Navigation – Plan du site

Christian Bessy, Francis Chateauraynaud, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception

Corinne Delmas
Experts et faussaires
Christian Bessy, Francis Chateauraynaud, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Editions Pétra, coll. « Pragmatismes », 2014, 522 p., 2e édition augmentée d'une postface, ISBN : 978-2-84743-088-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Créée début 2011, dirigée par Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Michel Fourniau, cette (...)

1Ce livre de « sociologie de la perception » accorde une place primordiale à l’expérience sensorielle pour la compréhension des épreuves d’authentification. Initialement paru en 1995 mais épuisé, il est à nouveau accessible dans sa version initiale, agrémentée d’une postface, à la faveur de cette publication dans la collection « Pragmatismes » des éditions Pétra1.

2La première partie, consacrée à « l’économie des contrefaçons », explore les procès en la matière. S’appuyant sur plusieurs dossiers de l’inspection des fraudes, les auteurs y observent comment se définissent conjointement des compétences juridiques et des modes d’enquête qui permettent de confondre les fraudeurs à partir d’objets saisis ou identifiés comme constituant des contrefaçons. Celles-ci sont traquées en suivant les traces laissées par leur circulation dans des réseaux. À ce niveau, la perception joue un rôle actif dans l’appréhension des différences et des similitudes entre l’objet et sa contrefaçon. Les auteurs distinguent plusieurs formes de dévoilement. Dans les contrefaçons de marques, abordées dans le premier chapitre, on part « d’une forme annoncée et l’on remonte à la source pour faire apparaître les transformations matérielles et les transactions commerciales subies par le produit depuis son origine » (p. 49). En revanche, en matière de brevet, traité dans le chapitre suivant, « la ressemblance n’est pas suffisante pour définir la contrefaçon », les jeux de différence prenant dès lors toute leur importance (p. 65).

3La deuxième partie évoque ce que les auteurs appellent le « savoir prendre », qui conditionne une bonne évaluation. Ils mettent ainsi en évidence, dans le chapitre 3 deux opérations nécessaires au travail d’estimation des commissaires-priseurs : l’examen, d’une part, du corps de l’objet, en s’efforçant de trouver les bonnes prises et, d’autre part, de l’état du marché. Ils montrent également la diversité des perceptions et des qualifications activées par les différents acteurs lors de ces séances d’estimation. La prise en compte des sensations est ainsi décisive pour une sociologie de l’expertise ne pouvant distinguer entre d’un côté des profanes soumis à une relation d’emprise, de l’autre des professionnels capables de détachement, les uns et les autres passant, au contraire, simultanément d’un régime à l’autre. Les asymétries de compétences jouent également dans les deux sens et donnent lieu à un travail de redéfinition des objets et des personnes par une redistribution de la connaissance, afin de parvenir à une « accord réussi » reposant « sur l’expression commune de sensations et de jugements ».

4Le chapitre 4 s’intéresse aux relations entre l’expertise et les collections d’objets, qui constituent un point d’appui incontournable en matière d’estimation ou d’authentification. Les auteurs y analysent les différents types de perceptions par lesquels l’expert évolue graduellement au cours de ses investigations. L’expertise repose sur une interaction entre différentes ressources « cognitives » avec l’entrecroisement de trois types d’épreuves : « une appréciation engageant directement le corps de l’expert ; une appréciation qui émerge de la mise en présence d’autres pièces […] ; une appréciation qui provient de la mobilisation de l’ensemble des connaissances stockées dans la documentation de l’expert » (p. 148). Le chapitre montre également les opportunités que l’état de la collection peut offrir aux faussaires ; par exemple, « plus les collections sont constituées et plus l’apparition sur le marché d’un objet susceptible de combler une lacune ou un “trou” crée l’évènement » (p. 158).

5L’identification « des traces de la « personne » ou de la « personnalité » dans la matérialité des objets » (p. 169) suscite de nombreuses querelles, évoquées dans le chapitre 5. Les affaires d’attribution et/ou de désattribution de tableaux montrent comment les techniques d’expertise scientifique ne peuvent suffire à clore la controverse : un (pseudo) Van Gogh fait ainsi l’objet d’une lutte sans fin de représentants pour la bonne définition de la collection dont dépendent les orientations du marché ; la désattribution d’un Rembrandt s’appuie sur le recoupement de trois sources différentes ; une affaire d’attribution d’encres à Michaux montre les difficultés de l’expertise lorsqu’aucune représentation collective et aucune convention d’exécution ne permet d’identifier des contrefaçons… « Peut-on contrefaire sans représentation ? » (p. 188). Quelques pages consacrées aux productions littéraires traitent pour leur part de l’omniprésence du soupçon de plagiat, reviennent sur le « droit moral » de l’auteur, rappellent l’absence de protection des idées, pour insister finalement sur les lacunes juridiques. « Si le droit punit la contrefaçon qui touche au droit de propriété des choses, à leur reproduction et leur diffusion, il renvoie le plagiat dans l’ordre du jugement moral » (p. 196).

6La troisième partie de l’ouvrage aborde l’authenticité en histoire. La controverse de Glozel, évoquée dans le chapitre 6, montre combien la critique et le doute peuvent intervenir à tout moment, en raison de la densité du chaînage des épreuves, les objets jusqu’alors stabilisés pouvant ainsi rebasculer dans l’incertitude. Dans cette affaire suscitée par la découverte en 1924 d’un site archéologique, les fouilles qui se sont poursuivies jusqu’en 1936, l’authentification et l’attribution des vestiges exhumés à des périodes séparées par plusieurs millénaires, on invoque tour à tour l’honnêteté des personnes, l’état du terrain, l’impossibilité logique tirée de l’état des théories archéologiques, l’incompétence de tel ou tel acteur, amateur ou professionnel, les indices et les traces déposées à la surface des matériaux exhumés…

7Le faux constitue « un phénomène historique de première importance dans la mesure où, contrairement à l’erreur, il suppose une intentionnalité, une visée, un plan, un programme d’écriture ou de réécriture de l’histoire » (p. 263) ; c’est ce que souligne le chapitre 7 à propos des textes apocryphes. « Aubaine pour l’histoire et l’ensemble des traditions lettrées », l’existence de faux et de faussaires « contraint le critique à améliorer son analyse des documents et à les rapporter à leurs espaces de circulation passés et présents. De ces investigations naissent des dispositifs d’attestation et de vérification qui seront à leur tour pris en compte par les futurs faussaires ou contrefacteurs […] soumis à une double contrainte historique : doter les documents qu’ils produisent de signes et de traces qui permettent de les rapporter à la période visée et répondre à […] une attente de leurs contemporains » (p. 252). Toute la tradition occidentale semble ainsi parsemée de texte apocryphes, les meilleurs critiques, tel Erasme, s’étant eux-mêmes exercés au métier de faussaire. La relance permanente de la critique d’authenticité s’explique également par l’absence des qualités critiques de l’érudit chez le public auquel les faux s’adressent généralement. L’interminable affaire des Protocoles des sages de Sion constitue à cet égard une « figure limite » dans la mesure où l’authenticité, prise constamment pour objet, crée une spirale argumentative. « Pour les défenseurs du texte, “la négation de l’authenticité devient preuve d’authenticité” » (p. 259-260) L’authenticité étant associée à une logique du soupçon et la preuve d’authenticité à une question de point de vue, la publication de textes prétendant arrêter la controverse ne fait que la relancer. Les polémiques sur l’authenticité des reliques, qui prennent une importance particulière au Moyen-Âge, constituent un autre avatar historique de la falsification. Les auteurs soulignent ici, à l’instar des cas d’estimation d’œuvres précitées, la nécessité de traiter symétriquement les relations d’emprise et d’objectivation. Par exemple, la controverse suscitée par le linceul de Turin se caractérise par un mélange de procédures rationnelles et de maintien de la croyance, d’où la relance permanente de la polémique. La contrainte d’authenticité a également été au centre de débats et affaires en matière de restauration des monuments anciens, brièvement évoquée en fin de chapitre, avec pour question centrale l’impossible séparation entre l’édifice et son environnement.

  • 2 Sur cette entreprise de sortie du relativisme et du perspectivisme par une posture réaliste et ses (...)

8La dernière partie de l’ouvrage, plus théorique, présente l’« art de la prise » comme une « voie pour sortir du constructivisme »2, l’expertise n’étant pas ici assimilée à « la mise en œuvre de procédures codifiées et réglées, supposant un parfait détachement des personnes, ni [à] une capacité singulière attachée à des expériences enfouies dans le corps » (p. 291-292). Le modèle ne suppose pas d’asymétrie de compétence intangible entre les protagonistes, et pointe de constantes possibilités d’apprentissage. L’expert est confronté à quatre épreuves – de qualification, d’exploration du réseau tracé par l’objet, d’expérience sensorielle, d’examen instrumenté des matériaux – et c’est le décrochage entre ces différentes épreuves qui contribue à la controverse ou au doute. L’approche proposée relativise le poids des connaissances formelles et des postures intellectuelles, l’attention se portant surtout « aux moments de négociation entre des représentations ou des calculs mobilisés explicitement et les engagements corporels rendus visibles dans les interactions » (p. 339). Selon ce modèle, la notion d’authenticité associe donc deux formes de mise à l’épreuve, de la critique et de la présence. La théorie de l'action et du jugement, fondée sur le concept de « prise » proposée par les auteurs, leur permet de penser à la fois ce qui « donne prise à » et ce qui « a prise sur », développant ainsi des analyses suggestives des relations d’emprise et d’objectivation.

  • 3 Dont « avoir trop joué avec la philosophie », une « apparente insouciance quant aux conflits d’écol (...)

9Une foisonnante postface justifie la pertinence contemporaine de cette notion de « prise » et souligne son enrichissement, depuis la première édition de l’ouvrage, par divers travaux s’inscrivant, selon les auteurs, dans « l’ouverture sans fin du pragmatisme » (p. 493). Elle revient par ailleurs sur certains reproches adressés à l’ouvrage en 19953 et explicite le positionnement théorique initial des auteurs entre la nouvelle sociologie des sciences et la théorie de l’acteur réseau de Michel Callon et Bruno Latour, l’économie des conventions et la théorie des économies de la grandeur portée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot. Il s’agissait de « remettre en scène l’attention aux choses » (p. 478), l’attention perceptuelle et affective caractérisant les prises de paroles étant souvent ignorée ou minorée dans l’analyse des controverses et des trajectoires suivies par les causes publiques.

10La postface propose enfin et surtout un intéressant retour sur les notions de faux et d’authenticité aujourd’hui, alors que, depuis vingt ans, la liste des affaires de fraude et de contrefaçon n’a cessé de s’étendre. Les cas de tromperies par de grands faussaires tels que Greenhalgh ou Madoff, du fait des mécanismes de projection et de croyance qu’ils suscitent, « rendent les personnes et les groupes vulnérables à la perte de prise qu’occasionne toute colonisation de la perception par l’intérêt et la représentation. […] Madoff aura surtout réussi à faire croire que son modèle d’affaires reposait sur une pratique considérée comme très avantageuse par la communauté financière bien qu’à la limite de l’illégalité, puisqu’elle se rapprochait du délit d’initiés » (p. 440-441). En matière scientifique, l’actuelle montée en puissance des cas de fraude, de falsification et de plagiat rend particulièrement compte de certaines formes de légitimation de la déviance ou de la duplicité des acteurs, liée à une « pression de sélection ». Les faux médicaments se distinguent pour leur part des contrefaçons « classiques » de produits de luxe par le risque sanitaire. Les affaires de violation de brevets, les relations de coopération, concurrence et conflits autour des standards technologiques, attestent quant à eux la récurrence des enjeux de propriété intellectuelle et la tension ravivée entre un processus de standardisation et l’intensification de la concurrence économique qui oppose les firmes à l’échelle mondiale.

11C’est dire combien ce livre fondateur en sociologie pragmatique et sa postface évoquent une grande variété de configurations, où l’authenticité des objets est posée et ouvre plusieurs pistes suggestives.

Haut de page

Notes

1 Créée début 2011, dirigée par Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Michel Fourniau, cette collection avait accueilli l’ouvrage de F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique. La collection a également publié en 2013 un ouvrage de Julie Demeslay (L’Institution mondiale du dopage. Sociologie d’un processus d’harmonisation) et un livre d’entretiens de Marie-Angèle Hermitte avec Francis Chateauraynaud (Le droit saisi le vif. Sciences, Technologies, Formes de vie).

2 Sur cette entreprise de sortie du relativisme et du perspectivisme par une posture réaliste et ses limites : Cyril Lemieux, « Christian Bessy, Francis Chateauraynaud, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception », Politix, vol. 8, n° 31, 1995, p. 228-232. Sur la difficulté à s’abstraire du relativisme mais aussi à généraliser et dégager des lois : Jean-Christophe Marcel, « Bessy C., Chateauraynaud F., Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception », Genèses, vol. 24, n° 1, 1996, p. 164-166. Pour une présentation récente de la « sociologie pragmatique des corps » et des renouvellements que permettrait la sociologie pragmatique, voir : Yannick Barthe et al., « Sociologie pragmatique mode d’emploi », Politix, n° 103, 2013/3, p. 175-204.

3 Dont « avoir trop joué avec la philosophie », une « apparente insouciance quant aux conflits d’écoles et de doctrines » (p. 433).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Christian Bessy, Francis Chateauraynaud, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 mai 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/14712

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page