Navigation – Plan du site

Bernard Hours, Pépita Ould-Ahmed (dir.), Dette de qui, dette de quoi ? Une économie anthropologique de la dette

Laurent Femenias
Dette de qui, dette de quoi ?
Bernard Hours, Pépita Ould-Ahmed (dir.), Dette de qui, dette de quoi ? Une économie anthropologique de la dette, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2013, 296 p., ISBN : 978-2-343-02074-7.
Haut de page

Texte intégral

1La crise économique mondiale, puis les difficultés rencontrées par la Grèce et à sa suite par la majeure partie des pays membres de la zone euro, ont ramené avec force ces dernières années la question de la dette au cœur de l’actualité. La dette est en effet à la base du fonctionnement du capitalisme financiarisé qui prévaut aujourd’hui dans notre société. Pourtant, les discours usuels la limitent généralement à sa seule dimension économique, privilégiant une logique purement comptable en termes d’équilibres budgétaires et n’envisageant la dette qu’à travers la possibilité de son remboursement monétaire. Or la dette est un objet d’analyse que l’on ne saurait limiter à ce seul aspect, aussi important qu’il soit.

2C’est justement l’ambition des auteurs de l’ouvrage collectif dirigé par l’anthropologue Bernard Hours et l’économiste Pepita Ould Ahmed que de proposer un élargissement significatif de ce cadre. La dette est ainsi décrite comme un objet aux multiples facettes, que le regard croisé de chercheurs issus de différents champs disciplinaires (économie, sociologie, anthropologie) permet de mieux appréhender. Car en s’intéressant aux particularités et aux spécificités de la dette dans l’espace et dans le temps, il est possible de toucher à ce que la dette peut avoir d’universel, autrement dit à sa nature.

  • 1 Aglietta Michel, Orléan André (dir.), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998. Les recherch (...)
  • 2 Comme le rappelle très justement Jean-Michel Servet dans l’ouvrage ici recensé (p. 46), on peut au (...)
  • 3 Baumann Eveline, Bazin Laurent, Ould Ahmed Pepita, Phélinas Pascale, Selim Monique, Sobel Richard ( (...)

3Les auteurs envisagent donc, à l’instar du travail initié par Michel Aglietta et André Orléan au sujet de la monnaie à la fin des années 19901, leur objet d’étude comme un phénomène complexe et ambivalent, qui facilite les échanges et permet la reproduction du lien social tout en étant également générateur de tensions, et dont les dimensions économiques, sociales ou symboliques s’éclairent et s’enrichissent les unes les autres. Ce rapprochement avec la monnaie est loin d’être anodin et les recherches liant les deux notions sont déjà fort anciennes2. Surtout, il s’agit d’un sujet qui a déjà intéressé nombre des participants à ce travail sur la dette voilà quelques années (Pepita Ould Ahmed, Laurent Bazin, Eveline Baumann, Monique Selim, Jean-Michel Servet), et dont les résultats avaient été publiés sous la forme d’un ouvrage collectif3 dans la lignée duquel s’inscrit donc le livre qui nous intéresse aujourd’hui.

4Quatre axes de la dette sont explorés tour à tour et structurent en autant de parties les différentes interventions des auteurs : dettes partagées, dettes imposées, dettes politiques et dettes sexuées.

5Le premier axe, autour des « dettes partagées », permet tout d’abord d’interroger, sous la plume des deux co-directeurs de l’ouvrage qui signent les deux premières contributions, les rapports entre morale et économie à travers la question de l’obligation (ou non) de payer censée s’imposer à un débiteur, tout en inscrivant clairement la dette comme le prix de multiples dominations. Ces dernières peuvent être aussi bien symboliques (Dieu, les ancêtres, ceux envers lesquels on est redevable d’une « dette de vie ») qu’économiques. L’ambivalence qui caractérise la dette fait toutefois également de cette dernière le prix d’une liberté qui est généralement acquise lors de son effacement. Jean-Michel Servet, dans le dernier article de cette partie, pose pour sa part les pratiques monétaires et financières alternatives (tontines, microcrédit, monnaies complémentaires) comme autant de poches de résistance face à la toute puissance du capitalisme financier.

6Les « dettes imposées » du second axe concernent notamment la dépendance des économies dites en développement par rapport aux économies occidentales, et les conséquences néfastes qui en résultent le plus souvent. Dans le même temps, la dette peut être l’objet de luttes et conflits, notamment politiques, pour la conquête ou le contrôle du pouvoir. Pour illustrer ces points, sont explorés tour à tour les exemples de l’Équateur (Bernard Castelli) et du Nicaragua (Hélène Roux). Un texte de Jean-Yves Moisseron et Hind Malanaïne conclut cette partie en analysant le rôle majeur joué par les agents de (micro) crédit dans les pays en développement, ces agents faisant fonction d’interface entre deux mondes : celui des communautés villageoises rurales et la société urbaine où s’imposent la modernité et la logique économique des pays du Nord.

7Le troisième axe est celui des « dettes politiques ». Ces dernières apparaissent avec force dans des contextes de transformation sociale importante. La première contribution de cet axe, signée Françoise Bourdarias, concerne le Mali où le rapport d’endettement entre les aînés (créanciers) et les cadets (débiteurs), typique du modèle lignager décrit par les anthropologues, est remis en cause par les avancées de la modernité occidentale, entraînant des crises de légitimité et des rébellions face aux modes de domination et de pouvoir traditionnels. En outre, les dettes politiques sont essentiellement des dettes imaginaires et symboliques comme nous le rappellent Laurent Bazin (à travers l’exemple de l’Algérie), puis Antoine Heemeryck (qui s’intéresse lui à la Roumanie post-communiste). Dans ces deux cas, l’État doit s’acquitter d’une dette vis-à-vis de la société. Or cette dette s’avère insolvable car elle repose sur des attentes procédant d’utopies liées à la manière dont les différents gouvernements ont pris le pouvoir après une période de troubles majeurs (la guerre d’indépendance algérienne ou la tentative de solder le lourd passif du communisme).

8Enfin les « dettes sexuées », qui font l’objet de la quatrième et dernière partie du livre, constituent un axe particulièrement intéressant et original de ce travail. Comme les dettes politiques, les dettes sexuées sont des dettes non remboursables et imaginaires qui viennent marquer la position d’infériorité qui caractérise généralement les femmes dans le rapport de domination qui les lie aux hommes. Les auteurs analysent différentes situations (en Inde, en Chine, au Burkina Faso, au Maroc, au Sénégal, mais aussi en Europe occidentale) qui toutes montrent les difficultés qu’ont les femmes à s’affranchir de ces contraintes traditionnelles, même non écrites, même lorsque l’idée de hiérarchie semble pourtant partiellement gommée, et ce malgré les diverses actions menées à travers la planète qui sont censées améliorer leurs conditions de vie et leur permettre d’accéder à davantage d’égalité. Cependant, malgré ces difficultés, un certain nombre de dynamiques sont bel et bien enclenchées et peuvent laisser espérer des évolutions positives de cette situation.

9En conclusion, la quasi universalité de la notion de dette, qui innerve la vie sociale et collective de tous les types de sociétés, justifie à elle seule la démarche pluridisciplinaire qui est proposée ici. On constate alors la multiplicité des représentations et des formes que la dette peut revêtir à travers le monde et à travers l’Histoire. Ce faisant, en explorant comme le suggère Bernard Hours dans ce livre « des pistes pour une économie qui se voudrait plus anthropologique » (p. 42), c’est finalement un regard plus précis et plus acéré qui peut être jeté sur des phénomènes qui touchent au quotidien notre propre réalité contemporaine. C’est là l’une des qualités majeures de ce livre qui, en élargissant le point de vue sur la dette, nous permet dans le même temps de mieux comprendre son poids et ses implications dans l’Europe d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Aglietta Michel, Orléan André (dir.), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998. Les recherches issues de ce livre ont donné lieu à de fructueux prolongements dont on trouvera les résultats dans Théret Bruno (dir.), La monnaie dévoilée par ses crises, 2 volumes, Paris, Éditions de l’EHESS, 2007.

2 Comme le rappelle très justement Jean-Michel Servet dans l’ouvrage ici recensé (p. 46), on peut au moins remonter à Mitchell Innes Alfred, « What is money », The banking law journal, mai 1913, p. 377-408, réédité dans L. Randall Wray, Credit and State theories of money: the contributions of A. Mitchell Innes, Cheltenham, Edward Elgar, 2004.

3 Baumann Eveline, Bazin Laurent, Ould Ahmed Pepita, Phélinas Pascale, Selim Monique, Sobel Richard (dir.), L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes, Paris, L’Harmattan, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Femenias, « Bernard Hours, Pépita Ould-Ahmed (dir.), Dette de qui, dette de quoi ? Une économie anthropologique de la dette », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 mars 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/14017

Haut de page

Rédacteur

Laurent Femenias

Docteur en sciences économiques, chercheur associé au CEMF-LEDi, Université de Bourgogne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page