Navigation – Plan du site

John Rawls, Justice et critique

Thomas Vroylandt
Justice et critique
John Rawls, Justice et critique, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2014, 98 p., Traduit et présenté par Luc Foisneau et Véronique Munoz-Dardé, ISBN : 978-2-7132-2411-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rawls John, Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1989 [1971] ; Rawls, John, Libéralisme politique, (...)

1Figure majeure de la philosophie politique contemporaine, John Rawls, décédé en 2002, est principalement connu pour son travail sur la justice sociale qui a donné lieu à la publication de la Théorie de la justice en 1971, ainsi qu’à de nombreux développements par la suite1. Justice et critique se propose de reconstruire le parcours intellectuel de celui qui fut professeur à Harvard, et reprend pour cela un article publié initialement dans une revue universitaire principalement destinée aux étudiants de philosophie, The Harvard Review of Philosophy. Cet article était le fruit d’une interview du professeur Rawls par trois de ses étudiants, dans son bureau à Harvard en 1991. C’est la nature même de cet entretien qui le rend si intéressant : Rawls n’expose pas sa pensée dans le cadre d’une démonstration philosophique complexe et théorique, comme dans un colloque ou un séminaire, mais revient ici sur sa vie personnelle, sa formation et l’intérêt particulier qui est le sien pour la philosophie. Précédé d’une longue introduction qui permet de contextualiser l’œuvre et le travail du philosophe, cet entretien cherche à apporter un regard autre, complémentaire, sur les travaux de Rawls et sur sa manière de faire et de vivre la philosophie.

2L’introduction, rédigée par Luc Foisneau et Véronique Munoz-Dardé, deux spécialistes des questions de justice sociale, a pour but de préparer le lecteur à un entretien traversé à la fois par des questions portant sur la tradition de la philosophie politique et par des questions, plus prosaïques, sur la réception de la Théorie de la justice. L’objectif est ici parfaitement accompli tant l’explication fournie est claire et précieuse. Les auteurs exposent l’analyse de l’œuvre à partir du constat qu’elle est bâtie autour d’un puissant système argumentatif : « […] l’objet de la Théorie de la justice est de montrer en quoi la détermination rigoureuse de principes de justice, à partir de contraintes formelles sur l’information, rend possible la construction d’argumentations échappant, dans la mesure du possible, aux préjugés » (p. 11). Le but de Rawls est d’aboutir à un accord entre tous les membres de la société, indispensable à ses yeux, sur des principes de justice. Cet objectif est issu des réflexions qu’il mène à propos du contexte américain de l’époque ; la société étant de plus en plus traversée par de profonds antagonismes, au sujet de la guerre du Viêt Nam ou du mouvement des droits civiques, par exemple, ce qui rend nécessaire rend aux yeux de Rawls un débat sur les principes moraux et politiques. Pour cela, il va mettre en place le dispositif théorique qu’est la position originelle : il s’agit d’une expérience de pensée qui consiste à placer les individus dans une situation, appelée le « voile d’ignorance », dans laquelle qu’ils ignorent toutes leurs caractéristiques de nature individuelles, sociales, politiques et même morales. Ces individus ne connaissent donc pas leur position sociale, leur statut de classe ou de race, ni leurs conceptions morales, de sorte que leur conception de la justice ne soit pas biaisée par leur position individuelle. C’est seulement ainsi, à travers le « voile d’ignorance » qu’ils « sont conduits à considérer plus particulièrement le sort des plus démunis, car ce sort pourrait être le leur » (p. 30). Les principes de justice sociale qui en découle, une fois cette opération accomplie et le sort de chacun pris en compte, sont les suivants. D’abord, « chaque personne a une même prétention indéfectible à un système pleinement adéquat de liberté de base égales, qui soit compatible avec le même système pour tous » (p. 31). Ensuite, « les inégalités économiques et sociales doivent remplir deux conditions : elles doivent, d’abord, être attachées à des fonctions et des positions ouvertes à tous dans des conditions d’égalité équitable des chances ; elles doivent, ensuite, procurer le plus grand bénéfice aux membres les plus défavorisées de la société (principe de différence) » (p. 31) – à noter que ce principe de différence est aussi ce qu’on appelle le principe du maximin. On voit dans cette théorie l’influence de la pensée économique, tant Rawls a cherché à inclure ses lectures sur l’économie libérale – Frank Knight en particulier – dans la détermination des principes de justice.

  • 2 Nozick Robert, Anarchie, État et utopie, Paris, PUF, 1988 [1974].
  • 3 Hart Herbert, « Rawls on liberty and its priority », The University of Chicago Law Review, vol. 40, (...)
  • 4 Scanlon Thomas, What We Owe To Each Other, Cambridge, Harvard University Press, 1998.

3Une fois ce résumé accompli, les auteurs nous présentent les principales critiques portées à la Théorie de la justice par les contemporains de Rawls : de Nozick2 et son opposition à l’intervention de l’État dans la régulation des activités humaines à Hart3, qui a contraint Rawls à préciser une liste de libertés de base, en passant par Scanlon4 et sa distinction entre le rationnel, issu de la théorie économique, et le raisonnable, venant de la philosophie morale. Il refuse le passage par la position originelle – argument d’économiste à ses yeux – et soumet directement l’action aux acteurs qui ont à la juger en fonction du critère du raisonnable. Les principaux contradicteurs et critiques du philosophe sont passés en revue avant d’aborder l’entretien lui-même.

4Divisé en sous-thèmes, l’entretien aborde tout d’abord des éléments biographiques sur la formation intellectuelle du jeune doctorant en philosophie morale – ayant vécu la Seconde Guerre Mondiale après une éducation au sein d’une école privée catholique – pour se concentrer ensuite sur la maturation et la publication de la Théorie de la justice, qui était déjà en réflexion au moment de sa thèse, et sur les lectures économiques qu’il a effectuées. On y apprend entre autres que Rawls ne s’attendait pas à un tel succès à travers le monde pour un ouvrage aussi épais et d’un niveau théorique aussi exigeant. Par la suite, l’entretien s’oriente vers les critiques qui ont été faites à l’œuvre majeure du philosophe de la part de ses collègues du département de philosophie de Harvard comme d’autres penseurs, Hart en particulier, et qui vont influencer Rawls dans l’évolution de sa pensée – actualisée dans une reformulation en cours au moment de l’interview et qui ne sera publiée qu’une décennie plus tard, ce qui constitue un exemple typique de la temporalité longue du travail philosophique. La justice comme équité a pour but de dissiper les incompréhensions et les défauts de l’œuvre d’une vie, la recherche de principes de justice sociaux adéquats, et c’est sur cette clarification de sa théorie que portent les recherches du philosophe en 1991. La discussion dérive ensuite sur la politique – Rawls ne se jugeant pas apte à y faire carrière – et sur la philosophie, sur laquelle il prodigue des conseils à ses jeunes étudiants. « J’encourage rarement, voire jamais, les gens à faire de la philosophie. […] Les vraies récompenses de la philosophie sont personnelles et privées ; c’est ce qu’il vous faut comprendre » (p. 87).

5On ne saurait qu’inviter les lecteurs à lire cet entretien, qui constitue une bonne approche de la vie philosophique de l’un des grands penseurs du XXe siècle, mais relate aussi les difficultés qu’il a dû affronter pour produire et affermir une telle œuvre. S’y retrouve ce qui fait la vie quotidienne d’un esprit brillant, qui fut aussi un professeur exigeant et reconnu par ses étudiants et ses collègues.

Haut de page

Notes

1 Rawls John, Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1989 [1971] ; Rawls, John, Libéralisme politique, Paris, PUF, 1995 [1993] et Rawls John, La justice comme équité : une reformulation de la Théorie de la justice, Paris, La Découverte, 2008 [2001], compte rendu de Patrick Cotelette pour Lectures : http://lectures.revues.org/716 – sont les principaux ouvrages à signaler sur cette question.

2 Nozick Robert, Anarchie, État et utopie, Paris, PUF, 1988 [1974].

3 Hart Herbert, « Rawls on liberty and its priority », The University of Chicago Law Review, vol. 40, n° 3, printemps 1973, p. 534-555.

4 Scanlon Thomas, What We Owe To Each Other, Cambridge, Harvard University Press, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Vroylandt, « John Rawls, Justice et critique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 01 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/14031

Haut de page

Rédacteur

Thomas Vroylandt

Étudiant en master Sociologie et statistique (EHESS-ENS-ENSAE).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page