mission se pose rapidement. Après un détour historiographique, la rupture est totale. L’érudition littéraire, philosophique, juridique est balayée au profit d’un apprentissage exclusivement technique destiné à la seule connaissance des documents par la pratique des langues anciennes, de l’épigraphie pour l’Antiquité, de la paléographie pour les modernistes... Et de la patience pour les contemporanéistes.

  • 2 Charles Seignobos, Histoire sincère de la Nation Française, Paris, Rieder, 1933.

3Mais l’exhaustivité est inutile sans une explicitation des méthodes et des attitudes à adopter face au document. Partant du principe (pas toujours évident) que l’étudiant maitrise ce bagage préliminaire, il est ensuite invité à passer aux « opérations analytiques » sur le document, abordées dans le Livre II. Devant toute trace historique, le chercheur est en difficulté. Contrairement au chimiste, il ne peut avoir qu’une connaissance indirecte des faits. Pour surmonter cet obstacle, il doit exercer vivement son esprit critique, ce qui le plonge dans une posture de doute cartésien, radical et permanent. Pour affirmer la scientificité de l’histoire, Langlois et Seignobos se lancent dans une énumération méticuleuse des différentes critiques nécessaires permettant de reconstituer la chaîne entre le fait passé et le document. L’historien doit procéder par une critique externe comprenant la critique de restitution (s’assurer de l’authenticité d’une copie ou constater l’autographe de l’auteur), de provenance (authentifier l’époque du document le plus précisément possible, vérifier les propos se rapportant à la localisation du texte), des sources (« mettre en ordre d’une manière rationnelle et commode à la fois les matériaux utilisés », autrement dit constituer un corpus), d’érudition. Ici intervient l’indispensable division du travail dans le processus d’objectivation des témoignages récoltés. Les érudits occupent un rôle fondamental dans la critique externe, le but suprême étant d’avoir à terme regroupé et critiqué l’intégralité des documents les plus anciens. Cette parcellisation des tâches correspond à des profils psychologiques alors en vogue à la fin du XIXe : l’érudit est « de sang froid, réservé, circonspect », il doit trouver un équilibre entre l’hypercritique et le dilettantisme. Quant à la critique interne, elle est proprement historique et réservée au chercheur, afin de comprendre exactement ce que l’auteur du document a voulu dire. Ainsi le langage grammatical, loin d’être littéraire, est en fait une construction historique, tout comme les images présentes dans les textes. Loin donc d’un positivisme désincarné, Langlois et Seignobos conçoivent la vérité scientifique comme un idéal à atteindre. La distorsion éloignant l’historien de l’esprit d’un auteur doit se compenser par une « sincérité »2 fondée sur ce travail réflexif sur les sources. C’est tout le sens de la critique d’herméneutique, qui confère à l’historien son statut d’enquêteur. Après avoir déterminé et situé les affirmations d’un auteur dans un contexte particulier, reste à les soumettre à un impitoyable questionnaire. C’est le moment de la critique de sincérité et d’exactitude. A mesure de l’avancée des recherches, l’historien enrichit les questions représentant chacune une possibilité d’incorrection et de mensonge rencontrée lors des analyses des documents. Tout chercheur comprendra qu’il s’agit de l’étape la plus délicate, visant à distinguer les propos d’un auteur et la réalité des faits passés. Seul l’entraînement peut aiguiser la technique de l’apprenti historien pour déceler les motifs des différents mensonges et déterminer les conditions dans lesquelles le document a été produit.

4La critique des documents ne permet que de saisir des faits isolément. Le Livre III, plus court, passe en revue les « opérations synthétiques » nécessaires pour mettre en ordre ces faits et les exposer. Ce classement se veut similaire à des « tiroirs » interchangeables, ce dont se gaussera Lucien Febvre. Condamné à manipuler des catégories abstraites, l’historien doit néanmoins s’efforcer à la fois de restituer les spécificités locales et de les articuler entre elles à l’échelle des sociétés. Lorsqu’une lacune se manifeste, l’historien, à défaut de pouvoir observer comme le scientifique, doit organiser un « raisonnement constructif ». L’interprétation des silences, comme la déduction à partir d’un fait problématique, doivent permettre de lisser le raisonnement et résoudre les contradictions rencontrées. Autre obstacle de taille au langage historique : il n’est pas universel. La formulation est donc cruciale afin de restituer la cohérence des faits en évitant les travers de la digression comme de l’omission. La monographie permet une précision proche d’une science, mais la généralisation pose un problème insurmontable de nomologie, que refusent pourtant d’admettre les auteurs. Quant au langage propre à la rédaction d’un travail historique, il est appliqué scrupuleusement dans l’ouvrage : rigueur, austérité, concision, et refus de tout ornement. La conclusion sonne comme un hommage rendu à la mission que confie la République à la discipline : celle d’éclairer le présent et et de remettre en question la rupture entre nature et culture. Comme pour anticiper une critique de scientisme…

5Il aura fallu longtemps pour que les critiques remettent en cause l’œuvre du professeur Seignobos, titulaire d’une chaire de « méthode historique » à la Sorbonne. Toutefois sa « légende noire », forgée par Febvre en 1933, ne rend pas justice à la portée de l’Introduction aux études historiques, dont chaque historien d’aujourd’hui reste l’héritier. Si l’on ajoute le fait que, dans l’ouvrage, la démarche visant à restituer la concordance des faits établis s’assimile à « l’imaginaire », l’écart avec les Annales se fait moins béant. La réelle distinction que révèle l’Introduction est la division de l’épistémologie entre l’établissement des faits et leur explication. Cette perspective a été définitivement abandonnée en admettant la contingence des questions que se pose l’historien dans son temps et la partialité de ses sources. Le livre de Langlois et Seignobos sera tout de même parvenu à formuler un principe qui réunit les historiens universellement : « Il faut lire les travaux des historiens avec les mêmes précautions critiques qu’on lit les documents »3 !

Haut de page

Notes

1 Charles Seignobos. La méthode historique appliquée aux sciences sociales (1901), Lyon : ENS Editions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014, disponible en ligne en accès ouvert : http://books.openedition.org/enseditions/487.

2 Charles Seignobos, Histoire sincère de la Nation Française, Paris, Rieder, 1933.

3 http://books.openedition.org/enseditions/295, § 45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Castellesi, « Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, Introduction aux études historiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 février 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/13795

Haut de page

Rédacteur

Romain Castellesi

Étudiant en master d'histoire contemporaine, ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page