Navigation – Plan du site

Danielle Londei, Sophie Moirand, Sandrine Reboul-Touré et Licia Reggiani (dir.), Dire l’événement. Langage, mémoire, société

Jean-François Blanchard
Dire l'événement
Danielle Londei, Sophie Moirand, Sandrine Reboul-Touré, Licia Reggiani (dir.), Dire l'événement. Langage, mémoire, société, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013, 360 p., ISBN : 978-2-87854-612-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colloque organisé par le CEDISCOR-SYLED EA 2290, Centre de recherche sur les discours ordinaires et (...)

1L’ouvrage est issu des travaux d’un colloque organisé à Florence en 2011 sur le thème « langages, discours, événements». Il constitue une analyse de « l’événement » en tant que fait langagier. Les initiateurs de cette manifestation1 ont accueilli les communications dans une large interdisciplinarité afin d’explorer toutes les formes discursives autour de la notion d’événement. De surcroît, les articles présentés couvrent un large spectre de circonstances, d’époques, de lieux, de types d’événements, de postures d’observation et, donc, de méthodes. Ainsi, à titre d’exemple, le lecteur découvrira au fil de l’ouvrage l’événement dans le contexte très quotidien et contemporain d’un centre d’urgence médicale, au même titre que dans la représentation d’une période historique : la guerre civile d’Espagne (1936-1939). Cependant l’ensemble reste homogène car les vingt-quatre articles présentés dans Dire l’événement ont en commun d’examiner la façon dont la langue et le langage jouent un rôle déterminant dans la construction sociale de tout événement.

2La notion d’événement est prise ici dans son sens courant : c’est « ce qui arrive ». Les contributeurs à l’ouvrage illustrent la façon dont l’événement devient un objet narratif, discursif. Il est nommé, qualifié, mémorisé, il peut servir de repère, d’élément de comparaison, il est « saisi par les discours ». Ces discours donneront corps et feront écho à l’événement dans les représentations sociales, s’inscriront dans les mémoires, et cette trace se confondra avec l’événement lui-même.

3L’ouvrage est divisé en cinq parties. Les trois premières traitent de la construction, de la représentation et de l’interprétation des événements dans l’espace social, puis de leurs représentations dans les médias et enfin dans un cadre historique. Les deux parties suivantes portent sur les conditions de mise en mots de l’événement : le nom qui va le désigner ainsi que l’instance discursive qui opère cette désignation. Enfin l’ouvrage se termine par deux exposés plus théoriques sur l’événement en tant que type de fait langagier.

  • 2 Les joutes définitoires, sont au cœur de la délimitation des problèmes publics. Voir Claude Gilbert (...)

4Dans les cinq articles de la première partie, les circonstances à l’origine d’événements très divers sont analysées. En particulier, le lecteur découvre comment le tweet maladroit et désobligeant d’un animateur radio à l’égard d’une chanteuse populaire déclenche un tollé médiatique au Québec, ou comment un discours ministériel lors de l’inauguration du Centre Pompidou à Metz fabrique un événement national. Les auteurs (Turbide, Vincent et Kavanagh en premier lieu, et J.-P Dufiet en second lieu) décrivent le choix des mots, leur réemploi, leur association, leurs liens, bref l’élaboration discursive qui génère une représentation de l’événement. Celle-ci est malencontreuse dans le cas du tweet et relève par contre d’une opération de communication réussie dans le celui du discours officiel. D’autres types d’événements plus confidentiels suivent les mêmes principes de construction discursive. L’article suivant, sous la plume de M. Laforest, décrit un échange téléphonique entre un appelant en détresse et le régulateur d’un centre d’appels d’urgence de la protection civile québécoise. Face à l’appelant paniqué qui a tendance à exagérer, le régulateur engage une négociation pour trouver les mots justes qui conditionneront des secours adaptés. Ces articles montrent qu’un événement n’a pas d’existence sociale en lui-même. Toute l’élaboration discursive, la circulation des mots, les modes de désignation des faits, les interactions langagières vont produire un événement dont l’existence sociale n’était pas jouée a priori2.

  • 3 Le modèle actanciel décrit une syntaxe narrative où des acteurs principaux se positionnent en tant (...)

5La seconde partie porte sur des représentations d’événements dans les médias. Les articles présentés abordent différents types de situations et soulignent que le rôle des médias peut se situer à différents niveaux. Un premier exemple est donné dans l’article d’E. Ravazzolo. Le média, ici la chaîne parlementaire française, crée l’événement en mettant en scène une figuration d’un débat démocratique sur thème du port du voile islamique dans les lieux publics. Le journaliste organise un jeu de rôle théâtralisé censé représenter les tendances de l’opinion, et ainsi cherche à créer l’événement en lui conférant une portée symbolique. Dans un autre cas de figure, c’est un journaliste belge francophone qui élabore un reportage très différent de celui de son homologue flamand sur le même événement, et avec les mêmes documents. Dès lors, ce n’est plus le même événement qui est présenté. Les auteurs (Tobbacks et Jacobs) donnent une mesure de la distance qui peut exister entre événement et discours selon les intentions du journaliste. Les médias contribuent aussi à la mise en scène des discours. Deux articles passent par le canal de la presse pour étudier les propos officiels tenus au moment de la menace d’épidémie de grippe H1N1 que la France a connue en 2009. Un recueil d’articles de presse sur la période d’alerte a permis à l’auteur du premier article (Fodor) de constituer un corpus pour analyser le discours des autorités sanitaires. Il apparaît que celui-ci oscille entre dramatisation et réassurance. L’auteur propose une grille de lecture sur un modèle actanciel3. La dramaturgie se déploie selon deux schémas différents qui attribuent, soit à l’humanité, soit au virus le rôle du personnage principal en quête de pouvoir. Sur le même thème, les auteurs de l’article suivant (Laügt et Vergely) ont combiné le traitement automatique d’un corpus d’articles de presse avec le logiciel Alceste et un traitement manuel pour analyser les catégories sémantiques structurant les discours (alerte, pathologie, vaccin et politique). Les articles proposés montrent que le rôle des médias n’est pas univoque dans les processus de présentation d’événements. Dans tous les cas, les mots et les signes choisis par le média invitent à une lecture différenciée de l’événement dont le lecteur ou le spectateur n’a pas toujours conscience. Ces articles proposent des exemples de déconstruction des discours journalistiques autour d’événements, que ces discours soient produits, mis en scène ou transmis par le journaliste.

6La représentation de l’événement peut être inscrite, ou non, dans l’histoire et les discours qui en rendent compte ne sont jamais univoques : la troisième partie du livre traite de « l’histoire, entre oubli et mémoire ». Plusieurs exemples sont présentés : le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851 qui s’est réalisé en secret l’espace d’une nuit et a fait l’objet ensuite d’une mise en mots pour l’histoire ; le procès du nazi Eichmann à Jérusalem en 1960, dont l’inscription dans l’histoire contemporaine doit beaucoup à l’équipe d’interprètes mobilisée pour la procédure.

7La représentation historique des événements de la guerre civile d’Espagne (1936-1939) a connu plusieurs versions successives. E. Lumière a travaillé sur les livres scolaires d’histoire et les directives pédagogiques officielles à l’intention des maîtres sur une période allant des événements à nos jours. De 1939 à 1950 environ, les événements étaient présentés comme une guerre de salut d’inspiration chrétienne, conduite par le général Franco contre des incroyants matérialistes appelés républicains. L’ouverture progressive du pays vers la communauté internationale et la démocratisation ont entraîné une déconstruction progressive de ce type de discours pour admettre une lecture en termes de guerre civile. L’auteur de l’article complète son analyse par un travail sur une pièce de théâtre ayant précisément pour objet de démonter les rouages de cette imposture historique du pouvoir franquiste, qui a travesti les événements au point d’en paraître grotesque, avec le recul. Ce rapprochement entre un travail de recherche et une œuvre théâtrale met l’accent sur la portée pédagogique de ce type de démystification de l’histoire à l’intention de tout citoyen. En effet, toute représentation de l’histoire est construite par des actes de langage et, de ce fait, requiert une lecture critique.

8Les articles de la quatrième partie approfondissent la portée lexico-discursive des mots choisis pour citer les événements. Quels mots pour « dire » l’événement ? Analysant un corpus sur Internet constitué lors de la Révolution du Jasmin en Tunisie (2011) L. Calabrese montre que le rôle des journalistes n’est pas un processus à sens unique vers le public. L’auteur établit que les journalistes disposent d’une forme de délégation de la part du public pour sélectionner et nommer l’événement. Par contre, celui-ci exerce un contrôle collectif qui s’exprime notamment dans les forums sur Internet, sur lesquels les termes employés par les journalistes sont contestés et, par là même, la représentation de l’événement proposée par le professionnel. Le mot « Grenelle » est devenu métonyme de négociation globale et pluripartite de grande portée. D. Barbet inventorie la répétition de son réemploi lors de sommets sociaux ultérieurs et, en particulier « le Grenelle de l’environnement ». Son article démontre que l’on se trouve devant la situation d’un événement devenu une référence, et qui revit dans les discours comme tel.

9La cinquième partie, intitulée « Langue et événement », est une approche plus théorique de la question du langage et des discours. Selon les auteurs, seule une lecture pragmatique des discours représentant les événements permet d’en aborder toutes les dimensions. L’étude des discours doit aussi se nourrir des intertextes. En effet, comme le relève l’auteur de l’article, M. Prandi, pour montrer la densité du matériau à interpréter, le codage linguistique n’est pas un vecteur unidirectionnel. L’opération de décodage suppose d’accéder à un certain nombre de relations conceptuelles. Ces relations constituent des constructions langagières complexes.

10Dans cet ouvrage, la nature des événements étudiés et leurs conditions d’émergence sont très variées. Des descriptions suffisamment précises sont données sur la constitution des corpus de recherche (médias, observations directes, documents d’archive) et sur la méthodologie. De ce fait le livre constitue un référentiel intéressant d’études de cas sur lequel le chercheur ou l’étudiant aimera revenir pour élaborer sa propre analyse, ou sa propre synthèse. L’exploitation de l’ouvrage est facilitée par la présence d’un « index des notions », d’une bibliographie étendue ainsi que des résumés des articles. Son apport didactique sur ce point est à souligner.

Haut de page

Notes

1 Colloque organisé par le CEDISCOR-SYLED EA 2290, Centre de recherche sur les discours ordinaires et spécialisés (Université Sorbonne nouvelle) et le Département SITLEC, Studi Interdisciplinari su Traduzione, Lingue e Culture (Université de Bologne), en partenariat avec le DORIF (Centro per la Documentazione per la Ricerca sulla didattica della Lingua Francese nell'Università Italiana).

2 Les joutes définitoires, sont au cœur de la délimitation des problèmes publics. Voir Claude Gilbert, Emmanuel Henry (dir.), Comment se construisent les problèmes de santé publique, Paris, La Découverte, coll. « recherches », 2009. Compte rendu de Jean-François Blanchard pour Lectures : http://lectures.revues.org/889.

3 Le modèle actanciel décrit une syntaxe narrative où des acteurs principaux se positionnent en tant que sujet et objet et les acteurs secondaires par rapport à ceux-ci. Voir http://www.signosemio.com/greimas/modele-actantiel.asp.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Danielle Londei, Sophie Moirand, Sandrine Reboul-Touré et Licia Reggiani (dir.), Dire l’événement. Langage, mémoire, société », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/14467

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page