Navigation – Plan du site

Jean-François Mignot, Histoire du Tour de France

Lilian Mathieu
Histoire du Tour de France
Jean-François Mignot, Histoire du Tour de France, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2014, 128 p., ISBN : 978-2-7071-7743-8.
Haut de page

Texte intégral

1À quelques semaines de sa 101e édition, le Tour de France cycliste méritait bien une étude sociologique. C’est chose faite avec ce « Repère » signé par Jean-François Mignot. Le titre de l’ouvrage comme l’illustration de couverture (le légendaire duel Anquetil-Poulidor lors de l’ascension du Puy-de-Dôme du Tour 1964) peuvent cependant induire en erreur. On ne trouvera pas tant ici le récit épique des exploits sportifs des « géants de la route » qu’une analyse socio-économique, basée sur une méthodologie à dominante quantitative, d’une compétition envisagée avant tout comme un spectacle à visée commerciale.

2Le Tour de France est dès l’origine une entreprise à but lucratif. C’est en effet, et sur fond d’antagonismes politiques, pour faire pièce à la concurrence du quotidien sportif dreyfusard Le Vélo que le propriétaire barrésien du journal L’Auto Henri Desgranges lance en 1903, avec le soutien d’industriels antidreyfusards comme de Dion-Bouton et Michelin, le Tour de France cycliste. L’enjeu est alors de capter un lectorat avide de connaître de jour en jour les évolutions de la course, dans un contexte de large démocratisation de la pratique cycliste. Ainsi lancée pour faire vendre un journal, la compétition devra par la suite s’adapter aux mutations successives des mass-médias, radios puis télévision, voyant par exemple le rythme des étapes et leurs heures d’arrivée fluctuer en fonction des contraintes médiatiques. Le Tour est également une entreprise publicitaire : initialement prépondérante, la part des entreprises de cycles s’estompe progressivement tandis que se développe le sponsoring des équipes. Ce sont les relations houleuses avec les sponsors qui conduisent au cours des années 1930 à la mise en place d’équipes nationales (jusqu’en 1961) qu’accompagne la création de la fameuse caravane publicitaire.

  • 1 Cela à la différence d’autres sports qui, tels le rugby, se prêtent davantage à une analyse en term (...)

3Le Tour est également une entreprise lucrative pour les coureurs eux-mêmes, et l’ouvrage livre une analyse non seulement de l’évolution des primes des vainqueurs (d’étapes, des différents prix et du classement final) mais également de la manière dont la distribution des récompenses influe sur les stratégies de course. Sport individuel couru en équipes, le cyclisme se prête particulièrement aux modélisations qu’affectionne la sociologie utilitariste1, et Jean-François Mignot sait exposer pédagogiquement les différentes options tactiques ouvertes aux compétiteurs. Le processus progressif de rationalisation n’a d’ailleurs pas affecté uniquement le déroulement de la course mais également la différentiation des rôles au sein des équipes ou encore les techniques de préparation des compétiteurs. De ce point de vue, l’inévitable question du dopage est l’objet d’une analyse originale qui pointe la rationalité de cette option en regard des gains attendus (spécialement dans un contexte de resserrement des performances) ainsi que de la relative faiblesse des sanctions éventuelles de la part des organisateurs comme des autorités du sport cycliste. Le fait que, depuis l’introduction du passeport biologique, les performances moyennes des coureurs aient tendance à stagner voire à régresser après des années de progression pourrait indiquer un récent renversement de tendance.

4Les passages de l’ouvrage consacrés à l’origine sociale des coureurs (le plus souvent enfants d’agriculteurs ou d’ouvriers), à la composition par nationalités du peloton (où la part des Européens occidentaux s’est considérablement réduite depuis une vingtaine d’années) ou encore aux évolutions du parcours (avec une progression des étapes courues à l’étranger et une augmentation des contributions financières des villes-étapes) livrent de précieux éléments sur les ressorts économiques et sociaux d’une compétition que la multiplication des affaires de dopage avait un temps paru menacer.

  • 2 La disparition, en 1994, de Miroir du cyclisme peut être de ce point de vue rapprochée d’autres asp (...)

5Quoique bref, il n’est guère de dimension du Tour de France — sorte de phénomène social total à sa manière — que l’ouvrage ne traite. Ses rapports avec les évolutions de la consommation (de cycles comme d’équipements audiovisuels), des loisirs (le Tour comme spectacle populaire mais aussi comme vitrine touristique des régions traversées), des sciences et techniques (de l’invention du dérailleur aux premières utilisations de l’EPO), de la stratification sociale (la rivalité Anquetil-Poulidor lue au prisme du déclin de la société rurale au profit de la modernité technicienne) ou encore du contexte international (le passage des Tours 1906 et 1909 dans une Alsace-Moselle encore allemande ou l’absence significative des coureurs italiens, espagnols et allemands lors de l’édition 1939)… sont tous évoqués et traités. La dimension politique de la course est certes couverte, qu’il s’agisse des engagements des dirigeants de l’épreuve ou des diverses grèves de coureurs contre la multiplication des transferts ou des contrôles antidopage, mais aurait pu faire l’objet de plus amples développements. Sport populaire par excellence, le cyclisme a fait l’objet d’une attention particulière de la part du Parti communiste et ce n’est pas un hasard si le principal mensuel consacré à ce sport jusqu’aux années 1990, Miroir du cyclisme, faisait partie de l’écosystème communiste2.

6La focalisation du propos de Jean-François Mignot sur la dimension économique du Tour de France pourra paraître réductrice au passionné de cyclisme. Si la plupart des épisodes marquants de l’histoire de la compétition sont mentionnés (Eugène Christophe réparant sa fourche chez un forgeron de village, René Vietto se sacrifiant pour son leader alors qu’il est en mesure de gagner, le premier doublé Tour d’Italie-Tour de France de Fausto Coppi, les quintuples victoires d’Anquetil, Merckx et Hinault…) c’est dans un propos qui en atténue la dimension héroïque. L’objectivation sociologique désenchante, on le sait, et la légende du Tour n’y échappe pas. Mais un peu moins de mythologie pour un peu plus de connaissance n’est-il pas le projet même de la démarche scientifique ?

Haut de page

Notes

1 Cela à la différence d’autres sports qui, tels le rugby, se prêtent davantage à une analyse en termes de sens pratique.

2 La disparition, en 1994, de Miroir du cyclisme peut être de ce point de vue rapprochée d’autres aspects de l’effondrement de cet écosystème, comme la faillite de Tourisme et travail étudiée par Sylvain Pattieu, Tourisme et travail. De l’éducation populaire au secteur marchand (1945-1985), Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Jean-François Mignot, Histoire du Tour de France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 09 juin 2014, consulté le 25 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/14881

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page