Navigation – Plan du site

Guillaume Pinson, L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle

Renaud Meltz
L'imaginaire médiatique
Guillaume Pinson, L'imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, coll. « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2013, 272 p., ISBN : 978-2-8124-0867-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dirs.), La civilisation d (...)

1Dans le sillage de l’important renouvellement d’une historiographie de la presse nourrie à plusieurs sources, histoire culturelle, histoire littéraire, histoire sociale, dont la synthèse la plus remarquée, La civilisation du Journal1, continue d’infuser les esprits, Guillaume Pinson propose d’explorer l’imaginaire du journal et du journalisme.

2On aurait pu attendre de L’imaginaire médiatique que son champ d’investigation principal fût la presse elle-même, où il y a matière à traquer des méta-discours sur le métier de journaliste, donnant à lire un récit réflexif de l’aventure médiatique. Le choix de Guillaume Pinson, d’utiliser de préférence les ouvrages de fiction, les essais, et même l’histoire, renvoie à cette intuition fondamentale, qu’il partage avec les maîtres d’œuvre de La civilisation du journal : « l’invention de la littérature moderne en France est un effet direct, longtemps insoupçonné, de l’avènement de la culture médiatique à partir des années 1830 » (p. 8). Il n’y a rien de fortuit, à ses yeux, dans la coïncidence chronologique entre l’avènement d’un premier système médiatique et la modernité littéraire. La généralisation de l’imprimé, la dimension proprement littéraire du journal, la fusion entre homme de lettres et journaliste, empêchent d’opérer au XIXe la distinction que nous faisons couramment entre « information et invention ».

3Aussi bien, l’imaginaire du journal ne relève-t-il pas seulement de la presse, mais de tous les supports où se sont répandus les images et les discours sur la culture médiatique. Pour en rendre compte, Guillaume Pinson suit une logique hybride, différenciant ses sources selon leurs rapports au temps, quitte à déstabiliser son lecteur par l’entrelacs de chapitres revenant au même type de rapport au temps, à des périodes différentes.

4L’auteur distingue d’abord les textes qui relèvent de l’inventaire immédiat du journal, que ce soit sous le régime de la fiction (la « littérature panoramique », pré-réaliste, faite de « petite fictions anecdotiques du journalisme », occupe son premier chapitre, qu’il fait coïncider avec la période 1830-1860) ou de l’inventaire scientifique (naissance de la bibliographie de la presse à partir des années 1860).

  • 2 Pinson date de l’Histoire du journal en France, d’Eugène Hatin, la naissance d’une historiographie (...)

5Deuxième rapport au temps : à partir du milieu du XIXe siècle, le journal est reçu comme une archive. Sa capacité à enregistrer le fait du jour, pour des consciences historiques de plus en plus sensibles au devenir, est valorisée par les historiens2, comme par les acteurs médiatiques, les journalistes et fondateurs de journaux. Les mémoires de ces hommes de presse ont une vocation de conservation, alors que leurs auteurs, au crépuscule de leur carrière, sont confrontés aux modifications rapides du système médiatique (naissance de la presse de masse), et prennent des accents nostalgiques, pour regretter la modernisation des pratiques médiatiques de leur jeunesse (sociabilités moins amicales, accélération de l’information télégraphiée, professionnalisation du journaliste). Ces ouvrages se distinguent du discours historique, non seulement par la part de fiction qu’on y trouve, ce qui est la loi du genre, mais aussi parce que Pinson identifie dans ces mémoires des « procédés de fictionnalisation », qui témoignent aussi « de la fusion entre littérature et information » (p. 122). Bref, l’imaginaire médiatique n’est pas séparable de la conscience que le journal fournit, pour les historiens à venir ; « les archives du genre humain », selon l’intuition précoce de Bernardin de Saint-Pierre.

6Troisième et dernier rapport au temps identifié par Pinson, qui occupe de loin la première place de son ouvrage : le journal « hors temps ».

7Au titre de la fiction, le roman réaliste fournit à la fois un matériau documentaire, qui demeure de première importance pour l’historien, et la matrice de l’imaginaire médiatique, inséparable de l’imaginaire du romancier. En racontant « le destin d’un écrivain-journaliste malheureux », le roman réaliste donne à voir « la place de la littérature dans la modernité médiatique » (et réciproquement). L’écrivain-journaliste représenté par le roman réaliste se caractérise par une ambition (« devenir journaliste ») : gagner Paris, gagner sa vie. Double objectif naturellement déceptif, les valeurs du jeune ambitieux n’ayant cours à Paris, et la vénalité de son activité journalistique, associée à une forme de prostitution, dépravant la pureté du poète qu’il doit financer. Autrement dit, le roman réaliste rend compte de la dualité malheureuse de l’identité sociale de l’écrivain au XIXe, ce déraciné, provincial devenu bohème à Paris, poète perdu dans le journalisme, pur voué à l’impureté médiatique. Sans être absolument neuves, les pages consacrées par Guillaume Pinson à ce schéma en montrent excellemment la permanence, de la Restauration au début du XXe siècle. L’auteur invoque à raison ses propres travaux sur Proust : la place du journal, comme station initiale dans le chemin de croix proustien, montre la rémanence de l’imaginaire médiatique dans le régime vocationnel de l’écrivain, à la Belle Époque.

8Pinson fait droit, naturellement, au roman balzacien ; il propose aussi de nombreux exemples moins connus de romans français et québécois, qui permettent de décrire la trajectoire de l’aspirant journaliste, commencée par une ambition aussi grande que vague, prenant la forme journalistique au hasard d’une rencontre, poursuivie dans les joies factices de la sociabilité valorisante mais stérilisante d’un milieu scandaleux, défavorable à la création personnelle, Jusqu’à l’échec final, qui condamne la culture médiatique sous le titre fameux : Les Illusions perdues. Ces illusions ne sont pas seulement celles du héros, mais de tout acteur du système médiatique, lecteur compris, puisque cette nouvelle culture, faite d’informations légères, de rumeurs futiles et de célébrité fabriquée sur du vide, signifie la ruine de la communication traditionnelle de France : l’esprit de conversation et la relation épistolaire. On voit l’actualité de ces reproches... Le roman lui-même, où se déploie cet imaginaire médiatique, échappe à ce qu’il condamne par « son unité formelle et poétique », contre la diversité stylistique du journal (p. 101).

9L’auteur repère, dans le dernier tiers du siècle une inflexion décisive : une nouvelle façon de dire le journalisme dans la fiction, permettant de résoudre l’ontologie conflictuelle de l’écrivain-journaliste.

10Ce renouvellement ne va pas sans une critique de « l’abominable vénalité de la presse », de son influence néfaste sur la société tourmentée et impressionnable, et l’opinion publique façonnable à l’envie. Mais cet imaginaire sombre d’un journalisme qui trempe sa plume à l’encre des scandales, des calomnies et des injures, dans l’ambiance de décadence culturelle qui caractérise la Belle Époque, est aussi empreint de la professionnalisation qui permet de découpler l’homme de lettres du journaliste. La mécanisation du journal permet de recharger la figure du journaliste d’un nouvel imaginaire : le héros reporter, qui l’emporte bientôt sur le chroniqueur, en termes de prestige. Popularisé par Jules Verne, il s’impose « lui-même comme une véritable machine, puissante et inusable, au service de l’information » (p. 155). Les nouveaux « moyens d’information » alimentent un optimisme dont le comble consiste à prophétiser la disparition du journaliste, rendu inutile par la circulation immédiate de l’information. L’objet-journal, ses circuits de distribution, les reproductions de ses unes, fac-similés annexés à des ouvrages documentaires ou historiques, voire intégrés à d’autres journaux, bref tout ce qui fait que le texte devient image, nourrit naturellement la mutation de l’imaginaire médiatique, au tournant du siècle : le journal est à la fois parfaitement de son temps, qu’il reflète, et parfaitement visible, isolé, reproductible. Bref, il incarne la modernité médiatique, où le journal est à la fois fondu dans son temps et icône de son temps.

11À la figure du journaliste marquée par la « déchirure entre compromission au régime médiatique et visées sublimes d’une création authentique », succède, à la Belle Époque, celle du « héros qui résout et dépasse dans l’action ces tensions originelles ». La mystique de l’aventure initiée par Jules Verne donne naissance à ce héros qui prend pour nom Rouletabille, Jérome Fandor ou Tintin… La figure du reporter habite une littérature populaire, où prospère l’imaginaire heureux d’une culture médiatique fondée sur l’information. Cet imaginaire n’interroge plus la place de l’écrivain dans la société. Voué à l’exotisme, au courage physique et à l’aventure, le reporter est unifié par sa raison sociale, pleinement satisfaisante. L’aventure sort précisément le reporter du monde médiatisé, en l’amenant aux confins du monde civilisé et médiatique. Cette figure, prolongée notamment par les romans de Paul d’Ivoi, finit par vider l’imaginaire médiatique de sa substance littéraire : « la représentation de l’acte d’écriture est paradoxalement taboue et ne sont conservées que les circonstances de l’enquête ou de l’aventure ». Aussi bien, « l’héroïsation du reporter fictif » permet « l’effacement complet de la figure embarrassante de l’écrivain-journaliste ». L’épilogue du livre montre de façon réjouissante la façon dont Tintin s’inscrit dans les pas du reporter de Jules Verne.

12Cet ouvrage dense, richement documenté, sérieusement et finement réfléchi, apporte des contours précis et référencés à des notions que l’on pressentait vaguement, en lecteur ordinaire de la littérature et de la presse du XIXe siècle. Il faut le lire. Il faut aussi espérer la suite dont l’auteur a lui-même fixé les contours, en conclusion : l’imaginaire social des médias ne peut pas se débusquer seulement dans la fiction. Une fois décrit le couple que le journalisme forme avec la littérature, la recherche doit porter plus systématiquement sur la production journalistique elle-même : genres, formes, métadiscours. Réception, enfin, par l’exploration, par exemple, du courrier des lecteurs.

Haut de page

Notes

1 Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dirs.), La civilisation du journal. Une histoire de la presse française au XIXe siècle, Nouveau Monde éditions, coll. « Opus magnum », 2011

2 Pinson date de l’Histoire du journal en France, d’Eugène Hatin, la naissance d’une historiographie de la presse, en 1853.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Meltz, « Guillaume Pinson, L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 21 avril 2014, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/14416

Haut de page

Rédacteur

Renaud Meltz

Agrégé et docteur en histoire (thèse sur Saint-John Perse, continuée par des travaux sur les écrivains-diplomates), MCF en histoire contemporaine à l'UPF, prépare une HDR sur les opinions publiques et les relations internationales au XIXe siècle (chercheur associé à l'IRICE). En délégation au CNRS (ISCC), s'intéresse plus généralement aux relations entre le politique et les médias, pratiquées en qualité de chargé des discours au cabinet de la ministre de l'ESR

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page