Navigation – Plan du site

Fabien Labarthe, Démocratiser la culture multimédia ? Usages et apprentissages en milieu populaire

Pierre-Yves Hurel
Démocratiser la culture multimédia ?
Fabien Labarthe, Démocratiser la culture multimédia ? Usages et apprentissages en milieu populaire, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « praTICs », 2013, 150 p., ISBN : 9782735116324.
Haut de page

Texte intégral

1Que se passe-t-il lorsque des jeunes d'un quartier populaire fréquentent l'avant-garde artistique marseillaise, en se rendant à un espace multimédia où ils viennent pour tchater et télécharger des musiques ? C'est par l'observation de cette situation que le travail de Fabien Labarthe entend interroger la problématique de la démocratisation de la culture, ici multimédia ou numérique. Au début des années 2000, le matériel multimédia est onéreux et peu familier des jeunes du quartier. Comment transmettre la culture numérique dans ces conditions ? Comment ces individus peuvent-ils se constituer en public ? Quel est le rôle des institutions ? Comme Labarthe l'indique dans sa conclusion, la « démocratisation de la culture » est une notion en perte de souffle, notamment suite à la sociologie d'inspiration bourdieusienne, qui a démontré la difficulté des changements d'habitus. Mais aussi par l'arrivée des nouvelles technologies, censées être seules en charge de la démocratisation de la culture (p. 139). Pour interroger ces constats, Fabien Labarthe nous livre dans cet ouvrage le compte rendu d'une enquête ethnographique de cinq ans au sein de l'Espace Culture Multimédia (ECM) de la Friche de Belle de Mai à Marseille (espace d'art avant-gardiste).

2L'ouvrage se divise en sept chapitres et décrit successivement une même situation depuis différents angles : description des jeunes du quartier, l'accès public au lieu, l'accès à l'ECM en tant que telle, description des animateurs et de leurs rôles, comment sont reconnues les qualifications acquises à l'ECM par les jeunes, les pratiques prodiguées et effectives et enfin, l'évaluation des opportunités de professionnalisation. Nous allons maintenant dégager quelques aspects et apports fondamentaux de cet ouvrage

3Tout d'abord, la configuration de la situation étudiée. L'intérêt de ce travail réside dans le suivi sur le long cours d'un terrain sur lequel se rencontrent - parfois se confrontent - une population défavorisée économiquement et le milieu culturel marseillais. La mission de l'ECM, installé au cœur de la Friche, est de proposer un accès à un équipement multimédia (ordinateurs, caméras, etc.) aux publics dits éloignés de ce qu'on appelle aujourd'hui la culture numérique. À l’époque, le début des années 2000, les ordinateurs personnels sont rares - et ce encore plus dans les milieux défavorisés. La période est donc cruciale en cela qu'elle permet un rapprochement spatial entre différents types de populations et cultures, ce qui permet d'en saisir de manière empirique les ressorts et les problématiques. Par exemple, y est décrit comment les regards des frichistes à l'égard des jeunes, interprétés comme un mélange de peur et de mépris, est au départ une difficulté importante dans la prise de contact. Par ailleurs Fabien Labarthe prend le soin d'exposer les conditions d'observation, notamment ses rapports privilégiés avec Fouad. Cet animateur de l'espace multimédia va jouer un rôle d'auxiliaire de recherche et va faciliter les rapports entre le sociologue et les jeunes du quartier.

4Ensuite, le parti pris longitudinal. Cette étude se déroule sur cinq ans, ce qui permet à Labarthe de rendre compte non seulement des usages qui sont faits des outils médiatiques à disposition du public, mais aussi de trajectoires d'usages. Ismaïl, par exemple, vient tout d'abord tchater et naviguer sur le web, avant d'être intégré à un atelier vidéo où il filmera et montera des concerts donnés à la Friche. D'autres apprendront d'abord à télécharger des MP3 et à « craquer » des logiciels de manière illégale avant de développer cet intérêt pour le « bidouillage » au niveau du hardware ou du montage vidéo. Peu à peu, l'on saisit comment les jeunes du quartier acquièrent une culture du numérique.

5L'ouvrage, nous le voyons, mettra à jour une certaine autodidaxie des personnes, et l'auteur ira jusqu'à parler d'autodidaxie collective. En effet, l'observation des rapports entre les individus qui forment le public de l'ECM permet de mettre à jour l'esprit de partage qui s'y instaure. Tout ce qui est appris (découverte d'un groupe de musique, d'un site ou d'une technique) est aussitôt partagé et montré. Cette dynamique témoigne, selon Labarthe, de l'utilité de lieux comme l'ECM où les règles du vivre ensemble sont appliquées de manière moins rigide qu'à l'école - l'enseignement étant souvent synonyme d'échec et de frustration pour les jeunes en question. L'encadrement relativement lâche des jeunes va leur permettre de mettre en œuvre leur créativité - et va donc permettre une forme de réalisation personnelle.

6De manière plus théorique, l'on découvre au cours du livre un changement progressif des habitus d'une population particulière. Si la situation initiale est synonyme de conflits entre les artistes s'occupant de l'ECM et les jeunes (pour cause de chahut, provocation, etc.), la dynamique impulsée par l'animation permet de faire évoluer le groupe vers des activités émancipatrices. L'atelier vidéo se transforme vite en TVK (pour « télé cabaret », du nom d'une salle de concert de La Friche) et les jeunes du quartier y filment des séquences, y montent des films et donc intègrent des principes de narration, y éditent des DVD, y développent un intérêt particulier pour la démarche artistique. L'étude se termine sur la fermeture de TVK en 2006, qui aura produit un « effet paradoxal, suscitant chez les jeunes un fort désir de s'affranchir des positions de subordination, par l'expérience directe de l'acquisition de compétences et de leur reconnaissance, tout en générant dans le même temps une intense frustration de ne pas pouvoir ni savoir comment construire une telle place ailleurs » (p. 136). L'auteur suggérera la création de structures-relais dédiées à la professionnalisation des publics par la pratique du numérique.

7L'ouvrage de Fabien Labarthe apporte un éclairage original et rigoureux sur des problématiques pourtant difficiles à dépoussiérer. Toujours détaillé et minutieux dans ses descriptions, il ne s'égare que rarement dans des longueurs (l'ouvrage ne fait que 158 pages). De plus le choix et l'utilisation de références théoriques sont très pertinents et met en relief de manière intéressante les matériaux récoltés. L'ouvrage intéressera autant le sociologue des médias que l'animateur d'atelier, tant il est accessible et fouillé. La seule caractéristique du livre qui peut apparaître comme une limite est son ancrage dans la période de l'émergence de nouvelles technologies (particulièrement Internet, encore peu démocratisé à l'époque) car il semble difficile dès lors d'en tirer des enseignements généralisables à la période actuelle. Il n'en reste pas moins que ce travail reste un ouvrage passionnant dans ce qu'il nous livre d'un moment particulier de l'histoire des médias et de ses usages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Yves Hurel, « Fabien Labarthe, Démocratiser la culture multimédia ? Usages et apprentissages en milieu populaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 mars 2014, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/14075

Haut de page

Rédacteur

Pierre-Yves Hurel

Doctorant à l’Université de Liège (Faculté de Philosophie et Lettres – Département Arts et Sciences de la Communication) rattaché au Lemme (Laboratoire d’étude sur les médias et la médiation). Anime un atelier de création de jeux vidéo pour l'association d'éducation permanente D'une Certaine Gaïté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page