Navigation – Plan du site

Vanessa Pinto, À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots »

Camille Trémeau
À l'école du salariat
Vanessa Pinto, À l'école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2014, 329 p., ISBN : 978-2-13-059541-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vanessa Pinto, « L'emploi étudiant. Apprentissages du salariat », thèse de doctorat sous la directi (...)

1Dans un contexte d’injonction à la « professionnalisation » de l’enseignement supérieur, Vanessa Pinto s’interroge, dans cet ouvrage tiré de sa thèse1, sur les usages sociaux des emplois étudiants. Depuis les années 1990, les discours se multiplient qui valorisent l’expérience professionnelle des étudiants. Mais qu’en est-il réellement de ces « petits boulots » ? Sont-ils toujours en lien avec les études suivies ? Que révèlent-ils des inégalités entre étudiants ?

2À partir d’un travail ethnographique qui comprend observations participantes et entretiens réitérés dans trois secteurs d’activité, l’animation, la restauration rapide et les centres d’appels, l’auteure souhaite remettre en cause deux prénotions. La première est de penser les étudiants salariés comme un tout homogène, et de considérer qu’ils vivent tous de la même façon le fait de travailler parallèlement à leurs études. La seconde est de conférer invariablement à ces emplois une valeur formatrice, indépendamment du contenu du travail et du temps qu’il nécessite.

3Dans une longue introduction, l’auteure revient sur l’objet de sa recherche, sur la méthode mise en œuvre et sur sa posture d’enquête. Puis, l’ouvrage se décompose en trois parties. La première porte sur la catégorie d’« emploi étudiant », saisie historiquement d’abord, et statistiquement ensuite. La seconde partie traite des manières dont les employeurs des trois secteurs enquêtés utilisent la main d’œuvre étudiante. Enfin, dans une troisième et dernière partie, l’auteure se place du point de vue des étudiants salariés et s’intéresse à leurs usages sociaux des « petits boulots ».

4Le premier apport du travail de Vanessa Pinto est de déconstruire l’idée selon laquelle l’emploi étudiant aurait toujours été encouragé et valorisé. Jusqu’à la fin des années cinquante, il était perçu comme un « fléau » et une activité que les étudiants paupérisés menaient par nécessité. Quant à la problématique de la relation entre formation et emploi, elle ne voit le jour qu’au cours des années soixante. Ce n’est qu’à partir des années soixante-dix que le discours sur l’expérience professionnelle se banalise, dans un contexte de dégradation du contexte économique. Enfin, il faut attendre les années 1990 pour que la « professionnalisation » soit vraiment mise en avant.

  • 2 Hormis dans le cas de « mobilisations improbables » : voir Annie Collovald, Lilian Mathieu, « Mobil (...)

5Au-delà des discours tenus sur la relation entre formation et emploi et l’expérience professionnelle, Vanessa Pinto s’intéresse aux usages sociaux des « petits boulots » étudiants. En premier lieu, elle montre que la condition étudiante est idéale pour les employeurs de certains secteurs. Les étudiants acceptent des formes de travail atypiques (CDD, intérim, temps partiel), des bas salaires, des horaires décalés (soirées, week-end, nuit). Il s’agit là d’une main d’œuvre disponible, flexible, qui dispose de « compétences relationnelles », et qui est peu amenée à se mobiliser collectivement2. Mais il existe une différenciation au sein de ces emplois : les diverses fractions de la jeunesse étudiante sont plus ou moins adaptées à certains secteurs. Deux pôles sont ainsi dégagés : le « pôle culturel » d’une part, saisi par les emplois dans l’animation, et le « pôle économique » d’autre part, illustré par les emplois dans la restauration rapide et les centres d’appel.

6En outre, exploitant une enquête OVE (Observatoire de la vie étudiante), l’auteure montre que cette population d’étudiants salariés est hétérogène, tant du point de vue de l’origine sociale, du parcours scolaire, des emplois exercés que du rapport à l’avenir.

7D’ailleurs, les usages que les étudiants font des « petits boulots » varient fortement. Dans certains cas, l’emploi étudiant est perçu comme provisoire, éloigné des études et limité dans le temps (« Le provisoire. Un présent qui n’engage à rien »). C’est le cas d’étudiants aux origines sociales plutôt élevées, relativement à l’aise dans leurs études, qui ne travaillent que l’été ou occasionnellement pendant l’année. Dans d’autres cas, l’emploi étudiant peut être vécu comme une continuité des études, formateur au même titre que les savoirs dispensés en cours (« L’anticipation. Un avenir inscrit dans le présent »). Néanmoins, certains étudiants issus des milieux populaires et éprouvant des difficultés dans leur cursus scolaire peuvent être pris au piège de l’emploi étudiant, et glisser peu à peu vers le salariat peu qualifié (« L’éternisation. Un présent sans avenir »).

8L’auteure met ainsi en évidence des « inégalités de destin » : un même emploi peut être vécu très différemment, comme le montre la comparaison des parcours de trois téléactrices. Quand l’une considère cet emploi comme provisoire et se lance ultérieurement dans le milieu artistique, l’autre l’investit comme élément clé pour poursuivre ses études dans le commerce international et trouve par la suite un travail en tant que cadre bancaire, tandis que la dernière s’y « enlise » et finit par stopper ses études.

9Finalement, sans remettre en cause le principe de « démocratisation » scolaire, Vanessa Pinto adopte un point de vue très critique vis-à-vis des discours portés sur la « professionnalisation » : « Non seulement les emplois étudiants révèlent les inégalités de parcours existant au sein de l’enseignement supérieur, mais, en outre, ils peuvent les accentuer » (p. 302). Face à cela, elle prône une « rescolarisation » des cursus, pour les étudiants de milieu populaire notamment, articulée avec une politique permettant le resserrement des niveaux de vie.

  • 3 On retrouve cette approche dans le travail de Philippe Alonzo sur les caissières de supermarché. Vo (...)

10Au final, l’ouvrage de Vanessa Pinto est dense et riche, notamment parce qu'il s’appuie sur un travail ethnographique important (des observations participantes dans trois secteurs différents, plus de quatre-vingt-dix personnes rencontrées en entretien, dont certaines ont été suivies sur plusieurs années). Les portraits des étudiants sont précis et nuancés (l’auteure insiste notamment sur les positions intermédiaires existant entre les différents pôles), et mettent toujours en lien le rapport au travail et à l’emploi d’une part, et le parcours des personnes enquêtées d’autre part.3

11Quant à l’outil statistique, il est mobilisé de manière pertinente, tant pour caractériser la population étudiante que pour analyser les modes de classements existants. Ainsi, en montrant les limites des statistiques produites par l’OVE (l’auteure évoque par exemple les 20 % d’étudiants se classant dans « autres activités », le caractère vague de certains intitulés, ou encore l’absence d’une catégorie regroupant les emplois agricoles), elle conclut à un « flou dans le classement », et même à un jeu des étudiants avec les classements sociaux. C’est d’ailleurs dans cette « zone flou des emplois étudiants », au sein de laquelle l’appartenance sociale des étudiants est occultée (y compris par eux), que l’auteure est allée chercher les secteurs d’activité enquêtés, qui se distinguent d’emplois étudiants plus « classants » (activités qualifiées d’un côté, travail ouvrier de l’autre). Néanmoins, du point de vue de l’origine sociale, les données statistiques permettaient-elles d’aller au-delà de la comparaison entre enfants de cadres et d’ouvriers ? Étant donné l’objectif de l’ouvrage : montrer les différenciations internes à la catégorie des étudiants salariés, un retour sur les classes intermédiaires aurait été intéressant.

Haut de page

Notes

1 Vanessa Pinto, « L'emploi étudiant. Apprentissages du salariat », thèse de doctorat sous la direction de Gérard Mauger, 2009.

2 Hormis dans le cas de « mobilisations improbables » : voir Annie Collovald, Lilian Mathieu, « Mobilisations improbables et apprentissage d’un répertoire syndical », Politix. Revue des Sciences Sociales du Politique, n° 86, 2009 ; et Damien Cartron, « Engagement dans le travail et dans la grève chez McDonald’s », in Jean-Michel Denis (dir.), Le conflit en grève ? Tendances et perspectives de la conflictualité contemporaine, Paris, La Dispute, 2005.

3 On retrouve cette approche dans le travail de Philippe Alonzo sur les caissières de supermarché. Voir Philippe Alonzo, « Les rapports au travail et à l'emploi des caissières de la grande distribution », Travail et emploi, n° 76, mars 1998, p. 37-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Trémeau, « Vanessa Pinto, À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/14482

Haut de page

Rédacteur

Camille Trémeau

Doctorante en sociologie au CENS, Université de Nantes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page