Navigation – Plan du site

Comment lire Max Weber, penseur de la domination ?

Hinnerk Bruhns et Patrice Duran
La domination
Max Weber, La domination, Paris, La Découverte, coll. « Politique & sociétés », 2013, édition critique française établie par Yves Sintomer, traduction française par Isabelle Kalinowski p., EAN : 9782707174918.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Max Weber, Sociologie des religions, Paris, Éditions Gallimard, 1996, Textes réunis, traduits et pr (...)

1Depuis la parution, en 1971, de la traduction – partielle – de Économie et société, sous la direction de Jacques Chavy et de Eric de Dampierre, on attendait avec impatience la livraison de la deuxième partie du grand ouvrage posthume de Max Weber, qui avait été publié dans une première version en 1922, puis recomposé et restructuré en plusieurs éditions successives. Quelques lacunes avaient été comblées entre-temps : La Ville (1982), la Sociologie du droit (1985) - quelle que soit par ailleurs la qualité de leur traduction. Quant à la cinquième partie de la « Sociologie de la domination », celle consacrée à « L’État et la hiérocratie », elle fut traduite et publiée par Jean-Pierre Grossein dans le recueil Sociologie des religions1. Mais il manquait toujours l’essentiel de la « Sociologie de la domination », à savoir les chapitres consacrés aux structures de domination, à la bureaucratie, au patriarcalisme et au patrimonialisme, ainsi qu’au féodalisme et au charisme. C’est chose faite maintenant. Le retard avec lequel arrive cette traduction est finalement une chance, car elle a pu ainsi être réalisée sur la base du texte revu de l’édition critique de la Max Weber-Gesamtausgabe (MWG) dont le volume Herrschaft (Domination) a été publié en 2005, édité par Edith Hanke en collaboration avec Thomas Kroll. Le volume La domination est composé de plusieurs manuscrits retrouvés après la mort de Weber parmi ses papiers. L’analyse de ces textes est inséparable de leur histoire éditoriale.

2Dans la MWG, l’ancienne unité de Économie et société, élaborée par Marianne Weber et Melchior Palyi d’abord, Johannes Winckelmann ensuite, a été déconstruite. La dernière édition allemande de Wirtschaft und Gesellschaft comportait un chapitre IX « Soziologie der Herrschaft » aux dimensions d’un véritable livre. Dans la MWG, le titre « Sociologie de la domination » a maintenant disparu. Le texte posthume Die Stadt (La ville) qui avait été d’abord, en 1921, publié dans l’Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, puis inséré dans Économie et société, dans un premier temps dans le chapitre « Communautés », ensuite dans la « Sociologie de la domination », en a été sortie pour être publié dans un volume à part de la MWG, mais toujours dans l’ensemble Wirtschaft und Gesellschaft. Le chapitre de la « Sociologie de la domination » consacré la sociologie de l’État, composé par Winckelmann à partir de différents textes de Weber, a été supprimé. L’ancienne « Sociologie de la domination » de la deuxième partie d’Economie et société, amputée (avec raison) de La ville et de l’État, est ainsi devenue un volume Herrschaft (Domination) à l’intérieur de Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mächte.

  • 2 Max Weber, Économie et société, Paris, Plon, 1971, p. 116 (traduction partiellement modifiée).

3Ce volume regroupe ainsi un ensemble de textes rédigés entre 1910 ou 1911 et 1914 conçus par Weber comme une de ses propres contributions au Grundriss der Sozialökonomik (GdS) dont il assurait seul la direction. La genèse et la naissance de ce qui était connu comme « la sociologie de la domination » sont donc mêlées de la manière la plus étroite à l’histoire des apports de Weber au GdS, au cœur duquel elle appartient. Annoncés pour publication en 1914, ces manuscrits n’ont finalement pas été envoyés par Weber à l’éditeur. Quand, à la fin de la guerre, il reprend le travail pour le GdS, il laisse provisoirement de côté les anciens textes, repense le matériau et rédige un nouveau manuscrit qu’il a juste le temps de terminer avant sa mort précoce au mois de juin 1920. Il s’agit du texte que nous connaissons comme la première partie de Économie et société, intitulée « Les catégories de la sociologie » (Soziologische Kategorienlehre). Cette partie comporte trois chapitres : (I) « Les catégories fondamentales de la sociologie », (II) « Les catégories fondamentales de l’économique » et (III) « Les types de domination ». Ce troisième chapitre, rédigé vers 1919-1920 (et traduit en français en 1971) constitue une sorte de miroir « sociologique » (cf. infra) des textes d’avant-guerre, réunis dans La domination. Par rapport aux textes rédigés avant 1914, l’appareil conceptuel y a été affiné et modifié. Weber en souligne d’ailleurs très clairement la nature et la portée du point de vue des analyses sociologique et économique ainsi que de leurs catégories. Dans cette « Soziologische Kategorienlehre », précise-t-il, il renonce à une véritable « explication » de la réalité et se borne « (à titre provisoire) à l’établissement d’une typification sociologique. Il convient d’insister fortement sur ce point. Car seuls les faits économiques fournissent la chair et le sang pour une réelle explication du cours du développement, y compris au plan sociologique. Il s’agit juste pour le moment de fournir un squelette pour permettre de manière satisfaisante de fonctionner avec des concepts aussi clairement déterminés que possible. Inutile d’ajouter qu’une représentation aussi schématique des faits ne saurait rendre pleinement compte de l’enchaînement empirico-historique des phénomènes ni de la succession typologico-génétique des différentes formes possibles »2.

4La chair avec laquelle Weber avait voulu ensuite habiller ce squelette, cette systématique, était déjà prête dans les textes d’avant-guerre, structurés maintenant dans la MWG en huit parties : Domination, Bureaucratisme, Patrimonialisme, Féodalisme, Charismatisme, Transformation du charisme, Maintien du charisme, État et hiérocratie. On ne comprend d’ailleurs pas pour quelle raison l’édition française s’écarte ici de l’édition critique allemande et modifie les titres de chapitre en : La domination bureaucratique, La domination patrimoniale, La domination féodale, etc., et réunit en un seul chapitre (La domination charismatique) les trois textes sur le charisme qui appartiennent à des stades de rédaction différents.

  • 3 Max Weber, « Introduction à l’éthique économique des religions mondiales », in Max Weber, Sociologi (...)
  • 4 Stefan Breuer, « Herrschaft » in der Soziologie Max Webers, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2011, 2 (...)

5Il n’est d’ailleurs pas indifférent de rappeler que le premier texte publié dans lequel apparaissaient les trois types purs de domination ait été « L’introduction » à l’Éthique économique des religions mondiales, rédigé en 1913, où Weber affirmait également de manière proche, « la terminologie proposée ici n’a pas l’intention de faire entrer de force dans des schémas l’infinie variété de la réalité historique, elle vise seulement à forger des points de repères conceptuels, utilisables à des fins précises »3. Il est important en effet de souligner que le chapitre tardif « Les types de domination » constitue bel et bien un effort de clarification conceptuelle sur la base de ses travaux antérieurs, lesquels ne sont pas du tout remis en question, pas plus que Weber n’entendait abandonner ses investigations de nature proprement historique. Il convenait en fait de revoir ces anciens manuscrits et les mettre en concordance avec les concepts et les types précisés et affinés après la guerre, mais il n’en a pas eu le temps. Breuer note d’ailleurs avec force qu’on se tromperait beaucoup à penser que la version « finale » de la domination (c’est à dire le chapitre « Les types de domination » de 1919-2020) est « toujours ou nécessairement » supérieure aux textes plus anciens4 auxquels Weber n’a pas mis la dernière main et que nous pouvons maintenant lire dans la traduction d’Isabelle Kalinowski : La domination.

  • 5 Stephen Kalberg, La sociologie historique comparative de Max Weber, préface d’Alain Caillé, traduct (...)

6La ‘sociologie’ de la domination développée par Max Weber est elle-même indissociable de sa sociologie générale. Il insiste dès le début de La domination sur le fait que la domination constitue « un des éléments les plus importants de l’action en communauté » et qu’il faut la saisir comme un cas particulier de la puissance (ein Sonderfall von Macht) dans la mesure où il y voit « la possibilité d’imposer sa volonté propre au comportement d’autres personnes ». Se plaçant d’emblée sur le terrain des conduites sociales, Weber montre comment la domination prend ainsi naissance dans un contexte d’interaction. En cela, et sans surprise, la théorie wébérienne est cohérente avec sa sociologie de l’action. Une interprétation étroite de l’individualisme méthodologique wébérien conduit cependant à mettre en avant le concept d’activité alors même que ce qui intéresse Weber est de l’ordre des relations sociales. L’activité n’a sociologiquement de sens que parce qu’elle est fondatrice de relations sociales. C’est le concept de relations sociales qui constitue le cœur de sa réflexion. Comme le souligne à juste titre Kalberg, en dépit de son individualisme méthodologique et de son insistance sur le conflit, Weber ne voit pas dans la société « la dérive incessante d’actions individuelles »5. Les régularités de l’action proviennent naturellement de son orientation vers des collectifs. La construction même du chapitre 1 (« Les catégories fondamentales de la sociologie ») d’Économie et société en apporte la preuve qui se déroule selon une logique partant de l’action individuelle pour aller vers les formes d’action collective les plus stables : action, action sociale, relations sociales, ordres, ordres légitimes, groupements. Comme d’autres, Weber s’intéresse aux mécanismes à travers lesquels se construit et se perpétue la cohésion sociale à travers des modalités spécifiques d’organisation sociale. C’est bien là un enjeu essentiel de ces textes sur la domination : comprendre et expliquer comment l’action sociale permet le développement de relations sociales sur la base desquelles s’établit un ordre qui peut être institutionnalisé sous la forme d’une domination légitime dans le cadre d’un groupement politique ou hiérocratique.

  • 6 Max Weber, La domination, Paris, La Découverte, 2013, p. 44.
  • 7 Op. cit. p. 49.

7Par souci de clarté, Weber retiendra deux types de domination que l’on peut considérer comme les deux extrémités d’un continuum, la domination en vertu d’une constellation d’intérêts telle qu’elle peut s’exercer sur un marché du fait d’une situation de monopole et une domination en vertu d’une « autorité » caractérisée par un pouvoir de commandement et devoir d’obéissance. Bien que susceptible d’apparaître sous des formes variées et afin d’éviter toute extension du concept qui le viderait de sa pertinence et l’empêcherait d’analyser les « relations entre formes économiques et formes de domination »6, Weber s’en tiendra à un sens plus étroit dans lequel la domination est associée à un « pouvoir autoritaire de commandement » (autoritäre Befehlsgewalt). Il parvient ainsi à la définition terminale suivante : « Par “domination”, nous entendrons donc ici le fait qu’une volonté affirmée (un “ordre”) du ou des " dominants" cherche à influencer l’action d’autrui (du ou des “dominés”) et l’influence effectivement, dans la mesure où, à un degré significatif d’un point de vue social, cette action se déroule comme si les dominés avaient fait du contenu de cet ordre, en tant que tel, la maxime de leur action (“obéissance”) »7.

8C’est bien ce qui justifie Weber dans sa volonté clairement exprimée de définir avec précision la « domination » dans ce qu’elle a de spécifique par rapport au « pouvoir ». Ce dernier est consubstantiel aux relations sociales, tout comme la lutte (Kampf) constitue une dimension anthropologique de l’activité humaine. Le pouvoir est un concept générique. En sociologue, Weber ne croit guère à la parfaite symétrie des relations sociales et c’est bien ce qui justifie son regard sur le droit et le fait, et qu’il ne confonde jamais la règle avec son appropriation par les acteurs, la validité juridique d’une règle et sa validité sociologique. De ce point de vue, Weber défend une position que les perspectives déterministes dans les sciences sociales ont longtemps occultée, à savoir que le pouvoir se construit dans une situation d’interaction et suppose une forme de réciprocité et de dépendance. C’est bien en cela que le pouvoir est un élément de la coordination des conduites sociales. Pour autant, la domination ne saurait se confondre avec le pouvoir tel qu’il se manifeste dans les situations sociales les plus diverses. Elle suppose une permanence, un ordre qui confère une relative durée et stabilité des univers sociaux. S’il part de l’idée de commandement, c’est tout simplement parce qu’une situation de domination suppose la capacité à décider et à agir en conformité avec ses décisions. Weber sait pertinemment que la domination peut s’exprimer de manière plus subtile et anonyme comme dans ce qui se joue dans l’imposition d’une langue unique ou dans l’inculcation scolaire d’une telle suprématie linguistique. Les « configurations de domination » sont multiples, pour autant on ne saurait oublier que de telles configurations sont « portées » par des acteurs sociaux susceptibles d’imposer leurs points de vue. Ainsi, la domination peut-elle se définir comme la capacité à donner des ordres qui seront obéis, comme un rapport d’autorité et de subordination. La question centrale devient celle de la permanence de cette configuration sans laquelle l’instabilité des échanges sociaux peut être grande et nuire à la constitution d’un ordre. Pour Weber, ce qui est décisif dans la puissance, ce n’est pas qu’elle existe idéalement ou qu’elle soit déductible dogmatiquement ou juridiquement d’une norme, mais le fait qu’elle existe réellement, donc qu’une autorité qui a prétention à donner des ordres déterminés soit effectivement suivie dans une large mesure. C’est ce qu’il appellera la « validité » (Geltung) d’un ordre, telle qu’elle réside dans « l’acceptabilité » de l’autorité, même s’il faut parfois se contenter d’un degré d’implication minimum des participants. Si un ordre social a quelque validité, c’est bien parce qu’il est reproductible et manifeste une relative permanence. Si Weber insiste sur la dimension d’obéissance et de discipline, ce n’est pas un hasard. La domination revêt une dimension collective. Elle doit pouvoir s’accommoder de la pluralité et la diversité des intérêts pratiques. Ceci amène naturellement Weber à expliciter les raisons d’une telle permanence. Celle-ci va dépendre de deux éléments analytiquement distincts, mais fortement complémentaires : la justification que procurent ou non l’appel à des principes de légitimation et la capacité d’organisation collective par laquelle s’effectuera l’exercice de la puissance. La force de l’obligation se construit à ce double niveau selon des mécanismes sociologiquement différents. Du reste, il est important de noter que pour Weber les problèmes de légitimation et d’organisation doivent être pensés ensemble, car la domination renvoie clairement à un mode de direction des conduites humaines.

  • 8 Max Weber, Economie et Société, op. cit. p. 220.
  • 9 Max Weber, Le savant et le politique. Une nouvelle traduction, Préface, traduction et notes de Cath (...)
  • 10 Max Weber, Domination, op. cit. p. 59.

9Ainsi, la domination peut-elle se définir comme la capacité à donner des ordres qui seront obéis, comme un rapport d’autorité et de subordination. Mais, Weber insiste régulièrement sur ce point, pour que la domination soit acceptée et donne lieu à un comportement d’obéissance « obligée », faut-il qu’elle soit justifiée. Comme il le dit ailleurs, « toutes les dominations cherchent à éveiller et à entretenir la croyance en leur légitimité »8. En effet, la relation de domination reste fortement tributaire de la justification que procure ou non l’appel à des principes de légitimation, que ceux-ci reposent sur la tradition, le charisme ou la légalité. Il y a là une dimension quasiment anthropologique dans l’insistance sur un besoin de justification. Comme Weber le note, si le malheur doit trouver une justification, le bonheur doit également être mérité, tout comme le besoin d’autojustification s’étend aussi très naturellement aux gouvernants à travers leur revendication de légitimité. On comprend mieux la fragilité des modes de domination dans un monde sécularisé et la pression à la légitimité qui peut s’exercer. Dans Politik als Beruf, il évoquera d’ailleurs clairement le fait que des raisons doivent étayer la soumission et que ces représentations ainsi que leurs « justifications internes » sont d’une très grande importance pour la structure de domination9. Faut-il en effet que la revendication de légitimité rencontre l’adhésion des gouvernés, tout pouvoir de commandement doit pouvoir être accepté : « Pour la domination, ce mode de fondation de sa légitimité n’est pas une affaire de spéculation théorique ou philosophique, mais induit des différences extrêmement concrètes dans les structures empiriques de la domination : cela tient à un fait très général, le besoin d’autojustification inhérent à tout pouvoir, voire à toute chance de vie »10.

10La légitimité suppose une croyance bien évidemment dans le bien-fondé de l’exercice d’une domination, mais elle suppose une autre dimension essentielle et proprement sociale, à savoir le fait que le sentiment de légitimité doit être amplement partagé. Pour cela, Weber marque très clairement que l’analyse d’une domination ne saurait en rester à l’étude de simples actes de soumission. Du même coup, la seule mise au jour des motifs de l’action ne saurait suffire à établir « les fondements sûrs d’une domination » qu’ils soient mus par la coutume, l’intérêt ou par des motifs affectuels, ou encore rationnels en finalité ou rationnels en valeur. Il faut, nous dit Weber, que se greffe une dimension plus large, « la croyance en la légitimité ». Celle-ci est donc d’un autre ordre, elle est de l’ordre du collectif. Sentiment partagé, la légitimité doit aussi être relativement stable dans le temps. Autrement dit, Weber introduit de fait une coupure entre ce qui peut relever d’actions individuelles qui visent à adhérer à tel ou tel commandement (Befehl) et ce qui peut fonder la stabilité d’une domination. La légitimité d’une domination ne peut donc seulement être dégagée des préférences empiriques des individus telles qu’elles peuvent s’exprimer dans telle ou telle action, elle suppose la prise en compte d’une autre dimension qui, elle, vise à mettre au jour l’existence d’un ordre (Ordnung). C’est bien la croyance en la légitimité – indépendamment, encore une fois, des préférences des acteurs – qui assure la « pérennité » (Fortbestand) d’une domination. C’est bien en cela qu’elle n’est pas une simple croyance, mais une croyance généralisée qui s’exprime indépendamment des motifs individuels de conduite.

  • 11 Max Weber, « Les trois types purs de domination légitime », Traduction Élisabeth Kauffmann, à paraî (...)

11Mais, l’exercice d’une domination s’actualise aussi dans des règles de gestion et dans des commandements, en cela la domination n’est pas seulement « la puissance autoritaire » comme peut l’être un salon tant que des ordres précis n’émanent véritablement de l’instance de direction. La domination renvoie clairement en cela à l’exercice d’une direction. Comme le dit fort explicitement Weber : « Mais dans tous les rapports de domination, ce qui est avant tout au plus haut point décisif pour le maintien continuel de la docilité effective des dominés, c’est l’existence de la direction administrative et de son action continue tendue vers l’exécution des directives et l’obtention coercitive (directe ou indirecte) de la soumission à la domination »11. La domination suppose un minimum de pouvoir de décision, c’est bien ce qui explique que la démocratie ne saurait conduire à voir dans les gouvernants les seuls « serviteurs » des gouvernés. Là encore, le registre sociologique est patent. Ainsi la logique de domination donne lieu à la constitution d’un appareil de pouvoir destiné à éventuellement contrebalancer la fragilité de la légitimité. Du même coup, l’obéissance des membres de la direction administrative qui assiste tout pouvoir de domination est essentielle et Weber accentue avec raison le rôle des états-majors dans les processus de légitimation et d’expression du pouvoir. Ainsi, si la légitimité est une croyance, elle n’est pas étrangère à la constitution d’un dispositif de pouvoir. C’est bien du fait de la fragilité de la domination que le cercle restreint qui se constitue autour des dominants est aussi nécessaire. Weber a eu toujours conscience de la fragilité de la légitimité, ou tout au moins de son absence d’évidence absolue et il n’a jamais exclu la contestation, au moins pour deux raisons de nature différente. Tout d’abord aucun régime politique n’est « authentiquement légitime » parce qu’il existe une pluralité de principes de légitimité. Ensuite, parce qu’au sein d’une même société coexistent des ordres sociaux différents auxquels l’acteur va se trouver confronter sans avoir jamais l’assurance de pouvoir les articuler.

12Un bel exemple en est la dernière partie de La domination : « L’État et la hiérocratie ». Weber y montre les tensions inévitables qui vont se faire jour à travers la concurrence de deux groupements, politique et hiérocratique. Ainsi, a-t-il su montrer les rivalités et accommodements multiples auxquels conduisait nécessairement la confrontation du pouvoir politique et du pouvoir religieux. Il a souvent fallu pour ce dernier « pactiser » avec les forces politiques, quitte à faire de l’alliance du pouvoir et de l’église l’instrument de domestication des dominés. Inversement, l’église sera parfois conduite à défendre la liberté de conscience pour se protéger elle-même de tout empiétement excessif du pouvoir. En fait, l’existence institutionnelle d’une église conduit à étudier avec précision la façon dont les serviteurs de l’église vont eux-mêmes se comporter à l’égard du pouvoir politique. La dimension institutionnelle conduit généralement à des compromis nécessaires avec les réalités économiques et politiques qu’il convient de prendre en compte dans la gestion des biens de salut tout comme le pouvoir politique est souvent obligé lui-même de s’accommoder de la présence d’un autre groupement de domination. L’intérêt de ce chapitre est bien de mettre l’accent sur l’interdépendance potentielle du politique et du religieux dès lors que le pouvoir politique comme le pouvoir hiérocratique sont susceptibles d’émettre tous deux des prétentions universalistes de domination.

13Si telles sont les dimensions à partir desquelles il convient de saisir la sociologie de la domination, le cadre même qui était privilégié par Weber est bien sûr celui de l’histoire universelle. N’oublions pas que Weber cherche à combiner la mise au jour des régularités sociales en même temps que l’explication des singularités historiques. Il s’agit bien de combiner une approche de nature conceptuelle avec une approche liée au développement historique. L’approche wébérienne est tout à la fois génétique et fonctionnelle qui permet de saisir tout à la fois les conditions d’émergence des différentes configurations de domination, les modalités de leur fonctionnement comme leurs possibles évolutions. Pour des raisons évidentes, nous ne rentrerons pas ici dans le détail des analyses wébériennes des types de domination, il est plus utile de se consacrer sur l’économie générale du propos.

14Nous voudrions cependant terminer cette présentation par deux remarques complémentaires : l’une touche à la place de la thématique de la domination dans l’œuvre wébérienne, l’autre à la réception de la sociologie de la domination.

  • 12 Edith Hanke, « Max Webers Herrschaftssoziologie. Eine werkgeschichtliche Studie », in Hanke E., Mom (...)

15On ne peut lire l’étude de la domination telle qu’elle est spécifiée dans cet ouvrage sans remarquer qu’il est difficile d’avoir une approche intégrée de la question tant la thématique se développe de manière dispersée dans l’ensemble des écrits wébériens. Introduite par Weber d’abord dans sa réflexion sur les rapports entre « l’économie et les ordres et pouvoirs sociaux », la domination est aussi présente dans les écrits de sociologie des religions et dans les écrits politiques que dans les essais à portée plus méthodologique et épistémologique, sans parler de la sociologie du droit – elle aussi partie d’Économie et société - dont elle ne peut être réellement dissociée. De ce point de vue, Edith Hanke a eu parfaitement raison de souligner tout l’intérêt pour l’étude de la sociologie de la domination d’un retour au texte classique de 1913 sur les catégories de la sociologie compréhensive qui comporte en particulier des développements décisifs sur le concept délicat d’activité en entente (Einverständnishandeln)12.

16Enfin, il convient de souligner que la réception de la Herrschaftssoziologie est en fait tardive et elle s’est développée au sein des sciences sociales seulement après la seconde guerre mondiale et plus particulièrement dans les années 1960 à partir du moment où la question de la légitimité est devenue essentielle. Pour les juristes comme pour les spécialistes de science politique, il n’était guère pensable de pouvoir éviter toute confrontation avec la classification des types de domination légitimes. Reinhart Koselleck considérait lui-même le travail de Weber sur la domination comme « un tournant copernicien » dans l’histoire du concept lui-même. Quant à Wilhelm Hennis, il évoquait la fascination exercée par la pensée wébérienne dès lors qu’on en venait à s’intéresser à la question de la légitimité. Elle a pourtant été abondamment critiquée pour ses imprécisions tout comme sa discussion est restée longtemps obscurcie par des lectures à dominante philosophique dans lesquelles la réflexion s’en est abusivement tenue à la recherche normative des principes susceptibles de fonder la domination légitime, ce qui éloigne considérablement du propos wébérien dans la mesure où la posture de Weber est totalement étrangère à une quelconque recherche des fondements de l’ordre politique.

  • 13 Andreas Anter, Max Webers Theorie des modernen Staates, Herkunft, Struktur und Bedeutung, Berlin, D (...)
  • 14 Edith Hanke, Wolfgang Momsen, 2001, op. cit., p. 1.
  • 15 Patrice Duran, « Légitimité, droit et action publique », Année sociologique, vol. 59, numéro 2 « Po (...)

17La force de fascination exercée par la pensée de Weber réside tout simplement dans le fait que, note Stefan Breuer, il a rencontré avec son concept de légitimité un « problème central » pour tout groupement politique moderne. Il fut du reste un des premiers à évoquer cette question cruciale de la légitimité. Elle est comme le dit Andreas Anter, « le point archimédien de sa sociologie de la domination »13. Chez Weber, domination et légitimité entretiennent des relations indissociables. Weber ne cessera de dire d’ailleurs que la légitimité joue un rôle déterminant dans la stabilisation des régimes politiques. L’importance pour la sociologie politique du raisonnement wébérien aura donc été déterminante. Et ce n’est pas un hasard si le travail entrepris avec la publication du volume de la Max Weber-Gesamtausgabe dédié à la domination est l’occasion d’une relance de la discussion sur la pertinence des concepts wébériens dans une conjoncture historique justement marquée par « un processus avancé d’érosion du concept classique d’État »14. Il n’est pas étonnant dans ces conditions que la réflexion wébérienne continue à s’imposer comme recours indispensable et occupe de ce fait une place centrale dans l’évocation de cette question décisive, en dépit de ses multiples imperfections. Non seulement Max Weber nous a légué la réflexion sociologique certainement la plus conséquente sur la légitimité, mais il avait lui-même bien perçu la fragilité de tout ordre politique dès lors qu’il ne saurait y avoir de fondement définitif à l’obligation politique15.

18La richesse des analyses et leur utilité pour les sciences sociales suffisent à exprimer la satisfaction que l’on peut avoir à disposer enfin des textes correspondant à l’ancien chapitre IX de la deuxième partie de l’ancienne Économie et société. La traduction française se veut une édition critique, en ce sens - impropre - que, d’une part, elle s’appuie sur l’édition critique allemande, de laquelle elle reprend le texte revu et établi par Edith Hanke et Thomas Kroll et que, d’autre part, le responsable de l’édition française, Yves Sintomer, et la traductrice, Isabelle Kalinowski, ont ajouté des commentaires et des explications pour le lecteur francophone. Le volume comporte également un index utile, quoique peu comparable à l’index analytique de l’édition allemande auquel se reporteront les spécialistes. On regrettera aussi l’absence d’un glossaire permettant de saisir avec précision la façon dont les concepts clés ont été traduits. Surtout, il est plus que dommageable que le volume ne contienne pas le bref article pourtant lumineux sur les « Trois types purs de la domination légitime » qui doit paraître à part dans une revue de sociologie alors même qu’il a été intégré dans l’édition critique allemande de La domination. Certes, ce fragment posthume est plus proche du texte de 1919-1920 sur « Les types de domination » (chapitre III d’Économie et société) que de La domination, mais il aborde la typification également dans la perspective des relations avec les structures économiques et juridiques et aurait pu servir, selon l’hypothèse d’Edith Hanke (p. 309, MWS) comme une nouvelle entrée dans les manuscrits d’avant-guerre.

19L’édition allemande dans la MWG ainsi que la Studienausgabe (MWS), l’édition brochée moins onéreuse (sans l’appareil critique) comportent également une excellente postface d’une cinquantaine de pages, rédigée par Edith Hanke. Celle-ci rappelle les contextes scientifiques (en droit, en économie, en histoire et en sociologie) des différents textes, analyse les concepts utilisés par Weber et éclaire la place et la fonction de La Domination dans l’ensemble de l’œuvre de Weber. On ne peut que regretter que cette postface lumineuse tout autant que rigoureuse n’ait pas été traduite.

20À la place, l’édition française comporte une introduction d’une trentaine de pages, rédigée par Yves Sintomer. Quelles sont les clefs de lecture que cette introduction propose au lecteur francophone du texte de Weber ? La première est celle de l’histoire du texte et de sa place par rapport à Economie et société ainsi qu’au Grundriss der Sozialökonomik. La distinction faite dans cette introduction entre La domination d’une part, Économie et société d’autre part (qui désigne ici apparemment la traduction partielle parue en 1971), n’est pas utile et prête à confusion. La domination, comme les deux autres textes en cours de traduction ou de retraduction aux Éditions La Découverte (Communautés, La ville), constituent des parties intégrales d’Économie et société, même si, en raison de leur caractère posthume et inachevé, nous ne savons pas avec exactitude à quel endroit de l’ensemble Weber les aurait positionnées. Ce n’est pas une question simplement « éditoriale », comme on le verra. Nous avons rappelé plus haut que Weber a rédigé les textes sur la domination pour une de ses contributions au GdS. Plutôt que de traduire le titre, Grundriss der Sozialökonomik par Fondements de l’économie politique (p. 6), il serait d’ailleurs plus juste de parler d’une véritable encyclopédie de l’économie politique. Cet ouvrage en de nombreux volumes devait en effet rassembler la somme des connaissances de la science économique de langue allemande. Si en raison de la guerre, de la mort de Weber et surtout de la réorientation générale de la science économique à partir de ces années, l’ouvrage n’a pas eu le rôle central pour la recherche et l’enseignement pour lequel il avait été conçu, les textes des autres auteurs ne sont pas tous tombés dans l’oubli comme l’affirme l’introducteur (p. 6). La contribution de Schumpeter, traduite après la Deuxième guerre mondiale en anglais et en français, en est le meilleur, mais pas le seul exemple.

  • 16 Cf. Hinnerk Bruhns, "Lectures économiques de Max Weber", La Pensée n° 314, avril-mai-juin 1998, p.  (...)
  • 17 Werner Sombart, Max Weber, “Déclaration”, Revue française de sociologie, 46-6, 2005, p. 921 (texte (...)
  • 18 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mäc (...)

21Depuis que la science économique, après la disparition de l’école historique, a abandonné Max Weber aux sociologues, la dimension économique de son œuvre et l’enracinement de ses questionnements dans la science économique sont systématiquement sous-estimés. C’est le cas également dans la présentation de La domination où l’on nous apprend que Weber était « moins à l’aise dans cette discipline plus classique [l’économie] que dans la sociologie naissante » (p. 18). Un regard rapide sur les thèmes que l’économiste Max Weber s’était réservés pour le GdS à l’époque où il rédigeait La domination peut être éclairant16. La liste est longue : Weber voulait traiter la question des rapports entre économie et population, économie et droit, capitalisme et classes moyennes, capitalisme et travail, et encore d’autres aspects de l’économie moderne comme le capitalisme agraire, sans compter le problème de la spécificité même de la science économique quant à sa nature, ses objets et ses méthodes. Opposer le sociologue Weber à l’économiste Weber n’est d’aucune utilité car cela ne permet pas de rendre compte de la portée de l’entreprise wébérienne. Weber dira lui-même, dans une déclaration signée en commun avec Werner Sombart en 1917, que le but de ses travaux était « d’asseoir la recherche en économie sur des bases solides » (« die nationalökonomische Forschung auf sichere Grundlagen zu stellen »)17. On ne peut projeter tout simplement la sociologie ou la science économique d’aujourd’hui sur l’époque de Weber. La Sozialökonomik était pour Weber, comme il le dira dans L’économie et les ordres (Die Wirtschaft und die Ordnungen), la science empirique qui, au contraire de toute dogmatique, « considère dans leurs manifestations réelles l’activité humaine concrète qui est conditionnée par la nécessité de s’orienter aux “conditions économiques” » 18.

  • 19 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mäc (...)

22Une question fondamentale pour la compréhension du texte sur la domination est, répétons-le, celle de savoir quel en était le projet scientifique. Où, dans l’univers académique allemand de l’époque était ancrée sa problématique scientifique ? Il est apparemment difficile de ne pas lire Weber à travers les lunettes de « L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme », dont on nous dit qu’elle aurait assuré à Weber vers 1910-1914 « un statut relativement enviable » (p. 12). Non, la renommée de Max Weber vers cette époque ne reposait nullement sur ces deux articles de revue, et l’assimilation de Weber à sa thèse sur l’éthique protestante est un phénomène bien plus tardif. Il faut lire La domination dans la perspective du projet épistémologique que Weber avait pour la science économique. Si l’on peut, effectivement, parler d’une « approche sociologique » (p. 14, titre d’un chapitre de l’introduction), il ne faut pas se méprendre sur le sens d’une telle proposition. La « différenciation de la sociologie avec la discipline économique aurait été de la plus grande importance » (p. 18) pour Weber ? C’est évidemment le contraire qui est le cas. Car l’objectif des textes sur La domination était bien d’appréhender les relations réciproques entre économie et culture, « de saisir, d’une part, les conditions économiques de l’émergence des structures politiques et, d’autre part, de mettre en lumière l’influence de l’organisation de la domination sur la structure de l’économie » (« einerseits die wirtschaftlichen Entstehungsbedingungen der politischen Gebilde zu benennen und andererseits den Einfluß der Herrschaftsorganisation auf die Struktur der Wirtschaft deutlich zu machen »), comme le dit Edith Hanke19. Comme nous l’avons souligné au début, cette problématique exige selon Weber, pour les besoins de l’analyse, une distinction conceptuelle entre deux types de domination : d’une part une domination en vertu d’une constellation d’intérêts telle qu’elle peut s’exercer sur un marché du fait d’une situation de monopole (« Herrschaft kraft Interessenkonstellation (insbesondere kraft monoplistischer Lage, vor allem auf dem Markt) »), d’autre part une domination en vertu d’une « autorité » caractérisée par un pouvoir de commandement et devoir d’obéissance (Herrschaft kraft Autorität (Befehlsgewalt und Gehorsamspflicht). Si dans la suite du texte Weber dit vouloir utiliser le concept de domination uniquement dans ce deuxième sens, le sens plus étroit (MWS, p. 3), ce n’est pas parce qu’il attribuerait à la notion de domination le rôle pivot pour la différenciation de l’économie de la politique (Introduction, p. 19). Si l’on adopte une telle perspective erronée, il est en effet tentant de penser, par exemple, que le féodalisme serait défini par Weber d’abord comme un régime politique et non comme un mode de production (p. 19). Ni l’une ni l’autre de ces deux notions ne correspondent à la pensée de Weber, qui refuserait une telle approche unilatérale.

  • 20 Voir Patrice Duran, « Max Weber et la fabrique des hommes politiques, une sociologie de la responsa (...)
  • 21 Max Weber, compte rendu de Lotmar, Arbeitsvertrag, in : Max Weber, Wirtschaft, Staat und Sozialpoli (...)

23Peut-on trouver dans les idées politiques de Weber et dans son appartenance à une classe dominante, à la bourgeoisie, une clef de lecture supplémentaire pour La domination ? On ne peut guère souscrire au jugement selon lequel Weber aurait eu « une conception élitiste de la politique » (autre titre d’un paragraphe de l’introduction). Nous sommes loin de Pareto et Mosca pour ne citer qu’eux. Dans La profession et la vocation de politique comme dans les écrits sur Parlement et gouvernement dans l’Allemagne réorganisée, Weber développe plus exactement une conception exigeante de la politique et du politique telle qu’elle se caractérise par la conjugaison d’une éthique de la conviction et d’une éthique de la responsabilité, responsabilité de l’homme politique pour la nation et pour la justice sociale20. La condamnation par Weber de la révolution en 1919 n’a rien à voir avec une quelconque crainte des masses (p. 27) ou encore avec de la répugnance de classe envers le mouvement ouvrier (p. 33), ou encore avec une opposition à des considérations de justice sociale (p. 33). Tout se passe, lisons-nous (p. 30), « comme si Weber s’identifiait à ce point aux dominants qu’il ne puisse accorder de capacité d’initiative aux subalternes, et encore moins de capacité d’initiative rationnelle ». Jugement étonnant, car il n’y avait pas de critique plus féroce que Weber des privilèges des dominants et des profits de guerre ; le soutien que Weber accorde aux syndicats est constant, et, face aux renonciations de la bourgeoisie, il mise sur le mouvement ouvrier pour faire avancer la modernisation politique de l’Allemagne. C’est le théoricien de la rationalisation du droit qui met les ouvriers en garde contre la formalisation du droit du travail qui, certes, réduira l’arbitraire. « Cependant, ajoute-t-il, étant donné le milieu social qui entoure le juriste professionnel, rien ne sera plus sûr que le fait que de telles normes juridiques, y compris celles qui se drapent dans de considérations d’éthique sociale, se mettront à la longue au service de tout autres intérêts »21.

24Voilà un petit exemple d’une analyse sociologique d’une configuration de domination. En aucun cas, il ne développe de sentiment critique à l’égard de la démocratie et Stefan Breuer a parfaitement raison de dire que quiconque avancerait un tel argument n’aurait de fait pas saisi le sens de la théorie de la légitimité développée par Weber. Sa démarche refuse toute forme de normativisme. Plus simplement, toute domination se caractérise nécessairement par un pouvoir de décision, une capacité à donner des ordres et à être obéi, et, dans ces conditions, il ne serait sociologiquement pas sérieux de considérer les gouvernants dans une démocratie comme les seuls « serviteurs » des gouvernés.

  • 22 Stefan Breuer, « Max Weber et les formes de la démocratie », Revue européenne des sciences sociales(...)
  • 23 Cf. le compte rendu d’Otto Hintze (“Roschers politische Entwicklungstheorie”) [1897], dans Soziolog (...)
  • 24 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriss der verstehenden Soziologie. 5. revidierte Auflag (...)

25Même sans mentionner l’attention portée par Weber aux révoltes urbaines et à la constitution des communes, il est clair qu’analyser les raisons et motifs pour lesquels une domination obtient de l’obéissance ne veut pas dire que l’analyste s’identifie aux dominants. Tout d’abord, si la typologie wébérienne de la domination est clairement conceptualisée selon la perspective des dominants, c’est dans la mesure où Weber envisage la légitimité comme l’assentiment apporté par les dominés à des revendications de légitimité. C’est bien ce qui le pousse à se désintéresser assez largement des motifs qui commandent réellement l’obéissance des dominés pour se focaliser sur la réalité de leurs comportements du point de vue du succès de la domination. Ainsi que l’observe Breuer, « une multitude de motifs soutenant la croyance des dominés en la légitimité sont presque délibérément ignorés »22. Ce n’est pas son problème car ce n’est pas son sujet, ce qui explique qu’il a préféré s’interroger sur la validité empirique d’un ordre au détriment d’une attention plus soutenue aux raisons profondes qui conduisent les acteurs sociaux à adhérer à un ordre et à orienter leur action en conséquence. La légitimité d’un ordre doit en effet pouvoir s’accommoder de la pluralité et la diversité des intérêts pratiques. Une telle perspective empêche de voir le changement de paradigme que Weber opère dans La domination et ensuite dans le chapitre « Les types de domination » dans « Les catégories de la sociologie ». Pour la première fois, les structures politiques ne sont plus catégorisées d’après le schéma qui remonte à l’Antiquité grecque et que reprend encore, peu de temps avant que Weber ne rédige La domination, Wilhelm Roscher, dans sa Politik : Geschichtliche Naturlehre der Monarchie, Aristokratie und Demokratie (1893)23. En vérité, il s’agit d’un double changement de paradigme. Comme Weber le précise dans plusieurs lettres à son éditeur Paul Siebeck, il conçoit les textes sur la domination comme « Ersatz » (et plus que cela) de l’article « complètement raté » de Karl Bücher sur les stades de développement économique (Volkswirtschaftliche Entwicklungsstufen) qui ouvrira le premier volume du GdS. Dans la théorie économique de l’époque, les rapports entre nature de l’économie et structures politiques étaient pensés en termes de stades de développement (économie d’oikos, économie urbaine, économie nationale, ou selon d’autres typologies analogues). Dans La domination, Weber repense complètement les rapports entre économie et structures politiques et insiste sur le fait, comme il le soulignera dans la Soziologische Kategorienlehre, qu’il n’y a pas de parallélisme entre la structure interne de l’économie et la dimension du groupement (Verband) qui est le support d’une politique économique24.

  • 25 Raymond Aron (1935), La sociologie allemande contemporaine, Paris, PUF, 1966, p. 81.

26D’un point de vue plus général, l’analyse de la domination permet d’aborder en profondeur des thématiques importantes de l’œuvre wébérienne tout comme elle est révélatrice d’une orientation épistémologique dont Weber ne se départira jamais. Certes, ce dernier a toujours considéré que les questions épistémologiques et méthodologiques surgissent de l’exercice de la science et il s’est toujours méfié des spéculations a priori des épistémologues. Pour autant, la liaison, sinon la complémentarité, entre orientations théoriques et choix épistémologiques est parfaitement claire chez lui. Le passage par un raisonnement de nature théorique est une condition essentielle à la compréhension des causes des comportements historiquement observables, ce qui le conduira à distinguer causalité sociologique et causalité historique. Weber tente ainsi de concilier une méthodologie abstraite et théorique avec une recherche empirique et historique. Comme l’écrira très tôt Raymond Aron, l’œuvre de Weber « s’impose comme le modèle d’une sociologie historique et systématique à la fois »25.

27La force et l’ampleur du travail accompli sont considérables. Pour autant, la question n’est pas que Weber ait réponse à tout, a fortiori qu’il ait raison sur tout. Il s’agit moins aujourd’hui de combler les lacunes de l’œuvre que de saisir la portée explicative des raisonnements proposés avant d’en marquer les inévitables limites. La première étant que, comme toute réflexion de science sociale, elle ne peut s’abstraire de son époque. Le respect n’exclut certes pas l’appropriation critique, mais celle-ci doit partir des préoccupations comme des ambitions de l’auteur. La portée d’un classique est dans la fécondité de ses approches et de ses programmes de recherche, comme dans les perspectives d’analyse qu’il continue d’ouvrir. L’originalité et la force essentielle des “classiques” résident bien en cela dans leur volonté toujours affirmée et exigeante d’articuler ambition théorique et étude empirique. Max Weber est incontestablement un « classique ».

Haut de page

Notes

1 Max Weber, Sociologie des religions, Paris, Éditions Gallimard, 1996, Textes réunis, traduits et présentés par Jean-Pierre Grossein, introduction de Jean-Claude Passeron, p. 241-328.

2 Max Weber, Économie et société, Paris, Plon, 1971, p. 116 (traduction partiellement modifiée).

3 Max Weber, « Introduction à l’éthique économique des religions mondiales », in Max Weber, Sociologie des religions, op. cit., p. 376.

4 Stefan Breuer, « Herrschaft » in der Soziologie Max Webers, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2011, 277 p.

5 Stephen Kalberg, La sociologie historique comparative de Max Weber, préface d’Alain Caillé, traduction d’Hervé Maury, La Découverte/M.A.U.S.S., 2002, p. 63.

6 Max Weber, La domination, Paris, La Découverte, 2013, p. 44.

7 Op. cit. p. 49.

8 Max Weber, Economie et Société, op. cit. p. 220.

9 Max Weber, Le savant et le politique. Une nouvelle traduction, Préface, traduction et notes de Catherine Colliot-Thélène, Paris, La Découverte, 2003, p. 120-121.

10 Max Weber, Domination, op. cit. p. 59.

11 Max Weber, « Les trois types purs de domination légitime », Traduction Élisabeth Kauffmann, à paraître.

12 Edith Hanke, « Max Webers Herrschaftssoziologie. Eine werkgeschichtliche Studie », in Hanke E., Mommsen W. J. (hrsg), Max Webers Herrschaftssoziologie, Tübingen, Mohr Siebeck, 2001.

13 Andreas Anter, Max Webers Theorie des modernen Staates, Herkunft, Struktur und Bedeutung, Berlin, Duncker & Humblot, 1995, p. 64.

14 Edith Hanke, Wolfgang Momsen, 2001, op. cit., p. 1.

15 Patrice Duran, « Légitimité, droit et action publique », Année sociologique, vol. 59, numéro 2 « Pour une sociologie politique du droit », sous la direction de Jacques Commaille et Patrice Duran, 2009.

16 Cf. Hinnerk Bruhns, "Lectures économiques de Max Weber", La Pensée n° 314, avril-mai-juin 1998, p. 39-55.

17 Werner Sombart, Max Weber, “Déclaration”, Revue française de sociologie, 46-6, 2005, p. 921 (texte traduit par Jean-Pierre Grossein). Pour le contexte, cf. Hinnerk Bruhns, « L’histoire des économistes et l’économie des historiens : à propos de l’école historique allemande de l’économie nationale et de son héritage », in : Histoire de la pensée économique allemande, sous la direction d’Alain Alcouffe et Claude Diebolt, Paris : Economica, 2009, p. 91-111, en particulier p. 103 suiv.

18 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mächte. Nachlaß. Teilband 3 : Recht (MWG I/22-3), hg. von Werner Gephart und Siegfried Hermes, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), Tübingen 2009, p. 192.

19 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mächte. Nachlaß. Teilband 4 : Herrschaft (MWS I/22-4), hg. von Edith Hanke, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), Tübingen 2009, p. 266.

20 Voir Patrice Duran, « Max Weber et la fabrique des hommes politiques, une sociologie de la responsabilité politique », in - P. Duran et H. Bruhns, sous la direction de, Max Weber et la politique, Paris, L.G.D.J., 2009, p. 73-105.

21 Max Weber, compte rendu de Lotmar, Arbeitsvertrag, in : Max Weber, Wirtschaft, Staat und Sozialpolitik. Schriften und Reden 1900 – 1912, (MWG I/8), hg. von Wolfgang Schluchter in Zusammenarbeit mit Peter Kurth und Birgitt Morgenbrod, Tübigen : J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), 1998, p. 41.

22 Stefan Breuer, « Max Weber et les formes de la démocratie », Revue européenne des sciences sociales, Tome XXXIII, n° 101 « Max Weber et l’histoire », 1995, p. 41.

23 Cf. le compte rendu d’Otto Hintze (“Roschers politische Entwicklungstheorie”) [1897], dans Soziologie und Geschichte. Gesammelte Abhandlungen zur Soziologie, Politik und Theorie der Geschichte, herausgegeben und eingeleitet von Gerhard Oestreich, Göttingen : V & R, 1964 (3. unveränderte Auflage 1982), p. 3-45.

24 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriss der verstehenden Soziologie. 5. revidierte Auflage, besorgt von Johannes Winckelmann. Studienausgabe. Tübingen 1972, p. 64. (Trad. fr. : Économie et société. Traduit de l'allemand par Julien Freund, Pierre Kamnitzer, Pierre Bertrand, Eric de Dampierre, Jean Maillard et Jacques Chavy sous la direction de Jacques Chavy et d'Eric de Dampierre. Tome premier. Plon, Paris 1971 [Réimpr. en 1995 dans la collection Agora Pocket : vol. I, p. 171 sq.]).

25 Raymond Aron (1935), La sociologie allemande contemporaine, Paris, PUF, 1966, p. 81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hinnerk Bruhns et Patrice Duran, « Comment lire Max Weber, penseur de la domination ? », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2014, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/14096

Haut de page

Rédacteurs

Hinnerk Bruhns

Directeur de recherches émérite au CNRS, membre du Centre de recherches historiques (CRH-EHESS)

Articles du même rédacteur

Patrice Duran

Professeur, Département de sciences sociales de l’ENS Cachan, Institut des Sciences sociales du Politique (ISP)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page