Navigation – Plan du site

Abou Ndiaye, L’ordre vestimentaire : de la distinction par l’habillement à la culture de l’élégance

Noémie Aulombard
L'ordre vestimentaire
Abou Ndiaye, L'ordre vestimentaire. De la distinction par l'habillement à la culture de l'élégance, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2014, 310 p., ISBN : 978-2-343-02254-3.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son livre L’ordre vestimentaire : de la distinction par l’habillement à la culture de l’élégance, Abou Ndiaye se propose de faire une étude sociologique et politique de l’usage des vêtements, comme affirmations de l’identité de chacun et comme vecteurs de la mise en ordre de la réalité sociale. En effet, pour lui, les vêtements – et au-delà, le paraître et, qui plus est, l’élégance – permettent de lire plus aisément la fonction qu’occupe chaque individu dans le monde social. Dès le début, il avance l’idée que les conflits sociaux ne se manifestent plus, dans les sociétés occidentales, par un affrontement direct et physique, mais par une confrontation médiatisée entre des valeurs antagonistes, une querelle sur les manières collectivement valorisées ou dévalorisées de paraître dans l’espace public. Pour lui, l’époque contemporaine est marquée par des attentes contradictoires qui oscillent entre un désir accru d’individualisme, d’authenticité, de liberté, de sécularité, et le désir antagoniste de spiritualité ; c'est ce qui expliquerait les tensions et les violences conflictualisées à travers la question des pratiques vestimentaires. Ainsi, il va mener une étude à propos des comportements vestimentaires chez deux catégories pour lesquelles l’affirmation identitaire est un enjeu majeur : les jeunes et les organisations (entreprises, structures sportives, etc.).

  • 1 G. Lipovetsky, L’empire de l’éphémère, Paris, Folio, 1991.

2Selon l’auteur, le paraître a une portée politique et éthique. En premier lieu, le vêtement – et le paraître, en général – reflète les différentes dynamiques qui sont à l’œuvre dans une même société. Les codes vestimentaires sont en effet issus des normes de l’apparence, normes constituées à partir des conceptions qu’élabore chaque société autour de la pudeur, de la décence, de l’hygiène, de l’esthétique, de la liberté. Un changement dans les pratiques vestimentaires peut être considéré comme un indicateur de transformations sociales. L’auteur va même jusqu’à dire qu’une certaine hétérogénéité vestimentaire peut être le signe d’un changement social plus profond, voire de l’anomie. En second lieu, le paraître a une portée politique et éthique, en ceci que s’habiller, pour un individu, est un acte sous-tendu par plusieurs exigences et désirs l’exigence de conformité (ou non) à l’éthique vestimentaire de la société dans laquelle il vit et le désir de personnalisation, d’affirmation de soi dans l’acte de paraître. S’habiller peut prendre aussi une teinte plus contestataire, plus militante, en ce que l’affirmation d’une identité politique passe par le port de vêtements spécifiques. L’auteur fait alors le rapprochement entre cette idée et le propos de G. Lipovetsky1, selon lequel la contestation politique serait permise par la diffusion de l’individualisme dans les sociétés contemporaines. Il est dommage que ce rapprochement, pourtant prometteur, ne soit pas davantage développé et explicité.

  • 2 « Quant à la mode, provisoirement aussi, retenons cette définition sommaire proposée par Quentin Be (...)

3Abou Ndiaye fait reposer son étude sur divers postulats qu’il expose dans son introduction. Le premier consiste à dire que l’époque contemporaine est marquée par le paradoxe selon lequel l’individu est de plus en plus réduit à son corps, à ce qu’il donne à voir, à son apparence, en même temps que cette même apparence est considérée comme insignifiante. Le deuxième postulat est celui de l’émergence d’une culture du paraître comme un nouveau champ. L’auteur s’intéresse donc à la composante purement culturelle du paraître. De plus, cette étude repose sur l’idée que les comportements vestimentaires obéissent, nous l’avons dit, à des logiques individuelles et collectives. En effet, l’auteur définit l’élégance comme une démarche prise entre le domaine individuel et celui des exigences sociales. Ainsi, il y aurait une multitude de manières d’être élégant, selon le groupe d’appartenance sociale, professionnelle, idéologique, etc., mais aussi selon la mode2. Il y a donc une pression sociale qui pèse sur les individus quant à leurs manières de paraître. L’auteur pose un dernier postulat, concernant la définition des apparences, c'est-à-dire ce qui est visible sur le corps et du corps lui-même (allure, silhouette). Les apparences peuvent être aussi perçues comme représentations sociales qui servent de médiation entre soi et les autres, soi et le monde social. Au lieu de s’étonner que la société contemporaine accorde de plus en plus d’importance aux apparences, Abou Ndiaye historicise le rapport des sociétés aux apparences, rappelant des lois somptuaires, dans de nombreux pays et à des époques différentes, qui imposaient aux individus divers comportements vestimentaires, selon le groupe social auquel ils appartenaient. Par exemple, sous Edouard IV, roi d’Angleterre, ceux qui n’étaient pas Lords ne pouvaient porter des chaussures ou des bottes dont la longueur excédait tant de centimètres. Ces lois somptuaires permettaient, par la réglementation du paraître qu’elles tentaient d’instaurer, de maintenir l’ordre social et d’éviter le brouillage et la confusion des apparences, la subversion troublant l’identification des individus par le paraître, ce qui était la hantise des groupes dirigeants. Il y a généralement appropriation du paraître par le politique. Le paraître est donc soumis à des normes sociales qui diffèrent selon les époques, mais aussi selon l’âge, le sexe et la classe sociale, et encore la profession des individus. Donc, la question vestimentaire est ici présentée comme une équation complexe, comme un domaine sous-tendu par des choix individuels et des logiques collectives ; domaine duquel le politique peut s’emparer et sur lequel il peut légiférer, imposant ainsi une certaine réglementation et élaborant de nouvelles normes du paraître. Ces postulats exposés, l’investigation d’Abou Ndiaye va donc se décomposer en trois axes : les critères de réglementation du paraître ; le lien entre tenue vestimentaire, code vestimentaire et code de l’apparence, qui met l’accent sur l’imbrication des choix individuels dans des enjeux sociaux plus globaux ; et l’existence d’une culture de l’élégance, malgré les différentes conceptions d’une esthétique du paraître, présentes dans le monde social. On pourrait dire que ces trois axes s’enracinent dans une interrogation plus globale sur ce que cristallisent les pratiques vestimentaires actuelles dans la complexité sociale de notre vivre-ensemble. Cependant, le manque de clarté de sa problématique – quelque peu éparpillée – gêne à la compréhension de la démarche de l’auteur.

  • 3 L’habitus est défini comme un « système de dispositions durables et transposables, structures struc (...)

4Le livre se compose de trois parties. La première partie consiste en l’élaboration d’un cadre théorique et en l’exposition des enjeux sociaux et politiques que soulève l’étude d’Abou Ndiaye. La parure étant un des tout premiers actes d’humanisation de l’individu, ce qui le fait passer d’être de nature à être de culture, l’étude de cette notion aidera ici à envisager l’acquisition de la culture de l’élégance. Sont aussi examinés le rôle de l’habitus dans cette démarche et la nature du rapport entre codes vestimentaires et modes. En effet, la culture est définie comme un ensemble de manières d’être, de penser, un ensemble de normes, de valeurs et de croyances, partagées par chaque membre d’un groupe social. La culture n’est perceptible qu’à travers les comportements des acteurs sociaux, qui intériorisent les codes de la culture donnée par un processus de socialisation, procédant par inculcation, mimétisme et (in)différenciation, ce qui aboutit à l’acquisition inconsciente d’un habitus3, qui structure l’individu dans sa manière d’agir et dans sa perception du monde. Ainsi, l’inculcation des normes vestimentaires est intimement liée à la notion d’habitus qui est elle-même fonction de l’environnement. Cette inculcation est plurielle car les individus fréquentent plusieurs milieux (familial bien sûr, mais aussi scolaire, sportif, professionnel, etc.). La pluralité de cette inculcation explique, pour partie, la non-uniformisation des pratiques vestimentaires : chacun a sa trajectoire. La question de la mode vient alors complexifier les codes vestimentaires car, bien que s’opposant à eux à divers égards, elle les fait évoluer en changeant les modalités de distinction social, genrée, générationnelle, dont les codes vestimentaires ont la charge. Après un détour chez les naturistes, certes intéressant, mais dont l’articulation avec le reste du propos d’A. Ndiaye mériterait d’être davantage explicitée, il revient enfin à son problème initial en traitant des façons dont le statut social et/ou les croyances religieuses peuvent être affichés dans l’espace public par le look, ce qui met en exergue la composante morale des codes vestimentaires et la tension entre la privatisation de la pratique religieuse et la liberté individuelle de paraître selon sa propre volonté. Donc, cette première partie de cadrage théorique expose tous les enjeux sociaux et politiques de la question de l’habillement, entre l’affirmation d’une identité personnelle et la préservation du principe de neutralité dans l’espace public.

5Dans les deuxième et troisième parties, A. Ndiaye entreprend de livrer une étude des comportements vestimentaires des populations jeunes et de celles qui agissent dans des organisations professionnelles ou sportives. L’intérêt consiste en ce que, dans les divers groupes qui composent ces deux populations, l’élaboration d’une identité commune à tous les membres, et donc de comportements et de codes – vestimentaires – communs, est au fondement de la constitution de ces groupes. Cette élaboration dépend aussi du contexte général d’une époque donnée. Cependant, la profusion des exemples examinés produit l’effet d’un catalogue trop divers et d’un assez grand manque de cohérence. Peut-être une réduction du terrain d’enquête aurait-elle été préférable ?

  • 4 Dans ce livre, se rencontrent des rapprochements assez hasardeux. Par exemple, l’auteur compare la (...)

6Le livre d’A. Ndiaye est un ouvrage très curieux qui contient des remarques qui ne manquent pas d’intérêt, mais qui a, par ailleurs, beaucoup de faiblesses. En effet, les nombreuses coquilles, maladresses stylistiques et erreurs de syntaxe qui parcourent le texte rendent malaisée la lecture et la compréhension du propos que soutient A. Ndiaye. Il est également dommage que l’auteur s’éparpille parfois dans des digressions et des remarques dont on ne comprend guère l’intérêt4 et qui l’affaiblissent Ce livre constitue surtout une synthèse des travaux de recherche sur le rôle des vêtements dans la distinction sociale. 

Haut de page

Notes

1 G. Lipovetsky, L’empire de l’éphémère, Paris, Folio, 1991.

2 « Quant à la mode, provisoirement aussi, retenons cette définition sommaire proposée par Quentin Bell qui la désigne comme : “les variations du sentiment esthétique”. Selon lui, ces variations sont inscrites dans l’évolution des codes vestimentaires d’un moment » (p. 27).

3 L’habitus est défini comme un « système de dispositions durables et transposables, structures structurées prédisposées à fonctionner comme structures structurantes » (Bourdieu, cité par A. Ndiaye, p. 51).

4 Dans ce livre, se rencontrent des rapprochements assez hasardeux. Par exemple, l’auteur compare la moustache du père d’Hitler à celle de José Bové (p. 131). On peut y lire aussi des interrogations plutôt étonnantes (« Pourrions-nous imaginer Mao avec une mitre ? Assurément. Non et Non. » p. 134).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Aulombard, « Abou Ndiaye, L’ordre vestimentaire : de la distinction par l’habillement à la culture de l’élégance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/14446

Haut de page

Rédacteur

Noémie Aulombard

Doctorante en science politique à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page