Navigation – Plan du site

Dominique Varry (dir.), 50 ans d’histoire du livre : 1958-2008

François-Ronan Dubois
50 ans d’histoire du livre : 1958-2008
Dominique Varry (dir.), 50 ans d’histoire du livre : 1958-2008, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2014, 224 p., ISBN : 979-10-91281-15-7.
Haut de page

Texte intégral

11958 : date de parution de l’Apparition du livre. C’est l’ouvrage de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin que les contributeurs du présent volume prennent sinon comme point de départ, du moins comme moment-clé dans le développement d’une histoire du livre, dont leurs auteurs rassemblent les premières initiatives pour leur donner une ampleur jusqu’à lors sans précédent. La carrière de Martin, en particulier, est à la fois le signe et l’agent de l’expansion et de la légitimation d’un domaine d’études complexe et transdisciplinaire : elle est faite à la fois de publications, qui connaissent un succès inégal mais servent toutes à étendre à la fois le champ d’investigation et les méthodes à sa disposition, ainsi que l’explique Jean-Dominique Mellot, et d’enseignements, pris dans le jeu des institutions, des chaires et des cadrages thématiques, détaillés par Valérie Tresnière.

2L’histoire du livre est ainsi, dès 1958, soumise à deux forces contradictoires : sa propension à annexer toujours plus d’objets et d’outils et sa difficulté à produire, sinon des discours spécialistes, du moins une communication entre ces discours. Cinquante ans après l’Apparition du livre, les dialogues entre spécialistes de différentes aires géographiques et linguistiques, étudiés par István Monok, restent encore trop rares et la mise en place d’une histoire globale du livre est toujours impossible, tandis que l’examen de certains problèmes, par exemple celui des techniques contemporaines de reproduction, exige des compétences technologiques qui manquent souvent à l’historien, selon Alan Marshall. En d’autres termes, le champ est vaste et il est difficile à couvrir. L’exemple des marchés éditoriaux nationaux est ainsi frappant : non seulement chaque marché connaît ses spécificités qui le distinguent radicalement des autres marchés, mais il est également étroitement lié à ces autres marchés concurrents et complémentaires, dont le fonctionnement interne gouverne le sien propre. C’est cette tension que les études de Pascal Durand et Tanguy Habrand illustrent à partir du cas belge. Tension, donc, entre la nécessité d’une analyse en profondeur de systèmes pour eux-mêmes et celle de leur mise en rapport dans un réseau de relations de grande envergure.

3De la même manière, l’extrême technicité de certains domaines de l’histoire du livre, et notamment celui de la bibliographie matérielle, alors même qu’elle travaille sur des points de détail, apporte des informations précieuses aux perspectives plus larges, selon Dominique Varry. Ainsi l’histoire du livre, en se proposant dès sa fondation d’embrasser l’ensemble des phénomènes liés aux livres, de l’idéologie aux techniques en passant par les relations commerciales étudiées par Sabine Juratic et les pratiques d’édition mises en évidence par Raphaële Mouren, s’est dessiné un domaine d’autant plus inépuisable que ses limites historiques sont moins clairement marquées que ne le suggéraient les premiers ouvrages : ainsi de la pertinence de ses outils pour l’Antiquité, de l’avis de Christian Jacob et la culture manuscrite, de celui de Roger Chartier.

4Or, comment espérer que ce domaine soit exploré de manières satisfaisantes si le dialogue n’est pas établi entre les perspectives les plus larges de l’anthropologie, proposées ici par Anne-Marie Bertrand, et de l’histoire politique, éclairées par exemple par Robert Damien, et les perspectives les plus spécifiques de l’histoire des techniques ou du droit ? Telles sont les deux tâches principales que les contributeurs de l’ouvrage assignent à l’histoire du livre pour les années à venir : créer des outils institutionnels pour favoriser l’échange entre les spécialités comme les aires linguistiques, d’une part, et d’autre part continuer à alimenter la dynamique d’élargissement qui caractérise depuis sa naissance l’histoire du livre, comme le rappelle Michel Melot. Faire l’histoire de l’histoire du livre, comprendre son propre processus historiographique, n’est donc pas un exercice de pure complaisance et le présent volume est loin de s’épuiser dans la célébration des mérites du père fondateur, Henri-Jean Martin : la réflexion historiographique conduit à des propositions méthodologiques et pratiques nettes, destinées à favoriser le développement d’une discipline dont les apports sont toujours plus précieux à une époque numérique où, comme le souligne l’épilogue, la matérialité séculaire du livre entre en concurrence avec de nouveaux moyens de (re)production et donc de nouvelles pratiques (de commerce, de lecture, de valorisation). Tout le propos d’une histoire du livre dialoguée est alors de montrer l’étroite interdépendance entre techniques de production, encadrement juridique et commercial, valorisation idéologique et usages anthropologiques du livre. De la même manière que les enseignements de la bibliographie matérielle sur les méthodes de composition des livres dans les ateliers d’imprimerie de l’époque moderne apportent un précieux éclairage sur les conceptions rhétoriques et stylistiques de l’époque, de la même manière que la forme du codex est étroitement liée à la valorisation culturelle collective des textes qu’il contient, l’agencement au sein d’un dispositif numérique de ces mêmes textes ou d’autres nouvellement produits n’est pas indifférent quand il s’agit de discuter de souhaitables modifications du droit d’auteur.

  • 1 Frédéric Barbier et István Monok (dir.), Cinquante ans d’histoire du livre de l’Apparition du livre(...)

5Cet ouvrage, complément d’un précédent volume1, est donc doublement utile : utile pour les spécialistes du domaine, qu’il incite à la communication et à la collaboration, et utile pour tous ceux que la question des usages du texte et de l’image préoccupe. Rien de plus profitable en effet, dans une époque de changements, de souligner les processus du temps long, telle la lente mais constante tendance à la dématérialisation du texte depuis les débuts de l’imprimerie, processus qui informent les phénomènes les plus récents — et doivent en informer notre compréhension.

Haut de page

Notes

1 Frédéric Barbier et István Monok (dir.), Cinquante ans d’histoire du livre de l’Apparition du livre (1958) à 2008. Bilan et projets, Budapest, Országos Széchényi Könyvtár, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Dominique Varry (dir.), 50 ans d’histoire du livre : 1958-2008 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 mars 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/14088

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page