Navigation – Plan du site

Fabrice d'Almeida, Denis Maréchal (dir.), L'histoire orale en questions

Rémy Besson
L'histoire orale en questions
Fabrice d'Almeida, Denis Maréchal (dir.), L'histoire orale en questions, Paris, INA, coll. « Médias histoire », 2014, 138 p., ISBN : 978-2-86938-218-3.
Haut de page

Texte intégral

1Après une longue période d’absence (1880-1970), les sources orales ont progressivement repris leur place au sein de la boîte à outils des historiens français. La pratique de l’entretien est notamment apprise par les étudiants dès les premières années de leur cursus universitaire. L’usage d’enregistrements sonores produits par d’autres et à d’autres périodes est également intégré à l’enseignement. Cependant, l’histoire orale en tant que sous-discipline connaît les plus grandes difficultés à acquérir une certaine légitimité et visibilité. Elle reste à la marge (tout comme l’histoire visuelle). À la différence des pays anglo-saxons, en France, des revues spécialisées et des laboratoires dédiés à ce type d’étude peinent à voir le jour. De plus, les pratiques historiennes de l’oralité ont des difficultés à se distinguer de celles plus reconnues des sociologues, des anthropologues et des politistes. Composé d’une courte introduction et de transcriptions (retravaillées) de communications, ayant été délivrées dans le cadre des ateliers de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA, 2009-2010), l’ouvrage collectif dirigé par Fabrice d’Almeida et Denis Maréchal, L’histoire orale en questions, rend compte de cet état de l’historiographie.

2Le premier texte, écrit par Philippe Joutard (historien pionnier dans le domaine), est une reprise de l’ouverture de l’atelier de l’INA, alors que le dernier, rédigé par Florence Descamps, est une version augmentée de la conclusion. Ces articles sont d’ordre avant tout méthodologique. Michaël Prazan explique, lui, les entretiens qu’il a menés lors de la réalisation du film Einsatzgruppen, les commandos de la mort (2009), tandis que Patrick Champagne revient principalement sur le travail mené avec Pierre Bourdieu, pour La Misère du Monde (Seuil, 1993). Cet ouvrage somme était composé de transcriptions d’entretiens menés avec des personnes en situation de grande souffrance sociale. À la différence de ceux de Descamps et de Joutard, ces deux textes portent donc plus sur des études de cas clairement circonscrites à des objets (co)produits par leur auteur. Ils prennent ainsi parfois des accents proches d’un retour sur expérience. Écrits par un réalisateur et un sociologue, ces deux textes sont assez symptomatiques du fait que l’histoire orale – ici entendue comme un récit formulé principalement à partir de témoignages – est, bien souvent, le résultat de propositions conçues par des non-historiens. Une interprétation plus optimiste serait de constater que la pratique des l’histoire orale est intrinsèquement pluridisciplinaire (histoire et sociologie, notamment) et qu’elle dépasse même le champ strict des sciences sociales (histoire et cinéma documentaire ici, mais aussi ailleurs radio, muséographie et nouveaux médias, comme le rappelle Descamps, p. 134-135).

3Au-delà du « foisonnement des pratiques, des méthodes et des finalités » bien réel (identifié par Descamps, à la suite de Denis Maréchal, p. 107), la coprésence dans cet ouvrage de ces quatre points de vue distincts permet de voir se dégager trois acquis méthodologiques principaux, un problème, une perspective disciplinaire et deux thèmes absents. Le premier acquis est le plus évident. L’histoire orale, si elle mène irrémédiablement à remettre en cause la centralité – encore trop souvent considérée comme évidente – des sources scripturaires, ne revient en aucun cas à proposer l’exclusion de celles-ci. Au contraire, les chercheurs réalisant des entretiens ont appris à effectuer d’incessants aller-retours entre ces sources provoquées et les autres types de traces du passé. Descamps explique, « l’acclimatation de la source orale s’est faite à la condition expresse qu’un va-et-vient exigeant soit instauré entre sources écrites, source orale, sources archivistiques, sources iconographiques et sources audiovisuelles » (p. 115). Cela conduit aussi à insister sur le fait que le chercheur est capable de mener un entretien pertinent seulement s’il est préalablement en possession de connaissances consistantes sur le sujet qu’il aborde avec l’interviewé.

4Deuxièmement, les historiens travaillant à partir d’entretiens prennent en compte les risques d’anachronisme et de déformation liés à leur démarche. Il n’est pas question de croire en la possibilité d’un accès direct au passé. Joutard explique ainsi que « l’histoire orale révèle de l’imaginaire et de l’imagination ; elle met en valeur la notion de représentation » (p. 19). Il est donc absolument nécessaire de s’intéresser à la mémoire et à l’oubli, en plus de l’histoire, soit, entre autres, d’associer à un regard tourné vers le passé, une attention particulière pour le présent (la présence du passé) et le futur. Il ne s’agit pas de nier l’existence d’une distance temporelle, mais, au contraire, de la placer au cœur de la réflexion. Un dispositif d’entretien adapté est alors à penser pour faire avec ces contraintes. Celui-ci n’est jamais neutre. À ce titre, l’usage problématisé de photographies prises lors des tueries conduites par un Einsatzgruppe afin de favoriser le retour du souvenir d’un acteur de l’histoire est particulièrement convaincant (Michaël Prazan, p. 64-76).

5Troisièmement, il est nécessaire d’adopter une démarche métadiscursive, notamment en conservant et communiquant un maximum d’information sur les conditions de production de l’entretien. Ces métadonnées qui renseignent sur la manière de faire sont ce qui rend véritablement exploitable un entretien. Ainsi, celui-ci ne devient-il documentaire qu’à la condition qu’il soit lui-même documenté. Patrick Champagne note, par exemple, qu’il est « très utile de faire précéder l’entretien par un texte d’introduction qui indique les conditions dans lesquelles il s’est déroulé et quelle a été la nature de la relation sociale qui s’est instaurée » (p. 91). Cette réflexivité, qui revient à considérer l’entretien comme un objet, avant, dans un second temps, de l’utiliser comme une source d’information sur le passé, s’inscrit dans un tournant historiographique plus général au sein des sciences sociales.

6En plus de ces trois points, un problème commun aux auteurs émerge. Il s’agit du rapport à la personne sollicitée (l’autre du chercheur). Il n’y a pas, dans ce cas, de consensus qui se dégage. Patrick Champagne insiste, en effet, sur la nécessité de mettre en place une « stratégie » non explicitée lors de l’entretien (p. 86). Florence Descamps explique elle, au contraire, qu’il est absolument nécessaire de présenter les conditions de l’entretien et de clarifier les enjeux de l’enquête (notion de pacte d’entretien, p. 136-137). Enfin, Michaël Prazan présente les raisons pour lesquelles, il a tourné avec d’anciens nazis des entretiens en caméra cachée (p. 43).

7Ces dissensions conduisent à insister sur les liens et les différences entre pratiques historiennes de l’entretien et les enjeux propres à la réalisation d’un film documentaire. Florence Descamps pose très clairement (il s’agit de la dernière phrase du livre), « ce sont deux métiers très différents » (p. 138). Pour autant, tout au long de l’ouvrage, des réalisateurs sont cités à titre d’exemple de démarches particulièrement réussies : Max (sic) Ophüls, Hubert Knapp et Philippe Alfonsi (p. 12-13 et p. 108), Claude Lanzmann (p. 23) et Raymond Depardon (p. 108). Cela conduit à insister sur une perspective proposée pour l’histoire orale en ce début de vingt-et-unième siècle. Il s’agit de l’intégration des problématiques associées au développement des captations filmées. Les auteurs se demandent, entre autres : comment interpréter les effets de sens liés à la mise en place d’un dispositif filmique ? Si l’enregistrement sonore permet de percevoir le ton de la voix et les hésitations, comment analyser le non verbal, c’est-à-dire tout autant les attitudes corporelles, les gestes et les regards que les tensions entre corps filmant, corps filmé et dispositif technique ? À ces questions s’ajoute celle de savoir : comment est-il possible de monter, en historien, un entretien filmé ?

  • 1 Le rôle des médias dans l’espace public serait également à prendre en compte. Joutard note sur ce p (...)

8Ces interrogations sont ici identifiées sans être véritablement approfondies (il ne s’agit pas de l’enjeu de ce court ouvrage). Cela peut en partie s’expliquer par l’absence de deux aspects essentiels. Premièrement, la question de la médialité et matérialité des sources créées par les historiens n’est pas véritablement soulignée. L’évolution récente des supports, ainsi que des conditions de conservation et de diffusion n’est pas considérée comme centrale. Or, l’avènement du numérique et d’internet a conduit à un changement très important dans ce domaine : la convergence des formats. Celle-ci rend possible la coprésence sur une même page web de fichiers sonores et audiovisuels, ainsi que de métadonnées textuelles qui viennent en documenter les conditions de production. Deuxièmement, la dimension strictement sonore des sources orales, qui renvoie à la dimension strictement visuelle des sources filmées, n’est pas suffisamment considérée. Il y a fort à parier qu’afin de répondre aux questions susmentionnées les historiens devront, à l’avenir, s’interroger sur le caractère médiatique des sources qu’ils produisent et sur les aspects non verbaux des images et des sons qu’ils enregistrent1. Ces derniers points invitent à une histoire – en devenir depuis 2009-2010 – plus sensible à la dimension sonore de l’oralité et à l’intermédialité.

Haut de page

Notes

1 Le rôle des médias dans l’espace public serait également à prendre en compte. Joutard note sur ce point, « les personnes interrogées se modèlent à ce qu’elles voient à la télévision. Il y aurait sans doute beaucoup d’intérêt à lancer une recherche sur son influence sur l’enquête orale. » (p. 30). Florence Descamps reprend à son compte la question au sujet du cinéma : « quelle est l’influence du genre documentaire sur la prise de parole des témoins ? » (p. 126).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Fabrice d'Almeida, Denis Maréchal (dir.), L'histoire orale en questions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 mars 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/14078

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II – Le Mirail), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page