Navigation – Plan du site

Matthieu Hély et Pascale Moulévrier, L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques

Lionel Francou
L'économie sociale et solidaire : de l'utopie aux pratiques
Matthieu Hély, Pascale Moulévrier, L'économie sociale et solidaire : de l'utopie aux pratiques, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2013, 219 p., ISBN : 978-2-84303-241-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dans un contexte où les crises se succèdent, l’économie sociale et solidaire nourrit de nombreux espoirs. Elle fait l’objet de discours enthousiastes des responsables politiques de tous bords, des médias, des déçus d’un capitalisme dérégulé et inhumain et, surtout, de ses acteurs eux-mêmes. Cette catégorie hétéroclite regroupe quatre types d’organisations : les associations, les mutuelles, les coopératives et les fondations. En mai 2012, le premier gouvernement Ayrault se dote même d’un ministre délégué à l'Économie sociale et solidaire. Cette dernière serait hors système, une troisième voie entre les dérives d’une mainmise étatique et celles d’un capitalisme financier globalisé. Ses pratiques différentes permettraient au travailleur de devenir acteur d’un projet collectif, loin de la domination éprouvée dans les entreprises soumises à la pression du capital et des actionnaires. On aurait alors affaire à un renouveau du travail, axé sur les bénéfices apportés aux êtres humains, pourvoyeur de sens et garantissant des conditions de travail agréables. L’économie sociale et solidaire serait ainsi un « espace unitaire et autonome », le lieu d’une « (ré)conciliation du travail et du capital » et d’une véritable démocratie interne où la voix de chacun a le même poids.

2Matthieu Hély et Pascale Moulévrier portent un regard critique sur ces trois caractéristiques de l’économie sociale et solidaire, qu’ils qualifient de mythes. Après avoir mis à plat les limites de ces représentations largement partagées, ils démontrent que ces organisations, loin de constituer une troisième voie autonome, sont à l’interface de l’État et des entreprises. Ensuite, ils mettent en avant la difficulté qu’elles rencontrent pour conserver leur spécificité tout en se développant et en se professionnalisant, ainsi que la façon dont leurs travailleurs tirent profit d’un tel travail, en termes de valeur symbolique autant que matérielle. Pour les auteurs, « l’économie sociale [est] la forme dominée d’une économie dominante », elle fait donc partie du système capitaliste. Elle rencontre un certain succès en temps de crise, tant aujourd’hui que par le passé, car elle « dispose d’une faculté d’adaptation perpétuelle qui lui permet de présenter des visages différents, selon la conjoncture » (p. 22), tirant profit du flou qui entoure sa définition et ses propriétés.

3L’ouvrage est divisé en quatre chapitres. Le premier déconstruit les trois mythes de l’économie sociale et solidaire évoqués ci-dessus et souligne que les frontières entre le secteur public, le monde de l’entreprise et l’économie sociale et solidaire sont « poreuses ». Le deuxième porte sur l’enjeu que représente la prise en charge de l’intérêt général que l’État social a massivement garanti durant les Trente Glorieuses, avant de laisser progressivement sa place, dans toute une série de domaines, aux entreprises capitalistes et aux organisations de l’économie sociale et solidaire. Le monde associatif emploie dès lors des salariés pour mettre en place « les missions du public dans les conditions du privé ». Dans un contexte où l’État doit réduire sa voilure, on assiste ainsi à son « réengagement » au travers d’organisations qui prennent en charge l’intérêt général. Le troisième chapitre s’intéresse à la façon dont ces organisations cherchent à se différencier. Cela s’avère d’autant plus impérieux que ces dernières se développent et que le salariat y devient la norme, ce qui accroît la hiérarchisation des relations de travail. Dans le même temps, elles doivent faire montre de leur utilité sociale pour convaincre les bailleurs de fonds du bien fondé de leur action. Pour ce faire, ces organisations doivent aussi mettre en place des outils qui permettent d’objectiver et de quantifier les résultats des actions qu’elles mènent. Le quatrième et dernier chapitre, intitulé « Servir la cause et s’en servir », déconstruit le rapport au travail des salariés de l’économie sociale et solidaire, qui pensent faire « autrement » sans que ce ne soit nécessairement le cas. Si le travail dans ces organisations est probablement porteur de plus de sens, il est également (avant tout) un moyen de gagner sa vie. Pour certains, les salaires, plus faibles que dans le privé ou dans le public, sont compensés par la satisfaction de contribuer à une cause jugée utile, de façon relativement désintéressée. Mais, pour d’autres, qui sont au bas de la hiérarchie, la spécificité de leur emploi n’est pas une évidence ; ils sont « désintéressés au désintéressement ».

  • 1 Matthieu Hély, 2009, Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF. Sébastien Paul en a réalisé (...)

4Le sous-titre de l’ouvrage, qui nous invite à considérer cette fameuse troisième voie « de l’utopie aux pratiques », résume bien la déconstruction effectuée par une analyse solide qui remet en question la spécificité de l’économie sociale et solidaire. Notons que l’un des auteurs, Matthieu Hély, a déjà mené auparavant une réflexion semblable sur le monde associatif1, qui est ici étendue. Il s’agit d’un monde du travail comme un autre, qui a bien du mal à conserver sa singularité, au fur et à mesure que la taille des organisations grandit, que ses acteurs deviennent salariés et que l’État y délocalise une part grandissante de son action. Ainsi, un certain nombre d’acteurs semblent peu concernés par le projet de leur organisation. Avec le statut de salarié naît celui d’employeur ; en découlent des conflits d’autant plus problématiques que le mythe de la démocratie interne propre à ces organisations conduit à une sous-représentation des intérêts du personnel. Comme l’indiquent les auteurs en début d’ouvrage, l’appellation de l’économie sociale et solidaire renvoie à toutes sortes d’organisations qui ont peu en commun. Cependant, les auteurs semblent avoir repris à leur compte cette tendance englobante, notamment lorsqu’ils généralisent à l’ensemble de ces organisations les conclusions d’analyses qu’ils ont menées sur une catégorie particulière.

  • 2 Bruno Frère, 2009, Le nouvel esprit solidaire, Paris, Desclée de Brouwer.

5Matthieu Hély et Pascale Moulévrier font aussi l’impasse sur certains travaux, parmi lesquels l’ouvrage de Bruno Frère sur le « nouvel esprit solidaire »2, qui en expose de façon convaincante les origines et la spécificité. Il est regrettable qu’ils ignorent un tel travail et y substituent une analyse sommaire des sources de l’économie sociale et solidaire, considérée comme opportuniste et imbriquée dans le capitalisme dès son origine. Ainsi, si une partie de ces organisations s’inscrit dans l’économie de marché, leur inscription dans le capitalisme est loin d’être évidente et n’est pas démontrée de façon totalement convaincante dans cet ouvrage. Si l’exercice de critique auquel se sont attelés les auteurs est d’autant plus salutaire que les discours dissonants en la matière sont rares, on regrettera qu’il se limite principalement à soulever une série de contradictions internes à l’économie sociale et solidaire, sans donner de pistes pour les résoudre. Bien que le propos de l’ouvrage soit clair et son analyse étayée, on imagine difficilement comment les acteurs de l’économie sociale et solidaire pourront se saisir de ses constats pour en faire les « moyens renouvelés de leur réflexivité et de leur action ». Néanmoins, l’analyse ici dessinée renouvellera sans nul doute le débat, scientifique mais pas seulement, sur la spécificité de l’économie sociale et solidaire.

Haut de page

Notes

1 Matthieu Hély, 2009, Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF. Sébastien Paul en a réalisé un compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/829.

2 Bruno Frère, 2009, Le nouvel esprit solidaire, Paris, Desclée de Brouwer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Matthieu Hély et Pascale Moulévrier, L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 mai 2014, consulté le 29 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/14711

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Étudiant en sociologie, master à finalité approfondie, UCL (Université catholique de Louvain).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page