Navigation – Plan du site

Alexandre Lambelet, La philanthropie

Maxim Fortin
La philanthropie
Alexandre Lambelet, La philanthropie, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Contester », 2014, 120 p., ISBN : 978-2-7246-1545-6.
Haut de page

Texte intégral

1Dans un ouvrage synthétique de 107 pages, Alexandre Lambelet, professeur à la Haute école de travail social et de la santé de Lausanne et membre associé au Centre de recherche sur l’action politique de l’Université de Lausanne, s’emploie à démontrer l’intérêt d’analyser la philanthropie comme un « mode d’action particulier », une pratique politique spécifique et élitaire, un « phénomène social pouvant être étudié à travers la sociologie des mobilisations » (p. 25).

  • 1 Lambelet Alexandre, Le lobbying philanthropique, projet de recherche, Fonds national suisse de la r (...)

2Lambelet jette un regard critique sur la philanthropie tout en développant l’idée que celle-ci est une pratique contestataire d’une élite économique et intellectuelle qui souhaite, au nom de sa compétence, intervenir dans la gestion du social et dans l’élaboration des politiques publiques. Le livre se fonde sur les données empiriques d’un projet de recherche antérieur de l’auteur1, projet qui à l’époque a reçu le soutien du Fonds national de la recherche scientifique suisse et qui a permis de mener des entretiens avec des intervenants du monde philanthropique européen, de réaliser une observation participante de trois mois chez SwissFoundations et d’étudier la littérature produite par les fondations et par les chercheurs qui s’intéressent à la philanthropie.

3L’ouvrage est divisé en quatre chapitres. Le premier se penche sur la philanthropie en tant que pratique distincte du don et de la charité. Le deuxième analyse le développement du phénomène philanthropique et des fondations dans une approche comparative. Le troisième chapitre s’intéresse à la philanthropie comme « cause » et à son discours expertocratique et le dernier porte son attention sur la façon dont de la philanthropie influence l’action associative et les politiques publiques.

4Alexandre Lambelet s’inscrit en faux contre les acceptions larges de la philanthropie qui tendent à la décrire comme tout geste altruiste et désintéressé pouvant profiter à l’humanité, à la communauté ou au bien public. Historiquement et socialement située, la philanthropie se distingue du simple altruisme, du don ou de la charité de par sa dimension pro-active, délocalisée (nationale) et autonome. En effet, la philanthropie agit de façon à identifier et à éradiquer les causes des problèmes sociaux, d’où son côté pro-actif ; elle permet de réorganiser l’action caritative en la faisant passer de l’échelle communautaire à l’échelle nationale, d’où sa dimension délocalisée ; et elle affranchit l’action caritative du patronage des institutions religieuses, d’où son côté autonome. Situant l’apparition de la philanthropie à la fin du XIXe siècle, Lambelet utilise une série de travaux historiques, notamment ceux de Charles Tilly et de Peter D. Hall, pour démontrer à quel point le développement de cette pratique est lié à la volonté des élites d’influencer la gestion du social dans un contexte où le paupérisme, l’incapacité des institutions charitables à soulager la misère sociale, l’arrivée du suffrage universel et l’émergence de mouvements sociaux inquiètent les possédants.

5Des premiers balbutiements de la philanthropie moderne et « scientifique », l’auteur passe ensuite à l’analyse des cadres institutionnels qui rendent possible, encouragent ou au contraire restreignent la pratique philanthropique. Une attention particulière est portée aux lois et aux mesures fiscales des États en la matière. L’analyse des plus récentes lois et mesures fiscales permet à l’auteur de faire le constat que les États semblent désormais de plus en plus ouverts [ou favorables] au développement de la philanthropie et de moins en moins préoccupés par la « question du monopole étatique de l’intérêt général ». Cette question aurait d’ailleurs été tranchée en quelques années, « faisant les frais de la crise de l’État social et passant au second plan derrière d’autres débats dominant l’agenda politique » (p. 60).

  • 2 Voir Tocqueville Alexis de, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard, 1986.

6Lambelet se penche ensuite sur la principale source de légitimité des organisations philanthropiques, l’expertise, pour ensuite traiter de la logique tocquevillienne du projet philanthropique. En effet, les fondations caritatives sont financées et lancées par des élites qui mettent en doute la capacité des gouvernements élus au suffrage universel à prendre sur des décisions éclairées et rationnelles. Elles recourent donc à la philanthropie pour renforcer la démocratie –libérale, bien entendu –, par la création d’un tiers secteur faisant fonction de corps intermédiaire2.

7La dernière partie de l’ouvrage traite quant à elle de l’impact de la philanthropie sur l’action associative et sur les politiques publiques. Prévenant d’emblée le lecteur qu’il y a trop de diversité dans l’univers des programmes philanthropiques pour avancer une théorie générale, Lambelet identifie tout de même certaines tendances et dresse certains constats. Premièrement, malgré le fait que les philanthropes et leurs fondations soient plus souvent qu’autrement des « progressistes », ils ne financent que rarement des groupes proposant une redistribution des richesses et du pouvoir dans une optique égalitariste. Deuxièmement, les fondations encouragent la professionnalisation, la modération et une certaine dépolitisation des groupes qu’elles financent. Troisièmement, le financement de groupes associatifs favorise la création de relations top-down entre ces groupes et les organisations philanthropiques, relations qui permettent ainsi aux philanthropes d’influencer la trajectoire et l’orientation d’une partie de la société civile. Quatrièmement, le savoir et les programmes développés par les fondations remettent en question la plupart du temps l’efficacité des programmes publics de l’État tout en faisant la promotion d’alternatives privées. Cinquièmement, parce qu’elles cherchent à accroître leur légitimité à travers l’innovation sociale, les fondations provoquent des changements de paradigmes scientifiques (on pense ici à l’essor du paradigme des neurosciences dans le traitement et la prévention des problèmes sociaux) et favorisent un transfert de l’expertise acquise dans le domaine de la finance, du marketing et des affaires au secteur des politiques sociales. Bref, si la philanthropie possède une dimension « contestataire », dans le sens où elle conteste le monopole de l’État sur la gestion du social et l’efficacité de ses mesures, elle s’accommode assez mal de la dimension contestataire des groupes de la société civile avec qui elle entretient une relation complexe et plus qu’ambiguë.

  • 3 Fisher Donald, « The rôle of philanthropic foundations in the reproduction and production of hegemo (...)

8La philanthropie d’Alexandre Lambelet est un ouvrage particulièrement intéressant dans la mesure où il contribue au développement d’une sociologie critique de la philanthropie, capable de faire contrepoids au discours souvent idyllique, pour ne pas dire propagandiste, des fondations. En ce sens, il fait écho aux travaux de Donald Fischer, Teressa Odendahl, Nicolas Guilhot, Sylvain Lefèvre, Johanne Charbonneau, etc.3 L’originalité de la perspective de Lambelet réside dans le fait qu’elle attribue d’emblée à la philanthropie une dimension politique et protestataire. Comme il le dit lui-même, la philanthropie « est avant tout un moyen, pour des élites, de contester un ordre politique, d’asseoir un pouvoir politique hors de la sphère gouvernementale, et donc de remettre en cause la représentation issue du vote » (p. 96). L’approche de Lambelet se démarque aussi de par son utilisation des théories et des concepts de la sociologie des mouvements sociaux dans l’étude du phénomène philanthropique.

Haut de page

Notes

1 Lambelet Alexandre, Le lobbying philanthropique, projet de recherche, Fonds national suisse de la recherche scientifique, 2011-2013.

2 Voir Tocqueville Alexis de, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard, 1986.

3 Fisher Donald, « The rôle of philanthropic foundations in the reproduction and production of hegemony: Rockefeller Foudations and the social sciences », Sociology, vol. 17, n° 2, 1983, p. 206-233 ; Odendahl Teressa, « The culture of Elite Philanthropy in the Reagan years », Nonprofit and Voluntary Sector Quartely, vol. 35, n° 3, 1989, p. 510-516 ; Guilhot Nicolas, « Capital financier & nouvelle philanthropie », Agone, n° 33, 2005, p. 233-25 ; Lefèvre Sylvain, Charbonneau Johanne, (dir.), « Philanthropie et fondations privées : vers une nouvelle gouvernance du social ? », Lien social et politiques, n° 65, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxim Fortin, « Alexandre Lambelet, La philanthropie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 mai 2014, consulté le 27 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/14687

Haut de page

Rédacteur

Maxim Fortin

Doctorant en sciences politiques, Université Laval.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page