Navigation – Plan du site

Mariana Heredia, À quoi sert un économiste

Gwenhaël Blorville
À quoi sert un économiste
Mariana Heredia, À quoi sert un économiste, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2014, ISBN : 9782359250435.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Philippe Arnaud, « À quoi sert un économiste », Le Monde, 19 février 2014, http://www.lemonde.fr/ec (...)
  • 2 Thèse que l’auteur a soutenue en 2007 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), sou (...)

1« […] ni l’ambition d’un groupe d’experts ni l’appui déterminant des puissants ne suffisent à expliquer le triomphe des économistes » (p. 222). Cette phrase résume bien le cœur de la démonstration développée par Mariana Heredia tout au long de cet ouvrage. Si la question posée par le titre n’est pas nouvelle, comme le rappelait un article du journal Le Monde1, l’approche sociologique que l’ouvrage en propose n’en est pas moins originale. L’auteure prolonge ainsi le travail réalisé en Argentine dans le cadre de sa thèse2. En interrogeant le sens de l’omniprésence des économistes dans l’espace public, l’ouvrage nous amène au cœur de la mise en place des politiques néolibérales et du « nouveau régime technopolitique de domination » qui l’accompagne. Cette démonstration apporte également un début d’explication au « trouble » parfois ressenti par certains observateurs du néolibéralisme : le fait que le néolibéralisme coïncide fréquemment avec le renforcement des régimes démocratiques et de la liberté de choix dont disposent les individus.

2Tels sont en quelque sorte les grands enjeux qui sont posés d’emblée dans l’introduction. La question de la place de la sociologie face à l’universalisation du discours économique y est également soulevée, la sociologie encourant le risque de se « condamner à la nostalgie et à la résistance » faute de voir « ce qu’il y a d’original et de productif dans les nouvelles configurations » sociales qui accompagnent la mise en avant du marché comme « principe universel » (p. 8).

3L’ouvrage se divise en deux parties, comprenant chacune plusieurs chapitres. Dans la première grande partie, intitulée « qu’est-ce qu’un économiste ? », les deux thèses qui prétendent répondre à la question du rôle joué par les économistes sont développées avant qu’une troisième perspective ne soit proposée, qui constitue la clé de cet ouvrage. La première thèse, « professionnaliste » et résolument optimiste, défend l’idée que la réussite des économistes tiendrait à « un processus réussi de professionnalisation » de leur discipline dans un contexte occidental de rationalisation du monde. Du XIXe siècle à aujourd’hui, différentes étapes auraient ainsi permis de donner forme à une science économique « autonome ». De plus, selon la thèse professionnaliste, l’unification théorique de cette science serait le signe manifeste d’une discipline ayant atteint un haut degré de maturité en prenant pour modèle les sciences de la nature. La figure de l’« économiste-médecin »est au centre de cette vision. Celui-ci se doit d’être « utile ». La stabilité et la croissance, voire la distribution de la richesse permettent alors de servir le bien commun et « constituent la trilogie sacrée du discours économique dominant » (p. 36).

4Mariana Heredia présente ensuite « la contre-attaque critique », seconde thèse qui prétend expliquer la montée en puissance de la figure de l’économiste et à laquelle on peut rattacher Pierre Bourdieu. Selon cette thèse, une « rupture » dans l’évolution des sciences économiques a eu lieu dans les années 1970. C’est à partir de ce moment historique que la montée en puissance des économistes doit être appréhendée. Pour les qualifier, l’emploi du terme d’« intellectuels » – a contrario de celui de « professionnels » – souligne leur engagement au service du néolibéralisme. Cette « thèse », en mettant l’accent sur le « contexte », permet d’identifier les relations que les économistes entretiennent aux groupes dominants. Les économistes libéraux se sont progressivement imposés dès les années 1960-1970 face aux tenants de l’État-providence. Ce processus débuté dans les pays anglo-saxons s’est ensuite étendu en Amérique latine puis en Europe de l’Est et en Russie. Les deux phases d’américanisation qu’ont connues les sciences économiques et qui a notamment touché les élites des pays du Sud et de l’Est sont par la suite présentées. Les think tanks et organisations internationales de crédit, à l’instar du FMI, y ont t joué un rôle central.

5Enfin, la thèse « critique » dénonce le caractère « dogmatique » de la discipline économique. A l’instar des religions le néolibéralisme s’efforcerait ainsi de concilier mérite et destin. L’auteure présente enfin la thèse de l’ouvrage, qui vient compléter les deux précédentes tout en dépassant leur opposition. Cette thèse repose sur la notion d’« expert », apparue dès les années 1970 comme une « nouvelle figure de l’action publique ». Loin de n’être que de simples idéologues ou professionnels, les experts « collaborent à la construction des sociétés capitalistes » (p. 78). En axant la focale sur le caractère « technique » et opérationnel des outils économiques, l’économie se présente alors comme une « technoscience » qui efface les frontières entre le savant et le politique. Cette montée des « experts » s’inscrit dans un contexte de généralisation de la logique marchande. Ainsi, pour les néolibéraux, « le monde universitaire n’est plus un enjeu » (p. 92). L’accent mis par ces « économistes de la jungle » sur le caractère « pratique » des dispositifs économiques rend les débats propres au champ universitaire dérisoires. Par ailleurs, ces « experts » participent activement à la construction du nouvel ordre néolibéral, ce qui déplace la volonté régulatrice de l’État en matière économique. Cette construction prend forme à la fois dans l’élaboration de modèles macro-économiques et dans les ajustements micro-économiques de secteurs particuliers. De plus, ces transformations en cours depuis les années 1970 s’accompagnent d’une idéalisation de l’homo œconomicus et, par là même, d’une extension des outils de calcul qui permettent à chaque individu de faire des choix individuels en matière de consommation. Le caractère éminemment « politique » de la technique est également important à souligner. Le néolibéralisme est en effet tout autant un cadre idéologique commun qu’une « technologie de gouvernement ». Ce qui permet de noter le caractère « laborieux » de la construction du nouvel ordre. Enfin, la dilution de toute responsabilité des puissants dans le devenir du monde peut-être mise en évidence

6Dans la seconde grande partie de l’ouvrage, intitulée « les sciences économiques en politique : mode d’emploi », Mariana Heredia montre comment la montée des « experts » a entraîné un « nouveau régime de représentation » politique. Les diverses crises socioéconomiques qui se sont succédées depuis les années 1970 et le désarroi qui s’en est suivi ont été source d’opportunités pour les économistes. Ces crises ont pu être à l’origine de réformes néolibérales « modérées » ou de véritables « thérapies de choc », mises en œuvre dans certains pays par les pouvoirs en place, avec l’appui d’économistes. L’inflation et l’endettement sont certes une opportunité mais aussi « le résultat de s l’intervention » des économistes. Ces réformes ont démocratisé la consommation tout autant que l’endettement privé, faisant aussitôt de ce dernier « une affaire d’État ». Les périodes de crise voient se cristalliser une opposition entre les hommes politiques traditionnels, jugés dépassés, et cette figure de l’« expert » « rationnel ». Cependant, la délégation du pouvoir des hommes politiques aux économistes n’est jamais entière. À une échelle plus globale, les discours économiques des néolibéraux mettent en cause les États et leur opposent « le monde » comme ultime solution. Enfin, le caractère non-linéaire du néolibéralisme peut-être souligné. Ainsi, contrairement à une idée reçue, « les bénéficiaires du néolibéralisme ne sont pas forcément ceux à qui l’on doit les réformes [des années 1970] » (p. 164).

7Mariana Heredia montre ensuite en quoi le néolibéralisme représente une « nouvelle technologie de gouvernement ». La « cité des individus » a remplacé la représentation politique « socialisée » de l’après-guerre, ce qui entraîne de « nouveaux modes d’intégration » sociale qui coexistent avec les modes d’intégration plus traditionnels, tels que la famille et l’entreprise. Cette intégration des individus aux marchés n’est pas sans présenter certaines limites. Les think tanks ont par ailleurs joué un rôle clé dans la mise en place de cette « nouvelle “gouvernabilité” » mondialisée des marchés et des citoyens dans laquelle les responsabilités des décideurs sont « diluées ». Ce nouvel ordre, qui s’ouvre à la participation des citoyens tout en centralisant certaines prérogatives à une échelle internationale, s’accompagne de dispositifs techniques particuliers. Ces dispositifs de pouvoir se veulent plus « incitatifs » : il s’agit de « motiver » le citoyen à agir dans tel ou tel sens, en ayant notamment recours à des indicateurs chiffrés censés lui donner une aide à la décision. Plus douce, la contrainte n’en disparaît pas pour autant. Quelques éléments peuvent également être opposés à l’idéalisation que les néolibéraux font des marchés. Il convient ainsi de ne pas oublier la place centrale jouée par les monopoles dans le fonctionnement du capitalisme. Enfin, la mondialisation financière s’est accompagnée d’une dissociation de la cité et des marchés, instaurant par là une « relation de dépendance des nations » vis-à-vis des marchés financiers internationalisés.

8Relativement ambitieux, cet ouvrage ne manque pas de questionner. Le point de vue macro-sociologique adopté par l’auteure permet de sortir d’une tendance lourde des sciences sociales à la micro-spécialisation des objets d’étude. Les chercheurs éludent en effet trop souvent la question de l’articulation du cas particulier étudié au « tout social ». A contrario de cette tendance, l’ouvrage de Mariana Heredia a le mérite d’articuler les échelles tant spatiales que sociales. Les cas analysés en Amérique latine sont ainsi replacés dans une dynamique internationale qui stimule la constitution de réseaux néolibéraux et la mise en place d’institutions internationales. De la même manière, la montée en puissance des économistes est replacée dans le « contexte » structurant des crises économiques qui se sont succédé depuis les années 1970 et dans les recompositions de pouvoir que cela a entraîné. Enfin, cet ouvrage oppose une démonstration forte à tout regard « complotiste » porté sur les élites et permettra certainement de renouveler et d’affiner les outils de la sociologie « critique ».

Haut de page

Notes

1 Philippe Arnaud, « À quoi sert un économiste », Le Monde, 19 février 2014, http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/02/19/a-quoi-sert-un-economiste_4369184_3234.html.

2 Thèse que l’auteur a soutenue en 2007 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), sous la direction de Monique de Saint-Martin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenhaël Blorville, « Mariana Heredia, À quoi sert un économiste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 juin 2014, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/14836

Haut de page

Rédacteur

Gwenhaël Blorville

Doctorant en sociologie à l’université François-Rabelais de Tours, laboratoire CITERES (UMR 7324).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page