Navigation – Plan du site

François Denord, Bertrand Réau, La sociologie de Charles Wright Mills

Williams Nuytens
La sociologie de Charles Wright Mills
François Denord, Bertrand Réau, La sociologie de Charles Wright Mills, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2014, 123 p., ISBN : 978-2-7071-7334-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On en trouvera une éclatante actualisation dans Jeannet Denis, « Des mots gris…Sociologie de l’art (...)

1On entre rapidement dans la connaissance de Mills et de ses travaux dans cet ouvrage. Les quatre pages de l’introduction plantent le décor, accrochent le lecteur et offrent une vision claire de l’ensemble du texte. On veut ainsi en savoir davantage à propos d’un intellectuel impliqué, polémiste, franc-tireur, jouant le bourru, sans attache partisane et capable de se brouiller par exemple avec Paul Lazarsfeld. On veut mieux connaître l’itinéraire de ce classique de la sociologie à qui l’on doit des travaux consacrés aux élites, aux classes moyennes, au pragmatisme, à l’épistémologie des sciences sociales et à la réflexivité. On veut aussi se rafraîchir au contact, indirect, d’un style d’écriture appelé sociological poetry1 que François Denord et Bertrand Réau ne trahissent pas dans ce livre.

2Leur premier chapitre revient sur le parcours intellectuel d’un homme originaire du Texas qui finira Professeur à l’université de Columbia. Marié à quatre reprises dont deux fois avec Freya, Mills décède en 1962 à l’âge de 46 ans. Né dans une famille de la classe moyenne et d’une mère catholique pratiquante, Mills débute sa scolarité dans des écoles paroissiales avant de rejoindre l’enseignement public à sa demande. Incroyant, plutôt solitaire, antimilitariste, élevé dans un milieu sans livre ni musique, Mills rejoint le campus d’Austin pour y mener de brillantes études de sociologie et de philosophie. Il sera initié par des enseignants liés aux travaux et méthodes de Robert Park, George Herbert Mead et au pragmatisme de John Dewey particulièrement. Féru de Max Weber, Mills construit progressivement une posture associant la généralisation et la monographie. Après avoir étudié à l’université du Wisconsin où il découvre et s’approprie une partie de la sociologie allemande, Mills se situe politiquement. À gauche et radical, il intègre le Bureau of Applied Social Research en 1945. Il y collectera de nombreuses données utiles pour ses futurs travaux, y découvrira les méthodes quantitatives, s’éloignera de Lazarsfled et de Merton à la suite de désaccords interprétatifs. Ces deux années passés au BASR vont perturber sa carrière fulgurante mais, en même temps, rendre possible ses positionnements intellectuels engagés. Il va ainsi s’investir auprès de syndicats, refusera d’admettre que le temps des idéologies est révolu et rencontrera un vif succès auprès de nombreux étudiants radicaux des universités américaines.

3Le deuxième chapitre présente quant à lui le cadre théorique élaboré par Mills dès le début des années 1940. Détaillé en 1953 dans Character and Social Structure (rédigé avec Hans Gerth), ce travail présente les principaux thèmes que Mills développera dans ses grandes œuvres. Ce cadre d’analyse répond globalement à une question simple (comment la structure du caractère d’un individu est-elle façonnée par la structure sociale ?) et exploite deux couples d’auteurs (d’un côté les travaux de Sigmund Freud et de George Herbert Mead, de l’autre ceux de Karl Marx et de Max Weber). C’est dans ce chapitre que le lecteur rencontre la pensée de Mills, sa force. On comprend combien la subjectivité relève d’une cohérence sociale, comment les rôles sociaux influencent les moteurs des actions individuelles (c’est-à-dire les émotions, les pulsions, les perceptions), et pourquoi les motifs justifiant un agissement représentent des matériaux complexes (puisque définis par autrui mais aussi historiquement et institutionnellement). Ces éléments sont ensuite complétés par ce qui permet de caractériser une structure sociale : c’est ici que se présente l’agencement en ordres (politique, économique, militaire, religieux et de la parenté) associé à une distribution en sphères (de symboles, de technologies, de prestige et éducative). À partir de là, le lecteur accède à la logique des modes d’intégration qui rendent possible la vie en société. La correspondance, la coïncidence et la coordination forment ainsi ces principes qui définissent une structure sociale autant que du changement historique. Le chapitre s’achève d’ailleurs sur cette dimension avec, entre autres, l’idée que l’histoire se fabrique depuis le pouvoir (d’un ou de plusieurs ordres, d’une ou de plusieurs sphères).

  • 2 Comme le montre l’échange entre William Genieys et François Denord dans « Classiques », Gouvernemen (...)

4La partie suivante permet de préciser la place du pouvoir dans les logiques sociales. En y associant trois autres dimensions (le prestige, la classe et la profession), Mills fabrique une grille de lecture pour décrire la société américaine en son siècle. Le résultat figure dans The New Men of Power, Les Cols blancs et L’Elite au pouvoir. Le premier de ces trois ouvrages livre une analyse d’un monde syndical porteur d’espoirs, et de puissance, que cristallisent ces dispositions législatives et des grèves d’ampleur dans les années 1930 et 1940. Mills y décrit les dirigeants syndicaux, leurs influences sociales, leur incapacité à modifier une image négative, leurs stratégies de reconnaissance auprès des dirigeants d’entreprises, leur absence de vision politique d’ensemble. Le caractère désenchanté de l’analyse se prolonge dans le deuxième ouvrage de la trilogie, précisément en raison de la dépolitisation des classes moyennes. Ici Mills explore comment les employés représentent une nouvelle figure de l’aliénation, notamment à cause du passage d’une société d’indépendants à une société de salariés dominés par leur hiérarchie et les clients. Les quatre variables de la grille de lecture semblent être mobilisées à plein régime ici, et cela rend le caractère désenchanté de l’analyse d’autant plus prégnant. Le versant subjectif du « rêve américain » des classes moyennes veut ainsi dire que le culte de la réussite individuelle crée l’illusion d’une participation aux changements, comme il porte aussi les conditions du déclin de la vie démocratique. On comprend mieux pourquoi François Denord et Bertrand Réau, citant un politiste, ont ouvert leur texte en évoquant l’idée que Mills aurait aimé se trouver à Wall Street aujourd’hui. La trilogie s’achève avec L’Élite au pouvoir, soit un texte récemment réédité et toujours débattu2 dénonçant le système politique américain. Mais il y a plus. Mills y définit également les élites, l’imbrication des diverses institutions des ordres dominants, l’existence de cliques et leur reproduction. En analysant la triade Etat-entreprises-armée, en la fractionnant et en y intégrant la variable des médias de masse, Mills a catégorisé la notion même d’élite au point que ce travail inspire des travaux plus contemporains.

5Le dernier chapitre présente la sociologie de la connaissance produite par Mills. Fondée sur une philosophie pragmatique et rapportée à l’action, la sociologie réflexive de cet artisan intellectuel questionne les bases sociales des deux disciplines définissant sa posture. Ainsi le savant est-il à la fois inactif car porteur et transporteur de significations héritées, et actif en raison des réactivations qu’il opère au contact d’un autrui généralisé. Évidemment ce mode d’analyse, proche de la notion d’habitus développée par Pierre Bourdieu, fait du langage ce lieu de représentation des contraintes et de la singularisation. N’échappant pas à cette écrasante logique qui relativise le statut de la vérité, le chercheur et ses réalisations deviennent alors des objets d’étude. La présentation du cas des social pathologists vient heureusement illustrer cette idée, notamment parce que le lecteur non initié ne saisit pas facilement la sociologie du pragmatisme. Sans doute lui faudrait-il lire John Dewey, par exemple pour mesurer combien l’intériorisation d’un système de croyances définit l’appropriation de cette philosophie. Quoi qu’il en soit, on retrouve ses esprits à la fin de cette partie quand il est davantage question de L’imagination sociologique. Dans ce texte qui pose la nécessité d’articuler épreuves individuelles et enjeux collectifs, Mills équilibre les places respectives de la théorie et de l’empirie dans le métier de sociologue. Il le fait en dénonçant le formalisme et le positivisme naïf, en exportant vers l’exercice de la sociologie ce qu’il tire de son travail consacré à la stratification sociale, en défendant une ambition de systématisation, en installant une exigence permanente. À ce propos, l’encart intitulé « Une journée de travail de C. Wright Mills » (p. 104-105) est plus que suggestif.

6En définitive, on apprend beaucoup de Mills et de la sociologie avec ce texte. On revisite un auteur devenu lui aussi un classique de la discipline. On revient sur une épistémologie complexe et vivifiante souvent citée mais oubliée. On retrouve le caractère libérateur d’une sociologie du pouvoir et de la domination. Bref, on mesure toute la contemporanéité d’une œuvre et ce que peut être la noblesse d’une discipline.

Haut de page

Notes

1 On en trouvera une éclatante actualisation dans Jeannet Denis, « Des mots gris…Sociologie de l’art et écriture », Sociologie de l’Art, 2004/2 OPuS 4, p155-171.

2 Comme le montre l’échange entre William Genieys et François Denord dans « Classiques », Gouvernement et Action Publique, 2013/4, n°4, p669-679.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Williams Nuytens, « François Denord, Bertrand Réau, La sociologie de Charles Wright Mills », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 mars 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/14083

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page