Navigation – Plan du site

Livio Belloï, Maud Hagelstein (dir.), La mécanique du détail. Approches transversales

Orianne Guy
La mécanique du détail
Livio Belloï, Maud Hagelstein (dir.), La mécanique du détail. Approches transversales, Lyon, ENS Éditions, coll. « Signes », 2014, 252 p., ISBN : 978-2-84788-386-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un récent ouvrage collectif s’est interrogé sur le détail en anthropologie, cf. Caroline Datchary ( (...)

1La variabilité du détail, son « étrangeté », interroge les chercheurs. En effet, celui-ci peut à la fois être une donnée instrumentalisée par la représentation (indice pour comprendre le tout) et l’élément perturbateur qui désolidarise l’ensemble et appelle au questionnement. L’intérêt de cet ouvrage consiste, entre autres, à combler des lacunes concernant d’une part la mécanique du détail, c’est-à-dire ses usages sur différents supports, à différentes époques, et d’autre part ses effets sur le lecteur ou le spectateur1.

2Ainsi, pendant l’Antiquité, le terme de parergon faisait partie du vocabulaire des peintres. Mathilde Bert nous apprend qu’il désignait alors « un motif accessoire, secondaire par rapport au sujet du tableau, mais qui, par son rôle d’ornement, peut impliquer la démonstration d’une certaine virtuosité ». Ce motif devenait par là le marqueur de la présence du créateur de l’œuvre et pouvait exprimer un commentaire implicite de ce dernier. Dans son article, Marc Hersant revient sur la période de l’Ancien Régime, alors que le détail devenait source de débats concernant la conception de l’Histoire : tandis que les historiens réfutent le détail, les mémorialistes en font grand usage, voire saturent leurs récits historiques d’anecdotes croustillantes, qui peuvent paraître insignifiantes à l’époque et font douter de leur véracité. Voltaire déclare dans sa lettre à Dubos en 1738 : « Malheur au détail ». Or, la perception du travail des mémorialistes est toute autre pour les historiens d’aujourd’hui car ces détails répertoriés permettent de mieux appréhender le passé : Michelet a su voir l’importance de ces « anecdotes ». Ces exemples montrent à quel point la réception du détail est dépendante de son support et de l’époque. Outre cette réalité, le détail questionne quant au sujet de son articulation dans la totalité : le détail étant valorisé, sa nature de « motif secondaire » tend à disparaître, comme l’énonce fort bien Laurence Dahan-Gaida, qui s’arrête aussi sur la dimension spatio-temporelle du regard détaillant.

3Le sommaire du présent ouvrage se veut interdisciplinaire et s’articule autour de deux axes : dans une première partie, les études se focalisent sur le « lisible » (poésie, listes, fictions narratives, etc.), tandis que, dans la seconde moitié du livre, les articles orientent leurs réflexions sur les usages du détail dans le domaine du « visible » (bandes dessinées, film, photographie, etc.).

  • 2 Dans les poèmes de Melnick, le lecteur découvre des lettres « virus » qui contaminent visuellement (...)
  • 3 D’autres œuvres faisant partie de ce projet artistique sont visibles sur le site officiel : http:// (...)
  • 4 Bernard Dupriez, Gradus, les procédés littéraires, Paris, 10/18, 2003, art. « accumulation », p. 18 (...)
  • 5 Le « bi-carré latin » est une combinatoire complexe, contrainte que Georges Perec s’est fixée pour (...)

4Dans la partie « Du lisible », Alain Vaillant nous propose dans son article un décryptage de la conception de la poésie moderne ; les écrivains de la « modernité », au XIXe siècle, « ont conscience que le monde est complexe […] et que le premier objectif de l’esthétique littéraire doit être de donner forme à cette complexité ». Le détail devient dès lors l’instrument de cryptage de cette réalité. En résulte, à cette époque, la poésie syllabique qui vient désarticuler les chaînes du signifiant et du signifié ; l’auteur du texte revient ainsi sur certains écrits de Rimbaud, Hugo ou encore Balzac. Pour sa part, Michel Delville s’arrête d’abord sur deux facettes du détail : le « syndrome de la nausée », quand il y a saturation de détails, ou encore le « fétiche linguistique », revenant ici sur les expériences lettristes qui envisagent le détail dans sa matérialité en mêlant le textuel et le visuel2. Il nous fait découvrir le travail de l’artiste anglais Tom Phillips et nous invite à observer son œuvre A Humument, en incluant des reproductions. Pour arriver à cette création, ce dernier a choisi comme support original le livre A Human Document, écrit par William Hurrell Mallock. La technique envisagée par Tom Phillips, qui utilise la peinture, le collage ou encore les dessins, « produit des détails prenant valeur d’indices, qui exploitent et révèlent indirectement le potentiel subversif du texte-source »3. Nous découvrons à la suite de cet article, l’étude de Claude-Pierre Perez portant sur le détail dans la liste. Il est question, dans un premier temps, de différencier l’accumulation de l’énumération : la première ne relève pas obligatoirement de la logique (série ouverte), tandis que la seconde « constitue un mode de définition propre aux ensembles » (série fermée)4. L’auteur nous propose ensuite une lecture des listes écrites par Saint-John Perse ou encore Jorge Luis Borges. Dans son article, Jean-Luc Joly oriente ses interrogations vers le détail et la totalité dans l’œuvre La Vie mode d’emploi de Georges Perec. Il en vient à comparer l’art du puzzle pratiqué par Bartlebooth, protagoniste du roman, et l’écriture de Perec « considérée elle aussi en bien des endroits de l’épitexte auctorial perecquien comme un puzzle ». En effet, l’ouvrage produit par Perec relève d’un exploit méticuleusement orchestré : aucun détail n’est laissé au hasard, l’auteur joue avec les mots, la diégèse, les descriptions. Pour ce faire, il s’est donné les contraintes du « bi-carré latin » ou encore de la « polygraphie du cavalier »5. Nous continuons la lecture avec l’article de Marc Parayre qui s’arrête sur le roman Iceberg de Fred Kassak, dans lequel l’auteur joue un tour de force car, au lieu de « lever des ambiguïtés » et de « livrer la signification de l’ensemble », il fait un usage des détails qui invite à une lecture erronée de l’histoire. Le lecteur se voit trompé par les mots et « contribue […] involontairement à construire son propre piège en poussant l’interprétation de plusieurs détails dans un sens univoque qu’il croit être le bon ». Anne Besson nous livre, quant à elle, des réflexions concernant les cycles romanesques au sein desquels la logique des détails est un impératif afin que l’ensemble des œuvres soit reçu comme un Tout. Or, les manquements à cette rigueur deviennent des jeux de pistes pour les lecteurs avides de précision et de cohérence. Les auteurs de cycles romanesques peuvent alors décider de rectifier ou non les erreurs et oublis lors des rééditions ou dans les volumes à venir, en y ajoutant des explications permettant d’entendre l’erreur comme étant acceptable dans la diégèse.

5Dans la partie « Du visible », Delphine Bellis explore la nouvelle appréhension du visible au XVIIe siècle grâce à l’invention et au perfectionnement du microscope, qui permet de concevoir la matérialité de l’invisible. Cette nouvelle perspective de la « réalité disséquée » induit une évolution des mentalités qui, jusqu’à présent, considéraient le détail comme support herméneutique : selon les théories paracelsiennes, « [le] détail entretient avec le tout un rapport essentiel et analogique, dans la mesure où le microcosme reflète le macrocosme ». De ce fait, le microscope est devenu un instrument de « démystification » permettant d’appréhender scientifiquement la réalité invisible à l’œil nu. Dans son étude, Erika Wicky se penche sur l’un des usages de la photographie au XIXe siècle : la reproduction d’œuvres d’art et de monuments architecturaux. Cette pratique fait office de « témoin » mais aussi d’« initiateur d’un certain regard ». L’auteure s’interroge ici sur la notion de cadrage (« fragment ») et de prise de position (en l’occurrence pour le dessin, tout comme l’avait fait la gravure). Maud Hagelstein revient sur l’effet à double tranchant d’une des méthodologies employées par les historiens, qui est celle de s’arrêter sur les détails ; en effet, si l’historien « se focalise trop sur un détail », il risque d’enfermer son interprétation de l’objet étudié. Il doit, de ce fait, articuler son étude entre « regard rapproché et vision globale ». L’auteure de cet article prend pour exemple Aby Warburg qui, ayant travaillé sur des œuvres de Boticelli, propose une nouvelle conception du détail : celui-ci étant « [l]oin de n’être que l’indice d’une totalité à l’œuvre, […] introduit de la différence et déporte quelque peu l’argument principal de l’artiste ». Dans son article, Raphaël Pirenne s’intéresse à la peinture abstraite américaine des années 1950. Il nous livre ainsi ses réflexions sur les œuvres de Clement Greenberg, avec son concept d’all over ou « comment affirmer la continuité du plan du tableau quand on travaille “dans le plat” ». Par la suite, il s’arrête sur Willem de Kooning et sa méthode procustéenne qui déstructure la cohérence de deux dessins originaux assemblés pour donner une impression de mouvement, ce qui engendre une incohérence anatomique (corps de femmes) mais aussi temporelle. Nous découvrons ensuite le travail de Robert Rauschenberg avec le combine painting « où la peinture est conçue comme une surface d’inscription d’entités distinctes et permutables impliquant une appréhension cognitive radicalement différente ». Raphaël Pirenne clôt son étude avec le travail de Cy Towm qui, au travers de ses choix esthétiques, contraint le spectateur à « une schize détaillante du regard ». La lecture de l’ouvrage se poursuit avec l’étude de Livio Belloï qui dévoile au lecteur des détails du film Don’t look Now de Nicolas Roeg, dans lequel il est question de « corrélations entre deux lieux contigus (intérieur et extérieur) et deux séries d’événements ». La lecture des détails révèle la dimension panique – entendue comme événement – des images offertes par le réalisateur. L’ouvrage s’achève avec l’étude de Fabrice Leroy qui nous fait part de ses observations concernant les Building Stories de Chris Ware. Contrairement à la lecture des bandes dessinées « ordinaires », celle proposée par Chris Ware n’est linéaire ni dans le temps, ni dans l’espace, ni dans les actions. Il est question en réalité d’un « agencement désordonnée [qui] empêche une lecture séquentielle des planches ». D’après Ware, cette mise en scène correspondrait« davantage au processus de la pensée ».

6Cet ouvrage dévoile, au travers de toutes ces réflexions, la complexité de la mécanique du détail et permet une appréhension plus approfondie de cette notion si labile.

Haut de page

Notes

1 Un récent ouvrage collectif s’est interrogé sur le détail en anthropologie, cf. Caroline Datchary (dir.), Petit précis de méthodologie. Le sens du détail dans les sciences sociales, Le Bord de l’eau, coll. « Perspectives anthropologiques », 2013. Compte rendu de Doris Buu-Sao pour Lectures : http://lectures.revues.org/13348.

2 Dans les poèmes de Melnick, le lecteur découvre des lettres « virus » qui contaminent visuellement le mot initial, reconnaissable malgré cela. Cette expérience peut être interprétée comme une métaphore de la « corruption générale du langage privé par le discours public ».

3 D’autres œuvres faisant partie de ce projet artistique sont visibles sur le site officiel : http://humument.com/.

4 Bernard Dupriez, Gradus, les procédés littéraires, Paris, 10/18, 2003, art. « accumulation », p. 186.

5 Le « bi-carré latin » est une combinatoire complexe, contrainte que Georges Perec s’est fixée pour écrire son récit. Il donne comme exemple, pour expliquer cette technique, la mise en scène de personnages dont les attributs seraient intervertis à chaque nouveau chapitre. Il revient alors à l’auteur d’inventer des histoires « justifiant ces successives transformations » (cf. Georges Perec, « Quatre figures pour La Vie mode d’emploi », L’Arc, n° 76, 1979, p. 251). La « polygraphie du cavalier » renvoie au déplacement du cavalier dans le jeu d’échecs ; dans le texte de George Perec, il est question d’ordonner les chapitres de telle sorte : toutes les pièces du côté de la façade de l’immeuble, lieu central du roman, sont comparables aux cases d’un damier et l’écrivain doit organiser ses descriptions en parcourant l’immeuble grâce à ce déplacement, sans se répéter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Orianne Guy, « Livio Belloï, Maud Hagelstein (dir.), La mécanique du détail. Approches transversales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 mars 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/13897

Haut de page

Rédacteur

Orianne Guy

Docteure en espagnol et membre du laboratoire ERIMIT, Université Rennes 2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page