Navigation – Plan du site

De l’intérêt de lire La Domination de Max Weber aujourd’hui

Béatrice Hibou
La domination
Max Weber, La domination, Paris, La Découverte, coll. « Politique & sociétés », 2013, édition critique française établie par Yves Sintomer, traduction française par Isabelle Kalinowski p., EAN : 9782707174918.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Analyses parfois reprises par le coordonnateur de ce volume.
  • 2 On retrouve souvent ces critiques, à mon avis décalées, chez les lecteurs de Foucault, et c’est une (...)

1En tant que non-spécialiste de Weber, et plus généralement non-historienne de la pensée, j’ai pris cette invitation de Pierre Mercklé à lire La Domination pour les lecteurs de Lectures/Liens socio non comme un commentaire ou une revue critique de l’une des œuvres majeures de Weber, un travail d’exégète pour lequel je suis totalement incompétente, mais comme une explicitation de ce qu’elle m’inspire. Or l’œuvre de Weber, et en l’occurrence La Domination, ne m’intéresse que marginalement pour le contenu des analyses proposées sur des sujets précis, autrement dit pour les analyses concrètes de telle ou telle situation. Elle constitue en revanche une source profonde d’inspiration par sa démarche, ses manières de raisonner et ses façons de problématiser. Plus précisément, je suis sensible à l’économie de sa réflexion, particulièrement à deux de ses caractéristiques, certainement aussi parce qu’elles recoupent les grands traits de mon itinéraire de recherche : le comparatisme et l’économie politique. En ce sens, je ne me reconnais pas dans la remarque provocatrice d’Yves Sintomer lorsqu’il affirme qu’en raison du contexte dans lequel nous vivons et du décentrement intellectuel de l’Europe, « nous ne pouvons plus être wébériens », même si c’est pour ajouter immédiatement que son œuvre peut rester « source d’inspiration précieuse » (p. 37). Je me sens profondément wébérienne, précisément parce que sa méthodologie analytique, sa distanciation critique et son doute systématique constituent à mes yeux l’apport principal de son œuvre. Et c’est dans ce même sens que je trouve peu d’intérêt aux travaux qui tentent de valider les analyses de Weber par celles de spécialistes. Les remarques faites à plusieurs reprises sur le flou ou les incohérences dans l’usage de mots ou de termes dans la pensée wébérienne, sur les approximations, les généralisations voire les erreurs dans les analyses concrètes proposées par Weber sur telle ou telle situation1 constituent pour moi une sorte de contresens de la pensée wébérienne2, ou du moins une incompréhension de la signification profonde de son œuvre, qui réside, une fois encore, dans son raisonnement.

  • 3 Bien que son travail sur le système agraire en Prusse puisse être considéré comme un « terrain », a (...)
  • 4 J.-F. Bayart, « Comparer par le bas », Sociétés politiques comparées, n° 1, janvier 2008 (accessibl (...)

2Weber ne fait pas de « terrain » dans le sens où on l’entend aujourd’hui et où je peux moi même le faire par exemple3, mais son érudition – ou plutôt sa façon de réfléchir à partir de cas concrets et d’exemples issus de son érudition et du comparatisme que cette dernière lui permet de mener – ouvre la voie à une véritable réflexion sur le quotidien de la domination, cœur de sa préoccupation analytique. Cette posture est d’autant plus importante à souligner aujourd’hui que notre époque est caractérisée par une spécialisation toujours plus poussée. C’est l’érudition généraliste même de Weber qui lui permet des questionnements très précis et qui le sort des abstractions, ou plus précisément qui lui permet de jouer avec les abstractions en empêchant qu’elles ne servent à cataloguer. Ce regard surplombant peut certes porter avec lui des approximations, voire des erreurs et des confusions, mais ces dernières sont anodines face à la richesse que l’érudition raisonnée permet. Elles sont particulièrement anodines face aux raffinements des façons de penser des situations et des évolutions, et face à la capacité de mettre en relation. C’est ce que l’on peut qualifier de comparatisme de problématisation4, et qui permet de faire émerger des questionnements dont la pertinence n’est pas affectée par la temporalité de l’écriture.

L’idéaltype comme opérateur d’« inventaire des différences »

3Centrer la lecture de l’œuvre de Weber sur son raisonnement et sa démarche méthodologique, c’est évidemment revenir en premier lieu sur le fameux idéaltype ou « cas-limite », pour en fournir une lecture renouvelée. Plus encore que ses autres textes traduits, La Domination donne à mon avis à voir une interprétation de cette notion totalement différente de ce qui en est habituellement proposé. Comme le rappelle justement Yves Sintomer, il ne s’agit en aucun cas de classifier et d’ordonner. Bien au contraire, l’idéaltype ne se comprend que dans sa mise à l’épreuve par la réalité de situations historiques concrètes : l’idéaltype apparaît dès lors comme l’instrument d’un comparatisme de problématisation qui élargit le champ d’appréhension et de compréhension de la domination.

L’idéal-type comme catalyseur de questionnements

4Les différents types de domination définis par Weber (bureaucratique, patrimoniale, féodale, charismatique) n’apparaissent pas comme des catégories ou des notions (encore moins des concepts) destinées à être strictement définies, puis à classer le monde, les expériences, les situations, mais permettent plutôt de faire émerger des problématiques spécifiques. Telle est ma première lecture de l’idéaltype. C’est dans ce contexte, me semble-t-il, que l’on peut saisir pourquoi Weber a besoin de plusieurs dizaines de pages pour chaque type de domination, nous donnant à voir des variations infinies de possibilités ; et surtout que l’on peut comprendre le foisonnement de sa pensée, voire son « désordre » ou ses innombrables aller-retour entre différents types de domination au sein de chacune des parties théoriquement consacrées à un type de domination. En réalité, l’idéaltype définit un point d’entrée de la réflexion, une problématisation qui permet ensuite, par l’analyse comparative et par la confrontation de nuances subtiles ou au contraire de différences affirmées, de suggérer la complexité des pratiques de domination.

5On ne sera pas étonné de voir que la partie consacrée à la domination bureaucratique ouvre une réflexion sur le processus de rationalisation, mais il est frappant de noter que celle-ci ne se cantonne pas à l’analyse de la bureaucratie et s’étend au patrimonialisme et au féodalisme. D’emblée, il s’agit en effet pour Weber de montrer la diversité des contours possibles de la rationalité et de son insertion dans les différents modes de domination, et de mettre en évidence l’infinité des situations concrètes, et des variations dans des contextes historiques « réels ». De même, ces développements sur la domination bureaucratique ne sont pas circonscrits à l’État mais à l’ensemble des domaines touchés par ce processus, à commencer par les entreprises capitalistes, mais aussi les églises et les partis politiques. Cette compréhension d’un type de domination non à partir d’une institution (l’État) mais à partir d’un processus (rationalisation, calculabilité, prévisibilité…) ouvre également la voie à une autre réflexion extrêmement riche, même si elle reste toujours en creux : celle sur la signification des notions de « public » et de « privé » et le refus de les appréhender à partir de la nature de la propriété ou de l’organisation sociale. Weber, dans ces discussions, ne distingue pas l’État de l’entreprise capitaliste, le fonctionnaire public du fonctionnaire privé. Au contraire, il suggère un flou des notions de public et de privé dont les contours et la définition fluctuent en fonction des situations historiques, et dessinent implicitement une autre distinction, celle entre commun et intime, notamment à travers les expressions « agir communautaire », « agir sociétisé » ou « sociétisation ».

  • 5 Qui sont davantage développées dans d’autres écrits, notamment dans les Œuvres politiques et dans L (...)
  • 6 Réflexions à partir de mon travail en cours sur la trajectoire de l’État au Maroc, de concert avec (...)
  • 7 M. Foucault, Surveiller et Punir, op.cit. et Il faut défendre la société, Cours au Collège de Franc (...)

6Les développements sur la domination charismatique privilégient quant à eux les réflexions sur deux sujets fondamentaux de la pensée politique : la responsabilité et la discipline. Là aussi, si la discussion est principalement centrée sur la responsabilité du souverain charismatique, elle offre de façon récurrente le prétexte à des incursions sur les autres types de domination, permettant d’enrichir la compréhension que l’on peut avoir de la responsabilité et d’élargir la palette de ses registres dans l’exercice concret du pouvoir. Weber montre ainsi que la responsabilité s’entend comme celle du souverain devant ses sujets qui seuls peuvent lui reconnaître un pouvoir charismatique (p. 274) ; mais simultanément, Weber met en évidence le fait que le souverain charismatique ne semble pas responsable de ses décisions puisqu’il n’est pas révocable et qu’il n’est pas lié par ses actions (p. 296) contrairement à des situations de type bureaucratique, voire patrimonial, et qu’il a besoin de truchements qui endossent la responsabilité à sa place, à l’instar des vizirs (p. 333). Apparaissent ainsi clairement différentes facettes de la responsabilité qui, dans un langage moderne que Weber n’utilise évidemment pas, pourraient être qualifiées de responsabilité d’intention et de responsabilité gouvernementale (ou responsabilité en valeur et responsabilité en finalité, si l’on reprend la distinction wébérienne sur la rationalité), de responsabilité graduelle en fonction des positionnements hiérarchiques, de responsabilités directe ou indirecte, de responsabilités passée et future5. On peut lire aussi ces pages comme une incitation à distinguer la « responsabilité envers » (envers Dieu, envers les sujets…) et la « responsabilité de » (de toute action gouvernementale, comme l’invite aujourd’hui l’idéologie de l’accountability ; des seules intentions, comme tend à le percevoir la pensée politique inspirée de l’islam ;ou encore de certaines fonctions seulement – par exemple la protection des frontières et de la religion – comme l’illustre l’empire chérifien d’avant le Protectorat, par exemple)6. L’analyse de la domination charismatique est également un prétexte à une analyse de la discipline comme mode de gouvernement, qui n’est pas sans rappeler celle développée par Michel Foucault (avec son recours aux mêmes expressions de « discipline » mais aussi de « dressage » ou de « cadres »7) : la technologie disciplinaire concerne moins la forme idéaltypique du charisme que ses formes quotidianisées (qui en altèrent les caractéristiques) et d’autres formes de domination (notamment bureaucratique) : au-delà de l’armée, le processus de rationalisation que portent l’administration et l’entreprise est le principal vecteur de cette domination par la discipline.

  • 8 B. Hibou, « De la privatisation de l’économie à la privatisation de l’État. La formation continue d (...)

7Les textes sur la domination patrimoniale et sur la domination féodale soulèvent les questions de l’inachèvement, de la fragmentation et de l’éclatement de l’exercice de la domination. Ces pages sont en effet l’occasion de développer une conception de la domination qui passe nécessairement par des truchements, des médiations, ouvrant donc la voie à l’épanouissement d’autres intérêts (les intérêts ou rationalités propres de ces intermédiaires), ainsi qu’à des compréhensions et des usages variés. C’est ce qui explique les multiples paradoxes et tendances contradictoires relevées systématiquement par Weber et, par conséquent, cette sensibilité tout à la fois aux enchevêtrements de « traits » et caractéristiques relevant de différents types de domination, tout comme à l’inachèvement des logiques de domination pouvant aboutir à un véritable processus d’autonomisation, que Weber nomme la « stéréotypisation » (p. 166). Ces deux textes soulèvent ainsi de façon plus explicite que les autres – et cela constitue un paradoxe supplémentaire – la question de la problématisation de l’exercice de la domination à partir de rapports de force, de jeux de pouvoir, de rouage et d’insertion dans la société, particulièrement sous la forme de la délégation, de l’affermage et de la concession, ce que j’avais appelé la « décharge »8 à partir de Weber lui-même.

L’idéaltype et la casuistique comme techniques pour appréhender les variations infinies de la réalité

  • 9 Point souligné par Michel Dobry dans « Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques “comp (...)

8Donner une règle, un principe, une définition en quelques lignes, et immédiatement consacrer la plupart des développements et centrer la démonstration sur ce qui n’est pas conforme à la règle, au principe, à la définition, constitue sans doute l’un des traits les plus intéressants de la façon dont Weber procède. Contrairement à ce qui est souvent perçu comme la centralité de l’idéaltype, la lecture de La Domination nous donne plutôt à voir un intérêt pour les « complications »9 qui, ici, se traduisent par la détection d’un maximum de variations à partir de cas concrets extrêmement divers qui font que le trait « pur » que symbolise l’idéaltype n’existe pas, ou très rarement. Ces derniers ne sont que des « cas-limites » comme les nomme Weber.

  • 10 Cette lecture rejoint celle de Daniel Gaxie lorsqu’il souligne le rôle de l’idéaltype dans le raiso (...)

9C’est un mode de raisonnement complexe et subtil : la définition d’un cas type – autrement dit le processus d’abstraction qui construit une figure de style générique – ne permet pas de décrire les situations historiques concrètes qui dès lors apparaissent nécessairement en décalage, en déviation, en différence par rapport à cette figure abstraite irréelle. Ce qui intéresse Weber, ce n’est pas la recherche de cas qui répondraient exactement à cette figure abstraite, ce n’est pas de faire entrer la réalité historique dans cette construction, fruit de l’abstraction, mais c’est au contraire de faire l’inventaire des variations infinies autour de ces figures ou cas-limites (par exemple, dans les pages 77 et suivantes, à propos de la bureaucratisation, ou pages 210 et suivantes à propos du féodalisme). C’est aussi de chercher les paradoxes, les situations historiques qui contredisent l’énoncé principal. Au final, il semble même que l’énoncé principal (ou la définition de l’idéaltype) n’est qu’une figure de style pour permettre des développements sur des rapports de causalité, sur les relations entre variables, sur des évolutions, et pour permettre des comparaisons10. Mais de quel type de comparaison s’agit-il ?

  • 11 P. Veyne, L’inventaire des différences, Paris, Le Seuil, 1976.
  • 12 Cela est également mis en évidence, en des termes un peu différents mais convergents, par H. Bruhns (...)

10Ce que nous suggère implicitement Weber, c’est que les définitions classificatoires ne disent rien des modes de gouvernement et de l’exercice concret du pouvoir. Aussi conçoit-il les concepts ou les notions dans leur valeur heuristique, comme instruments et démarches pouvant servir à d’autres situations concrètes, et non comme modèles, méthodes générales ou thèses. C’est en ce sens que l’on peut parler, en reprenant la belle formule proposée par Paul Veyne, d’« inventaire des différences »11. Selon ma lecture de La Domination, l’idéaltype est un opérateur d’explicitation des différences qui permet de sortir des analyses globalisantes et de faire apparaître la singularité de chaque situation historique12. Cette manière de procéder tout à la fois permet et est permise par ce que nous appellerions aujourd’hui un comparatisme de problématisation et que Weber nomme une « casuistique » (p. 105). Il ne s’agit pas de comparer des systèmes de domination entre eux mais, à partir de cas historiquement, socialement et géographiquement différents, de faire émerger des questions, des problématisations, des relations de causalité, des effets et des dynamiques différents. Weber ouvre ainsi la voie à l’élargissement du champ de l’analyse. Il évite un enfermement dans des définitions et des catégories étroites en dépit d’un vocabulaire et d’une méthode qui suggèrent la volonté de cataloguer et permettent de faire émerger des relations de causalité multiples et inattendues, souvent complexes, à l’instar des développements sur la bureaucratisation dans des périodes historiques anciennes (p. 79). Le comparatisme de problématiques, né d’une montée en généralité et de la conceptualisation des pratiques de domination, autorise non pas la confusion et l’amalgame mais au contraire l’individualisation. Autrement dit, l’existence de mécanismes transversaux de domination ne présage en rien des formes de gouvernement ni de la nature des relations de pouvoir. Ces mécanismes de domination prennent évidemment des connotations singulières en fonction de la spécificité de chaque situation et des différences inhérentes à toute configuration concrète, en fonction surtout du contexte dans lequel elles s’insèrent et de l’articulation avec d’autres modalités d’exercice du pouvoir.

  • 13 C. Colliot-Thélène, Études wébériennes. Rationalités, histoires, droits, PUF, Paris, 2001 ; S. Kalb (...)

11Au final, le comparatisme (ou la casuistique) n’est pas là pour ordonner les modes de domination. Au nom de la recherche de règles, de principes et de relations, aucune règle n’émerge, aucun principe n’est défini, aucune relation explicative n’apparaît comme évidente. Cela est une leçon magistrale qui démontre, d’une autre manière, ce que des collègues ont récemment mis en évidence dans l’œuvre de Weber, à savoir l’importance de la contingence, de l’événement, de l’inachèvement des processus et donc leur réversibilité, de la simultanéité aussi de processus contradictoires ou en tout cas non convergents13… Le caractère inachevé de la réflexion, l’absence de définition attribuée au temps raccourci et à la mort précoce de Weber ne sont pas gênants précisément, me semble-t-il, parce que la recherche d’une définition fixe et définitive ne constitue pas l’objectif de Weber, et que les digressions à partir de définitions partielles et parfois incohérentes ne sont que des prétextes à une réflexion problématisée. Je ne prétends pas avoir raison, mais c’est ainsi que j’ai compris sa démarche, ou plus précisément que j’en tire un enseignement méthodologique : une critique profonde de toute approche substantialiste et essentialiste.

Weber penseur de la réalité concrète par l’abstraction idéaltypique

  • 14 C’est aussi ainsi que Daniel Gaxie lit l’intérêt des va-et-vient entre idéaltype et situation histo (...)

12De ce fait, on pourrait dire au premier abord que Max Weber est un penseur des situations et des configurations « grises », des situations intermédiaires, des situations de chevauchement, d’hybridation, de mixage14. Comme il le rappelle à plusieurs reprises, « de façon générale, les trois types fondamentaux de structures de domination ne peuvent simplement être rangés les uns après les autres dans une ligne d’évolution, mais se trouvent conjugués sur les modes les plus variés » (p. 303) et que « dans la réalité de la vie, il n’y a que des “cas intermédiaires” » (p. 51). On pourrait être plus explicite encore en disant que procéder par idéaltypes issus d’un travail d’abstraction réduit en effet la réalité à des cas intermédiaires. Là encore, le vocabulaire n’est pas celui de Weber, mais l’intérêt de son analyse est de présenter les cas-limites uniquement comme des artefacts, des exemples heuristiques permettant de penser la réalité. Weber le dit ainsi : « Il faut évidemment d’emblée ne pas perdre de vue que tous ces principes d’organisation ne sont pas toujours clairement distincts et peuvent se recouper entre eux. Leurs types “purs” ne doivent être regardés que comme des cas-limites, particulièrement précieux et indispensables pour l’analyse, entre lesquels la réalité historique a presque toujours fluctué et fluctue encore, puisqu’elle se présente le plus souvent sous des formes mixtes » (p. 118).

13Ces entre-deux ou ces dégradés de gris se déclinent de différentes manières mais l’on peut en distinguer deux grandes modalités. La première combine des caractéristiques de types de domination différents. C’est ainsi que Weber rappelle que la bureaucratie, comme forme de domination, ne caractérise pas seulement l’État moderne mais qu’on peut la retrouver dans des formes anciennes d’État comme l’Égypte antique ou l’empire romain tardif, où elle s’entremêle à d’autres modalités d’exercice du pouvoir, et notamment à l’affermage ou à la « décharge », caractéristiques du patrimonialisme et du féodalisme (p. 73 et suivantes). Mais ces combinaisons sont elles-mêmes variées et hybrides. Weber parle ainsi de domination bureaucratique à « forts accents féodaux et patrimoniaux » (p. 73), des « traits bureaucratiques » du fonctionnariat patrimonial (p. 152), de « pouvoir de la bureaucratie patrimoniale » (p. 176 à propos de la Chine) et de « formations politiques patrimoniales purement bureaucratiques » (p. 181 à propos de situations décentralisées).

14La seconde modalité de cas intermédiaires allie différentes caractéristiques d’un même type de domination. Dès l’introduction d’ailleurs, Weber mentionne qu’il n’existe essentiellement que des « formes intermédiaires » (p. 50) et il l’illustre tout au long des pages ici rassemblées, comme à propos du patrimonialisme : la domination peut s’exercer à travers une administration locale de notables autonome, nous dit-il, ou à travers une dépendance universelle des sujets à l’égard du souverain patrimonial, résumant la panoplie des cas en disant que « la plupart des cas se situaient évidemment dans une position intermédiaire entre les deux » (p. 147).

15La chair de ces textes sur la domination (mais il en va de même de nombre de ses autres écrits historiques ou politiques) donne ainsi à voir une pensée avant tout intéressée par les combinaisons, les mixages, l’hybride, le composite et les « impuretés ». Mais ce vocabulaire, en partie induit par celui de Weber (et son insistance sur le terme même d’intermédiaire), ne rend pas justice, me semble-t-il, à sa conceptualisation. Celle-ci est directement issue de sa démarche qui consiste à faire jouer des abstractions à partir d’empiries aussi diverses que possible pour mieux décrypter la réalité historique. L’idéaltype ne semble pas avoir d’intérêt pour lui-même ; il constitue un artefact, ou une interface : il fait apparaître des airs de parenté qui cachent nécessairement des différences ; il fait émerger des singularités derrière de grands traits peu discriminants ; il fait saisir le quotidien de situations historiquement et géographiquement situées. Ce faisant, ces textes nous invitent moins à voir dans les situations concrètes de l’hybride, du composite, du métissage, du bâtard ou de l’intermédiaire qu’à être sensible aux infinies variations et aux gradations dans l’exercice de la domination.

16Cette lecture ouvre aussi la voie à une autre compréhension du texte introductif à La Domination. Les évolutions de la façon dont la domination est conceptualisée, les allers retours entre sens large et sens étroit du terme (p. 47 et suiv.) sont à mon avis moins le signe d’un inachèvement de sa réflexion, d’un manque de cohérence ou d’hésitations conceptuelles que les marques d’une façon de penser. Celle-ci est particulièrement sensible, d’une part, à la pluralité et à la variété des formes et des significations, et au continuum entre elles et, de l’autre, à la complexité des situations qui non seulement apparaissent confuses mais évoluent et se transforment insensiblement. Pour ces raisons, la réalité ne peut être réduite à des abstractions clairement définies, et c’est ce que ces glissements suggèrent.

17En somme, une fois l’idéaltype vaguement défini, il est immédiatement mis à l’épreuve de la réalité sans que les inévitables décalages l’invalident et le remettent en cause. Et cela est possible parce que l’idéaltype n’est en aucun cas perçu chez Weber comme un étalon. Il permet au contraire de suggérer des liens, des points de discussion entre situations très différentes, aussi bien dans le temps que dans l’espace, dans les organisations politiques ou économiques, et ceci non pas à travers une seule variable (ou « trait ») mais à travers plusieurs. C’est en cela que l’on peut parler d’une analyse chromatique de la domination qui permet des comparaisons.

Une conception dynamique et relationnelle de la domination

18Une autre caractéristique du raisonnement wébérien est d’être autant intéressé à donner une image aussi complexe que possible d’une situation historique donnée qu’à appréhender les dynamiques de l’exercice de la domination. Et paradoxalement, cela est réalisé grâce à cette réflexion à partir de la casuistique (ou comparaison par médiation d’idéaltypes) qui ne fige pas mais permet au contraire à Weber de penser les transformations, d’appréhender la domination dans sa dynamique quotidienne.

La domination dans sa dynamique

19Tout au long de ces pages, l’interrogation de Weber est en effet de comprendre comment une configuration politique donnée tient dans ses modes de domination, comment celle-ci se perpétue, mue, naît et meurt, se transforme, quelle est la dynamique des configurations sociales et politiques, quelles sont les transformations au sein d’une configuration donnée, quel est le passage d’une forme de domination à une autre et quels sont enfin les effets de la quotidianisation de formes de domination. À l’opposé de ce que l’on analyse généralement comme l’essence d’un idéaltype, les développements sur les variations de la domination constituent aussi une réflexion sur sa dynamique, non pas dans une vision évolutionniste et linéaire, mais dans une attention tout à la fois aux conditions sociales d’émergence d’un type de domination et aux effets des conditions concrètes de domination, qui tous contribuent à transformer les modalités mêmes de l’exercice de la domination.

20Ce que nous pourrions appeler l’obsession des variations précédemment relevée ne résulte ainsi pas seulement de la comparaison de situations différentes ; elle est également issue d’une attention à la dynamique de la domination qui fait apparaître de nouvelles variations au sein d’un même type de domination, ou des variations qui trahissent le passage d’un type de domination à un autre.

21Cette dynamique est fondamentale à prendre en compte, nous dit implicitement Weber, dans la mesure où le temps, autrement dit la quotidianisation de l’exercice du pouvoir, transforme la signification même de la domination. Il y a, par exemple, « renversement du charisme premier en son exact contraire » (p. 311) parce qu’une fois le souverain charismatique disparu, la croyance que le charisme tient aux liens du sang inverse sa signification : ce ne sont plus ses actes personnels qui fondent la reconnaissance du souverain, mais ceux de son ancêtre, c’est-à-dire son « origine ».

22Par ailleurs, Weber rappelle à de nombreuses reprises le passage de la domination patrimoniale et féodale à la domination bureaucratique. Il me semble cependant plus juste de lire ces descriptions des évolutions, ou « passages », de façon extrêmement pédagogique et non comme la preuve d’une évolution linéaire inéluctable. Certes, il existe une tendance à la rationalisation et donc à la bureaucratisation, du fait même de la quotidianisation de l’exercice de la domination. Mais ce que Weber souligne, c’est que selon les circonstances, selon les rapports de force surtout, selon les tours que prend la dynamique, les « traits » de la domination évoluent, changent de contours et de signification, et autorisent donc une lecture qui donne davantage de place à des caractéristiques considérées comme typiques d’une autre forme de domination. Les situations apparemment les plus caractéristiques d’un type de domination (par exemple la rationalisation dans la domination bureaucratique) sont toujours combinées à d’autres « traits » dans le concret des situations historiques (par exemple l’importance des castes et des statuts, des prébendes ou des relations personnelles), qui peuvent parfois prendre une autre signification et donc s’apparenter davantage à ce qu’un autre idéaltype met en évidence. L’exemple des juges de paix dans l’Angleterre des XIIIe-XVIe siècles est sans doute l’un des plus éclairants (p. 192-199). Cette figure apparaît comme une stratégie d’affirmation du pouvoir central dans une configuration de domination patrimoniale et dans un contexte économique particulier. Mais cette institution des juges de paix s’est peu à peu renforcée, elle s’est institutionnalisée, elle s’est autonomisée de sorte que ses traits ont peu à peu davantage relevé de la bureaucratie rationnelle que du patrimonialisme, sans que l’on puisse pour autant parler de domination bureaucratique.

  • 15 K. Polanyi, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, (...)

23Les effets en retour, les réactions, les mouvements contraires constituent des éléments importants de cette dynamique. Ce que Polanyi a appelé le « double mouvement », ou le contre-mouvement15, est déjà en germe chez Weber : tout au long de ses longs développements, sa façon de penser suit le plus souvent le schéma suivant : une description d’une tendance, qui suscite telle autre tendance qui va en sens inverse et qui transforme substantiellement la tendance analysée…

24Cette dynamique ne caractérise pas seulement les manières de gouverner, les modes de domination ; elle s’exerce aussi, évidemment, dans les relations entre les formes de domination et telle ou telle autre variable observée. C’est le cas du rapport de la domination à la démocratisation (p. 90-105). Weber suggère toute l’ambivalence des « courants démocratiques » qui revendiquent l’égalité des droits et des garanties juridiques contre l’arbitraire : ils combattent ainsi la domination patrimoniale (ou des notables) au nom de l’« “objectivité” rationnelle formelle » (p. 91) ; mais cette dernière est l’un des moteurs de la domination bureaucratique à travers précisément ces règles formelles qui dressent, contraignent et cadrent, et à travers la hiérarchie à qui l’on doit obéissance absolue.

La domination dans son ambivalence et sa complexité

25De la sorte, la domination apparaît autrement plus complexe, y compris dans le sens étroit donné par Weber lui-même, qu’un simple ordre ou une simple influence sur autrui. La définition qu’il propose en introduction, dans ses remarques préliminaires générales, me semble particulièrement importante. Il nous dit ainsi que : « Par domination, nous entendons donc ici le fait qu’une volonté affirmée (un “ordre”) du ou des “dominants” cherche à influencer l’action d’autrui (du ou des “dominés”) et l’influence effectivement, dans la mesure où, à un degré significatif d’un point de vue social, cette action se déroule comme si les dominés avaient fait du contenu de cet ordre, en tant que tel, la maxime de leur action (“obéissance”) » (p. 49, c’est moi qui souligne).

  • 16 C’est un point central de mon travail, directement issu de ma lecture de Weber : B. Hibou, La Force (...)

26Le « comme si » est fondamental dans la réflexion de Weber, qui le note d’ailleurs expressément lorsqu’il souligne : « si notre point de départ est le concept de domination ainsi défini, la lourdeur de formulation du “comme si” paraît inévitable » (p. 50). Les conséquences du « comme si » sont profondes : le fait qu’il y ait domination (que l’ordre soit suivi d’effet) ne veut pas dire qu’il y ait acceptation explicite car « la chaîne causale qui va de l’ordre à son exécution peut revêtir des formes très variées » (p. 50). Weber évoque l’empathie, l’inspiration, la persuasion rationnelle, le fait d’être convaincu de la justesse de l’action, le sentiment de devoir, l’habitude bornée, le préjugé personnel, l’intérêt personnel ou de groupe… et l’on pourrait encore ajouter les malentendus opératoires, les compréhensions ou interprétations autres de l’action que la multiplicité des significations permet, et sans doute beaucoup d’autres maillons entre l’ordre et son exécution16. Sans compter que les relations de domination peuvent être réciproques et que l’exercice de la domination n’est pas le contraire de la liberté, mais qu’il peut passer par elle. J’y reviendrai plus loin.

27Ainsi, Weber montre-t-il que la domination bureaucratique, qui repose notamment sur la rationalisation, la calculabilité et la professionnalisation, n’est pas étrangère aux relations personnelles, n’est pas l’opposé des relations personnelles. À propos de la domination bureaucratique analysée à partir des partis politiques par exemple, il rappelle que « plus la bureaucratisation est développée […], plus l’appareil du parti a des chances de tomber dans les mains de “spécialistes” [… qui] ont alors la haute main sur tout l’appareil : les relations personnelles nouées de façon systématique avec les hommes de confiance, les agitateurs, les contrôleurs et tout le reste du personnel requis, les listes, les archives et tous les autres documents dont il est nécessaire d’avoir connaissance pour diriger la machine du parti » (p. 300-301). Ce que Weber montre ici de façon particulièrement éclairante, c’est que ce qui est souvent perçu, en tout cas de façon théorique et abstraite, comme antagonique cohabite et s’articule, souvent de façon productive, dans le concret des situations historiques.

28L’analyse de la domination patrimoniale est particulièrement riche pour illustrer différents types de complexités et de complications. Une première est celle issue de la coexistence de sphères différentes qui induisent des conflits de frontière. Weber l’illustre, par exemple, à travers son analyse du cas des fonctionnaires qui, dans le droit normand (XIe-XIIe siècles), sont ballotés entre respect de la tradition et respect du pouvoir souverain, entre droits établis et bon vouloir personnel dont les frontières sont mal définies (p. 154).

  • 17 D. Fassin, « Biopouvoir ou biolégitimité ? Splendeurs et misères de la santé publique » in M.-C. Gr (...)

29Une deuxième complexité, d’une portée théorique autrement plus importante, réside dans le double registre nécessaire à l’analyse de la domination : d’une part, le registre de la conceptualisation et de l’énonciation du pouvoir par les gouvernants eux-mêmes et, de l’autre, les pratiques effectives quotidiennes. Weber l’illustre à travers son analyse du patrimonialisme : si la conceptualisation du pouvoir ressortit du registre de la relation d’un propriétaire à son bien, Weber nous montre que l’exercice concret de la domination ne peut pas pour autant être analysé à travers le prisme de la possession, sans action de la part des « dominés », ne serait-ce que parce qu’il passe par des relais (tels les seigneurs, les notables locaux, les nobles ou les fonctionnaires) et des truchements (tels les prébendes ou les fiefs dont la gestion génère des dynamiques propres). Même s’il ne le dit pas, Weber suggère ainsi qu’il ne faut pas prendre les énoncés pour la réalité, qu’il ne faut « pas prendre les mots au piège17 » en supposant qu’un énoncé produit nécessairement ce qu’il énonce.

  • 18 Comme l’illustre le cas des rapports de force entre souverain et fonctionnaires qui peuvent entraîn (...)

30L’appréhension de l’arbitraire dans la domination patrimoniale illustre un troisième type de complexité : l’exercice de la domination est loin d’être unidirectionnel et univoque ; il produit des effets en retour, il combine différentes « considérations de la personne » (p. 168) ; il laisse la place aux conflits et aux rapports de force qui eux-mêmes sont instables et réversibles18, tout comme les interprétations personnelles de ces rapports et de ces relations – ce que l’on pourrait nommer des « complications par “interprétations personnelles” », à partir de l’expression de Weber (p. 169). En outre, cet arbitraire n’est pas incompatible avec la rationalisation : le pouvoir personnel et arbitraire nécessite ce que l’on pourrait nommer la « gestion » des prébendes, des grâces et des promesses liées à cette relation personnelle mais qui ne s’y résument pas, au point que Weber parle à ce propos d’un État et d’un exercice du pouvoir « patrimonial-bureaucratique ». Plus encore, l’arbitraire laisse parfois une place pour des marges de liberté, Weber parlant de « pouvoirs de domination » des fonctionnaires « indépendants du sien », c’est-à-dire du souverain (p. 169).

  • 19 J.-P. Grossein, « Présentation », in M. Weber, L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme, su (...)
  • 20 C. Colliot-Thélène, Études wébériennes. Rationalités, histoires, droits, PUF, Paris, 2001.

31Je serai moins longue sur des aspects désormais bien connus de l’œuvre wébérienne, grâce à ses nouveaux traducteurs et aux spécialistes de sa pensée ; mais je les rappellerais car ils constituent certaines de ses dimensions les plus fondamentales. Weber est souvent considéré comme le penseur des paradoxes19, et les textes réunis dans La Domination le prouvent une fois de plus. Les démonstrations sont généralement construites autour de la dynamique de l’exercice de la domination : des complications par rapport à une tendance sont d’abord identifiées, des contre-tendances analysées qui cherchent toujours à suggérer les ambivalences des processus analysés plus qu’à montrer leur cohérence. Tel est le cas de la domination bureaucratique qui peut s’affirmer par des relations personnelles, du monachisme qui peut être rationnellement performant en dépit de ses fondements charismatiques antirationnels (et particulièrement antiéconomiques) ou encore du charisme qui se quotidianise à travers une entreprise méthodique (telle l’éducation charismatique des corporations des prêtes magiciens). De même, Weber apparaît ici aussi comme un penseur de la contingence20 : les luttes de pouvoir semblent tributaires de destins historiques et de hasards, comme l’illustrent de nombreux exemples, notamment dans la partie sur l’articulation entre la domination étatique et la domination religieuse (dernière partie « L’État et la hiérocratie »). Il nous donne à voir une vision éclatée de la domination, y compris en situation d’arbitraire du pouvoir personnel caractéristique de la domination patrimoniale (p. 169). C’est ce que Weber appelle la stéréotypisation, ou l’autonomisation, sur laquelle je reviendrai plus loin, et qui rend compte du fait que la domination ne reste pas entre les mains du seul souverain mais passe aussi et nécessairement par le pouvoir de domination des fonctionnaires, qui n’est pas synonyme, et n’est pas forcément dépendant du pouvoir de domination du souverain.

32Ici comme dans ses autres textes, la sensibilité à l’inachèvement des processus et à la réversibilité des situations comme des relations de causalité caractérise la pensée wébérienne. Celle-ci procède, de façon récurrente, en proposant au départ une « règle générale » ainsi qu’une analyse « au premier abord » et « en principe », pour immédiatement développer des contre-exemples, des évolutions en sens inverse, des retournements ou des nuances. L’atteste l’intensité des usages de conjonctions ou d’adverbes tels « mais aussi », « cependant », « néanmoins », « en revanche », « par opposition », « à l’inverse » qui tous marquent une opposition ou un renversement de logique, et l’intérêt de Weber pour les tensions, les compromis, les évolutions croisées.

  • 21 C. Colliot-Thélène, Études wébériennes, op.cit., p. 12 et suiv.
  • 22 P. Veyne, Le Pain et le Cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Les édition (...)

33Weber ne pense pas seulement les paradoxes et l’inachèvement. Il pense aussi et surtout les complications de la vie quotidienne, la fluidité et la multi-dimensionnalité de la réalité, les différenciations subtiles et ambigües dans leurs formes, dans leurs effets et dans leurs significations. C’est un dernier point que je voudrais souligner ici, avant de passer à l’analyse de l’approche d’économie politique de Weber. L’une de ses préoccupations est aussi de montrer la plasticité de l’exercice de la domination21. Cette plasticité a plusieurs visages. Dans les écrits rassemblés ici, la plasticité concerne aussi bien les formes de la domination que sa signification. L’exemple des liturgies l’illustre bien. La liturgie était une façon de « faire assurer certains services “publics” par des personnes privées appartenant aux couches les plus riches » (note 53 d’Yves Sintomer, p. 143) ; c’est l’évergétisme que Paul Veyne a magnifiquement analysé dans Le Pain et Le Cirque22. Or les liturgies pouvaient être le fait de « notables largement autonomes », ou de personnages en situation de « dépendance universelle à l’égard du souverain », comme n’importe quel sujet (p. 147). Cela donnait des significations totalement différentes d’une configuration à l’autre, reflet des formes de sociétisation : la liturgie a pu ainsi représenter une forme de domination par le truchement de corporations, de clans ou d’autres instances de médiation au sein de la société, ouvrant la voie à un processus d’autonomisation, tandis que dans d’autres situations, la liturgie a été imposée, ou « forcée » (p. 144), suggérant une forme de domination directe du souverain patrimonial.

Une conception relationnelle du pouvoir

34Toutes ces démonstrations et ces lignes d’analyse suggèrent une conception relationnelle du pouvoir, bien éloignée de l’image que les sciences politiques assignent encore trop souvent à l’État dit wébérien (entendu comme État légal-rationnel) et aux idéaltypes de la domination, à commencer par la domination patrimoniale. Ce dernier cas est particulièrement heuristique. Si la domination patrimoniale est fondée, comme sa dénomination l’indique, sur une conception du pouvoir basée sur la propriété, Weber nous suggère de l’analyser en prenant de la distance par rapport à cette présentation de soi et de faire au contraire apparaître dans le quotidien de la domination ce qui ressort des rapports de force, des conflits et des tensions, des alliances et des compromis, autrement dit, de l’analyser en dehors du paradigme de la propriété.

35Il va de soi que Weber n’utilise pas explicitement l’expression « conception relationnelle de la domination », mais toutes ses démonstrations vont dans ce sens. Son cheminement intellectuel par déclinaison de nuances, par description de tendances et contre-tendances, par analyse des variations de la domination met précisément en lumière ces relations de pouvoir, ces liens différents entre variables, entre acteurs d’une situation à l’autre. Le vocabulaire employé, ou du moins le vocabulaire que la traduction fait apparaître, le montre également : les uns et les autres ne « détiennent » pas le pouvoir mais l’« exercent » ; les « rapports de force », les « conflits », les « oppositions », les « tensions », les compromis et les « évolutions croisées » sont analysés de façon récurrente ; et le « jeu », dans son sens premier et littéral, que Weber analyse (p. 260) comme un élément de la domination, est aussi très présent au sens figuré, laissant voir comment les relations entre acteurs, groupes ou classes influent sur l’exercice de la domination.

  • 23 P. Brown, Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive. Vers un empire chrétien, Paris, Le Seuil, (...)

36Dans cette perspective, la figure de la « décharge » mentionnée plus haut, et que l’on retrouve dans tous les types de domination, est particulièrement importante. Elle permet d’expliciter et surtout de concrétiser cette dimension relationnelle intrinsèque à la domination. Elle s’incarne ainsi, pour les formes de domination de type bureaucratique, dans l’analyse des fonctionnaires comme des « rouages » d’une « machine qui ne s’arrête jamais » (p. 101) et dans l’analyse du capitalisme, qui n’est pas imposé par des puissances mais auquel ces dernières « recourent » (p. 103). Dans le patrimonialisme, la décharge prend en revanche la forme de serviteurs du souverain perçus comme des « métayers » qui nouent « une relation régulière d’affermage » (p. 74) et sur lesquels le souverain se « décharge » (p. 75) ou s’incarne dans différentes formes de liens entre autorités centrales et locales, notables et noblesses, entre fonctionnaires concurrents (p. 169 et suivantes) et dans l’existence de relais du pouvoir (les missi dominici, juges itinérants, p. 170). Le féodalisme est particulièrement intéressant dans ce cadre, à travers ce que Weber appelle un véritable « partage du pouvoir » (p. 227) qui s’incarne dans des « droits de domination assortis de rentes », ou les « complexes de droits porteurs de rentes » (p. 214) et dont le « résultat a partout été une organisation extrêmement complexe des pouvoirs de domination et leur émiettement entre un grand nombre de mains, par l’octroi de multiples pouvoirs en fief » (p. 228). L’exercice du pouvoir passait par des vassaux dont les fiefs constituaient tout à la fois des relais du pouvoir central et des vecteurs d’une certaine autonomisation, par des détenteurs de charges, des armées mercenaires, des fermiers généraux, des seigneuries foncières… L’expression « droit de domination » est particulièrement intéressante dans cette acception relationnelle du pouvoir. Elle rappelle, d’une part, que le pouvoir n’est pas dans les mains d’un détenteur supérieur, suprême, mais au contraire circule à travers de nombreux liens qui répartissent et font éclater l’exercice de la domination. D’autre part, elle exprime le fait que la domination est toujours relative puisqu’elle exige des conditions que les rentes, les prébendes et autres octrois matérialisent. Enfin, à rebours de l’« égotisme institutionnalisé », qui ne voit dans l’exercice de la domination qu’une relation univoque du souverain à son peuple23, elle montre que la domination est nécessairement médiatisée : le souverain n’est jamais seul, chacune de ses actions établit en même temps sa dépendance par rapport à ses sujets, à travers des intermédiaires et des truchements qui seuls permettent que sa domination s’exerce. Or, dans une société donnée, tout individu joue un rôle de médiation ou de répondant par rapport à quelqu’un d’autre.

  • 24 E. de La Boétie, Le discours de la servitude volontaire, Paris, Payot, 1993, p. 214. Dans ces affin (...)

37Dans cette perspective, il est difficile de lire La Domination sans penser à Michel Foucault qui semble directement inspiré de Weber, y compris dans certaines de ses expressions. Mais Weber lui-même apparaît très proche d’Etienne de la Boétie qui nous disait que « le tyran asservit les uns par les autres »24, réfutant lui aussi la pensée patrimonialiste. On voit ainsi émerger, a posteriori, une chaîne intellectuelle, une tradition de pensée qui souligne, une fois de plus s’il était nécessaire, l’actualité de la démarche wébérienne.

Économie politique de la domination : conduites de vie et style d’homme

  • 25 C’est l’un des grands thèmes de la lecture de Weber par S. Kalberg, La Sociologie historique compar (...)
  • 26 M. Weber, « L’objectivité de la connaissance », art. cité.

38Il est aujourd’hui devenu banal de rappeler que, contrairement à une lecture biaisée qui a eu la vie longue, les travaux de Weber ne sont en rien univoques dans leur analyse des causalités, mais qu’ils soulignent bien la multiplicité des interactions causales25. Ce que l’on peut retenir de La Domination, c’est une démarche qui permet, d’au moins quatre manières différentes, de garder toujours à l’esprit le refus de ces raccourcis et simplismes explicatifs dans les relations entre économie et société, ou plus précisément entre exercice de la domination et organisation économique de la société, et de comprendre la question de la causalité comme des « connexions concrètes » et des « constellations » à qui un résultat peut être imputé26.

Économie et exercice de la domination : une causalité impossible à définir

  • 27 M. Foucault, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », Dits et Écrits, tome 2, Paris, Gallimard, co (...)

39La première modalité de cette démarche réside dans le raisonnement généalogique. Lorsque Weber cherche à comprendre la spécificité de telle ou telle forme de domination, ses effets, sa signification et ses rapports de causalité avec d’autres phénomènes, à commencer par l’organisation économique, il est d’abord intéressé à mettre en évidence « les conditions sociales de sa genèse » (p. 95), ce qu’avec Michel Foucault l’on nommerait aujourd’hui une généalogie27. Or ces conditions sociales sont par définition foisonnantes et peuvent amener à des évolutions totalement différentes tant elles sont sensibles aux effets de contingence, à la spécificité de ces « conditions » et aux rapports de force du moment.

40La comparaison à des fins d’élargissement de l’éventail des possibilités ou d’extension de la palette des registres envisageables constitue la deuxième modalité de cette démarche. Weber n’apparaît pas intéressé à mettre en évidence une loi, ou bien des règles et des principes dominants qui résumeraient les relations entre domination et économie, mais plutôt par la multiplication d’exemples contraires, à montrer leur complexité et leur multi-directionnalité. Cela est le plus souvent implicite, par la floraison d’exemples et de cas analysés, mais c’est parfois très clairement spécifié, comme dans les pages 239-240 lorsqu’à propos du patrimonialisme, il résume : « le patrimonialisme peut se conjuguer avec une économie domestique et avec une économie d’échanges, avec un régime agraire petit-bourgeois et avec la seigneurie foncière, avec l’absence de l’économie capitaliste comme avec son existence ». Poursuivant, il affirme que les porteurs du capitalisme « aspirent généralement (mais pas nécessairement dans tous les cas) à remplacer les formes de domination patrimoniale et féodale par celles d’une bureaucratie ou d’une ploutocratie de notables. Cela ne vaut au demeurant que pour le capitalisme de type moderne, au sein de la sphère de production fondée sur l’entreprise rationnelle, la division du travail et le capital fixe, tandis que le capitalisme d’orientation politique, tout comme le grand commerce capitaliste, sont parfaitement compatibles avec le régime patrimonial ». De même, en sens inverse, rappelle-t-il que « la seigneurie foncière a fortement favorisé le développement du féodalisme sous ses différentes formes », entraînant le développement parfois de « formations politiques patrimoniales semi-bureaucratiques qui, d’un autre côté, étaient certainement déjà constituées pour que de tels chantiers aient été possibles », parfois d’un certain type de féodalisme, et parfois encore des formes décentralisées de structure patrimoniale.

41Le troisième principe qui structure la démarche de Weber est de ne pas s’arrêter, dans un cas donné, à mettre en évidence une tendance ou une relation, mais plutôt de toujours chercher d’éventuels effets contraires, des relations avec d’autres variables qui viennent contrarier et en tout cas complexifier le mouvement ou la relation analysée, bref de toujours balancer la relation analysée par intégration de nouvelles variables ou de nouvelles tendances. Ce type de raisonnement peut paraître circulaire, mais il est le seul à même de balayer l’ensemble des relations possibles, de nuancer l’analyse de la relation analysée par la prise en compte d’éléments supplémentaires, et de montrer concrètement la complexité, la singularité et la variété des situations. Le raisonnement à propos de la relation entre féodalisme et capitalisme est un très bel exemple de ce type de démarche qui ne cesse de trouver des contre-tendances, des relations inverses et des variables qui perturbent une relation tout juste mise en évidence. Weber analyse le féodalisme comme l’« éventail de droits individuels hérités qui entravent pas à pas la liberté de profit et ne laissent le champ libre au profit capitaliste que par l’octroi de privilèges concrets […] le capitalisme trouve là une base beaucoup plus stable que la faveur personnelle, changeante et toujours arbitraire, en vigueur dans le régime patrimonial, mais étant donné que les droits anciennement acquis demeurent intangibles, il court constamment le danger de voir contestés les privilèges nouvellement obtenus. Au demeurant, les fondements et les conséquences spécifiquement économiques du féodalisme entravent encore davantage le développement du capitalisme. En théorie inaliénables et indivisibles, les terres données en fief sont immobilisées […] Ces contraintes et la structure féodale en général ne sont pas nécessairement incompatibles avec l’économie monétaire. Des droits de douane, des redevances monétaires et des droits de souveraineté assortis de revenus monétaires, notamment le pouvoir judiciaire, étaient aussi donnés en fief. […] Les bases patrimoniales du féodalisme n’impliquent donc absolument pas une conjonction systématique avec l’économie naturelle. Mais justement pour cette raison, elles représentent pour une part une entrave au développement de la forme moderne de capitalisme comme système économique. Celle-ci est tributaire du développement d’un pouvoir d’achat de masse. Si le féodalisme inhibe ainsi plus ou moins fortement le développement du capitalisme moderne ou le détourne, tout en confortant, de façon générale, par son côté toujours fortement traditionnaliste, les pouvoirs autoritaires qui abordent toute création nouvelle avec suspicion, d’un autre côté, on peut voir dans la permanence de l’ordre juridique, beaucoup plus grande que dans l’État patrimonial non stéréotypé, un élément favorable au développement du capitalisme, à des degrés il est vrai variables » (p. 251-255). Tous les développements sur les relations entre les divers types de domination et le capitalisme sont ainsi structurés, naviguant entre « un côté » et « l’autre », d’une relation à telle autre, de facteurs qui encouragent la relation et d’autres qui la contraignent, dépendant de « différents facteurs » au point qu’au nom de la recherche de règles, de relations structurantes entre forme d’organisation économique et type de domination politique, aucune règle n’émerge, aucune relation privilégiée ou dominante n’apparaît. La domination patrimoniale est par exemple analysée comme « favorisant » le capitalisme d’un certain côté (le souverain a ainsi à sa disposition un territoire qu’il peut exploiter et dont il peut s’enrichir tout comme ses intermédiaires agréés) mais le « contraignant » par d’autres côtés (car son mode de fonctionnement fait alterner l’émergence continue de nouvelles fortunes et leur anéantissement, et passe par des faveurs personnelles toujours changeantes et arbitraires).

42Enfin, une dernière modalité de cette volonté de toujours complexifier l’analyse – ou plutôt de toujours rendre compte des complications de la réalité – est de mettre en évidence la subtilité et les nuances dans les relations elles-mêmes, de restituer la mesure de l’intensité et du type de relation entre variables analysées. C’est ainsi que le texte de Weber regorge d’expressions qui restituent ces rapprochements tout en les mettant immédiatement à distance ou en en atténuant la portée. Par exemple, la relation entre domination bureaucratique et capitalisme n’est jamais analysée en termes d’« imposition » (par le capital ou par les puissants) mais ce sont des expressions comme avoir « recours à », « passer par » ou « profiter à » qui dessinent les lignes de l’exercice de la domination, de même que l’on ne retrouve pas de termes comme « création » ou « invention » mais que ce qui caractérise la « contribution » du capitalisme à la domination relève du « soutien », de l’opportunité ou de l’« élargissement des marges de manœuvre »…

  • 28 Weber affirme ainsi que la sphère des activités économiques est « flottante et difficile à délimite (...)
  • 29 Ce point est particulièrement bien mis en évidence par les travaux de J.-P. Grossein, C. Colliot-Th (...)
  • 30 C. Colliot-Thélène, Études wébériennes, op. cit., p. 19.

43Se dessine peu à peu l’approche d’économie politique de la domination que développe Weber dans cet ouvrage, et qui fait le second grand apport de cette traduction. Je vais y revenir longuement, mais je voudrais ici uniquement en souligner une première caractéristique : l’absence de relations causales et de liens univoques est directement liée au positionnement de Weber, pour qui économique et non économique ne peuvent être séparés nettement parce qu’ils sont indéfinis, ou plus précisément, ne sont définis que par le contexte et le regard porté par la société28. Cette approche de l’économie remet donc également en cause les analyses en termes de relations causales qui seraient évidentes et surtout univoques. Weber est sensible à la multiplicité des arrangements, des liens entre variables, et à la complexité des relations. Il parle très souvent de « contribution », d’« apport partiel » et d’« inattendu », de « raisons parcellaires », de « motivations diverses et hétérogènes », de « pluralité causale », d’« enchevêtrement d’influences réciproques », d’effets qui adviennent « à l’insu » des acteurs29. Il cherche toujours à « éclairer un fragment de connexions entre conditions et actions », et non à proposer une explication totalisante ; dans cette perspective, l’importance de la contingence conduit à considérer l’explication en sciences sociales comme nécessairement inachevée30.

Une économie nécessairement politique et sociale

  • 31 Elle était implicite évidemment dans nombre d’autres écrits de Weber, et c’est sur ceux-ci que je m (...)
  • 32 Parmi les spécialistes de la pensée wébérienne qui mettent l’accent sur cette dimension économique, (...)
  • 33 J’ai ainsi élaboré mes propres travaux sur cette conception wébérienne de l’économie politique, dep (...)
  • 34 Notamment dans M. Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique socia (...)

44Si la conception relationnelle du pouvoir est désormais largement diffusée, peu d’approches allient cette démarche à celle de l’économie politique et intègrent donc une meilleure compréhension de la dimension économique des dispositifs de pouvoir dans l’analyse de la domination. Les pratiques économiques concrètes sont parties prenantes des rapports de force et des relations de pouvoir, et Weber balaie une grande panoplie de dispositifs économiques dont on ne peut comprendre la signification qu’à travers cet exercice de la domination. C’est la seconde grande leçon de cet ouvrage31. Ce dernier fait émerger une conception très riche et singulière de l’économie politique qui, étonnamment, n’est pas soulignée dans l’introduction d’Yves Sintomer, ou qui n’est mentionnée qu’incidemment, et à mon avis à contresens, lorsqu’il oppose Weber sociologue et Weber économiste, et suggère que « la notion de domination joue un rôle pivot pour la différenciation de l’économie et de la politique » (p. 19) alors même que sa démonstration établit que la domination ne peut se comprendre sans intégrer la dimension économique dans les relations de pouvoir et dans la société. Non seulement cette conception de l’économie politique m’apparaît comme l’un des grands apports de l’œuvre wébérienne32, et notamment ces pages sur la domination, mais en outre, cet apport n’est en rien obsolète contrairement à ce que laisse penser par ailleurs Yves Sintomer (p. 36-37)33. Ma lecture est même inverse : la domination ne peut se comprendre sans considérer l’économique comme éminemment politique et social (Weber aurait dit « culturel »34).

  • 35 M. Weber, « Éléments pour une discussion des idées d’Edouard Meyer » (texte de 1906) in M. Weber, E (...)
  • 36 Voir par exemple, F. Bafoil, « Weber critique de Marx : éléments d’une interprétation de la crise d (...)
  • 37 Cité par M. Henry, Le socialisme selon Marx, Cabris, Sulliver, 2008, p. 31et suiv.

45La démarche de Weber – que La Domination illustre par excellence – est attentive aux situations historiques et concrètes, à l’empirique et au réel. Les réflexions universelles et les montées en généralité (ici à travers les idéaltypes de la domination, mais on peut également penser à Économie et Société ou au Protestantisme et l’esprit du capitalisme) résultent de travaux extrêmement précis et concrets. Comme l’a mis en évidence Hinnerk Bruhns, Weber a toujours revendiqué cette démarche : « Ce n’est qu’en soulevant et en résolvant des problèmes concrets que des sciences ont été fondées et que leur méthode continue à être développée. Jamais encore des considérations purement épistémologiques ou méthodologiques n’y ont joué un rôle décisif »35. Contrairement à ce que l’on souligne souvent36, cette démarche n’est pas éloignée de celle de Karl Marx lorsqu’il précise que ce ne sont pas les entités générales qui fondent, par exemple, les contradictions et les lois, mais des réalités particulières, déterminées et singulières, et que tout se passe dans l’expérience37.

  • 38 J.-P. Grossein, « Présentation », in M. Weber, Sociologie des religions, Gallimard, Paris, 2006 et (...)

46Or comment aborder ce réel, ce concret de l’exercice de la domination ? On sait, notamment en France depuis les traductions et éditions des travaux de Weber par Jean-Pierre Grossein, que la question du quotidien est au cœur de la pensée wébérienne38. Le présent ouvrage nous en fournit une illustration supplémentaire : Weber nous montre que la domination ne peut être analysée que dans son « quotidien » et dans sa quotidianisation, et que ceux-ci ressortissent avant tout de l’économique.

47Ce qui me semble particulièrement frappant dans La Domination, c’est que cette approche d’économie politique du quotidien est directement issue d’un jeu subtil entre abstraction et empirie. Weber pose des questions abstraites, à travers des typologies qui sont directement issues d’un travail d’abstraction, mais il ne cesse d’affirmer qu’« on ne peut pas dire grand-chose sur le type de… » et renvoie alors immédiatement à des cas historiques précis. C’est cette dialectique, caractéristique de l’approche d’économie politique proposée par Weber, qui me semble particulièrement heuristique : une approche non abstraite de problématisations relevant de l’abstraction, qui contribue à affiner des questions théoriques fondamentales telles celles de la légitimité, de la domination ou de la signification politique du capitalisme.

  • 39 M. de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Les arts de faire, Paris, Gallimard, 1994 (première édi (...)

48Sous la plume de Weber, la quotidianisation prend plusieurs sens. On pourrait dire qu’il y a d’abord ce sens d’empirie, de contraire de l’abstraction. Mais il y a aussi le sens de « pratiques » que lui donne Michel de Certeau, et que développe aussi Michel Foucault inspiré par Paul Veyne39. Il y a encore le sens d’évolution sous des faits concrets, sous l’histoire. Et enfin, le sens de banalité, le contraire de l’exceptionnel. La richesse de l’approche de Weber est qu’il pense l’économie politique dans les différentes acceptions de ce quotidien. Et il le fait à partir de l’analyse des conduites de vie, des styles, comme je vais le préciser plus loin. Mais il le fait aussi en creux, à partir de son analyse de l’exceptionnel, notamment lorsqu’il pense le charisme comme l’instable, l’interne, l’intime, l’extra-quotidien (p. 274 et p. 304 par exemple). Cela lui permet de mieux faire apparaître ce qu’est le quotidien dans une acception de ce terme comme économique (p. 286). Il le fait enfin à partir des évolutions marginales : les dynamiques, les évolutions, le cours des choses en dehors des ruptures et de l’exceptionnel constituent cette quotidianisation, qui seule permet de comprendre l’économie politique de la domination (par exemple p. 299).

49La problématisation en termes de « sociétisation » est une autre façon de penser le quotidien et son économie politique. Pour Weber, cette expression suggère avant tout que les activités économiques sont des activités sociales qui prennent sens dans le regard que la société porte sur elles. L’exercice de la domination est directement lié à la manière dont la société est structurée – Weber nous parle ainsi des guildes ou des corporations, par exemple (p. 144), ou du rang social, de la noblesse, des propriétaires fonciers et de la hiérarchie sociale en Russie (p. 203) – et qui façonne simultanément les activités économiques et l’exercice de la domination.

  • 40 M. de Certeau, La Faiblesse de croire, Paris, Le Seuil, 1987, p. 81.

50En somme, ce que montre Weber dans La Domination, c’est que – dit dans un langage actuel – l’usage de concepts est inévitable mais, parce que ces derniers fonctionnent souvent comme « langage figuré » d’autre chose, cela nécessite que les énoncés, les savoirs localisés et, surtout, les pratiques effectives qui les accompagnent soient pris en compte40. C’est tout l’apport des approches par les pratiques et le quotidien, qui montrent que sans contextualisation et mise en perspective historique, sans analyse des situations concrètes, il est inutile, voire dangereux parce qu’aveuglant, d’utiliser des concepts par trop généraux qui, à l’instar de charisme, patrimonial ou bureaucratique, finissent par ne plus rien dire de spécifique.

Conduite de vie, styles, ou de la subjectivation au cœur de l’exercice de la domination

  • 41 C’est l’un des points mis en exergue par W. Hennis, Max Weber. Essays in Reconstruction, London, Al (...)
  • 42 C’est le point de vue défendu par Michaël Lowy dans La Cage d’acier. Max Weber et le marxisme wébér (...)
  • 43 M. Henry, Le socialisme selon Marx, Cabris, Sulliver, 2008.
  • 44 M. Henry, Marx, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1976.
  • 45 M. Foucault, Histoire de la sexualité. Vol. I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976. Sur ce (...)

51L’un des points les plus intéressants de la démarche d’économie politique que Weber propose pour comprendre la domination est que l’économie est moins approchée par des lois (naturelles ou non) ou par des institutions et des modes d’organisation, que par les conduites de vie, les styles, l’état d’esprit41. En cela, Weber s’oppose implicitement ici (et très explicitement dans d’autres textes, comme dans les Essais sur les sciences sociales) aux économistes qui proposent des régularités et des principes théoriques abstraits, mais aussi aux approches matérialistes, instrumentales et déterministes de l’économie. C’est d’ailleurs en cela encore (et non pour la convergence de sa critique du capitalisme42) que Weber peut être considéré comme marxien. À l’inverse de ce que prétend le dogme marxiste, Michel Henry souligne que, pour Karl Marx, la réalité dernière n’était pas la réalité économique, mais bien plutôt la « vie subjective individuelle » qui, par définition, comprend de multiples dimensions43. L’économie n’est qu’apparence, énigme et finalement mystification car elle passe par des processus d’abstraction s’éloignant de ce que vivent les hommes44. Weber appréhende ainsi l’économie par ce que Michel Foucault appellerait les processus de subjectivation45. Ainsi, il n’est jamais question de relations directes entre type de domination et type d’organisation économique, mais le rapport entre l’un et l’autre est toujours indirect, complexe et ambivalent, empruntant des détours et les méandres de rapports subjectifs qu’expriment les notions d’« état d’esprit », de « style » (d’homme ou de vie), de « forme », de « mode », d’« attitude » ou de « conduites de vie ».

  • 46 C’est l’un des arguments de Weber que Michel Lallement souligne dans son Tensions majeures. Max Web (...)

52Tel est le cas, par exemple, de l’influence de l’Église au Moyen-Âge. Weber nous montre que celle-ci passe moins par des institutions (tels les monastères) que par un « état d’esprit », sous une forme négative (le profit n’est pas condamné mais est toléré) qui interdit de faire un lien entre grands idéaux éthiques et sens de l’entreprise (p. 384 et suiv.). L’Église ne crée pas une méthode de vie rationnelle et ascétique (ou plus précisément elle ne le fait que pour les moines, la moralité intra-mondaine étant alors éclipsée par l’éthique monastique) mais elle contribue à la façonner en permettant aux métiers d’être moins soumis à la tradition, bien qu’elle ne donne aucune impulsion à exercer une profession de façon méthodique, notamment en termes de profit. Tous les développements de La Domination illustrent cette approche : les notables apparaissent comme les porteurs d’une forme spécifique d’honneur social attaché à une certaine conduite de vie qui, de par leur position économique, sont qualifiés pour percevoir l’administration sociale et la domination comme un « devoir d’honneur ». Ils n’imposent pas directement un type de domination mais, en vertu de cette situation économique, ils se conduisent de telle sorte que le prestige social d’un honneur à statut leur est conféré et leur donne par là vocation à la domination (voir p. 54-55). De même, la gentry anglaise n’a pas créé l’organisation économique qui lui permet d’exercer une domination de type patrimonial, mais son « esprit » et le « type d’homme » qu’elle représente, avec son « idéal de masculinité », ont contribué à façonner le mode de domination patrimonial et simultanément l’organisation et le fonctionnement économique (p. 198). Inversement, la forme de domination influe sur l’économie politique, nous dit Weber, mais là encore, non pas de façon unidimensionnelle, unidirectionnelle et directe mais, indirectement, à travers sa contribution à la « mise en forme de la vie » (ou des conduites de vie) que véhicule le processus de rationalisation. Cependant, nous précise-t-il, dire « rationalisme » ne veut pas dire grand-chose en termes d’économie politique, tant cette notion connaît elle-même des contenus diversifiés (p. 114)46

  • 47 M. Weber, « L’objectivité de la connaissance », art. cité.

53Le processus de subjectivation est ainsi au cœur de l’économie politique wébérienne : les conduites de vie ne sont pas des alternatives à la rationalité, elles ne sont pas spécifiques à des formes de domination (par exemple traditionnelles ou patrimoniales), mais expriment notamment cette infinité inépuisable du monde sensible et phénoménal47. La rationalité de la domination bureaucratique ou la discipline de la domination charismatique sont tout aussi bien empreintes de subjectivité, qui peut prendre la forme de l’enthousiasme, de l’engagement, des composantes morales, des moyens émotionnels et de l’empathie (p. 321-322). 

La domination comme réflexion sur la liberté

  • 48 M. Dobry, « Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques ‘complications’ de la sociologie (...)
  • 49 À partir de cette lecture de la domination chez Weber, c’est ce que j’ai proposé comme grille d’ana (...)

54Enfin, le raisonnement d’économie politique de Weber permet d’avoir une compréhension étendue et subtile de la domination, et notamment de ne comprendre cette dernière que dans son articulation à l’exercice de l’autonomie et de la liberté. Cela me semble une dimension peu soulignée dans les commentaires, mais fondamentale de ces pages, dimension présente dès les propos introductifs de Weber. C’est du moins ainsi que je lis ses analyses sur les « configurations » ou « constellations d’intérêts ». Ce que nous dit Weber, explicitement dans l’introduction, et implicitement à travers les cas étudiés tout au long de ces pages, c’est que l’on ne peut comprendre la domination uniquement à travers le couple commandement-obéissance (la domination « en vertu d’une autorité »), et que la « disposition à obéir » (ou le « devoir d’obéissance ») ne représente qu’une modalité de la domination (p. 45). Toutes les pages qui suivent suggèrent que la domination est souvent « difficile à entrevoir ou à imputer aux acteurs sociaux » dans la mesure où elle « transite par les situations de rencontre d’intérêts hétérogènes » 48. Max Weber nous invite donc à penser la domination au-delà du seul repérage des volontés de dominer, en étant sensible aux intérêts propres et aux diverses logiques d’action de ceux qui partagent les « droits de domination ». Pour ma part, je lirais aussi sa contribution comme une invitation à conceptualiser la domination légitime en dehors de la « volonté d’obéir » et en dehors des « dispositions à obéir » : les gouvernés portent sur leurs pratiques et sur leurs relations sociales un regard multiple et en donnent des significations qui ne sont pas forcément celles des gouvernants, ce qui leur permet d’agir indépendamment de la volonté de ces derniers49. Cette prise en compte des « configurations » ou « constellations d’intérêts » a l’avantage de permettre de penser la pluralité et l’hétérogénéité à l’œuvre derrière les pratiques de domination, de ne pas assimiler l’acceptation, le silence ou la participation à de l’obéissance ou à de la soumission, et de ne pas comprendre la docilité comme de l’adhésion. Elle le fait d’autant mieux que, comme je l’ai souligné plus haut, Weber partage une conception relationnelle du pouvoir et de la domination, une approche par les pratiques (l’une des facettes de la quotidianisation) et l’encastrement dans la société (sa sociétisation).

55Les développements que Weber propose sur les différents types de domination illustrent la richesse de cette approche. La domination patrimoniale apparaît beaucoup plus subtile et complexe que ce que les exégètes de Weber en ont fait, précisément parce que la domination y est abordée par son économie politique et dans cette perspective d’une configuration ou constellation d’intérêts. Ce que les gens disent de la domination (en l’occurrence que le pouvoir est un bien qui se possède dans une conception classique de la domination en termes de propriété – cf. par exemple p. 122) ne résume pas la réalité des relations de pouvoir et de l’exercice de la domination, qui est autrement plus ambiguë et passe par de l’autonomie, de l’émancipation, des intérêts personnels autres, des malentendus et des interprétations qui donnent des marges de manœuvre. À travers des situations très différentes, Weber donne à voir toute une palette de registres, de comportements, de compréhensions, de dynamiques qui suggèrent que la domination ne peut se résumer à du simple commandement et/ou à de la simple obéissance. Ainsi parle-t-il successivement du « besoin de sécuriser la domination », qui dépend des « dispositions » mais aussi de « l’état d’esprit des sujets » (p. 127) ; des contraintes de la délégation ou de la décentralisation qui doit faire avec des acteurs ayant leurs propres intérêts (p. 128) et en en retirant de nombreux avantages (p. 149) ; de l’impuissance à l’égard des dépendants (p. 129) et de l’autonomie voire de la liberté acquises des mamelouks et des janissaires (p. 135-136) comme de l’armée (p. 140) ; de l’instabilité, de la faiblesse, de l’arbitraire, et du rôle de la tradition qui transforment l’exercice de la domination (p. 129) ; du droit associatif qui contraint (p. 129), de même que le rapport au droit (p. 130) ; de l’arbitrage (p. 132), de la médiation des rapports entre l’ensemble des sujets et le prince patrimonial (p. 190), des nécessités de composer (p. 150) et de négocier (p. 177) ; des processus d’appropriation des charges et prébendes et du processus d’autonomisation qui s’en suit (p. 156) ; de l’indépendance des juges de paix (p. 193), de l’autonomie des seigneurs fonciers (p. 198-199) ou des vassaux et seigneurs de guerre (p. 224) ; etc. L’autonomisation – ce que Weber appelle la « stéréotypisation » (p. 166) – apparaît ainsi comme un élément fondamental de l’exercice de la domination, dans une configuration d’intérêts multiples et pas forcément convergents.

  • 50 À partir de Weber, Jean-François Bayart avait insisté sur ce point dans La Réinvention du capitalis (...)

56L’approche d’économie politique permet cette attention aux conduites de vie et aux styles, à la quotidianisation, à la sociétisation et à la configuration d’intérêts. Elle remet en cause une lecture d’un Weber ne s’intéressant pas aux dominés et ne voyant la domination que dans une relation verticale descendante (ce qu’Yves Sintomer appelle, dans son introduction, « une conception élitiste », p. 24). Au contraire, toutes les pages de La Domination suggèrent l’importance des relations de pouvoir, des compromis, des négociations, des rapports de force dans l’exercice de la domination et, ce faisant aussi, de l’autonomie et de la liberté. Il me semble même que l’on peut comprendre dans ce sens le terme de « légende » qu’utilise Weber à deux reprises au moins (p. 59 et p. 261), et que dans notre langage moderne nous appellerions « imaginaire »50 : la domination ne peut se comprendre sans que ne soit intégrée dans l’analyse la « croyance » des dominés dans la valeur de l’être des dominants (p. 292), sans que ne soit pris en compte le processus de « reconnaissance » de ces derniers par la population (p. 192) à partir de valeurs, de façons de comprendre et d’interpréter. En somme, sans que ne soit considéré à part entière ce qui ne relève pas de la réalité concrète mais qui est perçu comme quelque chose de bien réel.

57La réflexion de Weber sur la domination apparaît ainsi inséparable d’une réflexion sur la liberté. Le plus souvent en creux, cette réflexion est parfois explicite, par exemple lorsque Weber mentionne la possibilité d’échapper aux redevances dans des situations patrimoniales (p. 133), lorsqu’il met en exergue la latitude de la justice dans l’Angleterre du Moyen-Âge et les possibilités pour les sujets politiques de se retourner contre le souverain (p. 141). Il rappelle même que la domination passe par la liberté (p. 198-200), lorsqu’il montre que la délégation ou la décharge s’accommodent d’opposition (p. 158) et que la domination s’agence fort bien avec un degré d’indépendance factuelle élevé, notamment du fait des conflits entre pouvoir central et pouvoirs locaux (p. 183 et suiv.), ou lorsqu’il parle de « domination fictive » (p. 182). C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre les développements (p. 287) sur la dimension révolutionnaire du charisme, qui permet de dépasser la domination traditionnelle, et plus encore sur le caractère indissociable de la liberté et de la domination : ainsi le charisme, s’il permet de se libérer de la tradition, contribue par le détour de la liberté à définir les contours d’une autre modalité de l’exercice de la domination à travers la justification de nouveaux droits acquis.

  • 51 C’est tout l’intérêt de la notion de gouvernementalité. Voir M. Foucault, Histoire de la sexualité. (...)
  • 52 C’est ce qu’il nous dit, d’une part, dans son travail sur la formation de la classe ouvrière (voir (...)

58En somme, ce que montre Max Weber, et qui fait écho au Discours de la Servitude volontaire d’Etienne de La Boétie, c’est que liberté et obéissance sont indissociables : toutes deux sont ancrées dans les relations de pouvoir au sein de la société et ne prennent forme que dans le détail de situations concrètes, à travers des considérations subjectives que traduisent les conduites, les styles et les états d’esprit. La domination passe par la liberté, elle n’est pas le contraire de la liberté. Cette approche nous invite donc à nous distancier des analyses en termes d’amour de la domination, d’adhésion et d’acceptation aveugle de l’ordre établi et, de même, à ne pas voir dans les tensions, les oppositions voire la révolution le contraire de la domination. Elle met plutôt l’accent sur l’ambivalence de la vie en société, caractérisée par la tension permanente entre « désir de révolte » et « volonté de servir » (selon La Boétie) ou entre « stéréotypisation » et « devoir d’obéissance » (selon Weber), et caractérisée simultanément par l’appropriation de la domination, son infléchissement, son utilisation, son bénéfice. Ce qui rejoint, encore une fois, la démarche de Michel Foucault quand il nous invite à penser la domination de concert avec les processus de subjectivation porteurs aussi d’émancipation51, mais aussi celle d’E.P. Thompson lorsqu’il conçoit la domination conjointement avec l’agency (ou capacité d’agir) et avec la mobilisation d’une économie morale qui peut aussi bien légitimer l’accommodement que la révolte et la revendication de l’autonomie ou de la liberté52.

Haut de page

Notes

1 Analyses parfois reprises par le coordonnateur de ce volume.

2 On retrouve souvent ces critiques, à mon avis décalées, chez les lecteurs de Foucault, et c’est une première affinité entre Weber et Foucault, parmi beaucoup d’autres que je soulèverai au fur et à mesure de ma réflexion.

3 Bien que son travail sur le système agraire en Prusse puisse être considéré comme un « terrain », avec des enquêtes auprès des ouvriers agricoles. Voir H. Bruhns, « Max Weber : théorie économique et histoire de l’économie » in H. Bruhns (dir.), Histoire et économie politique en Allemagne de Gustav Schmoller à Max Weber, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2004, p. 183-209.

4 J.-F. Bayart, « Comparer par le bas », Sociétés politiques comparées, n° 1, janvier 2008 (accessible sur www.fasopo.org/reasopo/n1/comparerparlebas.pdf) et « Comparer en France : petit récit d’autobiographie disciplinaire », Politix, vol. 21 n° 83, 2008, p. 205-232 ; B. Hibou, Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011.

5 Qui sont davantage développées dans d’autres écrits, notamment dans les Œuvres politiques et dans Le Savant et le politique. Pour une analyse approfondie dans les contextes contemporains que je ne peux reprendre ici, voir P. Duran, « Max Weber et la fabrique des hommes politiques. Une sociologie de la responsabilité politique » in H. Bruhns et P. Duran (dir.), Max Weber et le politique, Paris, LGDJ, 2009, p. 75-103.

6 Réflexions à partir de mon travail en cours sur la trajectoire de l’État au Maroc, de concert avec Mohamed Tozy.

7 M. Foucault, Surveiller et Punir, op.cit. et Il faut défendre la société, Cours au Collège de France (1975-76), Paris, Seuil-Gallimard, 1997. Convergence également notée par J. O’Neill, « The disciplinary society: from Weber to Foucault », The British Journal of Sociology, vol. 37, n° 1, mars 1986, p. 42-60.

8 B. Hibou, « De la privatisation de l’économie à la privatisation de l’État. La formation continue de l’État » in B. Hibou (dir.) La Privatisation des États, Paris, Karthala, 1999, p. 11-67 et « La décharge, nouvel interventionnisme ? », Politique africaine, n° 73, mars 1999, p. 6-15.

9 Point souligné par Michel Dobry dans « Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques “complications” de la sociologie de Max Weber » in P. Favre, J. Hayward et Y. Schemeil (dir.), Être gouverné. Hommages à Jean Leca, Paris, Presses de SciencesPo, 2003, p. 127-147.

10 Cette lecture rejoint celle de Daniel Gaxie lorsqu’il souligne le rôle de l’idéaltype dans le raisonnement comparatif, même s’il a ne précise pas de quel comparatisme il s’agit. Voir « Le type idéal sous ses deux espèces » in Mélanges en l’honneur du Professeur Jacques Chevallier. Penser la science administrative dans la post-modernité, Paris, LGDJ, 2013, p. 75-84.

11 P. Veyne, L’inventaire des différences, Paris, Le Seuil, 1976.

12 Cela est également mis en évidence, en des termes un peu différents mais convergents, par H. Bruhns, « À propos de l’histoire ancienne et de l’économie politique chez Max Weber », introduction à M. Weber, Économie et société dans l’Antiquité, Paris, La Découverte, 1998, p. 9-59 et par P. Steiner, « Foucault, Weber and the history of the economic subject », European Journal of Economic Thought, vol. 15, n° 3, septembre 2008, p. 503-527.

13 C. Colliot-Thélène, Études wébériennes. Rationalités, histoires, droits, PUF, Paris, 2001 ; S. Kalberg, La Sociologie historique comparative de Max Weber, La Découverte, Paris, 2002 ; ou J.-P. Grossein, « Présentation », in M. Weber Sociologie des religions, Gallimard, Paris, 2006 et « Présentation », in M. Weber, L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme, suivi d’autres essais, Gallimard, Paris, 2003, p. V-LVIII.

14 C’est aussi ainsi que Daniel Gaxie lit l’intérêt des va-et-vient entre idéaltype et situation historique concrète : « le fait qu’une configuration empirique se caractérise par l’imbrication de propriétés relevant de stylisations idéal-typiques différentes […] n’est pas davantage une source de difficulté, mais devrait nous conduire à la construction de types mixtes », in « Le type idéal sous ses deux espèces », art. cité, p. 82.

15 K. Polanyi, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, NRF, Gallimard, 1983 et l’analyse qu’en propose A. Bugra, « Karl Polanyi et la séparation institutionnelle entre politique et économie », Raisons politiques, n° 20, novembre 2005, p. 37-56 et « Polanyi’s concept of double movement and politics in the contemporary market society » in A. Bugra et K. Agartan (dir.), Reading Karl Polanyi for the Twenty-First Century. Market Economy as a Political Project, Palgrave Mac Millan, 2007, p. 173-189.

16 C’est un point central de mon travail, directement issu de ma lecture de Weber : B. Hibou, La Force de l’obéissance. Economie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, 2006 et Anatomie politique de la domination, op.cit.

17 D. Fassin, « Biopouvoir ou biolégitimité ? Splendeurs et misères de la santé publique » in M.-C. Granjon (dir.), Penser avec Michel Foucault. Théorie critique et pratiques politiques, Paris, Karthala, 2005, p. 161-181.

18 Comme l’illustre le cas des rapports de force entre souverain et fonctionnaires qui peuvent entraîner des effets contradictoires, tels la « reconnaissance permanente d’un droit spécial acquis » et « l’invalidation de ce droit et la libre disposition des charges au souverain ».

19 J.-P. Grossein, « Présentation », in M. Weber, L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme, suivi d’autres essais, Gallimard, Paris, 2003, p. V-LVIII ; J.-F. Bayart, « L’invention paradoxale de la modernité économique » in J.-F. Bayart (dir.), La Réinvention du capitalisme, Paris, Karthala, 1994, p. 9-43.

20 C. Colliot-Thélène, Études wébériennes. Rationalités, histoires, droits, PUF, Paris, 2001.

21 C. Colliot-Thélène, Études wébériennes, op.cit., p. 12 et suiv.

22 P. Veyne, Le Pain et le Cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Les éditions du Seuil, collection Points Histoire, 1976.

23 P. Brown, Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive. Vers un empire chrétien, Paris, Le Seuil, 1998.

24 E. de La Boétie, Le discours de la servitude volontaire, Paris, Payot, 1993, p. 214. Dans ces affinités intellectuelles, on doit aussi inclure Norbert Elias, notamment dans La société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

25 C’est l’un des grands thèmes de la lecture de Weber par S. Kalberg, La Sociologie historique comparative de Max Weber, La Découverte, Paris, 2002.

26 M. Weber, « L’objectivité de la connaissance », art. cité.

27 M. Foucault, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », Dits et Écrits, tome 2, Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1994, p. 136-156.

28 Weber affirme ainsi que la sphère des activités économiques est « flottante et difficile à délimiter avec précision » et rappelle que les « aspects économiques d’un phénomène ne sont ni uniquement conditionnés par des facteurs économiques, ni source d’une efficacité purement économique ». Il montre « qu’un phénomène ne garde en général un caractère économique qu’en tant que et aussi longtemps que notre intérêt porte exclusivement sur l’importance qu’il peut avoir dans la lutte matérielle pour l’existence » in M. Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales » (texte de 1904), in Essais sur la théorie de la science, Paris, Press Pocket Plon, 1965 (édition 1972), p. 138.

29 Ce point est particulièrement bien mis en évidence par les travaux de J.-P. Grossein, C. Colliot-Thélène, et S. Kalberg cités précédemment. Pour une discussion en sciences sociales à partir de terrains concrets, J.-F. Bayart (dir.), La réinvention du capitalisme, Paris, Karthala, 1994.

30 C. Colliot-Thélène, Études wébériennes, op. cit., p. 19.

31 Elle était implicite évidemment dans nombre d’autres écrits de Weber, et c’est sur ceux-ci que je m’étais appuyée pour développer mes propres réflexions sur l’exercice de la domination. Mais les analyses publiées dans cet ouvrage sont beaucoup plus explicites.

32 Parmi les spécialistes de la pensée wébérienne qui mettent l’accent sur cette dimension économique, voir en premier lieu Hinnerk Bruhns (notamment « Max Weber, l’économie et l’histoire », Annales HSS, n° 51, 1996, p. 1259-1287 ; « Max Weber : théorie et histoire de l’économie », art. cité ; et surtout « À propos de l’histoire ancienne et de l’économie politique chez Max Weber », art. cité). Voir également R. Swedberg, Max Weber and the Idea of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, 1998 ; et plus récemment, voir M. Lallement, Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard, 2013, notamment chapitres 2 à 5.

33 J’ai ainsi élaboré mes propres travaux sur cette conception wébérienne de l’économie politique, depuis mon premier ouvrage (B. Hibou, L’Afrique est-elle protectionniste ? Les chemins buissonniers de la libéralisation extérieure, Paris, Karthala, 1996) et jusqu’au dernier (La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012).

34 Notamment dans M. Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », art. cité.

35 M. Weber, « Éléments pour une discussion des idées d’Edouard Meyer » (texte de 1906) in M. Weber, Essais sur la théorie de la science, op.cit., cité par H. Bruhns dans sa propre traduction in « À propos de l’histoire ancienne… », art. cité, p. 58.

36 Voir par exemple, F. Bafoil, « Weber critique de Marx : éléments d’une interprétation de la crise des systèmes bureaucratiques communistes », Année sociologique, vol. 48, n° 2, 1998, p. 385-415.

37 Cité par M. Henry, Le socialisme selon Marx, Cabris, Sulliver, 2008, p. 31et suiv.

38 J.-P. Grossein, « Présentation », in M. Weber, Sociologie des religions, Gallimard, Paris, 2006 et « Présentation », in M. Weber, L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme, suivi d’autres essais, Gallimard, Paris, 2003, p. V-LVIII.

39 M. de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Les arts de faire, Paris, Gallimard, 1994 (première édition, 1980) ; M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975 ; P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, suivi de Foucault révolutionne l’histoire, Paris, Le Seuil, 1979.

40 M. de Certeau, La Faiblesse de croire, Paris, Le Seuil, 1987, p. 81.

41 C’est l’un des points mis en exergue par W. Hennis, Max Weber. Essays in Reconstruction, London, Allen & Unwin, 1988.

42 C’est le point de vue défendu par Michaël Lowy dans La Cage d’acier. Max Weber et le marxisme wébérien, Paris, Stock, 2013 et critiqué par Patrice Duran dans « Cage d’acier ou nécessité de fer, peut-on parler d’un marxisme wébérien ? », L’Année sociologique, vol. 64, n° 1, 2014, p. 205-214.

43 M. Henry, Le socialisme selon Marx, Cabris, Sulliver, 2008.

44 M. Henry, Marx, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1976.

45 M. Foucault, Histoire de la sexualité. Vol. I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976. Sur cette autre convergence entre Weber et Foucault, voir C. Gordon, « The Soul of the citizen. Max Weber and Michel Foucault on rationality and government » in S. Lash et S. Whimster (dir.), Max Weber, Rationality and Modernity, London, Allen & Unwin, 1987, p. 293-316, J.-F. Bayart, Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard, 2004 et C. Colliot-Thélène, « Les rationalités modernes du politique : de Foucault à Weber » in H. Bruhns et P. Duran (dir.), Max Weber et le politique, op.cit., p. 181-197 (même si cette dernière souligne aussi beaucoup de divergences entre les deux approches).

46 C’est l’un des arguments de Weber que Michel Lallement souligne dans son Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard, 2013, chapitre 5 notamment, et qu’avait également relevé auparavant Philippe Steiner dans « Foucault, Weber and the history of the economic subject », art. cité.

47 M. Weber, « L’objectivité de la connaissance », art. cité.

48 M. Dobry, « Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques ‘complications’ de la sociologie de Max Weber » in P. Favre, J. Hayward et Y. Schemeil (dir.), Être gouverné. Hommages à Jean Leca, Paris, Presses de SciencesPo, 2003, p. 130-131.

49 À partir de cette lecture de la domination chez Weber, c’est ce que j’ai proposé comme grille d’analyse et suivi comme raisonnement dans Anatomie politique de la domination, op.cit

50 À partir de Weber, Jean-François Bayart avait insisté sur ce point dans La Réinvention du capitalisme, op.cit. et dans L’Illusion identitaire, Paris, Fayard, 1996.

51 C’est tout l’intérêt de la notion de gouvernementalité. Voir M. Foucault, Histoire de la sexualité. I. La volonté de savoir, op.cit.

52 C’est ce qu’il nous dit, d’une part, dans son travail sur la formation de la classe ouvrière (voir E.P. Thomson, The Making of the English Working Class, London, V. Gollancz, 1963): il y peint le tableau d’une classe sociale en formation qui ne peut se comprendre que dans l’enchevêtrement d’une domination par intériorisation de la discipline (non pas seulement du fait de la contrainte du capitalisme mais aussi du fait d’un certain ethos) et d’une capacité d’agir (ou agency) d’ouvriers qui n’expriment pas seulement de la résistance mais aussi leur liberté ; et d’autre part, dans son travail sur l’économie morale (voir E.P. Thompson, Customs in Common, New York, New Press, 1991).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Hibou, « De l’intérêt de lire La Domination de Max Weber aujourd’hui », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2014, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/14098

Haut de page

Rédacteur

Béatrice Hibou

Béatrice Hibou est directrice de recherche au CNRS (au CERI-SciencesPo). Spécialiste d’économie politique, elle travaille sur la signification politique des réformes libérales, sur les recompositions de l’État et sur l’exercice du pouvoir et de la domination. Elle mène tout à la fois des travaux de terrains sur l’Afrique sub-saharienne, l’Afrique du Nord et l’Europe du Sud et des travaux plus théoriques de sociologie historique comparée, dans une approche inspirée de Max Weber, de Michel Foucault et de Michel de Certeau.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page