Navigation – Plan du site

Simon Maillard, Patrick Vassort, CIO, FIFA : le sport mortifère

Jacques Ghiloni
CIO, FIFA : le sport mortifère
Simon Maillard, Patrick Vassort, CIO, FIFA : le sport mortifère. Chine, Afrique du Sud, Russie, Brésil, Qatar..., Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Altérité critique poche », 2014, 62 p..
Haut de page

Texte intégral

1Le ton du livre de Simon Maillard et Patrick Vassort est donné dès l’introduction : affichant la suprématie des valeurs universelles du sport, les institutions sportives que sont la FIFA ou le CIO tolèrent la corruption et le viol des droits humains dans les pays qui accueillent des compétitions, et elles acceptent des pratiques capitalistes crapuleuses de la part des organisateurs de ces événements. L’attribution des grandes compétitions entre 2002 et 2008 à quatre pays dénoncés pour leur niveau de corruption par Transparency International1, ainsi qu’au Qatar, révèle les liens philosophiques, économiques, politiques (voire « libidinaux ») entre l’institution sportive et les régimes anti-démocratiques. Ces liens ne sont d’ailleurs pas nouveaux, puisqu’en 1934, la coupe du monde de football s’est déroulée dans l’Italie de Mussolini et celle de 1942 devait avoir lieu en Allemagne. Quant aux Jeux Olympiques, ils se sont tenus en Allemagne en 1936, et devaient se dérouler au Japon en 1940.

  • 2 Patrick Vassort, « Mafia et comportements mafieux », Illusio, n° 6-7, 2010. Voir notre compte rendu (...)

2Ce livre s’inscrit dans la continuité des travaux de Patrick Vassort de dénonciation des institutions sportives. Dans la revue Illusio du printemps 20102, il consacre un article au sport comme crime organisé. Il y montre comment l’économie officielle du sport est perméable aux tentatives illicites et mafieuses.

3Ce petit ouvrage de 60 pages est découpé en quatre chapitres : « quand le sport aime les régimes liberticides », « sport et prédation capitaliste », « le sport contre l’humanité de l’Homme » et, enfin, « le sport : de la domestication à la destruction de la nature ».

4Dans le premier chapitre, les auteurs montrent que l’attribution d’une compétition sportive internationale, souvent présentée par le CIO ou la FIFA comme une opportunité d’ouverture à la démocratie, ne sert en fin de compte qu’à légitimer les régimes anti-démocratiques. Ainsi les JO de 2008 en Chine n’ont pas permis d’améliorer la situation des tibétains, des ouïghours ou des opposants politiques, de favoriser la liberté de la presse, ni d’interdire le travail des enfants. Les auteurs dénoncent aussi l’attribution de la coupe du monde de football à l’Afrique du Sud en 2010, pays où la ségrégation sociale perdure, où la police se distingue par ses pratiques anti-démocratiques. De même, les Jeux Olympiques d’hiver 2014 à Sotchi se sont déroulés dans la Russie de Poutine, dénoncée pour ses atteintes à la liberté de la presse, pour ses lois homophobes et pour les détentions illégales d’opposants politiques. Dans leur postface, les auteurs reviennent également sur la situation en Ukraine lors de ces jeux : alors que pouvoir ukrainien faisait tirer sur les opposants de la place Maïdan, aucune manifestation politique n‘a eu lieu pour réclamer un éventuel boycott des jeux. Enfin, la coupe du monde de football 2014 est organisée au Brésil, pays où les inégalités sociales sont très fortes et où la police commet des exactions à l’encontre des plus pauvres.

5Dans le second chapitre, les auteurs montrent que le sport accompagne le développement du capitalisme, en véhiculant les normes idéologiques de la concurrence généralisée. Il participe, de ce fait, à la dynamique de la marchandisation, de la domination et de l’exploitation. C’est notamment ce que l’on observe avec l’attribution de compétions sportives à des pays émergents : Chine en 2008, Brésil en 2014 et 2016, Russie en 2014 et 2018, Qatar en 2022. Sous les prétentions universalistes de la FIFA et du CIO, se cachent des motivations mercantiles de conquête de marchés en croissance. Il s’agit, pour les auteurs, d’une véritable stratégie de prédateur, permettant aux institutions sportives internationales d’accroître leur chiffre d’affaires et leurs bénéfices. Ces compétitions sportives favorisent également les intérêts des groupes du BTP (comme Bouygues, Eiffage et Vinci, par exemple pour l’organisation de la coupe du monde de football au Qatar en 2022) et des partenaires commerciaux (Coca-Cola, McDonald’s, Samsung, Visa…). Cette situation est aggravée par l’opacité des flux financiers et des coûts réels des travaux. On trouve donc des intérêts réciproques entre l’institution sportive, la finance, le capital privé et les pouvoirs publics.

6Dans le troisième chapitre, Vassort et Maillart montrent que l’organisation des compétitions sportives engendre des répercussions négatives pour les populations, contrairement à ce qui est souvent présenté officiellement. Ainsi, en Chine, des quartiers ont été détruits, des populations déplacées et les marginaux écartés. De façon générale, que ce soit en Chine, au Brésil ou même en Angleterre, la restructuration sociale, économique et politique de l’espace urbain en vue des événements sportifs se fait au détriment des populations défavorisées. Par ailleurs, sur la plupart des chantiers d’équipements sportifs, la main-d’œuvre est exploitée et elle connaît des conditions de vie et de travail déplorables. La situation des travailleurs au Qatar est emblématique : salaires faibles et payés en retard, journée de travail de 10 à 12 heures par des températures de 45° en moyenne, nombreux accidents du travail, passeports confisqués (la main-d’œuvre est d’origine étrangère).

7Le quatrième chapitre dénonce les méfaits écologiques de ces grandes manifestations sportives. Elles participent à l’accélération de l’urbanisation et au bétonnage des paysages (construction de parkings, d’hôtels de luxe, de routes, de transports urbains, voire d’aéroports). Les écosystèmes sont durablement affectés alors que les manifestations sont éphémères. Ainsi, à Sotchi, ce sont des hectares de forêt primaire caucasienne qui ont été dévastés, et des milliers de tonnes de débris et de déchets qui ont été abandonnés. L’organisation de la coupe du monde de football au Qatar est également en contradiction avec les propos de la FIFA sur la préservation de l’environnement. Ce pays détient dès à présent le record mondial d’émission de CO2, avec annuellement 44 tonnes par habitant. Or, pour pallier le problème de la température lors des matchs, le Qatar envisage de climatiser (certes à l’énergie solaire) les 12 stades spécialement construits.

8En conclusion, les auteurs emploient l’expression de pieuvre sportive pour caractériser le sport de compétition. C’est le nom qui est donné à la mafia italienne. Les auteurs soulignent clairement le fonctionnement mafieux de la FIFA et du CIO. Par ailleurs, selon eux, l’organisation de ces manifestations sportives détourne les populations des problèmes sociaux essentiels que sont les inégalités sociales, la pauvreté, l’exploitation des ressources naturelles et humaines. Ils préconisent le boycott des produits dérivés, des retransmissions télévisées, des fédérations sportives et la désportivisation de l’éducation physique à l’école.

9Ce petit livre est publié à la veille du mondial de foot 2014 dans une optique explicitement militante de dénonciation du sport de compétition et de son économie. Il est très factuel, et sa taille incite plutôt à approfondir les thèses développées en son sein.

Haut de page

Notes

1 www.transparency-france.org.

2 Patrick Vassort, « Mafia et comportements mafieux », Illusio, n° 6-7, 2010. Voir notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/1047.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Ghiloni, « Simon Maillard, Patrick Vassort, CIO, FIFA : le sport mortifère », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/15063

Haut de page

Rédacteur

Jacques Ghiloni

Professeur agrégé de sciences sociales, lycée Pierre Bayen de Châlons-en-Champagne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page