Navigation – Plan du site

Amandine Plancade, Vivre dans la rue à Nice. Cuisine et récupération alimentaire

Vianney Schlegel
Vivre dans la rue à Nice
Amandine Plancade, Vivre dans la rue à Nice. Cuisine et récupération alimentaire, L'Harmattan, coll. « Terrain : récits & fictions », 2013, 150 p., ISBN : 978-2-343-02448-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut néanmoins renvoyer au film d’Agnès Varda, qui observe diverses pratiques de récupération al (...)

1Alors que le sans-abrisme a été analysé sous de nombreux et différents aspects, l’ouvrage d’Amandine Plancade offre un regard neuf sur une facette des pratiques des personnes qui vivent à la rue, rarement étudiée pour elle-même, celle de leur accès à la nourriture1. Tiré du carnet de terrain dans lequel sont regroupés les matériaux d’une thèse en anthropologie, l’ouvrage décrit les systèmes de récupération et d’achat de nourriture mis en œuvre par un groupe de personnes vivant dans les rues de Nice. L’analyse n’est pas focalisée ici sur les liens qu’entretiennent les personnes dont elle étudie les pratiques avec le travail ou le logement. L’auteure prend ainsi le contrepied de ces questionnements classiques de l’appréhension sociologique du sans-abrisme et précise qu’elle parlera « d’habitants ou d’occupants » (p. 24) pour nommer les personnes qu’elle a observées, tout en refusant d’entrer dans le débat de l’appellation problématique des figures de l’errance en ville.

  • 2 Les cabanes des habitants, visibles de tous mais en partie cachées, rappellent des questionnements (...)

2L’interrogation – légitime – qui pourrait suivre serait la suivante : habitants ou occupants, mais de quoi ? Alors que l’ouvrage et la thèse d’Amandine Plancade interrogent les pratiques de personnes sans domicile, une telle dénomination peut sembler paradoxale, l’habité renvoyant ici à des cabanes installées dans la rue, dont la pérennité dépend largement de la bienveillance des riverains et de la tolérance des pouvoirs publics2. Mais elle a aussi l’intérêt de resituer les sujets de l’étude – ces fameux habitants – ainsi que son objet – leurs pratiques de récupération alimentaire – dans un microcosme socio-économique où les relations de proximité contribuent à instaurer ce qui s’apparente à une économie sociale de la rue, au sein de laquelle les habitants de la cabane jouent un rôle à part entière, au même titre ou presque que les résidents, les restaurants installés dans cette même rue et leurs employés, ou, à titre plus marginal, les passants qui la fréquentent.

  • 3 Pour reprendre le terme utilisé par Jane Jacobs et réutilisé par Mitchell Duneier à propos des vend (...)

3L’auteure montre ainsi que les habitants sont des figures familières de la rue, des personnages publics3 connus et reconnus comme pouvant légitimement occuper un fragment d’espace public. Cette reconnaissance donne lieu à des discussions, des services et des jeux de contraintes réciproques : c’est dans ce cadre d’interactions particulier qu’ont lieu des échanges à partir desquels vont apparaitre les logiques de récupération alimentaire, et plus largement les différentes formes d’accès à la nourriture. Car la récupération n’est qu’une facette de la recherche de nourriture : Amandine Plancade montre bien la distinction tripartite et hiérarchisée exercée par les habitants entre achats, dons et récupération d’aliments (p. 34). Cette différenciation dépend largement de leurs ressources : les achats correspondent ainsi à une période courte, qui commence avec la perception des aides sociales – la « Sainte Touche » – et se termine avec l’épuisement de celles-ci ; le don, ou en l’occurrence sa réception, est plus aléatoire et reste toujours imprévisible malgré les liens noués avec les employés de restaurants et les riverains ; la récupération, enfin, est la pratique la plus dépréciée puisqu’elle implique une démarche pro-active qui tend à renvoyer l’individu qui l’exerce à sa condition de dominé.

4L’auteure montre pourtant qu’en dépit de cette distinction, ces différentes modalités d’accès à la nourriture se recoupent et se combinent. La relation des habitants avec la gérante d’un restaurant asiatique illustre bien les intrications entre ces pratiques : les habitants achètent régulièrement des portions de riz au restaurant, espérant et demandant parfois l’ajout de quelques invendus à cette portion ; il leur arrive de déposer des bouquets de fleurs – elles-mêmes récupérées au marché – au pied de la statue de Bouddha installée dans le restaurant avant de passer leur commande, proposant ainsi une contrepartie symbolique à un éventuel ajout de nourriture ; enfin, les employés du restaurant se déplacent parfois à la cabane, précisément pour donner des portions, le plus souvent constituées des restes et des invendus.

5L’auteure observe que les habitants ont parfaitement conscience de ce statut déprécié de la nourriture qu’ils reçoivent. Leur place dans l’échange de nourriture est à « la fin de cette “chaine alimentaire” » (p. 77) et constitue un rappel constant des rapports de domination qui s’exercent sur eux. Amandine Plancade identifie les diverses réponses proposées par ses enquêtés à cette situation. Il y a d’abord une sélection des aliments jugés dignes d’être consommés, qui passe par l’expertise d’un des habitants, ancien cuisinier, ainsi que par le rappel de la dignité de la personne qui reçoit le don : l’anecdote du rejet d’une portion de paella pleine de noyaux d’olives illustre bien cette affirmation de l’intégrité sociale et morale de la personne qui reçoit le don alimentaire. Il y a ensuite un tri hiérarchisé entre les différents aliments, a fortiori lorsque la quantité de nourriture reçue dépasse les besoins des habitants : certains dons sont ainsi rapidement jetés, ou à nouveau donnés à des connaissances n’ayant pas d’accès à la nourriture.

6Enfin, et c’est là une facette particulièrement intéressante du travail de l’auteure, il y a transformation des aliments récupérés. Amandine Plancade montre bien ici le recours à un savoir-faire mêlant compétences préexistantes et acquis « sur le tas » dans ce qui s’apparente à une réappropriation symbolique de la nourriture. Une telle réappropriation se traduit par des compositions – décompositions et recompositions – à partir des aliments récupérés ainsi que par une dénomination nouvelle du plat élaboré. Cette réappropriation est source de sociabilité : les transformations culinaires, des plats eux-mêmes et de leur dénomination, sont alors des occasions de recevoir des connaissances et de partager un repas. Des invitations sont également adressées aux riverains, aux « habitués », ou encore aux employés des restaurants, mais sont presque systématiquement déclinées. À l’inverse, il peut arriver qu’un individu importun tente de s’imposer à la cabane sans qu’il y ait été invité, suscitant les réactions plus ou moins marquées des habitants, dont l’intégrité sociale, à défaut de la propriété, est remise en question par cette intrusion.

7C’est donc une « sociabilité de voisinage » (p. 103) qu’a observée Amandine Plancade au travers des pratiques de récupération alimentaire des habitants des cabanes d’une rue niçoise. Aux rythmes saisonniers et administratifs qui structurent les habitudes des habitants viennent s’ajouter les démarches entreprises afin d’assurer l’obtention de nourriture, ainsi que la préparation des repas et leur tenue. L’organisation du quotidien autour de cette recherche de la nourriture et du repas fournit le cadre de cette sociabilité.

  • 4 Amandine Plancade, T’as de beaux restes ! Anthropologie des pratiques de récupération alimentaire e (...)

8On regrettera seulement de ne pas voir davantage la place de l’anthropologue au sein de cette sociabilité. Si l’auteure revient rapidement sur la genèse de son enquête et sur quelques difficultés rencontrées au début de celle-ci, on en sait peu sur son rapport à l’objet, sans doute développé dans la thèse mais qui aurait eu sa place dans un carnet de terrain. L’évocation du favoritisme exercé à son endroit lors du premier repas qu’elle partage avec ses enquêtés, et qu’elle retrouve partiellement tout au long de son enquête, est un indice de la réflexivité de l’auteure, qui aurait pu nourrir davantage la publication de ce carnet. On en retiendra néanmoins une invitation à lire la thèse d’Amandine Plancade, soutenue en 2011 et habilement intitulée « T’as de beaux restes !4 ».

Haut de page

Notes

1 On peut néanmoins renvoyer au film d’Agnès Varda, qui observe diverses pratiques de récupération alimentaire, sorti en 2000 et intitulé Les Glaneurs et la Glaneuse.

2 Les cabanes des habitants, visibles de tous mais en partie cachées, rappellent des questionnements formulés autour des squats, invisibles mais connus d’un certain nombre de personne. Voir notamment Florence Bouillon, Les mondes du squat : anthropologie d’un habitat précaire, Paris, PUF, coll. Partage du savoir, 2009.

3 Pour reprendre le terme utilisé par Jane Jacobs et réutilisé par Mitchell Duneier à propos des vendeurs de journaux de Greenwich Village, qui sont fréquemment sollicités par les passants pour obtenir une direction, pour la surveillance temporaire de leur chien... Voir Jane Jacob, The Death and Life of Great American Cities, New York, Random House, 1961 et Mitchell Duneier, Sidewalk, New York, Farrar, Strauss and Giroux, 1999.

4 Amandine Plancade, T’as de beaux restes ! Anthropologie des pratiques de récupération alimentaire et de la circulation des aliments, thèse de doctorat en anthropologie, dir. Jean-Yves Boursier, soutenue en 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vianney Schlegel, « Amandine Plancade, Vivre dans la rue à Nice. Cuisine et récupération alimentaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/14218

Haut de page

Rédacteur

Vianney Schlegel

Doctorant en sociologie au CLERSE (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, UMR 8019, CNRS - Université Lille 1).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page