Navigation – Plan du site

Pascal Blanchard, Naïma Yahi, Yvan Gastaut, Nicolas Bancel (dir.), La France arabo-orientale. Treize siècles de présences du Maghreb, de la Turquie, d’Égypte, du Moyen-Orient et du Proche-Orient

Corinne Delmas
La France arabo-orientale
Pascal Blanchard, Naïma Yahi, Yvan Gastaut, Nicolas Bancel (dir.), La France arabo-orientale. Treize siècles de présences du Maghreb, de la Turquie, d'Egypte, du Moyen-Orient & du Proche-Orient, La Découverte, 2013, 360 p., ISBN : 978-2-7071-7563-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pascal Blanchard, La France noire, Paris, La Découverte, 2011 ; Pascal Blanchard, Éric Deroo, Driss (...)

1Cet ouvrage richement illustré invite à aborder l’histoire de France à partir des femmes et des hommes issus des anciennes colonies orientales et méditerranéennes. Associant une quarantaine d’auteurs, il poursuit l’entreprise de publication d’ouvrages sur les identités multiples qui sont parties intégrantes de la France, amorcée précédemment, notamment par Pascal Blanchard1. Les dix chapitres déclinent ainsi, sur treize siècles, « la permanence des relations parfois conflictuelles, le plus souvent fusionnelles, que la France a nouées avec les populations du monde arabo-oriental » (p. 12). Ils éclairent les présences anciennes des populations maghrébines, proche-orientales et ottomanes dans l’Hexagone, et montrent comment elles ont bâti notre histoire économique, politique, religieuse et culturelle.

2Le premier chapitre évoque ces contacts originels, de la prise de Narbonne en 719 à la période révolutionnaire, via les croisades puis la progression, sous le grand siècle, de la connaissance concrète de l’Empire ottoman et de l’Orient musulman. Ce millénaire, retracé en une douzaine de pages, se conclut sur la proclamation de l’égalité des droits entre Français et « Mahométans ». Une surveillance s’exercera toutefois à l’égard des quelques centaines d’Arabo-Orientaux, alors présents dans la capitale, à Lyon, Bordeaux et dans les ports méditerranéens. Dans le même temps, l’érection symbolique d’une pyramide aux Tuileries, en hommage aux morts du 10 août 1792, rend compte de la fascination que l’Orient continue à exercer sur les Français.

3Avec le chapitre 2 s’ouvre un siècle d’histoire paradoxal, de l’expédition d’Égypte (1798-1801) à « l’héroïsme des Turcos combattant les soldats prussiens sur le sol de France au moment même où l’Algérie connaît l’une de ses dernières grandes révoltes du XIXe siècle (1870-1872) » (p. 40). Intitulé « rêves d’Orient », ce chapitre retrace ainsi le temps des expéditions, la colonisation algérienne, les premières migrations, l’essor de l’orientalisme et des voyages de l’élite égyptienne, faisant de Paris une étape incontournable du parcours initiatique d’intellectuels, de journalistes, d’étudiants... L’armée française accueille pour sa part des militaires arabo-orientaux, en créant le bataillon des chasseurs d’Orient en 1802, en intégrant des Algériens dans le corps des zouaves, ou en instituant en 1831, la légion des chasseurs d’Afrique et, en 1842, les corps des spahis et des tirailleurs algériens. Le charme de l’Orient marque également le « Tout-Paris », l’architecture orientale investissant lieux publics et intérieurs de riches demeures. Le tournant de 1870 est marqué par les fastes de l’inauguration du canal de Suez ; il l’est également par l’entrée en rébellion de l’Algérie. Il constitue « la fin d’une époque » : pour les Algériens, l’avènement de la République annonce « une domination accrue des colons européens, une nouvelle vague de spoliation des terres et la généralisation du statut de l’indigénat » (p. 49).

4Le chapitre suivant éclaire les imaginaires qui se déploient à l’occasion des expositions coloniales, au cours des premières décennies de la Troisième République. La représentation picturale de l’Orient, devenue un genre depuis le Romantisme, acquiert une visibilité institutionnelle avec la création, en 1893, de la Société des peintres orientalistes français, tandis que le monde du spectacle s’empare de cette nouvelle tocade. La France et Paris s’imposent comme les carrefours des journalistes, des opposants, des intellectuels et des nationalistes de tout le monde arabe. Cependant, c’est également au cours de cette période que s’esquisse l’image de plus en plus négative de l’« Arabe », les qualificatifs racialistes s’immisçant dans des écrits littéraires comme dans le vocabulaire commun, tandis que de puissants organismes tels le Comité de l’Afrique française, l’Union coloniale et la Ligue coloniale française deviennent les fers de lance de la doxa colonisatrice républicaine. Avec l’arrivée des premiers travailleurs immigrés, de vifs débats opposent les défenseurs de la fermeture de la citoyenneté et les partisans de l’assimilation, ces derniers l’emportant finalement avec la consécration du droit du sol, comme critère d’attribution de la nationalité. Conséquence de la suppression du « permis de voyage » pour les Algériens se rendant en France et de l’essor notable de l’immigration, cette présence s’est multipliée par trois à la veille du premier conflit mondial. Outre ces migrants venus pour la plupart travailler dans les mines, plusieurs Levantins, intellectuels, nantis, ainsi que des entrepreneurs syro-libanais s’installent en France. « L’islam n’est pas alors un objet de crainte, c’est même un allié potentiel pour lutter contre les puissances allemande et britannique, et un interlocuteur « traditionnel » dans l’empire colonial pour contrer les réformistes en Algérie ou en Tunisie » (p. 81).

5Largement mis à contribution durant la période 1914-1918, comme le rappelle le chapitre 4, tout en étant confrontés à plusieurs signes d’hostilité et à une politique de contrôle voire de ségrégation plus stricte, combattants et travailleurs immigrés sont en grande partie renvoyés, à la fin de la guerre, dans l’espace colonial, et voient leurs espoirs d’égalité déçus. Toutefois, l’immigration algérienne et marocaine s’intensifie dans l’entre-deux guerres évoqué dans le chapitre suivant, tandis que des milliers d’Arméniens affluent, chassés par le génocide de 1915, et que des Syro-libanais cherchent un pays d’immigration. L’engagement politique et l’anticolonialisme amènent à la création d’organismes de surveillance des immigrés, dont le Service des affaires indigènes nord-africaines. Dans le contexte de crise économique et politique des années 1930, les arabo-orientaux qui se fixent dans la société française sont assimilés à des parias, malgré l’espoir né du Front populaire. Cela n’empêche pas qu’ils soient, en 1939, à nouveau sollicités pour « sauver la mère patrie ».

6« D’une guerre à l’autre », pour reprendre l’intitulé du chapitre 6 consacré aux années 1940-1956, la population nord-africaine devient la cible d’actions de propagande de Vichy et des Allemands, « qui encouragent les mouvements nord-africains, antifrançais et ultranationalistes » (p. 174). Les années d’après-guerre, de reconstruction et de reprise en main de l’empire colonial, sont marquées par un accroissement de l’immigration de travail. Sociabilités et solidarités arabo-orientales se développent dans les cafés et les épiceries, mais aussi à travers l’action syndicale et politique. L’engagement en faveur de l’indépendance s’accroît dans la population étudiante nord-africaine, en plein essor entre 1945 et 1955. Face à ces revendications, la répression se renforce à Paris, à Lyon et dans le Nord, sur fond de racisme croissant. La fin de la période est marquée par une rupture : l’échec de l’expédition de Suez, l’expulsion des juifs d’Égypte et la crise pétrolière « se doublent d’une perte de prestige sans précédent », à l’heure des décolonisations et du conflit algérien. Les rapports franco-arabes connaissent alors leurs heures les plus sombres malgré l’indépendance du Maroc et de la Tunisie.

7Le chapitre 7, courant jusqu’à la fin des trente glorieuses, aborde l’indépendance algérienne et le rapatriement d’un million d’européens, juifs et harkis confrontés au rejet de la population métropolitaine, à la défiance des élites et à un accueil douteux en France, dans des camps d’hébergement, de transit et de reclassement. La problématique du logement, au cœur de la « question immigrée » dès le milieu des années 1950, est rendue plus aigüe au cours de la décennie suivante par une forte progression de l’immigration, inhérente au souci de diversifier et de quantifier les besoins de main-d’œuvre ; plusieurs accords sont ainsi signés par la France, notamment avec le Maroc, la Tunisie, l’Algérie et la Turquie. Un racisme anti-arabe ancré dans l’héritage colonial se développe alors, ce qui n’empêche pas une vie intellectuelle et artistique dynamique. Mai 1968 fait émerger la « question immigrée » incarnée par la figure du travailleur arabe. Les conditions de vie, de travail et de logement de ces populations sont au cœur des revendications qui contribuent à modifier l’image de ces acteurs, aptes à jouer un rôle dans les luttes ouvrières. Cette dynamique est toutefois cassée avec la crise pétrolière, la « chasse aux Arabes » dans le Sud-Est de la France, la fin des trente glorieuses et la fermeture des frontières, évolutions évoquées par le chapitre 8, consacré au « temps des revendications » de la période 1973-1982.

8Les deux décennies suivantes « se caractérisent par un continuel va-et-vient entre l’enracinement des Arabo-Orientaux dans le pays et une inflation de propos stéréotypés à l’encontre de cette population » (p. 270). S’ouvrant par la « Marche » antiraciste de 1983, le chapitre 9 éclaire le changement de regard porté sur ceux que l’on appelle la « seconde génération » et l’émergence d’une « culture beur », avec l’essor d’initiatives lui permettant de s’exprimer. Les années 1990 sont fortement liées au renforcement des représentations négatives à l’égard des jeunes Arabes et à la promotion de la figure de l’« ennemi intérieur », à la suite d’une vague d’attentats ayant émaillé les années 1980, de la fatwa lancée par l’ayatollah Khomeyni contre Salman Rushdie, des appels à la « vigilance » face à l’intégrisme musulman émanant de la classe politique, et de l’« affaire du foulard ». Le chapitre se conclut sur le métissage, lié à l’avènement des cultures urbaines, dont rendent compte la culture hip hop et la chanson populaire.

9Un dernier chapitre est consacré à l’époque contemporaine. Orientant le regard sur les « crispations et cultures partagées » caractérisant cette dernière période (2001-2013), il insiste sur la stigmatisation inhérente au ciblage médiatique de faits divers mêlant des populations arabes, musulmanes ou orientales, depuis les attentats du 11 septembre 2001. Toutefois, cette décennie se caractérise aussi par l’ancrage des présences arabo-orientales, par l’omniprésence d’artistes (musiciens, cinéastes, écrivains...) d’origine maghrébine ou orientale, par d’importantes mutations démographiques, avec plus de 10 % de la population vivant en France qui serait « arabo-orientale », et par l’importance de la mémoire partagée.

10Cette anthologie surmonte les difficultés à retracer treize siècles d’histoire en trois-cent cinquante pages claires et denses. Le choix de la délimitation géographique qui s’étend « des côtes de l’Atlantique à l’Iran, de la Turquie à l’Afrique du Nord, de l’Arménie à l’Égypte » peut certes faire débat, bien que l’ouvrage distingue de nombreuses populations impliquées (turque, arménienne, kabyle, maronite…). L’iconographie constitue un autre point fort de ce livre qui mobilise plusieurs centaines d’illustrations, pour la plupart inédites : documents d’archives, représentations picturales, archives de presse, photographies… Cette richesse tend à faire de cet ouvrage une sorte d’« album de familles » qui met en évidence les ambiguïtés de l’histoire, parfois oubliée, des relations contrastées entre la France et des populations arabo-orientales.

Haut de page

Notes

1 Pascal Blanchard, La France noire, Paris, La Découverte, 2011 ; Pascal Blanchard, Éric Deroo, Driss El Yazamy, Pierre Fournié et Gilles Manceron, Le Paris arabe. Deux siècles de présence des Orientaux et des Maghrébins en France, Paris, La Découverte, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Pascal Blanchard, Naïma Yahi, Yvan Gastaut, Nicolas Bancel (dir.), La France arabo-orientale. Treize siècles de présences du Maghreb, de la Turquie, d’Égypte, du Moyen-Orient et du Proche-Orient », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 mars 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/13833

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page