Navigation – Plan du site

Mathieu Grégoire, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes

Didier Bastide
Les intermittents du spectacle
Mathieu Grégoire, Les intermittents du spectacle. Enjeux d'un siècle de luttes (de 1919 à nos jours), La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2013, 182 p., ISBN : 978-2-84303-245-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sophian Fanen, René Solis « Aurélie Filippetti : “La place des artistes sera renforcée” », Libérati (...)

1Dans un entretien récent, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti précise que le statut des intermittents du spectacle « est du ressort des partenaires sociaux et ne peut donc pas être dans la loi, sauf à revenir sur les acquis du paritarisme… Même la Cour des comptes reconnaît aujourd’hui qu’il faut un régime spécifique et qu’il doit relever de la solidarité interprofessionnelle. La suppression du statut des intermittents n’est plus à l’ordre du jour. Ils ne sont plus les boucs émissaires du déficit de l’assurance chômage »1.

  • 2 Mathieu Grégoire, audition à l’Assemblée Nationale par la Mission d’information sur l’emploi dans l (...)

2Ce statut, ses origines, ses évolutions et leurs enjeux jusqu’à la situation actuelle, il en est précisément question dans l’ouvrage de Mathieu Grégoire, issu d’une thèse de sociologie dirigée par Bernard Friot. La spécificité des revendications des intermittents constitue le fil directeur de l’étude. Leurs « luttes », « font voler en éclats »2 certaines catégories « habituelles » en matière de salariat, comme les notions de plein-emploi ou de précarité de l’emploi. Le mouvement social de l’été 2003 met en lumière cela, avec l’annulation de la plupart des festivals dont celui d’Avignon. Il ne s’agit pas alors de manifester « contre l’intermittence de l’emploi en tant que telle », mais de revendiquer un droit à des « conditions de revenus et de protection sociales dignes ». En développant cet exemple, visant à défendre le régime d’indemnisation du chômage, mais également en opérant un retour sur des journées de grève en 1919 et en 1936, l’auteur dès l’introduction pose les jalons d’une histoire des luttes des intermittents. Une aspiration commune émerge dans le récit de ces grèves à savoir, pour les artistes de spectacle, pouvoir « vivre de leur métier », alors que, suivant la période étudiée, les objectifs poursuivis, les modes d’action et de raisonnement diffèrent. Ils composent en quelques sortes trois modèles historiques (schématiquement trois temps, durant l’entre-deux-guerres, de l’après-guerre jusqu’à la fin des années 1970, depuis les années 1980). Ces trois « horizons d’émancipations » restitués grâce à l’analyse des archives de la Fédération du spectacle CGT et à une série d’entretiens pour la période actuelle, font chacun l’objet d’un chapitre en suivant.

3La maîtrise du marché du travail par la « corporation » fait figure d’ambition prédominante jusqu’au Front Populaire. Bien que le terme « intermittent » ne « cristallise pas encore l’identification » d’un groupe professionnel, l’intermittence des engagements (« au cachet », « à la pièce »…) s’impose déjà. Des employeurs multiples, un temps de travail fragmenté, bref une grande flexibilité du marché du travail façonne le contexte artistique, minutieusement restitué tout au long du chapitre. Aussi, face à un État « très largement en retrait de la relation salariale », les organisations syndicales puissantes (en termes d’adhérents) tentent d’imposer leurs propres régulations.

4L’emploi constitue le deuxième horizon d’émancipation. Contrairement à la période précédente, les artistes cherchent à s’intégrer dans le salariat à partir de l’après-guerre. C’est désormais l’emploi lui-même, « le contrat de travail, qui est l’objet d’un encadrement normatif conventionnel garanti par l’État ». L’élaboration et la négociation de conventions collectives qui formalisent de façon de plus en plus détaillée la relation de travail (les indemnités de transport ou d’habillement, par exemple) constituent dès lors le gros de l’activité syndicale. Enfin les artistes, dont la « protection sociale » est issue jusque-là de l’assistance ou de la prévoyance individuelle, deviennent bénéficiaires (comme les autres salariés) de droits concernant la maladie, la retraite et la famille, avec la création de la Sécurité sociale.

5Comment la socialisation massive des ressources des intermittents s’opère-t-elle à compter de la convention Unedic de 1979 ? Telle-est la trame du dernier chapitre, qui étudie d’abord la genèse du régime d’intermittence indemnisée. L’auteur restitue avec clarté les différentes étapes de la création des accords VIII et X de l’Unedic, démêlant à la fois leur complexité et ce qui tient du «  récit communément partagé ». Ensuite il est fait état des différents développements du régime d’indemnisation, à compter de 1984, jalonnés de conflits dont le schéma « obéit le plus souvent aux mêmes étapes », schéma à nouveau en vigueur dans l’actualité immédiate.

  • 3 Sandrine Blanchard, Jean-Baptiste Chastand, « Des intermittents occupent le MEDEF », Le Monde, 21 f (...)
  • 4 Mathieu Grégoire, « Travailler à l’émancipation salariale », Plateaux, n° 200, 2010.

6Aux propos « rassurants » de la ministre de la Culture rapportés en introduction, succède, depuis le 13 février 2014 (dans le cadre des négociations sur l’assurance chômage), la proposition du MEDEF visant à la suppression pure et simple du régime des intermittents. Celle-ci génère une série de « ripostes » (lettre à l’initiative de Jack Ralite, assemblée générale au théâtre du Rond-Point, manifestation…)3 de la part d’une profession résolue à « vivre de son métier », selon l’expression de Mathieu Grégoire. Son ouvrage, outre qu’il informe sur la situation présente des intermittents du spectacle, permet au lecteur de mettre en perspective les soubresauts actuels que connaît la profession. Il a également pour vertu, grâce au recours à l’histoire, de « dénaturaliser les prétendues nécessités auxquelles il conviendrait de se résigner ». Les artistes du spectacle ayant en quelque sorte subverti « par trois voies historiques différentes, la seule logique du marché »4.

Haut de page

Notes

1 Sophian Fanen, René Solis « Aurélie Filippetti : “La place des artistes sera renforcée” », Libération, 24 janvier 2014.

2 Mathieu Grégoire, audition à l’Assemblée Nationale par la Mission d’information sur l’emploi dans les métiers artistiques, 20 décembre 2012.

3 Sandrine Blanchard, Jean-Baptiste Chastand, « Des intermittents occupent le MEDEF », Le Monde, 21 février 2014.

4 Mathieu Grégoire, « Travailler à l’émancipation salariale », Plateaux, n° 200, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Mathieu Grégoire, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/13913

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page